Sidaction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (février 2016).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Sidaction
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Lutte contre le VIH/sida
Fondation
Fondation 1994
Identité
Siège Paris
Président Pierre Bergé
Vice-présidente Line Renaud
Site web www.sidaction.org

Sidaction est une association de lutte contre le VIH/sida, créée en 1994. Elle finance à parts égales des programmes de recherche et des associations d’aide aux malades et de prévention, en France et à l’international. Pierre Bergé préside l'association.

Pour collecter des fonds, l’association organise chaque année le Sidaction. Cette opération médiatique mobilise durant trois jours une vingtaine de chaînes de télévisions et de radios, ainsi que des bénévoles dans toute la France.

Structure de l'association[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le 17 février 1992, plusieurs associations de lutte contre le sida et un groupe de chercheurs fondent Ensemble contre le Sida, pour lutter contre la pandémie en finançant à la fois la recherche et l’aide aux malades. Ensemble contre le Sida s'appuie sur la Fondation de France qui gère ses fonds et sur la Fondation pour la Recherche Médicale qui s'occupe du financement des programmes scientifiques et médicaux tandis qu'Ensemble contre le Sida se consacre aux programmes de prévention et d'aide aux malades. Le 7 avril 1994, ils organisent le premier Sidaction[1]. Pierre Bergé devient président en 1996 et en 1998, l'association est reconnue comme « établissement d’utilité publique »[2].

En 1999, un comité scientifique et médical est créé pour instruire les demandes de subvention et les bourses de recherche. Quelques mois plus tard, la mise en place d’un service de programmes scientifiques et médicaux permet de traiter en interne demandes et suivis de financements. L’association se détache donc de la Fondation pour la Recherche Médicale.

L’association lance en 2000 le magazine Transversal, une revue bimestrielle d'information sur le VIH/sida et les acteurs de la lutte.

En 2007, Ensemble contre le sida devient Sidaction, ensemble contre le sida. Depuis 1994, le public avait en effet pris l’habitude d’utiliser le nom de cet événement de collecte national pour désigner l’association.[réf. nécessaire]

Organisation[modifier | modifier le code]

Le conseil d’administration de Sidaction est composé de 22 membres bénévoles impliqués de longue date dans la lutte contre le sida, reconnues pour leur connaissance ou leur apport à la lutte contre le sida. Parmi elles, on compte Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de médecine en 2008 pour la co-découverte du VIH en 1983[3]. Il décide des financements alloués selon les recommandations de quatre comités : un comité scientifique et médical, un comité associatif, un comité international et un comité qualité de vie - qualité des soins[4].

Financement[modifier | modifier le code]

Le financement de Sidaction repose, en 2014, entre 90 et 94% sur des fonds privés [5].

Domaines d'interventions[modifier | modifier le code]

La recherche scientifique et médicale[modifier | modifier le code]

Sidaction est la seule association française de lutte contre le VIH à financer la recherche. La moitié de ses ressources nettes est ainsi attribuée à des programmes de recherche scientifique et médicale menés en France et dans les pays en développement. Sidaction soutient des projets de recherche fondamentale, appliquée et clinique dans tous les domaines de la recherche biomédicale sur le VIH (virologie, immunologie, vaccins préventifs et thérapeutiques, traitements), ainsi que des travaux de recherche en sciences de l'homme et de la société, en épidémiologie et en santé publique, portant sur le VIH. Les aides sont réparties entre équipes de recherche et jeunes chercheurs.

Les missions du service des programmes scientifiques et médicaux :

