Arrangement (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arrangement (homonymie).

En musique, l’arrangement est une activité annexe à la composition musicale qui consiste à s’inspirer d'un thème musical préexistant en le recomposant en partie, ou bien par l'adjonction d'une instrumentation différente — orchestration — ou bien par réaménagement partiel de la mélodie.

Un arrangeur est le nom de la personne spécialisée dans la création d'arrangements[1]. Dans la plupart des cas, un compositeur « classique » est aussi son propre arrangeur dans la mesure où il perfectionne ses œuvres au cours des années. Cependant, il peut arriver que le compositeur délègue ces arrangements : Debussy a ainsi quelquefois fait appel à Charles Koechlin. De nos jours, les compositeurs de variétés créent la mélodie mais ont rarement la compétence technique que réclame un arrangement. Alors, avec le développement du home studio, ils peuvent ébaucher quelques idées au moyen des synthétiseurs et orienter la couleur à donner à un morceau. Mais l'arrangement final, très technique, sera généralement confié à un arrangeur.

Que ce soit en classique, en jazz, en variétés, pour des jingles publicitaires ou des musiques de film, on peut grossièrement diviser les arrangements en trois catégories principales :

  1. L’arrangement purement musical : la mélodie est exécutée par un ou plusieurs solistes ; un groupe d’instruments en tutti auquel le reste de l’orchestre répond ou que ce reste de l’orchestre accompagne ; tout l’orchestre jouant en phrasé de masse ; ou bien tout cela ;
  2. L’accompagnement de chant : l’orchestre (souvent pas au complet) accompagne un chanteur(euse) ou un groupe de chanteurs(euses) de façon à l’aider et à le soutenir ;
  3. Le remaniement ou la transformation d'une œuvre : l'arrangeur sélectionne des parties d'une œuvre ou de plusieurs œuvres d'une même catégorie (d'un même compositeur, BO d'un film, extraits d'un opéra...) et les rassemble en une nouvelle pièce originale pour une formation donnée (orchestre, ensemble instrumental, jazz band, etc.). L'exercice ici consiste à agencer ces fragments musicaux afin d'obtenir une sorte de pot-pourri des principaux thèmes de l'œuvre ou des œuvres d'origine.

On a coutume de grouper ces travaux sous le nom d’« arrangement », après que la composition a été terminée avec sa progression harmonique.

Toutefois, il faut faire une distinction entre « l’arrangement », « l’instrumentation » et « l’orchestration » :

L’arrangement serait plutôt un brouillon, un conducteur, qui servira pour l’orchestration ; ce brouillon est essentiel et comporte plusieurs volets. Il est la plupart du temps écrit en ut. Il comprend les découpages mélodiques et parfois leurs modifications (mesures composées, ajouts ou suppressions éventuelles de mesures), pour rendre ces mélodies plus logiques ; il comporte les modifications ou enrichissements harmoniques, idées de contre-chant sous le chant principal, idées rythmiques, atmosphères provoquées par des effets, etc. Ce brouillon peut comporter une, deux, trois ou quatre portées selon les besoins.

L’instrumentation se calque sur l’arrangement du conducteur et consiste plutôt dans le choix des instruments ou des chanteurs et leurs possibilités vocales (tessiture), de leurs difficultés propres et de leurs impossibilités.

L’orchestration disposera tous ces instruments ou chanteurs de façon à ce qu’ils sonnent. Une des difficultés auxquelles l'arrangeur est confronté, sera d’assembler avec goût les différents pupitres et d’en doser les interventions, afin que tout le monde ne joue pas tout le temps.

Il conviendra donc de considérer le style, le climat, le choix des timbres, le ou les schémas harmoniques.

Les styles[modifier | modifier le code]

Chaque arrangeur, compositeur ou orchestre étant censé avoir son style propre, il est difficile d’organiser des subdivisions. Cependant, on peut tout de même distinguer quatre grandes familles : la musique classique, La musique de jazz, la variété et les musiques électroniques.

Quel que soit le style, il convient de prendre en considération les différents tempos. Il est exclu de jouer des quadruples croches sur des tempos rapides. Il ne faut pas négliger la résistance des lèvres pour les instruments à vent (trompettes, cors, trombones et même flûtes). Il faut prévoir – en fonction des tempos et des nuances – des respirations pour tous les chanteurs ou « souffleurs » (bois, cuivres).

Les grands arrangeurs[modifier | modifier le code]

Quel que soit le style, il existe de « grands » arrangeurs, qui sont aussi souvent de grands pédagogues : en classique, Max Reger, qui a arrangé la musique pour orgue de Bach et la musique de Mozart, Charles Koechlin, qui a publié le fameux traité d'orchestration en quatre volumes, Arnold Schoenberg, véritable virtuose de l'orchestre et son monumental Traité d'harmonie et, plus récemment, Ivan Jullien, coloriste affirmé, auteur d'un Traité de l'arrangement en huit volumes qui regroupe tous les styles de l'arrangement musical.

En jazz, on peut citer entre autres Duke Ellington, Miles Davis, Carla Bley, Gil Evans, Quincy Jones, Thelonious Monk.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Maurice Hinson, The Pianist's Guide to Transcriptions, Arrangements, and Paraphrases, Indiana University Press, (ISBN 0253214564, lire en ligne)