Cure de désintoxication

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une cure de désintoxication est un processus, permettant de ramener les problèmes liés à l'addiction à un niveau minimum acceptable vis-à-vis des conséquences néfastes sur la vie quotidienne (émotives, sociales, économiques). De nombreux programmes différents existent avec chacun leur spécificité. Idéalement, la plupart des cures de désintoxication visent à instaurer une abstinence.

La mise en œuvre d'une cure de désintoxication doit être une action volontaire de la personne souffrant de l'addiction, pour le personnel soignant c'est une condition essentielle à la réussite de la cure. La cure de désintoxication est souvent la première étape d'un processus permettant à l'individu d'adopter un changement durable de style de vie. Elle est par exemple préalable à la post-cure.

En cas de dépendance physique, la cure de désintoxication commence par un sevrage de quelques jours souvent fortement médicalisé, correspondant à la désintoxication physique.

Les critiques s'adressent généralement au manque de suivi après la cure qui entraîne des rechutes et visent à dire que tant qu'un suivi correct ne sera pas mis en place, les cures resteront les éléments d'un « cercle vicieux »[1].

Les centres de désintoxication sont des établissements spécialisés dans la cure de désintoxication.

En France[modifier | modifier le code]

Si la cure de désintoxication est menée à son terme, elle est considérée légalement comme une acceptation de soin et met fin aux poursuites pénales concernant l'usage de stupéfiants[2].

Selon le code de santé publique[2], le procureur de la République peut enjoindre à un toxicomane de subir une cure de désintoxication ou de se placer sous surveillance médicale.

Les frais sont couverts par l'assurance maladie et les soins peuvent être anonymes.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs centres de désintoxication. Un des plus célèbres, en raison des célébrités qui le fréquentèrent est le Betty Ford Center. Différents centres faisant appel à l'acupuncture, plutôt qu'à la méthadone, furent fondés dans les années 1970 par des proches des Black Panthers ou des Young Lords (notamment à l'Hôpital Lincoln dans le Bronx).

Récupération[modifier | modifier le code]

La définition du rétablissement reste divisée et subjective dans la réadaptation des toxicomanes, car il n'y a pas de normes établies pour mesurer le rétablissement.[3] Le Betty Ford Institute a défini le rétablissement comme la réalisation d'une abstinence complète ainsi que d'un bien-être personnel[4] tandis que d'autres études ont considéré la « quasi-abstinence » comme une définition.[5] Le large éventail de significations a compliqué le processus de choix des programmes de réadaptation.

Le modèle de récupération trouve son origine dans le mouvement des survivants psychiatriques aux États-Unis, qui soutient que recevoir un certain diagnostic peut être stigmatisant et paralysant.[6] Alors que d'autres programmes de traitement sont axés sur la rémission ou la guérison de la toxicomanie, le modèle de rétablissement adopte une approche humaniste pour aider les gens à surmonter la dépendance. Certaines caractéristiques du modèle de rétablissement sont l'inclusion sociale, l'autonomisation pour surmonter la consommation de substances, la concentration sur les forces du client plutôt que sur ses déficits et l'aide à vivre une vie plus épanouissante en présence de symptômes de dépendance.[7] Un autre élément clé du modèle de rétablissement est la relation de collaboration entre le client et le fournisseur dans le développement du chemin du client vers l'abstinence. Dans le cadre du modèle de rétablissement, un programme est conçu personnellement pour répondre aux besoins d'un client individuel et n'inclut pas un ensemble standard d'étapes à suivre.[8]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Addiction Research Foundation, Alcohol and Drug Treatment in Ontario, Toronto : 1994
  2. a et b Code de santé publique, article L.3423-1
  3. Webb L, « The recovery model and complex health needs: what health psychology can learn from mental health and substance misuse service provision », Journal of Health Psychology, vol. 17, no 5,‎ , p. 731–741 (PMID 22021273, DOI 10.1177/1359105311425276, S2CID 12725414)
  4. « What is recovery? A working definition from the Betty Ford Institute » [archive du ] (consulté le )
  5. White WL, « Recovery/Remission from Substance Use Disorders » [archive du ], (consulté le )
  6. (en) Adame AL, Knudson RM, « Recovery and the Good Life: How Psychiatric Survivors Are Revisioning the Healing Process », Journal of Humanistic Psychology, vol. 48, no 2,‎ , p. 142–164 (ISSN 0022-1678, DOI 10.1177/0022167807305544)
  7. (en-US) « What is the Recovery Model in Addiction? », sur Steve Rose, PhD, (consulté le )
  8. (en) Webb L, « The recovery model and complex health needs: What health psychology can learn from mental health and substance misuse service provision », Journal of Health Psychology, vol. 17, no 5,‎ , p. 731–741 (ISSN 1359-1053, DOI 10.1177/1359105311425276)

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]