  • Les jeunes chercheurs : cette mission a été créée en 2004 pour l’amélioration du statut des doctorants et post-doctorants. L’avenir de la recherche publique française est préoccupant[6],[7] et les moyens institutionnels consacrés à la lutte contre le VIH/sida sont en effet très limités. En 2014, Sidaction a financé 45 jeunes chercheurs[8]. L'association a également créé en 2003 le prix scientifique « Jeune Chercheur » qui récompense un boursier de l'association pour la qualité et la pertinence de ses travaux sur le VIH.
  • Les sciences sociales : le sida a été, pendant plus de vingt ans, un acteur et un révélateur important des transformations sociales, notamment dans le domaine de la médecine et de la santé publique. Dans ce cadre, les sciences sociales ont permis à la fois de poser de nouvelles questions scientifiques et d’orienter certains choix politiques. L’évolution récente de l’épidémie, liée notamment à la vulnérabilité accrue de certains ainsi qu’à une prise en charge globale impliquant les aspects thérapeutiques, psychologiques, préventifs et sociaux, impose de nouveaux défis aux chercheurs en sciences humaines. Dans cette perspective, Sidaction a décidé de lancer, en octobre 2006, une mission consacrée au renforcement du soutien à la recherche en sciences sociales sur le VIH.
  • Suivi des programmes dans les PED.
  • Qualité de vie, qualité des soins : avec le développement des traitements antirétroviraux qui allongent la durée de vie des personnes vivant avec le VIH mais provoquent souvent des effets indésirables importants, la qualité de vie est devenue un facteur essentiel dans la lutte contre le VIH. En complément du soutien à la recherche en qualité de vie, Sidaction développe un appel à projets spécifique qui tend à promouvoir et valoriser les programmes qui prennent en compte la qualité de vie ressentie par les personnes et utilisent pour leur évaluation les mesures de la qualité de vie liée au VIH.

Les actions en France[modifier | modifier le code]

Sidaction sélectionne les actions et les programmes qui répondent aux besoins urgents des personnes vivant avec le VIH, généralement particulièrement précarisées : l’emploi[9], la prévention pour les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes (HSH) particulièrement touchés par l'épidémie[10], le milieu carcéral, etc. L’association apporte une expertise technique et des fonds pour permettre la mise en place de programmes puis passe le relais aux acteurs institutionnels. En parallèle, elle soutient des associations de prise en charge globale visant à accompagner et à améliorer le quotidien des personnes vivant avec le VIH.

Les actions dans les pays en développement[modifier | modifier le code]

Sidaction accorde chaque année un montant de ses dons collectés à des projets internationaux qui permettent la prise en charge médicale, psychologique et sociale des personnes vivant avec le VIH , de développer des projets de formation et de couvrir une partie des coûts administratifs et logistiques des associations partenaires soutenues. Afin de lutter contre la transmission mère-enfant, Sidaction accorde un appui spécifique à certains projets, comme celui de la prise en charge des enfants exposés, infectés et affectés par le VIH, qui vise à leur garantir prévention et soins, depuis la prévention de la transmission mère-enfant jusqu’à la santé sexuelle et reproductive des adolescents. D’autres projets spécifiques sont aussi financés pour renforcer les droits de populations clés et fréquemment oubliées des programmes nationaux, comme les usagers de drogues, les travailleurs et travailleuses du sexe, les minorités sexuelles et de genre. L'association organise également des sessions de formation sur la collecte des fonds privés pour que les responsables des associations de lutte contre le VIH/sida à l'international ne soient pas dépendants des financements émanant d’organismes publics ou de fondations, sur la gestion des ressources humaines. [réf. nécessaire]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Lestrade et Gilles Pialoux, Sida 2.0, Univers Poche,‎ , 424 p.
  2. « Décret du 10 mars 1998 portant reconnaissance d'une association comme établissement d'utilité publique | Legifrance »
  3. Françoise Barré-Sinoussi, Pour un monde sans sida, Albin Michel,‎ , 176 p.
  4. « Notre organisation », sur Sidaction (consulté le 8 janvier 2016)
  5. Jean-François Tronel, « ACCE - ONG chiffres 214 - Indépendance vis à vis des subventions publiques », sur www.acce-association.com (consulté le 3 février 2016)
  6. Alternatives Economiques, « La recherche cherche son avenir », sur www.alternatives-economiques.fr (consulté le 29 janvier 2016)
  7. (fr) « La recherche française est en marche... dans la rue », sur Sciences et avenir (consulté le 29 janvier 2016)
  8. (fr) « Europe 1 soutient le Sidaction », sur www.europe1.fr (consulté le 3 février 2016)
  9. « La carrière semée d'embûches des salariés atteints du sida », sur www.lexpress.fr (consulté le 29 janvier 2016)
  10. « Infection par le VIH/SIDA et les IST. Point épidémiologique du 23 novembre 2015. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]