Prince (musicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prince (homonymie) et Nelson.
Prince
Description de cette image, également commentée ci-après

Prince, 2008.

Informations générales
Surnom His Royal Badness
His Purple Majesty
Le Kid de Minneapolis
Le Nain pourpre
Love Symbol
The Artist
Nom de naissance Prince Rogers Nelson
Naissance (57 ans)
Minneapolis, Minnesota
Activité principale Auteur-compositeur-interprète, réalisateur artistique, producteur
Genre musical Pop, funk, R&B contemporain, rock, soul, jazz
Instruments Voix, guitare, basse, piano, claviers, batterie, percussions
Années actives Depuis 1978
Labels Warner Bros., Paisley Park, NPG, Bellmark, Edel, EMI, Arista, Sony, Universal, Because Music, Purple Music
Influences James Brown, George Clinton, Jimi Hendrix, Rick James, Joni Mitchell, Little Richard, Sly and The Family Stone, The Beatles, Stevie Wonder
Site officiel Prince.warnerartists.net/eu

Prince (né Prince Rogers Nelson le à Minneapolis aux États-Unis[1]) est un auteur-compositeur-interprète, réalisateur artistique et producteur américain de pop, de funk, de rock et de R&B contemporain. Il est également danseur et acteur. Il a vendu, selon les estimations, entre soixante-et-un[2] et plus de quatre-vingt millions de disques dans le monde[3],[4].

Sa carrière, entamée en 1978, est l'une des plus denses dans l'univers de la pop, avec plus de trente recueils studio parus en moins de quarante ans[5]. Il faut y ajouter de nombreux albums et chansons façonnés pour les Bangles, Sheena Easton, Chaka Khan, Patti LaBelle, Madonna, Sheila E., Mavis Staples ou The Time.

Son plus gros succès commercial est la bande originale du film Purple Rain (dans lequel il joue le rôle-titre), publiée en 1984 et vendu à vingt millions d'exemplaires[6],[7]. Il est également l'auteur de Sign "☮" the Times, des chansons du Batman de Tim Burton, des tubes Little Red Corvette, When Doves Cry, Kiss, Cream ou encore Sexy M.F. Le morceau phare de Sinéad O'Connor, Nothing Compares 2 U, est par ailleurs une reprise de Prince.

Multi-instrumentiste, il s'est forgé une aura de créateur ambitieux, éclectique[8], et une réputation scénique hors pair, en affectionnant en concert les danses, les solos, de même qu'en valorisant ses musiciens[9]. Il est aussi connu pour la nature pornographique de beaucoup de ses chansons[1], comme pour l'usage de costumes excentriques[10].

En 1993, il abandonne son nom de scène au profit de l'imprononçable pictogramme « Love Symbol », afin de contester le contrat qui le lie à la maison de disques Warner Bros. Il en est partiellement libéré en 1996, puis totalement en 2000, et reprend alors son pseudonyme d'origine[3],[11]. Il signe un nouvel accord avec la firme en 2014, qui lui permet, en principe, de devenir propriétaire de ses enregistrements Warner, l'un des motifs du conflit[7].

Il est l'un des premiers à expérimenter la diffusion de la musique par Internet[12], avant de s'en distancer[13].

Sa célébrité s'étend principalement de 1982 à 1994, de l'album 1999[14] à la chanson The Most Beautiful Girl in the World[15]. Prince connaît un regain de popularité à partir de 2004, année de son intronisation au Rock and Roll Hall of Fame[16] et de la parution du recueil Musicology, écoulé à deux millions de copies aux États-Unis[17].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Prince voit le jour le 7 juin 1958 au Mount Sinai Hospital de Minneapolis, dans le Minnesota. Il doit son prénom au nom du trio de jazz dont son père est membre, le Prince Rogers Trio. Son père, John L. Nelson, possédant une ascendance italienne, est en effet pianiste, tandis que sa mère, Mattie Shaw, métisse afro-américaine d'ascendance amérindienne et blanche[18], est une chanteuse de jazz. De profession néanmoins, ils sont respectivement plâtrier et travailleuse sociale. Ils ont un second enfant en 1960, une fille prénommée Tyka Evene. Dans une interview en 1991, John déclare : « Je l'ai appelé Prince car je voulais qu'il fasse tout ce que je n'ai pas pu faire[18]. »

À sept ans, Prince, initié à la musique par son père et qui écoute à la radio tous types de musiques, compose au piano son premier morceau, Funkmachine[18].

Ses parents divorcent en 1968, et la garde des enfants est partagée. Sa mère se remarie. En 1970, Prince entre à la Bryant Junior High et fréquente son demi-frère Duane[18], avant de changer d'établissement en 1972 au profit de la Central High. Il part vivre chez sa tante Olivia Nelson puis s'installe dans la cave de la mère d'un ami, André Anderson. Un épisode repris dans le film semi-autobiographique Purple Rain : le personnage qu'il interprète habite également dans une cave, située sous la maison de ses parents. Anderson deviendra plus tard son premier bassiste sous le nom d'André Cymone.

Les débuts (1973-79)[modifier | modifier le code]

Prince monte dès 1973 sa première formation, Grand Central, dans laquelle il joue de la guitare et des claviers. L'année suivante est recruté Morris Day, qui deviendra plus tard le chanteur de The Time. Un temps géré par la mère de Morris, le groupe donne des concerts dans des cours d'écoles ou de petites salles de Minneapolis, reprend des succès du Top 40 de l'époque, et adopte finalement le nom de Champagne.

Peu après, un musicien et producteur local, Pepe Willie, leur prodigue des conseils, tout en employant Prince comme guitariste pour des sessions de l'orchestre 94 East. Ce dernier signe un contrat avec Polydor mais aucun disque n'est publié. Des bandes seront éditées beaucoup plus tard sous l'appellation « 94 East featuring Prince ».

Fort de cette première expérience, Prince embarque sa formation, début 1976, dans l'enregistrement d'un album au studio Moon Sound de Minneapolis. Le propriétaire, Chris Moon, impressionné par le talent du jeune musicien, lui propose de travailler sur des publicités, en échange de sessions studio gratuites. Au fil des semaines, il passe de plus en plus de temps à produire des maquettes, sur lesquelles il joue de tous les instruments, abandonnant peu à peu son propre groupe, qui finit par disparaître.

En septembre de la même année, l'artiste a complété entièrement seul quatorze titres, et part tenter sa chance à New York, sans succès. Chris Moon le rappelle à Minneapolis et lui propose de rencontrer Owen Husney, qui devient son premier agent artistique.

Husney élabore avec Prince une stratégie pour conquérir les maisons de disques, notamment en le rajeunissant de deux ans et en le présentant comme le nouveau Stevie Wonder, son idole. Les deux hommes exigent des conditions inédites : lui permettre d'être son propre producteur, auteur, compositeur et interprète, alors qu'il n'a que dix-huit ans. Ils obtiennent finalement un contrat avec Warner Bros. pour la réalisation de trois albums, assorti d'une avance de 180 000 dollars.

Le , Prince publie For You, son premier album, d'orientation rhythm and blues synthétique. À l'exception d'un titre co-écrit avec Chris Moon, il en compose, écrit et interprète la totalité, en étant crédité de vingt-sept instruments. Pendant le projet, la Warner envoie en studio des professionnels déguisés pour surveiller le prodige, puis impose un producteur exécutif. Le budget initial accordé pour l'enregistrement est finalement doublé. Le disque est un échec commercial, bien que Soft and Wet, choisi comme premier extrait, se classe à la la 92e place du Billboard Hot 100[19], le classement hebdomadaire des cent chansons les plus populaires aux États-Unis. Le premier concert officiel a, quant à lui, lieu le 5 janvier 1979 au theâtre Capri de Minneapolis[20],[21].

En octobre 1979 est édité son deuxième recueil, Prince, fidèle à la tonalité du précédent, mais qui incorpore un début d'influences rock et pop. Il réalise une bien meilleure performance commerciale en s'écoulant à un million d'exemplaires, tout comme le simple I Wanna Be Your Lover[19]. Le mois d'après débute une courte tournée américaine, bientôt suivi des premières parties du « Fire It Up Tour » du célèbre chanteur Rick James.

Fin 1979, l'agent artistique des débuts, Owen Husney, est remplacé par Steve Fargnoli.

Prince donne sa première représentation télévisée dans l'émission American Bandstand, le 26 janvier 1980[22] : il y interprète deux chansons en playback et accorde un bref entretien durant lequel, figé par la timidité, il ne fournit que des réponses laconiques[23].

Affirmation musicale, pornographique et commerciale (1980-83)[modifier | modifier le code]

Le First Avenue de Minneapolis, le club où se déroule une partie de l'intrigue du film Purple Rain.

Le 8 octobre 1980 paraît Dirty Mind (« esprit mal tourné » en français), qui reste 31 semaines dans le classement des 200 meilleurs ventes d'albums américaines[réf. nécessaire]. Le rhythm and blues consensuel des débuts laissent place à une sonorité funk minimaliste, saupoudrée d'influences pop et new wave, qui sert un propos souvent pornographique. Le chanteur confie ses penchants pour le sexe débridé, parle d'inceste frère-sœur, de fellation adultérine[24]. Il apparaît en dessous féminins sur la pochette du disque et durant les concerts de la tournée correspondante. En février 1981, l'artiste interprète l'extrait Party Up durant l'émission Saturday Night Live.

Trois représentations sont ensuite données en Europe pour la première fois, dont une le 4 juin au Palace de Paris[réf. nécessaire]. De retour aux États-Unis, il se produit en octobre en première partie de deux concerts des Rolling Stones à Los Angeles. Dans les deux cas, l'accueil violemment hostile des 90 000 spectateurs l'oblige à quitter la scène prématurément[21].

Le quatrième opus, Controversy, sort le 14 octobre 1981 et s'écoule en trois mois à 500 000 exemplaires[réf. nécessaire]. Musicalement et textuellement proche du précédent (la masturbation est notamment traitée), il laisse également à entendre un discours libertaire et pacifiste : « J'aimerais que nous soyons tous nus, qu'il n'y ait ni noirs ni blancs, qu'il n'y ait aucune règle », dit le morceau-titre. Alors que le libéral-conservateur Ronald Reagan est depuis peu président des États-Unis, les thèmes de la guerre froide et de la peine de mort sont évoqués[25].

La même année, puis la suivante, Prince compose, écrit, réalise et convainc Warner de publier The Time et What Time Is It?, les deux premiers disques du groupe The Time. Le seul membre présent en studio est en réalité le chanteur Morris Day, ancien compagnon de scène des débuts. De type funk, dotés d'un visuel urbain, les deux œuvres s'adressent à un public spécialisé et obtiennent de très bonnes places dans le Billboard Soul Chart, le classement des ventes américaines de musique soul. What Time Is It? est même disque d'or[réf. nécessaire].

L'orchestre est concrètement formé quand débute en novembre le « Controversy Tour » de son initiateur, afin d'assurer les premières parties. Les futurs producteurs à succès Jimmy Jam et Terry Lewis, également originaires de Minneapolis, sont deux des musiciens qui composent l'effectif[réf. nécessaire].

Le 27 octobre 1982 sort le double-album 1999, qui se vend en sept mois à un million d'exemplaires[14], bien aidé par les singles Little Red Corvette et 1999, les deux premiers grands tubes de l'artiste. Le premier cité est l'un des premiers d'un artiste afro-américain à être diffusé sur MTV de façon régulière[réf. nécessaire]. Une longue tournée américaine débute en novembre, qui obtient au fur et à mesure de son avancement un succès colossal[21]. Sa plus importante étape est un sextuple concert au temple maçonnique de Détroit, et sa conclusion a lieu à Chicago, à guichets fermés, devant plus de 10 000 spectateurs[26].

Le succès planétaire de Purple Rain (1984)[modifier | modifier le code]

Le logo d'avertissement impulsé en 1985 par le Parents Music Resource Center, apposé sur Purple Rain en raison des paroles pornographiques de la chanson Darling Nikki. La chanson écrite par Prince pour Sheena Easton, Sugar Walls, subit le même sort.

Pendant les enregistrements de 1999, Prince crée son nouveau groupe, qu'il baptise The Revolution avec l'arrivée de la guitariste Wendy Melvoin. Durant cette période, il est souvent vu en train de prendre des notes dans un carnet violet. Son idée est de développer un film qui raconterait sa propre histoire, ce que Warner Bros rejette d'abord froidement.

Le projet aboutit finalement : Purple Rain, réalisé à Minneapolis en novembre 1983, financé en grande partie par Steven Fargnoli et les nouveaux managers du musicien, sort en salles le 27 juillet 1984. Il rapporte 71 millions de dollars, sa bande-son s'écoule avec les années à vingt millions de copies, et reçoit plusieurs prix, dont l'oscar de la meilleure chanson de film pour le morceau-titre. Celui-ci, comme When Doves Cry et Let's Go Crazy, rencontrent eux aussi massivement le public. La tournée correspondante est, elle, l'une des plus acclamées à travers les États-Unis, où 1,7 million de billets sont vendus. Aujourd'hui, le disque est classé 72e des « 500 plus grands albums de tous les temps » par le magazine Rolling Stone.

Avec la sortie de Purple Rain, Prince réalise Ice Cream Castle, troisième album de The Time, dont deux titres apparaissent dans le film, ainsi que The Glamorous Life, le premier de Sheila E., dont les chansons s'inspirent de la relation qu'entretiennent Prince et celle qui deviendra sa percussionniste. La même année, la reprise par Chaka Khan de I Feel For You, un des premiers titres de Prince, est un succès qui obtient un Grammy Award[27].

Ambitions et contrariétés (1985-88)[modifier | modifier le code]

En parallèle, il fait commencer la construction de son complexe d'enregistrement Paisley Park tout près de Minneapolis, et sort son 7e album Around the World in a Day, le 22 avril 1985. Composé et enregistré pendant la tournée Purple Rain Tour, Prince innove avec ce disque en rupture avec le ton général de ses précédents albums, proposant une pop quasi « psychédélique » avec les titres Pop Life ou Paisley Park, ainsi que du rock plus conventionnel avec America aux accents presque militaires, ou Temptation, sorte de voyage dans les obsessions que Prince expose, développe et mélange d’album en album, surtout depuis Dirty Mind, à savoir la sexualité et la foi. À peine la tournée terminée fin 1985, Prince se remet au travail car il a déjà en tête son futur projet, un autre film qu'il veut cette fois tourner en France.

L'album Parade, qui sert de bande originale au film qui sort peu après, paraît le 31 mars 1986. Kiss en est le titre qui rencontre le plus grand succès, et restera un des plus connus de Prince. Cinq mois plus tard le film Under the Cherry Moon arrive dans les salles. La critique et le public, qui s'attendent à une suite de Purple Rain, jugent le film très sévèrement, faisant de cette sortie attendue un échec. Plusieurs des dates prévues aux États-Unis pour la tournée Hit n Run – Parade Tour sont annulées. Cette dernière marque un tournant important dans la carrière de Prince qui dissout The Revolution et se tourne vers sa future carrière solo. C'est à cette période que l'artiste produit le titre Manic Monday pour les Bangles.

Avant que The Revolution ne soit dissout, Prince avait des idées pour deux projets.

Dream Factory, un triple album rempli de titres inédits, interprétés en grande partie avec des membres de The Revolution. Et Camille, un personnage à la voix féminine déjà expérimenté dans Erotic City, et entièrement créé par Prince, sur fond très Funk. La Warner Bros refuse de sortir autant de titres en une seule fois, mais accepte un double album. De ces deux projets annulés émerge Sign o' the Times, plusieurs des titres non retenus seront repris en 1998 dans un triple album remanié, Crystal Ball.

Prince produit un troisième groupe satellite, Madhouse, de style jazz-funk, en 1987.

Souvent considéré par la critique comme l'un des meilleurs albums de Prince, Sign o' the Times, publié le 31 mars 1987, se vendra à quatre millions d'exemplaires. Les classements et les récompenses seront au rendez vous. En avril, Prince lance la tournée Sign o' the Times Tour, qui ne passera que par l'Europe, car ses précédents albums s'y sont très bien vendus. Une vidéo de la tournée, intitulé simplement Sign O' The Times, est éditée, recevra de meilleures critiques que Under the Cherry Moon.

Le projet suivant de Prince, surnommé The Black Album en raison de sa pochette entièrement noire, sans titre ou nom d'artiste, est annulé juste avant sa mise en vente par Prince lui-même, sans explication officielle à l'époque, et deviendra le plus piraté de tous les temps. Warner Bros, ne voyant pas dans cet album un succès garanti, ne s'opposa pas à l'annulation, mais l'édite finalement en 1994.

Prince en concert à Bruxelles, Belgique, 1986.

Pour remplacer le Black Album, sort le 10 mai 1988, Lovesexy. Il se vendra seulement 750 000 exemplaires. Le Lovesexy Tour et sa scène circulaire, aura un immense succès en Europe. Malheureusement la vente d'albums et de billets dégringole au États-Unis. Le 31 décembre 1988, Prince agacé jette la pierre de ses échecs sur son entourage et congédie Steven Fargnoli, son avocat et son conseiller financier.

Du rebond commercial à la révolte anti-Warner (1989-95)[modifier | modifier le code]

En 1989, Warner Bros lui propose d'écrire la bande-son du très attendu film Batman, réalisé par Tim Burton. Prince produit alors un album de neuf titres, tous utilisés sous leur forme originale ou réarrangée, tout au long du film. L'album Batman qui se vendra à 4,3 millions d'exemplaires, se verra certifié Double disque de platine et se classera bien.

Peu après est entamé le tournage de Graffiti Bridge, sorti en 1990, qui peut se voir comme une suite à Purple Rain où l'on retrouve d'ailleurs les personnages du Kid et le groupe The Time, s'affrontant une nouvelle fois. Le double album Graffiti Bridge servant de bande originale au film, accueille de nombreux artiste renommés.Paisley Park qui a financé en grande partie le tournage est alors, d'après une rumeur, au bord de la faillite. Prince entame une tournée, le Nude Tour, qui sera couronné de succès au bond moment.

En raison de la guerre du Golfe, les managers de Prince lui conseilleront de ralentir sa carrière jusqu'à la fin du conflit. La Warner proposa à Prince de préparer un Best Of pour marquer la première décennie de sa carrière mais il ne l'entend pas ainsi et rejette le projet. Une des premières crises entre le label et son artiste. Il arrivera à calmer le jeu en déposant Diamonds and Pearls sur la table en 1991.

En 1991, Prince apparaît beaucoup plus qu'auparavant à la télévision. On notera bien sûr cette apparition au Metrodome de Minneapolis à l'occasion d'un événement olympique le 20 juillet. Le 4 septembre, il apparaît dans l'émission Arsenio Hall Show à Hollywood. Sans oublier sa présence remarquée au MTV Music Awards le 5 septembre avec Gett Off, titre qui annonce son nouvel album à venir. Le 1er octobre 1991, après six mois de promotion paraît enfin Diamonds and Pearls contenant treize titres tous acclamés par la critique. Cet album et ses divers singles rencontrent un vrai succès, autant aux États-Unis qu'au niveau international ; Diamonds and Pearls se vend ainsi à plus de six millions d'exemplaires.

Si bien que Warner Bros pour espérer apaiser leurs tensions, lui propose un pont d'or. Il est promu vice-président et signe un contrat avec 100 millions d'avance pour, au départ, dix albums.

Puis, en avril 1992 Prince lance le Diamonds and Pearls Tour au Japon. Une tournée de spectacles impressionnants qui l'impose comme l'un des plus grands show-men du moment. La New Power Generation est née. 17 musiciens chaque soir, danse et effets spéciaux au rendez vous. Un nombre de billets colossal est vendu en Australie. Depuis peu, il entretient une relation avec sa danseuse Mayte.

Malgré les succès et son récent contrat, Prince et son label demeurent dans une certaine mésentente. Au Prince Live Oprah Winfrey Show il raconte sa conversation avec un dirigeant de la Warner qui lui demande : « Vous croyez vraiment que notre but est de vous faire gagner de l'argent ? ». Une vendetta publique débute alors entre l'artiste et sa maison de disques.

En octobre 1992, Prince sort son avant-dernier album sous le label de la Warner, Love Symbol Album. La tournée Act I Tour fait le tour de salles moyennes aux États-Unis et bien que de qualité, le spectacle n'est pas à la hauteur du précédent. L'album est vivement critiqué et Prince réagit violemment, il brûle un journal critiquant Love Symbol devant les caméras. Ce genre de réactions rendra ses apparitions plus rares et moins glorieuses. Le 27 avril 1993, Prince annonce à Warner Bros qu'il ne compte plus écrire de la musique pour eux.

Il poursuit toutefois la promotion de l'album en Europe pour une trentaine de dates : Act II Tour. Le spectacle prend un tournant, la plupart des hits de l'album sont remplacés par des classiques. Le trio de Danse n'est malheureusement plus de la partie. Love Symbol aura tout de même un certain succès avec 3 millions d'albums écoulés. À la fin de la tournée, Prince annonce qu'il se retire de l'industrie et qu'il ne rejouera plus ses anciens morceaux.

Une promesse très vite oubliée... En 1993 Warner Bros sort The Hits/The B-Sides, la compilation dont Prince ne voulait pas, qui propose en plus divers inédits et des face b. La même année, Prince change de nom, choisissant l'idéogramme imprononçable utilisé pour l'album Love symbol.

La réédition, officielle cette fois, de The Black Album fin 1994 et la sortie de la compilation 1-800-NEW-FUNK (constituée de titres d'artistes produits par Prince) ne se vendent pas bien. La Warner Bros recontacte alors Prince et trouve avec lui un accord concluant à la sortie d'un album ne contenant que de nouveaux titres. Ce sera Come, album de dix titres, qui sort alors quelques mois plus tard, le 16 août 1994. Pour marquer davantage sa rupture avec la Warner, cet opus est présenté comme l'album « posthume » de Prince, qui n'utilise plus dès lors son vrai nom. Ironiquement, l'album ne se vend qu'à 500 000 exemplaires, augmentant de plus belle les tensions. À partir de ce moment, Prince édite ses albums suivants chez Warner, pour honorer la fin de son contrat d'une part, et sous son label NPG Records d'autre part, cela lui octroyant plus de liberté artistique et lui permet d'éditer davantage d'albums. De son côté, Prince commence à travailler sur des projets hors musique comme Interactive, un jeu vidéo avec Graphix Zone qui sort le 7 juin 1994, d'où le nom de la tournée suivante : Interactive Tour.

Ces derniers albums ne bénéficient pas de promotion particulière, expliquant en partie leur succès mitigé. Au cours de l'année 1994, quelques rares performances télévisées sont données. Fin 1994 Prince entreprend un projet de théâtre, une pièce nommée Glam Slam Ulysse dans laquelle il fait diffuser une dizaine de titres inédits mais cela ne lui rapporta pas grand chose. Au début de l'année 1995 Prince, sous le pseudonyme Tora Tora, sort Exodus, un album conceptuel composé de chansons formant une histoire et signé par la New Power Generation.

Le 26 septembre 1995, Warner Bros accepte de publier The Gold Experience, un album de 18 titres inédits. Prince dira à plusieurs reprises à quel point il est fier de cet album, le considérant comme une brillante réussite musical. La même année, il se lance dans une série de concerts, le Love 4 One Another Charities Tour au profit d'associations caritatives, surtout Love 4, jusqu'en 1997. En parallèle Warner Bros lui organise une petite tournée pour faire la promotion de The Gold Experience : The Ultimate Live Experience et Gold Tour. Durant ces concerts Prince s'inscrit le mot « Slave » (esclave) sur la joue pour railler sa « soumission » à la Warner. L'année suivante, Prince donne à la Warner Chaos and Disorder et The Vault...Old Friends 4 Sale pour en finir avec son contrat, constitué de morceaux de second choix ou non retenus précédemment, et qui se rangeront parmi les fiascos de cette époque.

La guitare « Cloud » de Prince, exposée au musée Smithsonian de Washington, États-Unis.

Émancipations (1996-2003)[modifier | modifier le code]

Prince arrête définitivement de travailler pour la Warner et sort en 1996 Emancipation, album de trois disques de soixante minutes chacun, contenant uniquement des titres inédits sauf trois reprises d'autres artistes. Cette année-là, Mayte et Prince annoncent qu'ils vont devenir parents, et certaines des chansons de l'album abordent le sujet (Let's Have a Baby, Friend, Lover, Sister, Mother/Wife). L'album atteint la 11e place au Billboard 200 américain, et se place généralement dans les vingt premières places des classements européens. Petit problème, la promotion de l'album est interrompue quand Thorn se sépare d'EMI et cote en Bourse le label sur lequel Prince avait sorti Emancipation.

Commence alors le Jam of the Year Tour, qui fera le tour complet des États-Unis. C'est la première tournée à travers ce continent depuis le Purple Rain Tour qui réalise des profits très satisfaisant, remplissant des salles d'environ 10 000 personnes. Le public est heureux de retrouver un Prince qui se lâche complètement au son de la musique de ses anciens grands succès, qu'il rejoue à nouveau. La tournée, financée en grande partie par son propre label Paisley Park, aurait permis à Prince de réaliser d'importants bénéfices.

Crystal Ball et Newpower Soul sortent presque simultanément en 1998. Le quadruple album Crystal Ball regroupe sur trois disques des chansons quasiment toutes inédites, produites de 1983 à 1996 (dont certaines en public ou remixées) ainsi que The Truth, premier — et unique — disque acoustique de Prince. Newpower Soul est le troisième et dernier album produit avec le groupe New Power Generation. Le succès est, pour chacun, mitigé. Mais Prince repart en tournée mondiale pour faire leur promotion. Après le Newpower Soul Tour, Prince et Mayte se séparent.

Prince retrouve enfin son premier (et vrai) nom de scène en signant un contrat avec Arista Records pour un album en 1999 : Rave Un2 the Joy Fantastic. Afin d'en assurer la promotion, Prince donne un certain nombre d'interviews, exercice peu apprécié par l'artiste jusque-là. Aucune tournée n'est lancée, mais pour fêter l'approche de l'an 2000, Prince organise fin décembre un grand concert spécial, filmé et diffusé en direct sur de nombreuses chaînes à travers le monde le soir de l'an. Des artistes tels que Lenny Kravitz, Maceo Parker, Johnny Blackshire, Rosie Gaines, Michael "Rev" Scott en sont les invités vedettes et le groupe The Time est reformé pour l'occasion. Le film Rave Un2 the Year 2000 sortira peu de temps après en vidéo.

La grande nouveauté de l'année 2000 est la création d'un site où les fans peuvent payer pour écouter des centaines de chansons inédites : NPGOnlineLtd.com (plus tard NPGMusicClub.com).

Une influence Jazz va s'imposer sur certains albums de cette période, surtout The Rainbow Children, N.E.W.S et Xpectation. C'est le 20 novembre 2001 que sort The Rainbow Children, acclamé par la critique, et que de nouveaux musiciens viennent se joindre à la New Power Generation, tel Renato Neto. Entre 2000 et 2001, Prince fera deux tournées de concerts, tous annoncés très peu de temps à l'avance. Fin 2001, il promet une tournée mondiale pour l'année à venir.

Commencée en 2002, le One Nite Alone...Tour tranche complètement avec l'ambiance des tournées mondiales précédentes. Prince innove en choisissant de donner la plupart des concerts dans des théâtres de quelques milliers de places, afin de créer un spectacle se concentrant sur la musique et les improvisations. Malgré un prix de billet plus élevé, les spectateurs en redemandent, tant les arrangements musicaux et le spectacle proposé sont maîtrisés. Cette tournée, pourtant plus intimiste que bien des précédentes, sera l'occasion pour Prince de sortir son premier album live officiel, sous la forme d'un luxueux coffret de trois disques, intitulé One Nite Alone...Live!, ainsi que la vidéo de cette tournée, Live At The Aladdin Las Vegas.

À partir de 2002, Prince ouvre les portes de son studio Paisley Park à ses fans du monde entier, organisant de véritables visites guidées. Certains auront même la chance de venir discuter avec Prince en personne sur ses dernières créations.

Retour sur le devant de la scène (2004-2011)[modifier | modifier le code]

Vente de produits dérivés à l'O² Arena de Londres en 2007.

En 2004, Prince de retour, lance Musicology sous le label Columbia Records. La critique est de son côté, on parle de l'album le plus réussi depuis Diamonds and Pearls, il entre dans le Top 5 aux États-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni. En 2005, il est certifié double disque de platine. Cet album lui vaut deux Grammys : le 8 février 2005 il fait une apparition surprise à l'une des cérémonies en compagnie de Beyoncé Knowles et ouvre le spectacle. Prince est ensuite récompensé au Rock and Roll Hall of Fame pour l'ensemble de sa carrière.

Dans la foulée, le magazine Rolling Stone le déclare comme l'artiste le plus productif du monde et 27e sur la liste des 100 plus grands artistes de tous les temps. Il entame une gigantesque tournée à travers les États-Unis, le Musicology Tour. Un autre détail assez nouveau, l'album est offert aux spectateurs à l'entrée des salles sous présentation de leurs billets. Quelques jours après l'ouragan Katrina en 2005, Prince décide de créer deux singles qu'il met à disposition d'achat sur internet : SST et Brand New Orlean. Tous les bénéfices ont été versés aux victimes de l'ouragan. Fin 2005, Prince signe un contrat avec Universal Records pour sortir 3121. Succès immédiat, l'album est numéro 1 au Billboard 200. Février 2006, Prince fait une apparition sur Saturday Night Live accompagné de sa nouvelle protégée, Tamar, et interprète deux titres de l'album. Une idée de Prince, pour faire vendre ses albums, était de placer des billets pour assister à un concert privé dans sa résidence de Hollywood dans des pochettes d'albums. Sept billets ont été mit dans des albums et les autres ont été répartis dans divers concours sur Internet. Finalement 24 personnes ont pu assister au concert. Toujours en 2006, Crystal Ball est déclaré meilleur album vendu par internet, le site NPG Music Club ferme ensuite ses portes après cinq ans de fonctionnement. Prince joue 44 soirs à Las Vegas. Fin 2006, Prince participe au film d'animation Happy Feet. Janvier 2007 la bande originale reçoit le Golden Globe de la chanson la plus originale. Prince n'a pu assister à la cérémonie, l'acteur Hugh Grant prendra le prix à sa place.

2007, Prince est choisi pour donner le spectacle de la mi-temps au Super Bowl, une vrai consécration. Pendant la conférence de presse sur l’événement, il a joué trois chansons dont une reprise de Chuck Berry : Johnny B. Goode. C'est le 4 février qu'a lieu l’événement, à Miami. Prince joue des grands classiques et également des reprises. 74 512 personnes étaient au match. 140 millions de téléspectateurs suivaient le spectacle c'est la plus grande audience de sa vie. Par hasard la pluie s'est mise à tomber pendant le spectacle, les lumières et projecteurs sont donc passés au violet pour donner l'impression d'une pluie violette sur Purple Rain. Le site Billboard.com a déclaré que la performance de Prince était la meilleure que le Super Bowl ait connue. Le 15 juillet sort Planet Earth suivi du lancement de Earth Tour. 21 concerts à guichet fermé à l'O2 Arena. Prince fait par la suite plusieurs apparitions, aux ALMA Awards avec Sheila E. en juin et à Minneapolis pour trois concerts dont un au First Avenue en juillet.

En août 2008, Prince réapparaît dans l'émission The Tonight Show où il dévoile un nouveau titre Turn Me Loose, quelques jours plus tard au festival de Coachella 2008 il fait partie des invités vedettes et aurait été payé 5 millions de dollars pour le show. Un procès a été engagé pour l'annulation de plusieurs concert, Prince sera condamné à rembourser les billets (près de 3 millions de dollars). Le 29 mars 2009 sort Lotusflow3r, il contient trois CD dont l'un est l'album de sa nouvelle protégée Bria Valente. L'album se classe notamment numéro 2 au Billboard 200 et no 1 au Billboard Top R&B/Hip-Hop Albums. Fabuleuse apparition au Festival annuel du Jazz à Montreux où Prince enchaînera plus de 4 heures de concert, sans oublier sa visite du Grand Palais à Paris.

Purple And Gold et Cause And Effect, deux nouveaux singles, sortent début 2010. Prince est donné, dans un sondage fait en avril par la BBC Music 6, comme numéro 8 dans le classement des meilleurs guitaristes des 30 dernières années[réf. nécessaire]. Le magazine Time le classe parmi les 100 personnes les plus influentes du monde[réf. nécessaire]. En juin, il est invité aux BET Awards et reçoit un prix pour l'ensemble de sa carrière[réf. nécessaire]. Un mois plus tard débute une tournée européenne 20Ten Tour. L'album titre sera offert une fois encore à l'entrée des salles. Prince passe également contrat avec des magazines et journaux. Lorsqu'un reporter demande à Prince en 2010 pourquoi il n'a pas distribué ses deux derniers albums sur Internet, il répondit : « Je ne vois pas pourquoi je devrais[...]. Personne ne me versera d'avance et puis ils se fâcheraient si je tentais de négocier[...] Bref, tous ces ordinateurs et gadgets numériques ne sont pas bons. [...] ».

En décembre 2010, Prince lance Welcome 2 America Tour, tournée mondiale d'une grande envergure.

Discrétion (2012-2014)[modifier | modifier le code]

Musicalement, l'année 2012 sera juste marqué par la diffusion internet d'un inédit : Rock n Roll Love Affair avec clip. Deux interviews sont données simultanément, le 17 septembre dans l'émission The View et le 21. Prince maintient sa position concernant l'arrêt de sortie de disque. Il participe néanmoins à plusieurs projets antérieurs sur le nouvel album de Larry Graham et produit le second album de sa protégée du moment Andy Allo. L'album se nomme Superconductor et se définit très Funk. Le 23 octobre 2012, Prince donne un concert au Jimmy Kimmel Live! contenant quelques inédits dont Rock n Roll Love Affair. Prince fêtera le nouvel an aux îles Turques-et-Caïques, après avoir réglé quelques problèmes financiers avec le Fisc Français.

Prince fait annoncer sur le site du drfunkenberry qu'il promet à ses fans une grosse année 2013. Le 22 janvier 2013, il ouvre un nouveau site internet, qui dévoile de nombreux inédits tout au long de l'année. Prince fait une apparition discrète au Grammy Awards en février. Nouvelle tournée Live Out Loud Tour et un nouveau groupe, 3reyegirl, crée en 2013. Ce groupe à obtenu le label Paisley Park.

Le 19 mai, Prince reçoit un Icon Award pour l'ensemble de sa carrière. Le lendemain on apprend qu'il vient de signer un contrat flexible avec le label de projet numérique Kobalt[28].

Prince entre en négociation avec son ancien label pour négocier des 30 ans de Purple Rain, un projet tombé aux oubliettes. Incroyable mais vrai, un accord est conclu rendant à Prince plusieurs de ses masters et créant un partenariat pour plusieurs albums. Le 30 août Prince annonce la sortie de deux albums simultanément pour le 30 septembre : Art Official Age et Plectrum Electrum distribués et édités par Warner, produits et composés par Prince, NPG et 3rdeyegirl. Art Official Age est un album mêlant funk et electro, tandis que Plectrum Electrum sonne purement rock, enregistré dans les conditions du direct.

Peu de promotion pour les albums, un affichage limité, un concert en direct sur yahoo, un passage sur Saturday Night Live et quelques singles.

Le 25 novembre, Prince se coupe de nouveau des réseaux sociaux internet, et supprime de nombreuses pages et vidéos officielles. Ceci sonne la fin promotionnelle de la période 3rdEyeGirl.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

En 1978, alors qu'il vient seulement de démarrer sa carrière il rencontre Latoya Jackson dans une soirée spécial patinage artistique. Prince est un artiste possédant une vie privée assez large, on lui prête de nombreuses relations (pas toutes confirmées) comme avec Vanity de 1982 - 1983. Il monte et il produit pour elle un premier album en trio (avec Brenda Bennett et Susan Moonsie, un amour de jeunesse du chanteur). Il rencontre Apollonia Kotero pendant le casting de Purple Rain où il recherchait une jeune fille de talent pour remplacer Vanity, qui se désiste juste avant le tournage du film. Ils restent ensemble de 1984 à 1985. Pendant le Purple Rain Tour, Prince laisse sa chance à Sheila E. qui assurera ses premières parties. Ils auront semble-t-il une relation de 1986 à 1988, mais en même temps Prince entretiendra une liaison (légèrement plus médiatisée) avec Susannah Melvoin de 1985 à 1987 puis la danseuse Cat Glover (1987 - 1988). Prince gardera une étroite complicité avec Sheila jusqu'à aujourd'hui. Par la suite sur le tournage de Batman en 1989 il rencontre Kim Basinger, le couple ne survivra pas durant l'année 1990. La même année, une rumeur court à propos d'une brève relation avec Tatiana Thumbtzen puis avec Madonna, avec laquelle il avait déjà enregistré un duo Lovesong en 1988. Il lui offre un rôle dans Graffiti Bridge mais elle rejette froidement le projet. Il retrouve Ingrid Chavez, poétesse rencontrée deux ans plus tôt quand il l'invita pour "réciter" l'introduction de l'album Lovesexy. Ingrid intègrera finalement le film. Durant la période 1991 - 1992, il se rapprochera également de la comédienne Troy Beyer (devenue plus tard réalisatrice), aperçue dans deux de ses vidéos, Gangster Glam et Sexy MF.

Ensuite il lancera la carrière de Carmen Electra qui sera sa protégée jusqu'en 1992 où il se rapproche de sa jeune danseuse Mayte Garcia. Entretemps, on lui prête des aventures avec Nona Gaye (ils enregistreront la chanson Lovesign issue de la compilation 1-800 NEW-FUNK. Elle a également participé au film The Beautiful Experience, ainsi qu'avec Ophélie Winter à laquelle il aurait fait enregistrer une version française de la chanson the most beautiful girl in the world qui serait devenue Le plus bel homme de tout l’univers. Cette chanson n'a jamais été dévoilée au public. Ophélie Winter parla dans de nombreuses interviews de cette relation « hypothétique » qui a néanmoins aidé à la faire connaître du grand public.

Son premier mariage a lieu en février 1996 avec Mayte Garcia, une danseuse rencontrée en Allemagne en 1990. Prince et Mayte annoncèrent peu après qu'ils allaient devenir parents. En octobre 1996, un garçon prénommé Gregory vint au monde, mais il apparut rapidement qu'il était victime d'une déformation de la boîte crânienne appelée « syndrome de Pfeiffer ». L'enfant décède alors qu'il était âgé de moins d'une semaine, après avoir été vainement opéré à deux reprises. À cette époque, Prince ne communique pas sur la mort de son enfant, et continue même à assurer dans diverses émissions de télévision que tout allait bien. Notamment lors d'un Oprah Winfrey Show où l'artiste parle alors de ses relations et déclare qu'en général après rupture il ne revoie plus du tout ses ex. Prince annonce « l'annulation » du mariage en 1998. Le couple renouvelle le mariage en 1999 pour finalement divorcer en 2000.

En 2001, Prince épouse Manuela Testolini, une ancienne employée. Ils divorcent à leur tour en 2006. Il vit ensuite et successivement une relation avec trois chanteuses qu'il produit, Tàmar, Bria Valente puis Andy Allo.

En 2008, Prince confirme ouvertement qu'il est devenu Témoin de Jéhovah[29].

Analyse de l'artiste[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Un contrôle total de son art[modifier | modifier le code]

Musicien autodidacte, Prince est capable de jouer de plus de 25 instruments et enregistre ses albums entièrement seul. À l'instar de Stevie Wonder, il enregistre chaque instrument l'un après l'autre pour former la chanson complète. On relate ainsi son processus de création : partant d'un instrument (par exemple le piano), il compose sa mélodie. Puis, il ajoute ou supprime d'autres instruments au fur et à mesure, jusqu'à ce que le résultat lui convienne, ce procédé se nomme le simple sample. Il termine en général par les voix.

En étant seul dans le studio, il peut enregistrer sans aucune limite, avec des ingénieurs du son effectuant un roulement toutes les huit heures à la console. Certaines de ses compositions ont nécessité plus de 24 heures de travail en continu. Il passe ensuite derrière la console et enregistre lui-même les voix et s'occupe du mix final. À ce rythme, il indiquait à la fin des années 1990 avoir en réserve plus d'un millier de chansons inédites.

Sur scène, Prince est aussi considéré comme un artiste majeur. Ses spectacles reposent sur une structure musicale souvent agrémentée de longs passages improvisés. Le contenu change ainsi très régulièrement. Bien que certaines tournées aient été très élaborées, Prince n'a jamais eu besoin de recourir à des effets spéciaux ou des chorégraphies millimétrées. Ses talents de danseur, de guitariste, de chanteur et de meneur de revue suffisent à produire un spectacle de grande qualité.

Pour arriver à ce niveau de performance, Prince est perfectionniste : il filme tous ses concerts puis revisionne les bandes dans la nuit et décide de ce qui est à modifier le lendemain.

Les concerts officiels se prolongent occasionnellement dans des salles plus petites. Ce sont les fameux « aftershows », des prestations largement improvisées et jouées jusqu'au lever du jour… ou jusqu'à la fermeture de la salle. Ces concerts intimistes permettent de présenter un autre aspect de l'œuvre de Prince, et parfois d'assister à la création en direct de nouvelles œuvres musicales.

« Real music by real musicians » : tel était son mot d'ordre lors de la tournée de 2002[30], un principe appliqué depuis les débuts de sa carrière.

Un artiste déterminé et avant-gardiste[modifier | modifier le code]

Dès le départ, Prince a souhaité imposer aux maisons de disques sa vision personnelle de l'industrie musicale. En étant son propre producteur et en jouant de tous les instruments, il crée ainsi exactement le son qu'il souhaite sur ses disques. La signature « Produced, Composed, Arranged and Performed by Prince » devint une marque de fabrique constante sur les pochettes.

Cette responsabilité, portée par une seule personne, est pratiquement unique dans le monde du show-biz à ce niveau de notoriété (rappelons que plusieurs albums de Prince ont obtenu des scores de vente supérieurs à 5 millions d'unités). Le revers de la médaille est que Prince est seul à faire tous les choix artistiques, et certains de ses détracteurs estiment qu'il devrait « s'ouvrir » aux meilleurs producteurs du moment.

Tout au long de sa carrière, Prince a constamment cherché à faire évoluer l'industrie du disque tout en essayant de préserver la qualité intrinsèque de la création musicale.

Dès 1981, il commence à produire et enregistrer pour des groupes « satellites », qui lui permettaient d'engager une compétition complice, notamment avec le groupe The Time dans lequel on retrouve son vieux copain Morris Day. Les premières productions de ce type (The Time, puis Vanity 6, puis Sheila E) obtinrent de très bons scores de ventes aux États-Unis. À tel point qu'en 1985, Prince et Warner forment un label conjoint : Paisley Park. Ce label produira aussi des artistes n'ayant rien à voir avec l'univers de Prince (comme The Three O'Clock, Taja Sevelle, ou Good Question...) ou d'anciennes légendes de la soul et du funk comme Mavis Staples, George Clinton ou Larry Graham.

En 1986, il lance la construction à Minneapolis d'un immense complexe musical, également nommé Paisley Park. Avec ces studios ultra modernes à disposition, Prince n'a plus besoin de définir de budget ou de louer des studios d'enregistrement, ce qui contribue à son autonomie artistique. On y trouve également un atelier de confection, capable de réaliser toutes les excentricités vestimentaires pour Prince et l'ensemble de son groupe, des ateliers de montage de vidéos, des salles de danse, et une salle de répétition grande comme une arène de hockey. Ces studios sont mondialement connus et de nombreux artistes célèbres viennent également y enregistrer, ou y répéter des tournées.

Cet univers exclusif permet à Prince de délivrer ses prestations « clef en main », sur tous les stades de la production.

Au fil du temps, sa production devient de plus en plus importante. En 1987 il souhaite sortir un triple album, Crystal Ball, un projet qui sera refusé par la maison de disques pour des raisons commerciales. La même année il souhaita publier le Black Album, un disque livré sous une pochette entièrement noire et ne comportant pas le nom de Prince. La sortie fut annulée une semaine avant la date officielle, mais le contenu du disque fut l'objet de nombreux pressages pirates qui lui ont permis une diffusion mondiale sans précédent. Depuis cette époque un très grand nombre d'œuvres inédites, parfois même des albums entiers, s'échappent des studios Paisley Park et s'échangent sous le manteau. Pourtant, Prince semble très réfractaire au sujet des « bootlegs » (disques pirates).

Son intense productivité va progressivement nuire aux relations avec sa maison de disques. Prince annonce publiquement en avril 1993 son retrait définitif de l'industrie musicale, alors qu'il avait signé moins d'un an auparavant l'un des plus gros contrats de l'histoire du disque : 10 albums sur dix ans assortit d'une avance de 10 millions chacun, Prince en échange devait garantir des ventes supérieurs à 5 millions d'albums.

Engagé alors dans une longue bataille juridique avec la Warner pour la récupération et l'utilisation de ses œuvres, Prince se considéra pendant quelques années comme un « esclave » de l'industrie musicale (il inscrit au feutre le mot « slave » sur sa joue lors de ses apparitions en public). Cette période eut un effet désastreux sur sa notoriété et son public fut déstabilisé. D'autant que le nom de Prince était toujours utilisé pour les albums édités par Warner et délivrés par l'artiste pour remplir ses obligations contractuelles. Dans le même temps, ce dernier avait opté pour un symbole imprononçable et éditait son plus récent matériel sur son nouveau label obscur et mal distribué, NPG Records.

Ce changement de nom, bien que largement répercuté dans les médias, fut souvent l'objet de dérision. Placés devant la nécessité de le nommer malgré tout, les médias l'ont rapidement affublé, entre autres, de l'acronyme TAFKAP pour The artist formerly known as Prince, ou du pseudonyme Love Symbol, qui désigne également le symbole imprononçable dont il est question ci-dessus.

Pour autant, cette décision largement incomprise à l'époque a fait école depuis. Bien que d'autres artistes aient précédemment décidé de quitter leur maison de disques avec retentissement (citons Frank Zappa ou Léo Ferré), Prince fut le premier d'une longue série d'artistes à claquer la porte des majors dans les années 1990, comme Mariah Carey ou George Michael.

L'avènement de l'internet grand public et la possibilité pour les fans de télécharger la musique directement en provenance de l'artiste (à l'aide du peer-to-peer, de sites comme MySpace ou de plates-formes de téléchargement légales comme iTunes) ont contribué à renforcer les liens entre artistes et consommateurs de musique. Prince annonçait dès 1995 (sur l'intro de l'album Exodus) que sa musique serait ainsi mise à disposition des fans.

Après bien des rebondissements, Prince est libéré de la Warner le 12 novembre 1996. Il en profite immédiatement pour éditer le premier triple album de sa carrière : le bien nommé Emancipation. Il conservera toutefois l'usage du symbole jusqu'au 31 décembre 1999 et le terme de son contrat d'édition avec cette compagnie.

Par la suite il approcha à nouveau les maisons de disques pour signer des contrats de distribution uniquement, considérant que leur travail se limite à la promotion. Il livrera alors ses albums « clefs en main », sans laisser à la maison de disques une quelconque possibilité de négociation sur le contenu, le livret, ou la qualité des chansons.

Lors de cette période, Prince se prépara également à la distribution directe de ses œuvres auprès de son public. Dans un premier temps, il ouvrit des magasins (les NPG Stores, en 1993), puis il proposa un système de vente par catalogue (1993), puis par téléphone (1994), pendant ses concerts (1995), puis par internet (1999), avant de proposer ses nouveaux morceaux sur le Musicology Download Store (2003-2006), un site de téléchargement légal.

En 2004, Prince crée l'évènement en distribuant son CD Musicology à l'entrée de ses concerts. À côté des ventes en magasin, plus de 400 000 exemplaires seront ainsi écoulés ce qui obligea les organismes américains à revoir leurs méthodes de calcul des ventes de disques. En effet, le CD est bien vendu puisque son prix est inclus dans le prix du billet de concert.

En 2006, Prince débute une série de concerts en résidence à Las Vegas sur le thème de « 3121 ». Après un passage très remarqué lors du Superbowl en février 2007, ce concept sera prolongé à Los Angeles.

En 2007, il donne une impressionnante série de 21 concerts à Londres à guichets fermés, dans une salle de 18 000 places (l'O2 Arena). Reproduisant la méthode éprouvée en 2004 avec Musicology, l'album Planet Earth sera distribué gratuitement à l'entrée de la salle sur présentation du billet d'entrée. Au même moment, cet album est distribué en Grande-Bretagne avec l'hebdomadaire Mail on Sunday, tiré pour l'occasion à trois millions d'exemplaires. Ce procédé lui attirera le courroux des disquaires britanniques qui retirèrent immédiatement l'album des rayons.

Autre exemple des nouveaux modes de distribution testés par Prince, le CD « Indigo Nights » est paru en 2008 dans un recueil de photographies issus de ses concerts londoniens.

En 2009, l'artiste met en ligne un tout nouveau site officiel, LotusFlow3r, où les fans peuvent s'inscrire et payer pour accéder à du contenu inédit. En parallèle il met à disposition un triple album du même nom, incluant le volet MPLSoUND, et Elixer, l'album de sa protégée Bria Valente. Une édition spécifique pour la France, proposant le volet MPLSoUND en CD unique, est sortie le 7 septembre 2009. En octobre, il se produit pour deux concerts au Grand Palais à Paris, dont les billets se sont vendus en 77 minutes deux jours avant l'événement.

En 2010, Prince renouvelle le principe de distribution dans des magazines ou des quotidiens pour son nouvel album, 20Ten. En France, c'est l'hebdomadaire Courrier international qui a été sélectionné. Selon les cas, c'est un magazine spécialisé (Rolling Stone, en Allemagne) ou un quotidien national (le Daily Mirror en Grande-Bretagne) (Het Nieuwsblad en Belgique) qui assure la distribution.

Sur l'année 2013, nouveau rebondissement « 3rdeyegirl ». Ce qui représente à la fois un nouveau projet, son nouveau groupe et son nouveau site internet (site et page youtube). Plusieurs titres inédits, photos, performances studios, performances lives et vidéo promotionnelles sont mise en ligne gratuitement ou pour l'achat. Des classiques comme « Let's Go Crazy », « She's always in my hair » ou encore « Bambi » sont partiellement ou complètement transformés et re-travaillés. Le rebondissement est d'autant plus grand que seulement 6 mois plus tôt Prince soutenait qu'il ne libérerait plus de musique et avait pris ses distances vis-à-vis d'internet.

D'une façon incontestable tout au long de sa carrière, Prince a profondément modifié les rapports entre artistes et maisons de disques, créant un nombre important de précédents notamment dans le domaine de l'auto-production et de la distribution directe du musicien vers les consommateurs de musique.

Pseudonymes[modifier | modifier le code]

  • Azifwekare - en tant que chanteur sur le titre Style (Emancipation)
  • Camille - en tant que chanteur sur certains titres de Sign o' the Times
  • Christopher (Tracy) - en tant qu'auteur de Manic Monday des Bangles (le nom provient du personnage interprété par Prince dans le film Under The Cherry Moon)
  • Gemini - personnage de l'album Batman
  • Jamie Starr / The Starr Company - en tant que producteur de Madhouse, The Time, Vanity 6
  • Joey Coco - en tant que producteur et auteur, notamment pour Kenny Rogers
  • « Love Symbol » (pictogramme) - nom officiel entre 1993 et 1999
  • Alexander Nevermind - en tant que producteur et auteur, notamment pour Sheena Easton
  • Le Nain pourpre, le Kid de Minneapolis - utilisé par les journalistes
  • Paisley Park - utilisé au début des années 1990 pour différents projets
  • The Artist (Formerly Known as Prince) ou T.A.F.K.A.P - utilisé par les journalistes pendant la période « Love Symbol »
  • Tora Tora - en tant que musicien et chanteur sur l'album de NPG Exodus

Principales récompenses[modifier | modifier le code]

  • American Music Awards[31] :
    • 1985 - meilleur album d'artiste noir, pour Purple Rain
    • 1985 - meilleur album Pop/Rock, pour Purple Rain
    • 1985 - meilleur simple d'artiste noir, pour When Doves Cry
    • 1990 - prix de l'accomplissement professionnel
    • 1995 - prix du mérite
  • Golden Globes : meilleure chanson de film, pour The song of the Heart dans Happy Feet (2007)[32]
  • Grammy Awards[27] :
    • 1985 - meilleure musique de film, pour l'album Purple Rain
    • 1985 - meilleure chanson R&B, pour I Feel for You de Chaka Khan (en tant qu'auteur)
    • 1985 - meilleure performance vocale Rock en groupe ou duo, pour l'album Purple Rain (avec The Revolution)
    • 1987 - meilleure performance vocale R&B en groupe ou duo, pour la chanson Kiss (avec The Revolution)
    • 2005 - meilleure performance vocale R&B masculine, pour la chanson Call My Name
    • 2005 - meilleure performance vocale R&B traditionnel, pour la chanson Musicology
    • 2007 - meilleure performance vocale R&B masculine, pour la chanson Future Baby Mama
  • Oscars du cinéma : meilleure chanson de film, pour Purple Rain (1985)[33]
  • Rock and Roll Hall of Fame : intronisation pour l'ensemble de sa carrière, catégorie « artiste scénique » (2004)[16]
  • Webby Awards : prix de l'accomplissement professionnel, pour l'ensemble de ses contributions à Internet (2006)[12]

Discographie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Discographie de Prince et Singles de Prince.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Enregistrements publics[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1993 : The Hits / The B-Sides
  • 1994 : 1-800-NEW-FUNK (artistes divers)
  • 1996 : Girl 6 (artistes divers)
  • 2001 : The Very Best Of Prince
  • 2006 : Ultimate

Albums composés, écrits et/ou réalisés pour d'autres artistes[modifier | modifier le code]

  • Andy Allo - Superconductor (2012)
  • Apollonia 6 - Apollonia 6 (1984)
  • Carmen Electra - Carmen Electra (1992)
  • Judith Hill - Back in Time (2015)
  • Jill Jones - Jill Jones (1987)
  • Chaka Khan - Come 2 My House (1998)
  • Mayte - Child Of The Sun (1995)
  • Sheila E. - The Glamorous Life (1984), Romance 1600 (1985)
  • Mavis Staples - Time Waits For No One (1989)
  • The Family - The Family (1985)
  • The Time - The Time (1981), What Time Is It? (1982), Ice Cream Castle (1984)
  • Bria Valente - Elixer (2009)
  • Vanity 6 - Vanity 6 (1982)

Collaborations majeures[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vidéographie de Prince.

Films[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur et acteur[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

Vidéos musicales[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Prince and The Revolution: Live - concert, VHS
  • 1989 : Lovesexy Live - concert, VHS
  • 1991 : Gett Off Video Collection - clips vidéo, VHS
  • 1992 : Diamonds and Pearls Video Collection - clips vidéo, VHS
  • 1993 : The Hits Video Collection - clips vidéo, VHS
  • 1994 : 3 Chains O' Gold - clips vidéo, VHS
  • 1995 : Prince Live! The Sacrifice of Victor - concert, VHS
  • 1995 : The Undertaker - concert, VHS
  • 1999 : Beautiful Strange - divers, VHS
  • 2000 : Rave Un2 the Year 2000 - concert, VHS et DVD
  • 2003 : Live at the Aladdin Las Vegas - concert, DVD

Œuvres écrites[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sébastian Danchin, Encyclopédie du Rhythm & Blues et de la Soul, Paris, Fayard,‎ , 695 p. (ISBN 2-213-61224-2, lire en ligne), p. 464-467.
  2. (en) « Top selling music artists of all time », sur statisticbrain.com (consulté le 27 avril 2015).
  3. a et b (en) Biographie, sur IMDb (consulté le 27 avril 2015).
  4. (en) Notice de Prince, sur celebritynetworth.com (consulté le 27 avril 2015).
  5. (en) Discographie, sur Discogs (consulté le 24 avril 2015).
  6. (en) Nikhil Taneja, « Those chart busters », sur Hindustan Times,‎ (consulté le 24 avril 2015).
  7. a et b Sylvain Siclier, « Côté albums, Prince voit double », sur Le Monde,‎ (consulté le 26 avril 2015).
  8. (en) Biographie, sur AllMusic (consulté le 24 avril 2015).
  9. Vidéo du titre D.M.S.R. interprété en groupe à Detroit, Etats-Unis, 30 juillet 2004 sur WAT.tv (consulté le 24 avril 2015).
  10. Valentine Pétry, « Le style flamboyant de Prince », sur L'Express,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  11. Notice d'autorité de Prince, sur BNF (consulté le 26 avril 2015).
  12. a et b (en) Webby Awards : Prince lauréat 2006 du prix de l'accomplissement professionnel, sur webbyawards.com (consulté le 24 avril 2015).
  13. Ludmilla Intravaia, « Prince : "Internet est fini" », sur lci.tf1.fr, 7 juillet 2010 (consulté le 30 avril 2015).
  14. a et b (en) 1999 est disque de platine en mai 1983 (un million d'exemplaires vendus), puis quadruple disque de platine en 1999, cf. Base de données des disques d'or et de platine aux États-Unis, sur RIAA (consulté le 26 avril 2015).
  15. Performances commerciales de The Most Beautiful Girl in the World dans dix pays, sur lescharts.com (consulté le 24 avril 2015).
  16. a et b (en) Artistes intronisés au Rock and Roll Hall of Fame en 2004, sur rockhall.com (consulté le 29 avril 2015).
  17. (en) Musicology est double disque de platine en janvier 2005 (deux millions d'exemplaires vendus), cf. Base de données des disques d'or et de platine aux États-Unis, sur RIAA (consulté le 26 avril 2015).
  18. a, b, c et d Jason Draper, Prince : Life & Times, Paris, Place des Victoires,‎ , 216 p. (ISBN 9781906002183), p. 8-9.
  19. a et b (en) Joel Whitburn, The Billboard Book Of Top 40 R&B and Hip-Hop Hits,‎ , 784 p. (ISBN 0-8230-8283-0, lire en ligne).
  20. (en) Photocopies des billets de concert de Prince, sur unused-prince-tickets.com (consulté le 1er mai 2015).
  21. a, b et c Doctor Prince et Mister Jackson, documentaire de Philip Priestley, sur Arte, première diffusion le 9 juillet 2009 (consulté le 28 avril 2015). cf. Stéphanie Binet, « Prince et Jackson : la guerre qui a fait pop », sur Libération, 9 juillet 2009 (consulté le 28 avril 2015).
  22. (en) American Bandstand, Season 23, Episode 11, sur tv.com (consulté le 1er mai 2015).
  23. (en)Vidéo de Prince à l'émission American Bandstand, ABC, 26 janvier 1980 sur WAT.tv (consulté le 19 avril 2015).
  24. Paroles de l'album Dirty Mind et traduction française, sur traductions-princieres.site90.net (consulté le 25 avril 2015).
  25. Paroles de l'album Controversy et traduction française, sur traductions-princieres.site90.net (consulté le 25 avril 2015).
  26. (en) Per Nilsen, Joozt Mattheij et l'équipe de la revue Uptown, The Vault: The Definitive Guide to the Musical World of Prince, Suède, Uptown,‎ , 717 p. (ISBN 91-631-5482-X, lire en ligne).
  27. a et b (en) Page de recherche de Grammy Awards pour Prince, sur grammy.com (consulté le 21 avril 2015). Quelques homonymes. Les prix sont remis l'année suivant celles indiquées.
  28. (en) Stuart Dredge, « Prince inks deal with Kobalt Music Group », sur musically.com,‎ (consulté le 21 avril 2015)
  29. (en) Claire Hoffman, « Soup With Prince », sur The New Yorker,‎ (consulté le 21 avril 2015).
  30. On peut entendre ce slogan dans l'album scénique One Nite Alone...Live!, 2002.
  31. (en) Page de recherche de Music Awards pour Prince, sur theamas.com (consulté le 27 avril 2015). Quelques homonymes.
  32. (en) Liste des lauréats des Golden Globes pour 2006, sur IMDb (consulté le 25 avril 2015). Les prix ont été remis en 2007.
  33. (en) Liste des lauréats des Oscars 1985, sur IMDb (consulté le 25 avril 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :