Bee Gees

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
The Bee Gees
Description de cette image, également commentée ci-après
Les Bee Gees en 1968
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Australie Australie
Genre musical Pop, rythm and blues, soft rock, disco, blue-eyed soul
Années actives 1958-2003 puis octobre 2009-2012 (Barry Gibb et Robin Gibb)
Labels Festival Records
Polydor
Atco Records
RSO Records
Warner Bros.
United Artists
Rhino Entertainment
Site officiel www.beegees.com
Composition du groupe
Membres Maurice Gibb († en 2003)
Robin Gibb († en 2012)
Barry Gibb

Les Bee Gees est un groupe pop australo-britannique formé par trois des frères Gibb : Barry et les jumeaux Robin et Maurice[1]. Le total de leurs ventes de disques sur toute leur carrière est estimé à 220 millions[2], faisant d'eux l'un des plus grands vendeurs de disques.

Au cours de leur carrière d'une quarantaine d'années, on peut distinguer deux périodes distinctes de succès : la pop de la fin des années 1960 avec des chansons telles que Massachusetts, Lamplight, Words, I Started a Joke, I've Gotta Get a Message to You, World…, période durant laquelle Robin et Barry avaient la même importance en tant que chanteurs, puis le disco de la fin des années 1970 avec des titres tels que Stayin' Alive, How Deep Is Your Love, Too Much Heaven, Night Fever, Tragedy… À cette époque, c'est Barry qui devient le chanteur-leader. Ils atteindront pendant cette période le paroxysme de leur succès et de leur popularité.

Après cela, ils sortiront encore de nouveaux albums durant les années 1980 et 1990 avec de nouvelles chansons telles que You Win Again, One, Alone. Barry chante en solo avec une voix de fausset apparue dans les années disco, Robin donne un vibrato clair et Maurice chante les harmonies hautes ou basses. En plus de leurs grande carrière de groupe à succès, les Bee Gees ont composé et produit des hits pour Dionne Warwick, Barbra Streisand, Diana Ross, et Kenny Rogers entre autres.

Les trois frères ont écrit la quasi-totalité de leurs chansons, affirmant se sentir comme une seule personne en travaillant ensemble[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille[modifier | modifier le code]

Les trois frères du groupe font partie de la famille Gibb. Ils sont nés sur l'île de Man (dépendance de la Couronne britannique). La famille se compose de Hugh Gibb, de Barbara Pass[3], le père et la mère, de Lesley Evans, l'aînée, née en 1945, de Barry né en 1946, des jumeaux Robin et Maurice nés en 1949 et d'Andy Gibb, né en 1958.

En 1955, la famille s'installe à Keppel Road, Chorlton-cum-Hardy, près de Manchester et c'est à cet endroit que les jeunes frères Gibb chantent pour la toute première fois, c'est là que naît Andy. Les jeunes garçons se conduisent parfois comme des chenapans, et la famille doit quitter la région[4]. À la fin de l'année 1958, la famille déménage à Brisbane, en Australie, et emménage dans l'un des quartiers les plus défavorisés de la métropole, Cribb Island (en). Barry déclare à ses frères qu'ils doivent prendre une décision : soit ils deviennent des voyous, soit ils deviennent des musiciens[5].

Débuts[modifier | modifier le code]

À leurs débuts, dans le Queensland en 1958, les frères Gibb - Barry, Robin et Maurice - chantent avec Paul Frost et Kenny Oricks, et sont connus sous le nom de The Rattlesnakes, changeant de nom plus tard en Wee Wish Johnnie Hayes and The Bluecats. En 1962, les trois frères deviennent The Bee Gees. Les initiales « B.G. » proviendraient de différents noms : Barbara Gibb (leur mère) ; Barry Gibb ; Brothers Gibb (« frères Gibb ») ; Bill Goode, un disc-jockey, un organisateur de courses automobiles. Le groupe se produit alors entre 1964 et 1966 dans des émissions de variétés locales et interprète avec brio des reprises de Bob Dylan Blowin in the wind ou encore Out of time des Rolling Stones. Les harmonies vocales et le vibrato de Robin marquent la signature du groupe. Le trio publie à cette même période 2 premiers albums mais sans succès. Fans des Beatles et des Rolling Stones, les frères Gibb décident de retourner en Angleterre. Coïncidence durant leur voyage pour Londres en décembre 1966, leur titre Spicks and Specks est numéro un en Australie.

Succès, 1re période[modifier | modifier le code]

Les Bee Gees en 1967

Robert Stigwood est le manager qui va lancer les Bee Gees en 1967 comme "Le nouveau talent musical de l'année"[6]. Le groupe se compose alors des trois frères, Barry à la guitare, Robin à l'orgue, Maurice à la basse et de deux amis australiens, Colin Petersen à la batterie et le lead guitariste Vince Melouney. Les arrangements orchestraux des morceaux sont alors signés Bill Shepherd. En juin, l'album Bee Gees' 1st, sort puis se classe 8e et 7e en Angleterre et aux États-Unis. L'album est de style pop-folk, et certains titres adoptent un style plus psychédélique. Entre avril et décembre 1967, le groupe publie plusieurs singles à succès New York Mining Disaster 1941, Holiday, To Love Somebody, et Massachusetts, leur premier numéro un mondial (Plus de 5 millions de singles vendus). L'année suivante, ils sortent deux albums pop-rock Horizontal, Idea et signent de nouveaux succès tels que World, Words, I've Gotta Get a Message to You, I Started a Joke, Tomorrow Tomorrow. Les Bee Gees cartonnent, Barry devient le sex symbol du groupe et les garçons font une brève tournée en Belgique, Allemagne, Angleterre, Suisse et aux États-Unis. En janvier 1969 sort l'album concept pop-baroque Odessa, First of may est le nouveau titre, mais des tensions règnent au sein du groupe, Colin Petersen et Vince Melouney sont remerciés bien que des contrats de travail les lient aux Bee Gees. Robin Gibb qui chante sur plusieurs succès commerciaux a de plus en plus de mal à accepter de rester au second plan face à Barry, et en février 1969 il quitte le groupe à son tour. Lesley Evans, la sœur aînée, le remplace très brièvement lors d'un concert filmé pour l'émission de TV de Lulu (celle qui fut la première femme de Maurice)[7]. Robin enregistre le titre Saved by the Bell qui est un succès. Le groupe continue sous le même nom avec Barry et Maurice, qui enregistrent l'album Cucumber Castle et le tube Don't forget to remember you. Puis chacun des deux enregistre un album solo[8] (albums jamais édités à ce jour). Il semble alors que le groupe ne se reformera plus. Mais la carrière solo de Robin est difficile et en juin 1970, il revient d'abord avec Maurice, puis avec Barry. Le groupe se reforme. En décembre 1970, il déclare dans Time Magazine « Si nous n'avions été parents, nous ne nous serions probablement jamais remis ensemble »[réf. nécessaire].

L'année 1971 marque le retour du groupe avec des hits comme Lonely Days, How can you mend a broken heart (numéro 1 aux États-Unis), My world, Run to me. C'est surtout aux États-Unis que les Bee Gees triomphent, mais ce come-back est de courte durée. En 1972, The Bee Gees deviennent Bee Gees[1]. Durant cette période, la musique du trio semble être passée de mode, entre country et pop, les singles Israel, Alive, Saw a New Morning, Wouldn't I Be Someone qui sortent entre 1972 et 1973 n'ont pas de succès, les Bee Gees donnent malgré tout des séries de concerts en Asie notamment. Mais le groupe est au point mort. En janvier 1974, un LP qui devait s'appeler A Kick in the Head Is Worth Eight in the Pants est rejeté par leur manager, Robert Stigwood, à la suite de l'échec des précédentes sorties du groupe. Stigwood suggère aux Bee Gees d'utiliser Arif Mardin comme nouveau producteur et de changer de cap musical. Ils renouent avec la soul et publient l'album Mr Natural. Le groupe donne un nouveau souffle à sa musique.

En 1975, les Bee Gees constituent un line-up permanent comprenant Alan Kendall (guitare), Dennis Bryon (en) (batterie) et Blue Weaver - anciennement de Amen Corner et des Strawbs (claviers). Ils enregistrent l'album funky Main Course aux studios Atlantic de New-York et Criteria à Miami.

