Linda Evangelista

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Evangelista.

Linda Evangelista
Image illustrative de l’article Linda Evangelista

Naissance (53 ans)
Saint Catharines, Ontario
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Physique
Cheveux Bruns
Yeux Bleu-vert
Taille 176 cm
Mensurations (EU) 86.5-61-89
(US) 34-24-35[1]
Carrière
Agence(s) DNA Model Management

Site officiel http://www.levangelista.net/

Linda Evangelista, née le à St Catharines (Ontario), est un mannequin canadien. Considérée comme l'un des premiers membres des « Supermodels », elle a été l'une des top-model les plus connues du monde entre la fin des années 1980 et pendant les années 1990.

Elle est vice-présidente et directrice de la création pour l'entreprise de produits anti-vieillissement Erasa[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Linda est issue d'une famille catholique italienne, de revenus modestes. Son père est ouvrier chez General Motors, et sa mère comptable. Elle a 2 frère, Jim et Danny. Dès l'âge de douze ans, elle sait, semble-t-il, qu'elle deviendra mannequin. Sa mère l'encourage en l'inscrivant dans des concours de beauté et de mannequinnat[3].

Elle est découverte, à seize ans, grâce au concours de beauté Miss Teen Niagara à Niagara Falls[4]. Elle ne remporte pas le concours, mais un chasseur de tête de l'agence Elite la repère. Elle accepte d'abord la proposition d'une agence japonaise et déménage à l'autre bout du Pacifique. L'expérience est un fiasco et elle rentre très rapidement au Canada. Elle choisit, à 19 ans, Paris pour démarrer sa carrière[3].

En 1985, elle rencontre Gérald Marie, alors dirigeant de l'agence de mannquins Paris Planning, et futur dirigeant d'Elite Europe, qui devient son compagnon. Elle devient l'égérie du parfum Opium d'Yves Saint Laurent[5]. Karl Lagerfeld lui demande également de représenter Chanel[6]. En 1988, Peter Lindbergh lui suggère d'adopter une coupe de cheveux courte. Elle suit son conseil, et commence à varier très régulièrement les couleurs de ses teintes de cheveux [3],[4].

Après trois ans d'activité avec la même agence, elle signe un contrat avec le magazine Vogue.

À partir du milieu des années 1980, elle pose pour de nombreux magazines dans le monde entier, et apparaît dans les campagnes publicitaires de Calvin Klein, Chanel, Chloé, Hermès, American Express, Ralph Lauren, Yves Saint Laurent, Dior, Revlon, Azzedine Alaïa.

Elle figure dans deux clips du chanteur George Michael : Freedom! '90 et Too Funky.

Pendant les années 1990, le magazine People la cite comme étant l'une des 50 plus belles personnes au monde[7]. Elle a son étoile sur l'allée des célébrités canadiennes à Toronto.

En 1998, elle annonce mettre fin à sa carrière de mannequin. Cependant, en 2002, elle reprend du service pour Dolce & Gabbana. En 2007, après un an avec la maison Dior, elle cesse définitivement sa carrière de mannequin[8].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Le 4 juillet 1987, elle épouse Gérald Marie, PDG d'Elite Europe[9],[3] et s'établit à Paris. ils se séparent en 1993, et elle retrouve l'amour dans la foulée avec l'acteur américain Kyle MacLachlan. En 1995, une opération de retrait de kyste ovarien connaît des complications et force à procéder à une ablation de l'ovaire [3].

En 1998, elle a une relation avec Fabien Barthez, gardien de l’équipe de France de football[10]. Linda Evangelista accouche en 1999 d'un enfant mort-né dont le père est Fabien Barthez, rencontré un an plus tôt. Le couple ne supporte pas cette épreuve et se sépare. Elle quitte alors la ville de Manchester où elle avait emménagé pour vivre proche de son compagnon[11],[3].

En 2006, elle a un fils, Augustin James Evangelista, né d'une courte relation avec François-Henri Pinault. Le nom du père de l'enfant est dévoilé par le New York Post en juin 2011, à la suite d'une requête de Linda Evangelista auprès du tribunal des affaires familiales de Manhattan en vue d'obtenir une pension alimentaire, de 46 000 dollars par mois[12]. L'affaire se règle à l'amiable, hors des tribunaux[13].

En 2017, elle annonce être devenue grand-mère quand la fille de son ancien mari Gerald Marie donne naissance à son premier enfant[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.fashionmodeldirectory.com/models/Linda_Evangelista/
  2. (en) « Linda Evangelista: From supermodel to mom to anti-aging evangelist | The Star », sur thestar.com (consulté le 18 mars 2019)
  3. a b c d e et f Paris Match, « Génération Top Models - Linda Evangelista, la fille aux yeux de chat », sur parismatch.com (consulté le 18 mars 2019)
  4. a et b (en) Harold Koda, Kohle Yohannan et Metropolitan Museum of Art, The Model as Muse : Embodying Fashion, New York, Yale University Press, , 223 p. (ISBN 9781588393135), « Supermodels », p. 137
  5. Paris Match, « Génération Top Models - Linda Evangelista, la fille aux yeux de chat », sur parismatch.com (consulté le 18 mars 2019)
  6. « #Supermodel : le cas Linda Evangelista », sur Marie Claire (consulté le 18 mars 2019)
  7. http://www.askmen.com/celebs/women/models/40_linda_evangelista.html
  8. « #Supermodel : le cas Linda Evangelista », sur Marie Claire (consulté le 18 mars 2019)
  9. (en) Bob Colacello, « A League of Their Own », Style, sur vanityfair.com, Condé Nast, (consulté le 4 janvier 2017)
  10. « L'ex-mannequin Linda Evangelista «a fait un bébé toute seule !» », sur www.20minutes.fr (consulté le 6 octobre 2017)
  11. « Linda Evangelista : tous les articles le Journal des Femmes », sur www.journaldesfemmes.com (consulté le 28 juin 2018)
  12. (en) Model wants pretty penny, New York Post
  13. [1]
  14. (en) « Linda Evangelista, 52-Year-Old Supermodel, Is Officially a Grandma », sur W Magazine (consulté le 18 mars 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :