Kyste (médecine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Kyste
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Kyste

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Coupe histologique d'un kyste.

MedlinePlus 003240
MeSH D003560
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

En médecine, un kyste est une poche close ayant une membrane distincte et se développant anormalement dans une cavité ou structure du corps. Ils peuvent contenir de l'air, des liquides, ou d'autres matériaux, notamment des organismes parasites « enkystés » sous forme active à reproduction lente ou sous forme inactive de « spore » (sporozoïte).

Symptômes[modifier | modifier le code]

La très grande majorité des kystes est totalement bénigne. C'est le cas des kystes biliaires simples (dans le foie), des kystes rénaux (sauf en cas de polykystose rénale héréditaire), des kystes mammaires. Leur contenu est purement liquidien, et leur taille varie de quelques millimètres à plusieurs centimètres.

D'autres kystes peuvent être liés à un développement tumoral bénin ou malin ; c'est le cas de ceux qui touchent les ovaires ou le pancréas par exemple. Parfois, c'est par la pression exercée sur les organes voisins qu'ils sont nocifs.

Types[modifier | modifier le code]

Kyste thyréoglosse inflammé, chez un enfant.

De nombreux organes sont susceptibles de développer des kystes :

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le problème essentiel est la distinction entre un kyste bénin et un cancer.

Imagerie[modifier | modifier le code]

En échographie, un kyste se présente sous la forme d'une cavité totalement anéchogène (ne renvoyant pas d'échos, et apparaissant donc en noir sur l'écran), de forme arrondie le plus souvent, entourée d'une paroi très fine, voire invisible. Une caractéristique spécifique est la visualisation d'un « renforcement postérieur des échos » : l'accumulation d'ultrasons en arrière du kyste (qui l'ont traversé sans être réfléchis) est responsable de la formation d'une large bande qui apparaîtra plus blanche que les tissus avoisinants. Cet aspect typique permet, lors de la découverte fortuite d'un kyste sur un rein par exemple, d'avoir une certitude diagnostique et d'affirmer le caractère bénin de cette anomalie.

Sur une tomodensitométrie (scanner), le kyste apparaîtra sous la forme d'une « boule » homogène, à paroi souvent invisible, dont la densité moyenne (exprimée en unités Hounsfield, HU) est celle d'un liquide, donc proche de 0 HU (entre 0 et 10 le plus souvent).

En imagerie par résonance magnétique (IRM), le kyste apparaît bien délimité, en hyposignal T1 et en fort hypersignal T2.

Ponction[modifier | modifier le code]

La ponction du kyste, faite à l'aveugle lorsqu'il peut être palpé, ou sous imagerie, permet d'analyser la constitution du liquide et de rechercher des cellules suspectes de cancer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]