Parti communiste britannique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti communiste britannique
(en) Communist Party of Britain
Image illustrative de l’article Parti communiste britannique
Logotype officiel.
Présentation
Présidente Liz Payne[1]
Fondation 1920 (en tant que Parti communiste de Grande-Bretagne)
1988 (nom actuel)[2]
Siège Ruskin House (en), Croydon, Londres
Secrétaire général Robert Griffiths (en)[1],[3]
Organisation de jeunesse Ligue des jeunes communistes (en)
Positionnement Extrême gauche[4]
Idéologie Communisme
Marxisme-léninisme
Anti-austérité (en)[5]
Euroscepticisme[6]
Socialisme[7]
Syndicalisme[8]
Affiliation internationale Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers
Adhérents 856 (2019)
Couleurs rouge, jaune
Site web www.communist-party.org.uk

Le Parti communiste britannique ((en) Communist Party of Britain) est un parti politique britannique. Fondé en 1988, il se présente comme l'héritier du Parti communiste de Grande-Bretagne (fondé en 1920). Avec 1 026 membres en 2007, c'est actuellement le plus important parti communiste au Royaume-Uni. Son dirigeant est le Gallois Robert Griffiths (en).

Le parti fut créé par une branche dissidente du Parti communiste de Grande-Bretagne, accusé d'avoir abandonné l'idée du rôle dominant de la classe des travailleurs dans le processus révolutionnaire.

Lors des élections générales de mai 2005, le Parti communiste britannique présenta des candidats dans six circonscriptions. Ils obtinrent en moyenne 0,55 % des voix[9].

En , un membre du parti, Clive Griffiths (sans lien de parenté avec Robert Griffiths (en)), fut élu conseiller communal à Hirwaun, au Pays de Galles[10].

Le parti appelle à la nationalisation des industries, à une économie contrôlée par les travailleurs et par l'État, à une économie planifiée, au maintien de l'importance de la liberté de la presse et de la liberté d'expression, et à l'éventuelle disparition de l'État pour laisser la place à une société communiste (par définition sans État).

Le Parti communiste britannique est présent en Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles, mais pas en Irlande du Nord, où le principal parti communiste est le Parti communiste d'Irlande.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Peoples Printing Press Society, « Morning Star :: Communists slam Western hypocrisy over terror » [archive du ], Morningstaronline.co.uk, (consulté le 30 août 2015)
  2. « Communist Party launches election manifesto », BBC News,
  3. Martin Graham, Report and Accounts for the year ended 31 December 2018, Communist Party, (lire en ligne), p. 2
  4. Peter Barberis, John McHugh et Mike Tyldesley, Encyclopedia of British and Irish Political Organizations : Parties, Groups and Movements of the 20th Century, Londres, A&C Black, , 576 p. (ISBN 0-8264-5814-9, lire en ligne), « Far Left », p. 145
  5. Robert Griffiths, « Against austerity, mobilise zany unite », sur www.communist-party.org.uk, (consulté le 20 août 2015) : « "austerity has been about enlarging the private sector at the expense of the public one, cutting the level of real wages, reducing the levels of corporation tax on big business profits and increasing both the mass and rate of corporate profit." »
  6. Brian Denny, « Unions should take a lead in the EU referendum », sur www.communist-party.org.uk, (consulté le 20 août 2015) : « "Vote against anti-social Europe, vote to get out" »
  7. « Britain's Road to Socialism: Introduction », sur communist-party.org.uk, Communist Party of Britain,  : « "socialism is the only alternative system of society that can meet the essential needs of the people and humanity" »
  8. Steve Sweeney, « Morning Star at centre of struggle for worker freedom », sur communist-party.org.uk, Communist Party of Britain, (consulté le 10 septembre 2015) : « "Trade union rights are human rights" »
  9. (en) Résultats des petits partis aux élections de 2005
  10. (en) "Wales gets its first Communist councillor since 1970s", Martin Shipton, Western Mail, 15 avril 2008