Aretha Franklin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Franklin.
Aretha Franklin
Description de cette image, également commentée ci-après
Aretha Franklin en 1967.
Informations générales
Surnom « Queen of soul »
« Lady soul »
Nom de naissance Aretha Louise Franklin
Naissance
Memphis (Tennessee, États-Unis)
Décès (à 76 ans)
Détroit (Michigan, États-Unis)
Genre musical Soul, rhythm and blues
Instruments Voix, piano
Années actives 1956-2018
Labels Columbia Records
Atlantic Records (1967-2018)
Signature.

Aretha Louise Franklin, née le à Memphis (Tennessee) et morte le à Détroit (Michigan), est une chanteuse auteure-compositrice américaine de gospel, soul, funk, rhythm and blues et jazz, et musicienne (pianiste) surnommée « The Queen of soul » ou encore « Lady Soul ».

Militante des droits civiques aux côtés de Martin Luther King femme de combat, diva et porte-parole de tout un peuple, on lui doit des dizaines de titres et d'albums restés célèbres, comme I Never Loved a Man en 1967, Lady Soul en 1968 et l'album de chansons gospel Amazing Grace en 1972. On compte parmi ses plus grands tubes les chansons Think, Natural Woman, I Say A Little Prayer, I Knew You Were Waiting (For Me) en duo avec George Michael, Freeway Of Love, Chain Of Fools et Respect. Sa chanson "Respect" devient en 1967 un hymne pour l'émancipation des femmes et pour la liberté de la communauté afro-américaine. L'influence d'Aretha sur la musique contemporaine est grande, ouvrant la voie à d'autres grandes interprètes féminines, qu'il s'agisse de Patti Labelle, Donna Summer, Natalie Cole ou encore Whitney Houston, Mariah Carey, Mary J. Blige, Beyoncé, Adele ou Alicia Keys. Tom Jones, Elton John, Freddie Mercury ou Luther Vandross notent aussi l'influence de la chanteuse sur leur manière de faire de la musique et de chanter. Aretha Franklin est en effet une des premières artistes à s'accompagner au piano, à mêler gospel et chansons pop et popularise le mélisme dans la musique contemporaine, technique qui consiste à chanter sur plusieurs notes une seule et même syllabe.

Elle classe 112 titres au Billboard Top 100 dont 20 numéros 1 aux charts R&B faisant d'elle la chanteuse la plus classée dans l'histoire de l'industrie discographique américaine. Avec plus de 75 millions de disques, elle reste aujourd'hui l'artiste féminine ayant vendu le plus de disques vinyles. Avec 18 Grammy Awards, Aretha Franklin est une des artistes les plus récompensées aux États-Unis. Elle est, en 1987, la première femme à intégrer le Rock and Roll Hall of Fame. On lui remet la Médaille nationale des arts sous la présidence Bill Clinton et la Médaille présidentielle de la Liberté sous la présidence George W. Bush. En 2009, elle chante à l'investiture de Barack Obama, premier président afro-américain des États-Unis d'Amérique. En 2010, le magazine Rolling Stone la place première au classement des meilleurs chanteurs de tous les temps.

Son décès le 16 août 2018 provoque un émoi mondial. Son militantisme pour les femmes et la communauté afro-américaine est salué ainsi que son génie d'artiste. Trois anciens présidents (Bush, Clinton, Obama) saluent l'artiste et la femme qu'elle était lors de son enterrement auxquels se joignent famille, anonymes, amis, militants des droits civiques, pasteurs et personnalités du showbiz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Aretha Franklin[1] naît à Memphis (Tennessee), sa mère, Barbara Siggers Franklin (en), est chanteuse de gospel et pianiste, et son père, Clarence L. Franklin est un pasteur baptiste[2]. Sa famille vit à Buffalo (État de New York) pendant une courte période avant de déménager à Détroit (Michigan) lorsqu'elle a sept ans. Le révérend C. L. Franklin, en plus d'être pasteur est un militant des droits civiques[3] (Martin Luther King loge à son domicile quand il est de passage à Détroit). Ses sermons sont même édités en disque et il fréquente plusieurs personnalités du monde du jazz et du rhythm and blues, comme Duke Ellington ou Mahalia Jackson[4]. Blessé par balle en 1979 pendant une tentative de cambriolage à son domicile, il meurt en 1984, au terme d'un coma de cinq ans. Lassée des frasques de son mari, la mère d'Aretha Franklin, Barbara , se sépare de son époux lorsque Aretha a seulement six ans, elle rend souvent visite à ses enfants qu'elle a laissés aux soins de son mari pour des raisons financières, mais elle meurt en 1952[5].

Aretha Franklin et ses sœurs, Carolyn (1944-1988) et Erma (1939-2002), chantent à l'église de leur père de la New Bethel Baptist Church[6] à Détroit[7] et font leurs premiers enregistrements à l'âge de 14 ans[8].

Un de leurs deux frères, Cecil (1940-1989), devient pasteur comme leur père[9], mais il est également l'imprésario de la chanteuse de 1969 à 1989. Leur autre frère, Vaughn (1934-2002), est pilote dans l'armée de l'air.

Débuts chez Columbia (1956-1966)[modifier | modifier le code]

Aretha Franklin signe en 1956 avec Columbia Records[10] peu après avoir été découverte par John H. Hammond. Au début des années 1960, elle obtient quelques petits succès, comme Rock-a-bye Your baby with a dixie melody. Bien que Columbia Records souhaite en faire une chanteuse de jazz, les résultats qu'elle obtient à ses débuts ne sont pas probants.

Aretha Franklin a ses deux premiers fils à cette époque. Clarence, Jr. naît le 28 janvier 1955 alors qu'elle n'a pas encore 13 ans et Edouard « Eddie » naît le 22 janvier 1957, avant qu'elle ait ses 15 ans[4]. Elle quitte le lycée peu après la naissance de son deuxième fils. Sa grand-mère Rachel s'occupe de ses fils pour l'aider à progresser dans sa carrière. Son troisième fils, Ted White Jr. est né en 1964. Il est le fils de Ted White, imprésario de la chanteuse durant leur mariage. Le couple s'est marié en 1961 et s'est séparé huit ans plus tard[11], notamment en raison de violences conjugales et de ses infidélités, ce qui la conduit à développer une addiction à l'alcool[4].

Ascension chez Atlantic (1967-1979)[modifier | modifier le code]

Aretha Franklin en 1968.
(You Make Me Feel Like) A Natural Woman, face A d'un 45 tours vinyle américain du label Atlantic.

Aretha Franklin quitte Columbia pour rejoindre Atlantic Records en 1967, et s'associer aux réalisateurs artistiques Jerry Wexler et Arif Mardin, ce qui aboutit aux enregistrements R&B parmi les plus influents des années 1960, dont les célèbres Respect[12], Chain of Fools, Think, (You Make Me Feel Like) A Natural Woman (chanson qui mettra le président des USA Barack Obama en larmes, en 2015 quand elle l'interprétera sur la scène du Kennedy Center[13]), sans oublier I Never Loved a Man (the Way I Love You), une chanson beaucoup plus émouvante et plus passionnée que la majeure partie de ses premiers titres. Vers la fin des années 1960, Aretha Franklin gagne le surnom de « Queen of soul », étant devenue par la même occasion une artiste internationalement connue et un symbole de fierté pour la communauté noire. Elle dit de cette période, « quand je suis allée chez Atlantic Records, ils m'ont juste assise près du piano et les tubes ont commencé à naître. ».

Son quatrième fils, Kecalf Franklin Cunningham est né le 28 mars 1970. Le père est Ken Cunningham, qui est l'organisateur de ses tournées[4] entre 1968 et 1976.

En 1972, elle interprète des chants gospel traditionnels dans l'album Amazing Grace ; il devient l'un des albums gospel les plus vendus de l'histoire de la musique avec deux millions de copies.

Aretha Franklin est mariée à l'acteur Glynn Turman de 1978 à 1984[4].

Les années Arista (1980-2018)[modifier | modifier le code]

Après des années 1970 en demi-teinte, Aretha Franklin quitte cette maison de disques pour Arista en 1980.

Son passage remarqué dans le film Les Blues Brothers relance sa carrière.

Elle enchaîne alors les albums à succès tels que : Jump To It en 1982 et Get It Right en 1983. En 1985 de par la publication de l'opus Who's Zoomin' Who? qui génère les singles Freeway of Love, Sisters, Another Night et le no 1 Sisters Are Doin' It for Themselves en duo avec Eurythmics, marque une évolution musicale. En 1986, les titres Jumpin' Jack Flash en duo avec Keith Richards (du groupe Rolling Stones) et I Knew You Were Waiting (For Me) en duo avec George Michael, issu de l'album Aretha, sont des succès.

Elle a été poursuivie en 1984 pour non-respect de contrat, ne pouvant pas tenir le premier rôle dans la comédie musicale de Broadway, Sing, Mahalia, Sing (basée sur la vie de la chanteuse de gospel Mahalia Jackson)[14].

En 1989, elle publie Through the Storm. L'opus ainsi que le single du même nom en duo avec Elton John et It Isn't, It Wasn't, It Ain't Never Gonna Be en duo avec Whitney Houston est aussi un succès. Elle continue à avoir un grand succès durant cette décennie, surtout aux États-Unis, mais on lui reproche des disques trop fabriqués selon des formules passe-partout. Ses deux disques réalisés par Luther Vandross en 1982 Jump to It et 1983 Get It Right obtiennent des no 1 R&B. Son album Who's Zoomin' Who, en 1985, est un immense succès ainsi que son duo de 1986 avec George Michael I Knew You Were Waitin' for Me.

Durant la décennie 90, elle intervient sur plusieurs bandes originales de films tels que Malcolm X avec Someday We'll All Be Free en 1992, A Deeper Love pour Sister Act 2 en 1993 ou encore It Hurts like Hell sur Waiting to Exhale en 1995.

Elle revient sur le devant de la scène en 1998 avec A rose is still a rose, un album hip-hop, grand succès lui aussi. La même année, elle apparaît aux côtés de Céline Dion, Mariah Carey, Gloria Estefan et Shania Twain, lors du concert caritatif Divas Live 1998. La soirée, qui est un événement d'envergure, bénéficie d'un pressage vidéographique et discographique[15].

En 2000, Aretha Franklin est l'une des interprètes et invitée d'honneur du concert caritatif Divas Live: The One and Only Aretha Franklin, aux côtés de Backstreet Boys, Stevie Wonder, Nelly Furtado, Marc Anthony, Jill Scott et Kid Rock.

Elle vivait à Détroit quand elle n'était pas en tournée. En raison de ses attaches pour sa ville natale, elle a rejoint Aaron Neville et Dr John pour chanter l'hymne national avant le Super Bowl XL le , avec un chœur de 150 choristes en clôture du tournoi accueilli par La Nouvelle-Orléans après la situation difficile due à l'ouragan Katrina.

Aretha Franklin chantant pendant la cérémonie d'investiture de Barack Obama en 2009.

Le , elle interprète America The Beautiful à Détroit, à l'occasion de WrestleMania 23[réf. nécessaire].

En 2007, elle sort une compilation appelée Jewels in the Crown : All-Star Duets with the Queen, comprenant ses plus grands duos dont deux inédits Put You Up on Game en duo avec Fantasia Barrino et What Y'All Came io Do en duo avec John Legend [16],[17]. Le premier single obtient un succès modéré quant à l'opus, il se classe à la 7e position du Billboard.

Le , elle interprète My Country, 'Tis of Thee lors de la cérémonie d'assermentation du nouveau président des États-Unis Barack Obama.

En 2010, le magazine Rolling Stone la place première au classement des meilleurs chanteurs de tous les temps[18].

En 2011, elle collabore au titre How Do You Keep the Music Playing sur l'album Duets II de Tony Bennett.

Le , Aretha Franklin sort un album de reprises nommé Aretha Franklin Sings the Great Diva Classics. Le 1er single est Rolling in the Deep par Adèle.

Elle livre son dernier concert le 7 novembre 2017 à la Cathédrale Saint-Jean le Théologien de New York lors du 25e anniversaire de la Elton John AIDS Foundation[19].

Mort[modifier | modifier le code]

Aretha Franklin meurt le à l'âge de 76 ans à Détroit dans le Michigan aux États-Unis[20]. Quelques jours plus tôt, la presse révèle qu'elle est en soins palliatifs[20],[21],[22],[23], atteinte d'un cancer du pancréas[24].

Un hommage public est célébré le 28 et 29 août au musée Charles H. Wright Museum of African American History de Detroit.

Un concert d'hommage est donné le 30 août au Greater Grace Temple, grande église pentecôtiste de Detroit où doivent, entre autres, se produire Stevie Wonder, Ariana Grande et Jennifer Hudson[25].

Aretha Franklin repose au mausolée principal du Woodlawn Cemetery de Détroit[26] aux côtés de son père, de ses soeurs Erma et Carolyn et de son frère Cecil Larone.

Succession[modifier | modifier le code]

Elle meurt sans laisser de testament. Ses quatre enfants se partagent les 80 millions de dollars de l'héritage en parts égales, conformément à la loi du Michigan[27].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Grammy Awards[modifier | modifier le code]

Aretha Franklin a remporté 18 Grammy Awards et été nommée à 44 reprises en quarante-cinq ans de carrière[28]. Elle détient toujours le record de la meilleure prestation vocale féminine R&B (Best Female R&B Vocal Performance) avec 11 victoires. (avec 8 victoires consécutives de 1968-1975).

Les victoires d'Aretha Franklin aux Grammy Awards
Année Catégorie Genre Titre
1968 Best Rhythm And Blues Recording R&B Respect
1968 Best Female R&B Vocal Performance R&B Respect
1969 Best Female R&B Vocal Performance R&B Chain of Fools
1970 Best Female R&B Vocal Performance R&B Share Your Love with Me (en)
1971 Best Female R&B Vocal Performance R&B Don't Play That Song (You Lied)
1972 Best Female R&B Vocal Performance R&B Bridge over Troubled Water
1973 Best Female R&B Vocal Performance R&B Young, Gifted and Black (en)
1973 Best Soul Gospel Performance Gospel Amazing Grace
1974 Best Female R&B Vocal Performance R&B Master of Eyes
1975 Best Female R&B Vocal Performance R&B Ain't Nothing Like the Real Thing (en)
1982 Best Female R&B Vocal Performance R&B Hold On, I'm Comin'
1986 Best Female R&B Vocal Performance R&B Freeway of Love
1988 Best Female R&B Vocal Performance R&B Aretha
1988 Best R&B Vocal By Duo Or Group R&B I Knew You Were Waiting (For Me)
avec George Michael
1991 Legend Award General --
2004 Best Traditional R&B Vocal Performance R&B Wonderful
2006 Best Traditional R&B Vocal Performance R&B A House Is Not a Home (en)

Honneurs[modifier | modifier le code]

Aretha Franklin (au centre), Robert Conquest (à gauche) et Alan Greenspan recevant la médaille présidentielle de la Liberté à la Maison-Blanche en 2005.

Discographie[modifier | modifier le code]

Aretha Franklin a au total enregistré 42 albums studio et vendu plus de 75 millions de disques. Elle est aussi la première artiste noire à dépasser Elvis Presley dans les classements et la première femme à entrer au Rock and Roll Hall of Fame[4].

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Bilan au Billboard[modifier | modifier le code]

Entre 1967 et 1979, Aretha Franklin a classé nombre de ses chansons au hit-parade publié chaque semaine par le magazine musical américain Billboard. En voici le bilan dans le Top 10[32]:

  • No 1 : Respect (1967), no 1 au classement RNB
  • No 2 : Chains of Fools (1967), no 1 au classement RNB ; Spanish Harlem (1971), no 1 au classement RNB
  • No 3 : Until You Come Back to Me (1973), no 1 au classement RNB
  • No 4 : Baby, I Love You (1967), no 1 au classement RNB
  • No 5 : Since You've Been Gone (1968), no 1 au classement RNB ; Day Dreaming (1972), no 1 au classement RNB
  • No 6 : The House That Jack Built (1968), no 2 au classement RNB ; Bridge Over Troubled Water (1971), no 1 au classement RNB
  • No 7 : See Saw (1968), no 1 au classement RNB
  • No 8 : A Natural Woman (1967), no 2 au classement RNB
  • No 9 : I Never Loved a Man (the Way I Love You) (1967), no 1 au classement RNB ; Rock Steady (1971), no 2 au classement RNB
  • No 10 : I Say a Little Prayer (1968), no 3 au classement RNB

Filmographie[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Figure de cire d'Aretha Franklin visible au musée Madame Tussauds de New York (2012).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Aretha Franklin | Biography, Songs, Albums, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 15 juin 2019)
  2. Encyclopædia Universalis, « ARETHA FRANKLIN », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 15 juin 2019)
  3. (en) Aretha Franklin. Singer, Infobase Publishing, (lire en ligne), p. 11.
  4. a b c d e f et g Jean-Pierre Bouyxou, « Aretha Franklin, divine diva de la soul », Paris Match, semaine du 23 au 29 août 2018, p. 40-47.
  5. Heather Lehr Wagner, op. cit., p. 12.
  6. « Franklin, Aretha | Detroit Historical Society », sur detroithistorical.org (consulté le 15 juin 2019)
  7. (en-US) « Aretha Franklin | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 15 juin 2019)
  8. (en-US) « Aretha Franklin », sur Biography (consulté le 15 juin 2019)
  9. Aretha Franklin, juin 1968, traduit de Time Magazine.
  10. (en-US) « Aretha Franklin (1942-2018) • BlackPast », sur BlackPast, (consulté le 15 juin 2019)
  11. (en-US) Danilo Castro, « Aretha Franklin’s Children: 5 Fast Facts You Need to Know », Heavy.com,‎ (lire en ligne, consulté le 17 août 2018).
  12. « Respect », sur National Registry:,
  13. Paris Match, « Le jour où Aretha Franklin a fait pleurer Barack Obama », sur parismatch.com (consulté le 19 août 2018).
  14. (en-US) « NAMES IN THE NEWS : Aretha Faces $230,000 Payout January 30, 1990|From Times Wire Services », sur articles.latimes.com, 30 janvier 1990.
  15. (en-US) Divas Live 1998.
  16. Aretha Franklin sort une compilation de duos ».
  17. (en-US) « Aretha Franklin Jewels In The Crown sur All Music.com.
  18. (en-US) « 100 Greatest Singers of All Time - Aretha Franklin », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le 17 août 2018).
  19. (en-US) Joe Lynch, « Elton John Celebrates 25 Years of His Foundation With Help From Bill Clinton, Aretha Franklin & Neil Patrick Harris », sur Billboard, .
  20. a et b Sarah-Lou Bakouche, « Aretha Franklin, la reine de la soul, est morte », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  21. (en-US) Exclusive: Aretha Franklin, Queen of Soul, Gravely Ill in Detroit sur Showbizz 421.com, sur showbiz411.com, 12 août 2018.
  22. C.W., « La chanteuse Aretha Franklin est «gravement malade» et en soins palliatifs depuis une semaine », 20 Minutes,‎ (lire en ligne).
  23. (en) Joy Marcelle, « Source: Aretha Franklin is in hospice care », CNN,‎ (lire en ligne).
  24. (en) Gail Mitchell, « Aretha Franklin, Legendary 'Queen of Soul,' Dies at Age 76 », Billboard,‎ (lire en ligne).
  25. Mort d'Aretha Franklin: Les fans défilent devant la dépouille de la star à Detroit. Magazine 20 minutes le 29 août 2018.
  26. (en-US) « Aretha Franklin », sur Find a grave
  27. Aretha Franklin laisse une fortune de 80millions de dollars et pas de testament, 20 Minutes, 22 aoüt 2018.
  28. (en) « Aretha Franklin », sur Grammy (consulté le 16 août 2018).
  29. Rock & Roll Hall of Fame, « Aretha Franklin », sur rockhall.com (consulté le 1er septembre 2018).
  30. https://www.harvard.edu/on-campus/commencement/honorary-degrees
  31. Classé parmi les 50 plus grands albums de tous les temps (Women who rock The 50 greatest albums of all time).
  32. CD quadruple, Aretha Franklin - The Queen of Soul - The Atlantic Records, Rhino Records, 1992.
  33. (en) « List of Artists/Musicals Covered by Glee », sur Glee TV Show Wiki (consulté le 15 juin 2019)
  34. Telestar.fr, « Candice Renoir : quel est le titre de la chanson de la série ? - Télé Star », sur www.telestar.fr, (consulté le 15 juin 2019)
  35. (en-US) « The Proud Family - Original Television Soundtrack | Songs, Reviews, Credits », sur AllMusic (consulté le 15 juin 2019)
  36. « Sans "Think" d'Aretha Franklin, la France n'aurait pas eu Jean-Jacques Goldman », sur Le Huffington Post, (consulté le 15 juin 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :