Caméo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Brève apparition d'Alfred Hitchcock, à droite, dans son film L'Inconnu du Nord-Express , en 1951.

Un caméo est un terme emprunté à l'anglais qui l'a lui-même emprunté à l'italien cameo ou cammeo, signifiant « camée ». Il désigne, dans le monde des images, et plus particulièrement au théâtre et au cinéma, l'apparition fugace d'un acteur ou actrice, de l'auteur ou réalisateur de l'oeuvre ou encore d'une personnalité déjà célèbre.

Liminaire[modifier | modifier le code]

Le caméo est avant tout un clin d'œil, c'est pourquoi il n'est généralement pas crédité. Il est bref et souvent anecdotique, car il n'influe généralement pas sur le cours de l'histoire. Il peut être ouvertement montré, ou bien décelable par les seuls spectateurs avertis.

Le caméo au cinéma se démarque de la « participation exceptionnelle » à l'affiche des films français, qui relève du rôle parlant, ce qui n'est pas nécessairement le cas pour un caméo. Il diffère également de la notion de « guest-star » qui consiste à faire participer une personne connue dans un film ou dans un ou plusieurs épisodes d'une série télévisée avec crédit à l'affiche.

Le caméo est en général une marque d'estime réciproque - si le rôle est plus long qu'une simple apparition, on parlera alors de participation amicale - alors que la « participation exceptionnelle » pas nécessairement : un acteur prestigieux, mais désargenté, apparaît dans un navet aussi longtemps que le budget de la production peut le supporter, ce qui peut aller de quelques secondes à un rôle complet. C'est ainsi qu'Orson Welles a joué le roi Saül dans le péplum italien David et Goliath (1960).

Extensions du sens[modifier | modifier le code]

Caméo d'un auteur[modifier | modifier le code]

Par extension, le terme « caméo » peut désigner toute apparition d'une personne dans une œuvre où l'on ne s'attendrait pas à la voir.

Peinture
Au XVe siècle en italie, il est fréquent qu'un peintre insère son portrait dans une de ses fresques, celle-ci étant de grandes dimensions et incluant de nombreux personnages. Cette apparition furtive constitue pour l'artiste une manière de signer son oeuvre.

Bande dessinée
Hergé, créateur des Aventures de Tintin, fait apparaître Edgar Pierre Jacobs (le dessinateur de Blake et Mortimer) dans quatre albums : Tintin au Congo, les Cigares du pharaon, le Sceptre d'Ottokar et Objectif Lune ; Hergé lui-même est présent dans plusieurs albums[a].

De même, Uderzo et Goscinny figurent dans certaines histoires d’Astérix dont ils sont les auteurs.[b].

Cinéma

C'est au cinéma que l'on rencontre le plus fréquemment les caméos.

Alfred Hitchcock en a fait une spécialité pendant cinquante ans puisqu'on en dénombre quarante et un dans ses propres films, entre 1925 et 1976. Ils sont considérés comme sa signature.

Inspiré par Hitchcock, le réalisateur emblématique de la Nouvelle Vague, François Truffaut fait un caméo dans son premier long-métrage autobiographique Les 400 coups (1959). Il apparaît lors de la scène du manège, où il accompagne discrètement Antoine Doinel dans un rotor géant pour faire une expérience anti-gravitationnelle.

Stephen King est également connu pour recourir régulièrement au procédé depuis 1981[1], de même que Stan Lee et Quentin Tarantino.

Les anglophones emploient l'expression pour désigner une apparition extrêmement courte d'un personnage, même si ce personnage n'est pas du tout incongru dans l'œuvre en question (Kitty Pryde dans les deux premiers films X-Men) et même si le rôle joué n'est pas du tout négligeable dans le récit.

Un coauteur apparaît parfois dans l'œuvre. Stan Lee, cocréateur des comics Marvel, est présent en caméo dans la plupart des adaptations cinématographiques de l'univers Marvel. Charles Bukowski fait une brève apparition en pilier de comptoir, dans Barfly de Barbet Schroeder sorti en 1987, dont il a écrit le scénario[2] (apparition d'autant plus légitime que le film s'inspire de sa propre vie).

En 1976, l'astronaute James Lovell fait une apparition dans le film de L'homme qui venait d'ailleurs de Nicolas Roeg, avec David Bowie. Il tient alors son propre rôle. En 1995, on le retrouve à la fin du film Apolo 13, dont il est le héros. Jouant le rôle du commandant du navire de récupération du vaisseau, on le voit serrer la main de Tom Hanks, qui interprète son rôle.

De même, les personnalités dont la vie est adaptée en « biopic » peuvent apparaître en caméo, comme Erin Brockovich, en 2000, dans Erin Brockovich, seule contre tous, qui est visible à l'écran en tant que serveuse, nommée Julia, devant l'actrice Julia Roberts qui interprète le rôle de Brockovich.

Autre exemple : en 2014, dans Big Eyes de Tim Burton, la peintre américaine Margaret Keane est visible sur un banc dans un parc, derrière l'actrice Amy Adams qui l'interprète.

En France, la pneumologue Irène Frachon est présente de manière fugitive dans le récit qui décrit son combat contre le Mediator, la Fille de Brest, en 2016.

Caméo d'un personnage externe à une œuvre[modifier | modifier le code]

De même, par extension, le terme « caméo » peut désigner toute apparition d'un personnage dans une œuvre où l'on ne s'attendrait pas à le voir. Les studios Disney sont ainsi coutumiers du clin d'œil consistant à faire apparaître des personnages de leurs précédents films d'animations dans de nouvelles productions (ainsi, une statuette représentant la Bête de La Belle et la Bête est en possession du sultan dans Aladdin ; Mickey Mouse, Donald Duck et Dingo apparaissent sans explication dans la foule au début de La Petite Sirène).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tintin au Congo, l'Oreille cassée, le Sceptre d'Ottokar, l'Affaire Tournesol
  2. Par exemple dans Astérix et le Chaudron.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]