Succès 2e période[modifier | modifier le code]

Les Bee Gees en 1978

L'album Main Course atteint la 5e place du hit-parade britannique le 2 août 1975 puis la 14e place du hit-parade américain le 20 mars 1976. C'est dans cet album que Barry chantera pour la première fois en falsetto qui participera au nouveau son des Bee Gees et à leur regain de popularité. Le single qui en est extrait, Jive Talkin', est no 5, puis no 1 aux États-Unis le 9 août 1975 dans le Hot 100 du magazine Billboard. Night on Broadway est le second single qui sort en septembre, la chanson se classe 4e aux États-Unis et entre dans top 20 dans le reste du monde. L'année suivante, le groupe sort , l'album Children of the world au son plus Rn'b, s'offrant également les services de deux sorciers des studios du moment, Albhy Galuten et Karl Richardson. You Should Be Dancing est leur premier single à l'allure disco (no 6 RU le 28 août 1976 ; no 1 EU le 4 septembre 1976). D'autres singles à succès suivront Love So right, Boogie Child et Children Of the World. Ils sortent en mai 1977 leur premier album live Here at Last... Bee Gees... Live, cet album se vend à plus 5 millions d'exemplaires et se classe dans le top 10 du monde entier[réf. nécessaire]. Durant la fin des années 1970, Robin Gibb ne chantera quasiment plus de partie en solo mais se contentera d'accompagner Barry.

En mars 1977, Robert Stigwood, le manager des Bee Gees, produit la musique disco du film Saturday Night Fever (La Fièvre du samedi soir). Il contacte le groupe, qui est en session d'enregistrements aux studios du château d'Hérouville en France[9], demandant dans l'urgence 4 chansons pour la bande sonore de son projet de film. Finalement, ils en enregistrent cinq nouvelles et en donnent deux autres. La musique du film est la 54e plus grosse vente d'albums de tous les temps[10].

Le 10 décembre 1977, la ballade How Deep Is Your Love, extraite du film, est no 3 au Royaume-Uni et no 1 aux États-Unis deux semaines plus tard. Sorti en janvier 1978, le double album contenant la bande sonore originale du film se vend à plus de 45 millions d'exemplaires. Le 23 février 1978, les Bee Gees remportent le Grammy de la « Best Pop Vocal Performance by a Duo, Group or Chorus pour How Deep Is Your Love.

Le 4 mars 1978, Stayin' Alive se classe 4e au Royaume-Uni tandis que le même jour, Andy Gibb avec (Love Is) Thicker Than Water - coécrit avec Barry - détrône Stayin' alive de la première place. Le 18 mars suivant, les Bee Gees, au sommet de leur carrière musicale avec le classique disco Night Fever, détrônent à leur tour Andy de la première place du hit-parade américain. Night Fever est no 1 au Royaume-Uni le 29 avril. Le 6 mai 1978, Saturday Night Fever est no 1 mondial.

Saturday Night fever devient un vrai phénomène de société et propulse les Bee Gees au rang de super stars. La musique des Bee Gees passe en boucle dans les radios et dans les nights clubs du monde entier. Ils font la une des magazines people et la moindre apparition du groupe aux États-Unis déclenche une hystérie chez les fans. L'année 1978 est aussi l'occasion pour les trois frères Gibb devenus des stars planétaires de jouer les acteurs dans le film Sergent Pepper's Lonely Hearts Club Band aux côtés de Peter Frampton, Alice Cooper et Aerosmith. Malheureusement le film produit par Robert Stigwood est un échec commercial. Barry Gibb écrit et produit la chanson Grease une autre comédie musicale produite par Robert Stigwood. La chanson est interprétée par Frankie Valli, elle est numéro 1 aux États-Unis en mai.

Leur frère cadet Andy Gibb connut également une carrière de chanteur et surfait sur le succès avec des titres comme, I just want to be your everything, Shadow dancing, (Love Is) Thicker Than Water 3 numéros 1 aux États-Unis entre 1977 et 1979, les chansons sont écrites par ses frères et produites par Barry.

En 1979, les Bee Gees sortent l'album Spirits Having Flown, qui sera également un grand succès avec des titres tels que : Tragedy, Too much heaven, Love You Inside Out, Spirit having flown. L'album s'écoule à plus de 20 millions d'exemplaires. Pour célébrer l'année internationale de l'enfance, les frères Gibb décident de reverser les ventes du single Too much heaven à l'UNICEF. La somme reversée est estimée à plus de 7 millions de dollars[réf. nécessaire][11]. C'est également cette année que le groupe entame sa grande tournée américaine The Spirit Tour. Une tournée ambitieuse pour célébrer le succès mondial de Saturday Night fever le groupe affiche entre juin et octobre 41 dates, loue un boeing 740 avec le logo de la tournée, des effets spéciaux animent chaque concert, de plus les 3 frères sont vêtus de pantalon moulant blanc avec une veste pailletée blanc éblouissant tout le long de la tournée. Parmi les 60 000 personnes au Dodger Stadium de Los Angeles de nombreux stars étaient présentes comme Barbra Streisand, Rod Stewart, Gary Grant ou encore John Travolta. Les Bee Gees célèbrent leur succès monstre, ils ont aligné plus de neuf numéros un d'affilée rien que dans les charts américains entre 1975 et 1979, un autre record pour le groupe avec plus de 5 titres simultanément dans le top ten US en avril 1978, enfin en 1980, le groupe a déjà raflé 8 Grammy Awards toujours aux États-Unis. À la fin de l'année 1979, le groupe sort la compilation Bee Gees Greatest qui regroupe les hits 1975-1979, l'album s'écoule à plus de 8 millions d'exemplaires. Devenus multimillionnaires, les trois frères Gibb s'installent définitivement à Miami Beach et créent leur propre studio de production le Middle Ear Recording Studio.

En 1981, le Disco n'a plus la cote, les Bee Gees se séparent de leur producteur Robert Stigwood et ouvrent un nouveau chapitre dans leur carrière. Le groupe sort l'album Living Eyes qui n'aura pas les succès monstres des deux précédents albums, mais les singles Living eyes et He's a Liar, auront quand même un certain succès. En 1983, Sylvester Stallone produit le film Stayin' Alive la suite de Saturday night Fever, les frères Gibb collaborent à nouveau sur la BO avec 5 nouvelles chansons. Woman in You en est le titre phare.

Après cela, ils feront une pause d'environ 5 ans ; pendant ce temps là ils sortiront des albums solo, Robin How old are you (1983), Secret Agent (1984), Walls haves eyes (1985); Barry Now voyager (1984), Hawks (1988) et Maurice A Breed Apart (1984). Robin Gibb sera celui qui aura le plus de succès en solo avec des titres tels que : Juliet, Another Lonely Night In New York et Like a fool. Les frères Gibb produiront et composeront aussi des albums à succès pour d'autres artistes internationales tels que Barbara Streisand avec l'album Guilty qui contient le tube planétaire de 1980 Woman in love. Kenny Rodgers et Dolly Parton avec l'album Eyes That See in the Dark qui contient un autre numéro un mondial Island and the stream en 1983. Enfin 2 autres divas de la soul, Dionne Warwick et Diana Ross ont sorti des hits entre 1983 et 1985 comme Heartbreaker et Chain reaction.

Succès, 3e période[modifier | modifier le code]

À partir de 1987, les Bee Gees qui ont déjà vendu plus de 100 millions d'albums ont une nouvelle période de succès, avec des morceaux collant aux styles du moment. La rythmique est différente, plus innovatrice, avec des titres tels que You Win Again, en 1987 de l'album E.S.P., One, Ordinary lives en 1989 de l'album One, Secret Love en 1991 de l'album High Civilzation, For whom the Bell tolls, Paying The Price Of love et How to fall in love en 1993 de l'album Size Isn't Everything. Robin Gibb a de nouveau (comme dans leurs première période fin des années 1960 début 70) un rôle de co-chanteur avec Barry. Maurice à partir de cette période (fin des années 1980) va lui aussi avoir plusieurs chansons où il chante quasiment en solo, ce qui avait été précédemment très rare dans la carrière du groupe. C'est aussi à cette période qu'ils perdent leur petit frère Andy qui décède à la suite d'une overdose à l'âge de 30 ans, en mars 1988. En 1989, le groupe entame sa première grande tournée mondiale depuis 1979, intitulée One for All Tour. Ils retrouvent un public plus calme. D'avril à novembre, les Bee Gees ont tourné en Europe, aux États-Unis, en Australie puis au Japon. Une deuxième tournée européenne en 1991 est écourtée à cause des douleurs de dos de Barry Gibb. En 1995, le groupe rend hommage à Carole King et reprend le titre Will you still love me tomorrow qui apparaît dans l'album hommage Tapestry Revisited. Durant les années 90, les nouvelles pop-stars reprennent la musique des Bee Gees avec succès. Tels que Michael Bolton "To love somebody" en 1992, le groupe Take That "How Deep We your love" en 1994, N Trance "Stayin Alive" en 1995, Boyzone "Words" en 1997, les Fu Gees "Island and the stream" en 1998 rebaptisée "Ghetto supastar", le groupe Steps "Tragedy" en 1999 et Destiny's Child "Emotion" en 2001.

En 1997, les Bee Gees reviennent une nouvelle fois sur le devant de la scène avec un nouvel album Still Waters qui sera plutôt un bon succès, surtout grâce à la chanson Alone. Ils sont aussi intronisés au Rock and Roll Hall of Fame. Le 14 novembre 1997, pour célébrer leur trente ans de carrière, les Bee Gees donnent un concert à Las Vegas appelé One Night Only. Céline Dion les rejoint en guest star pour interpréter Immortality, morceau qu'ils ont composé pour elle. Ils sortent dans la foulée, l'album live qui se vend à plus de 7 millions d'exemplaires. Ce concert est suivi d'une tournée mondiale donnant un seul concert par continent avec 56 000 personnes au stade de Wembley à Londres le 5 septembre 1998, à Buenos Aires, Argentine le 17 octobre 1998 et finalement le 27 mars 1999 dans le nouveau stade australien de Olympic Stadium de Sydney, réunissant plus de 64 000 personnes. En 2001, ils sortent leur dernier album This Is Where I Came In. Cet album sera leur dernier, à la suite de la mort de Maurice, deux ans plus tard.

Disparition progressive du groupe[modifier | modifier le code]

En janvier 2003, Maurice Gibb décède d'une crise cardiaque à l'âge de 53 ans, Barry et Robin sont dévastés et déclarent que le nom Bee Gees ne peut être associé qu'aux trois frères ensemble. Pourtant, plusieurs fois, il est question de réunion sans que cela ne puisse aboutir.

Entre 2003 et 2007, Robin va continuer de promouvoir la musique des Bee Gees en donnant plusieurs concerts en Europe, et en participant à des shows télévisés. Il sort Magnet, son nouvel album solo en 2003 et participe la même année à l'émission anglaise, la Fame Academy en tant que jury.

En janvier 2005, Barry et Robin font partie du super groupe One World project avec Cliff Richard, Brian Wilson, Boy George, Gary Moore et Russell Watson. Ils sortent le single Grief Never Grows Old. Ce projet caritatif a pour but de récolter des fonds destinés à la population indienne durement frappée par le séisme et le tsunami de 2004.

En février 2006, Barry et Robin donnent un concert de charité pour la lutte contre le diabète à Miami. C'était leur première réunion depuis la mort de Maurice.

En 2009, lors d'une nouvelle réunion, Barry Gibb disait : « Nous avons déjà perdu deux frères, nous resterons toujours ensemble, même si Robin habite Londres et moi Miami ». Malgré la mort de leur frère Maurice, le groupe se reforme au moins théoriquement en octobre 2009.

En octobre 2010, Robin Gibb, interviewé par le Daily Mail (publication du Royaume-Uni), confirma que l'histoire des Bee Gees serait racontée dans un film de Steven Spielberg. Robin déclarait au Daily Mail : « Le film sera interprété par des acteurs très connus. Ce sera l'histoire de notre vie. Barry et moi serons impliqués dans l'aspect technique ». Un des défis pour Spielberg sera de reproduire les harmonies à trois voix distinctives des frères et le fausset de Barry. Robin dit : « J'aimerais que nos enregistrements originaux soient utilisés, car il est très difficile de les imiter ». Finalement, ce film ne verra jamais le jour.

Le 20 mai 2012, Robin Gibb, meurt des suites d'un cancer du côlon et du foie à Londres, âgé de 62 ans[12]. Barry Gibb devient alors le dernier membre des Bee Gees encore en vie.

Le 26 juin 2018, Barry reçoit le titre de chevalier au palais de Buckingham par le Prince Charles. Sir Barry Gibb[13] rejoint les grands noms de la musique pop, tels que Paul McCartney, Mick Jagger ou encore Elton John.

Le rôle de chacun[modifier | modifier le code]

Barry est le leader du groupe, c'est lui qui chante la plupart des parties solo. En concert, il chante presque toujours accompagné d'une guitare. Robin chante aussi régulièrement en solo, mais moins souvent que Barry. Cette relative rareté n'en donne que plus d'intérêt. Dans la seconde partie de la carrière du groupe, il ne joue plus d'instrument. Maurice est le principal arrangeur et le chef d'orchestre, c'est un multi-instrumentiste. Sa voix devient intéressante combinée aux deux autres. Il peut aussi chanter en solo mais de façon beaucoup plus rare, l'orchestration est alors plus soutenue. Généralement, les refrains sont chantés par les trois en harmonie.[réf. nécessaire]

Influences musicales[modifier | modifier le code]

