David Geffen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

David Lawrence Geffen (né le à Brooklyn) est un producteur de musique, de cinéma et de théâtre américain. Il est surtout connu pour avoir créé Asylum Records en 1971 et Geffen Records en 1980. Il a également fondé la Geffen Film Company et est l'un des créateurs de DreamWorks SKG. En 2016, sa fortune est estimée à 6,8 milliards de dollars[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

David Geffen est né à New York, plus précisément à Borough Park à Brooklyn ; ses parents sont Abraham Geffen et Batya Volovskaya, Juifs immigrés aux États-Unis après s'être rencontrés en Palestine sous mandat britannique.

David Geffen est entré à l'Université du Texas à Austin, mais sans poursuivre ses études jusqu'au bout[1].

Politique[modifier | modifier le code]

Il a soutenu financièrement Bill Clinton[Quand ?], mais s'est depuis éloigné de lui.

De même, il a été un appui financier de Barack Obama.

David Geffen a fait partie des personnalités ayant agi financièrement pour empêcher l'aboutissement de la Proposition 8 (qui visait à interdire le mariage homosexuel) en Californie.

Dans les médias[modifier | modifier le code]

Il a été le sujet de l'un des documentaires de l'émission American Masters de PBS, intitulé Inventing David Geffen ; ce documentaire a été réalisé par Susan Lacy et diffusé pour la première fois le 20 novembre 2012.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Geffen révéla publiquement son homosexualité en 1992[2]. En 2007, le magazine Out lui attribua la première place dans leur classement des « cinquante personnalités gays les plus influentes des États-Unis »[3].

En 2011, il achète le yacht de luxe Pelorus à Roman Abramovitch pour 300 millions de dollars.

Collection d'art[modifier | modifier le code]

La collection d’œuvres d'art de David Geffen est estimée, selon Wealth X, à 2,4 milliards de dollars. Il possède notamment des tableaux de Robert Rauschenberg et Jasper Johns. En 2006, il a vendu quelques-unes de ses toiles majeures comme Number 5 de Jackson Pollock et Woman III de Willem de Kooning[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://www.forbes.com/profile/david-geffen/
  2. (en) William Cohan, « Praise for Coming Out From Someone Who Did », sur The New York Times, (consulté le 9 septembre 2018).
  3. (en) « The Power 50 », sur out.com, (consulté le 9 septembre 2018).
  4. « Les plus grands collectionneurs privés d'art », Le Journal du Net, 30 mai 2014.