Les Bee Gees ont depuis toujours été influencés par la soul, la musique afro-américaine et le rythm and blues avec des chanteurs tels que Otis Redding, Frankie Valli ou encore Roy Orbison. Ils ont également été grandement influencés par les harmonies des Everly Brothers puis plus tard par celles des Beatles. À la fin des années 60, ils étaient comparés aux Beatles car leurs chansons ressemblaient a celle des Beatles, la voix de Barry Gibb possède des similitudes avec celle de John Lennon et les voix de Barry et Robin combinées ressemblaient aux voix de Lennon/McCartney.[réf. nécessaire]

Impact sur la musique[modifier | modifier le code]

Les Bee Gees ont exercé une grande influence sur la musique pop en popularisant notamment le disco à partir de la deuxième moitié des années 70. Leurs mélodies ainsi que Leurs voix très particulières et très reconnaissables les rend uniques. Michael Jackson déclara qu'il était un grand fan des Bee Gees et lorsque qu'il écoutait leur chansons, il ressentait toujours une grande émotion qui le poussait au bord des larmes. Vocalement, Michael Jackson doit énormément au Bee Gees:le vibrato omniprésent, le falsetto, et comme Robin une voix de ténor rempli de mélancolie et d'une intense émotion. D'ailleurs, Barry Gibb et Michael Jackson feront une chanson en 2002 intitulée All in Your Name.

Les Bee Gees possèdent aussi un répertoire musical immense qui couvre tous les styles musicaux. Jamais un tel répertoire n'a attiré un public aussi varié. Depuis les années 60, 70, 80 et 90, le groupe a produit sa musique populaire dans un style pop psychédélique, folk, rock, baroque, country, soul, et rn'b[14]. Les frères Gibb ont ainsi composé plus de 1030 chansons[15]. Ils comptent à leur actif plus d'une quarantaine de hits. Stayin' Alive, How deep is your love, To Love somebody, Islands in the stream, Woman in Love sont les titres les plus repris dans le monde. Les plus grands noms de la musique ont toujours apporté un crédit, une admiration à la musique des Bee Gees[16]. D'ailleurs Bono le chanteur de U2, déclara en 2001 dans une émission britannique : "En matière de groupes, il existe 5 catalogues extraordinaires qui me rendent malade d'envie. Nul besoin d'affirmer que les Bee Gees sont tout en haut au côté des Beatles"[17].

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie des Bee Gees.

Les deux premiers albums du groupe ne sont sortis qu'en Australie, d'où le nom de « Bee Gees' 1st » pour leur première sortie internationale de ce qui est en réalité leur troisième.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Honneur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (fr) « La musique disco… musique des discothèques : The Bee Gees, de la musique pop à l'aventure disco », sur pianoweb.free.fr (consulté le 8 novembre 2010)
  2. (en) Tim Walker, « Jive talkin': Why Robin Gibb wants more respect for the Bee Gees », The Independent, London,‎ (lire en ligne)
  3. † 12 août 2016
  4. Bee Gees - The Official Story (1997)
  5. https://www.youtube.com/watch?v=3Fs7OVf41-8&feature=share
  6. « The Greatest Showman In The World: Bee Gees’ Manager Robert Stigwood Dies Aged 81 », sur http://www.roxboroghreport.com, (consulté le 15 août 2018)
  7. Bee Gees: 1969
  8. Andrew Sandoval, The Day-By-Day Story, 1945-1972, Retrofuture Day-By-Day, , 102–115 p., Paperback (ISBN 978-0-943249-08-7)
  9. Emmanuel Tellier, « La folle histoire d'Hérouville, château pour rock stars », sur télérama, (consulté le 9 août 2013)
  10. « Record-Breakers and Trivia—Albums », Everyhit.com (consulté le 28 novembre 2011)
  11. (en) « Music for UNICEF Concert », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  12. « Robin Gibb des Bee Gees est décédé » (consulté le 20 mai 2012)
  13. (en) « Knight fever: He's Sir Barry Gibb as last of Bee Gees brothers is knighted at palace », USA TODAY,‎ published 12:30 p.m. et june 26, 2018 (lire en ligne)
  14. (en) Universal Music, « Bee Gees Biography », 2017,‎ , www.umusicpub.com/uk/Artists/B/Bee-Gees (www.umusicpub.com/uk/Artists/B/Bee-Gees)
  15. (en) « B.R.M.Gibb SONGLIST », sur beegees.dk, (consulté le 23 juillet 2018)
  16. (en) « Bee Gees World, WHAT STARS SAY ABOUT THE BEE GEES », sur http://www.beegees-world.com, (consulté le 23 juillet 2018)
  17. « Bono de U2 rend hommage à Robin Gibb des Bee Gees », sur http://www.u2france.com, (consulté le 23 juillet 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :