Outing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’outing est le fait de révéler l'homosexualité ou la transidentité d'une personne sans son consentement, voire contre sa volonté[1].

L'« outing » est un cas différent du « coming-out » qui consiste, pour une personne homosexuelle, à révéler volontairement son orientation. Une manœuvre d'« outing » peut être effectuée dans un but politique (par exemple : dénoncer une divergence entre style de vie privée et propos publics). On dit alors que la personne en question a été « outée ». La pratique de l'outing est parfois présentée par ses défenseurs comme un moyen de lutter contre les discriminations et l'homophobie, mais elle est par ailleurs dénoncée comme une forme de délation et une violation de la vie privée[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Act Up-Paris a notamment menacé en 1999 d'« outer » un député UDF-RPR, homosexuel et présent à la manifestation anti-Pacs du , où ont été entendus des slogans homophobes, mais ne l'a pas fait[2].

En 2000, l'homosexualité de Jean-Luc Roméro est révélé dans un magazine[2].

Au Royaume-Uni, le directeur général de la compagnie pétrolière BP, John Browne, a démissionné le après que la justice a autorisé un tabloïd à révéler son homosexualité en publiant les allégations de son ancien amant.

En 2011, dix députés italiens sont outés pour avoir voté contre une loi visant à combattre l'homophobie[3]. Cet acte est l'œuvre d'Aurelio Mancuso, militant de la cause LGBTQI. Aurelio dit posséder plus d'une centaine de noms de personnalités italiennes, et menace de continuer le processus si ces personnes font preuve d'homophobie[4].

Des associations LGBT autrichiennes se sont demandé durant des années si elles devaient ou non révéler la bisexualité de Jörg Haider, un homme politique autrichien ayant voté contre une proposition d'abaissement de l'âge de consentement pour les relations homosexuelles dans son pays, afin de l'affaiblir politiquement (son électorat étant très conservateur) ; les raisons contre étant que cela pourrait encourager davantage l'homophobie dans un pays déjà conservateur[5]. Peu après sa mort, en 2008, Stefan Petzner, un de ses plus proches collaborateurs, a finalement révélé leur liaison[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michèle Fournier, Le outing : une forme de délation ciblant les homosexuels, Autrement, (ISBN 9782746707283, lire en ligne).
  2. a et b Didier Eribon, Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Larousse, , 548 p. (ISBN 2-03-505164-9), p. 347.
  3. « Italie: l'outing de politiques fait débat », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  4. « Italie : l'annonce d'un coming out de masse divise les militants homos », Têtu,‎ .
  5. a et b (en) Kate Connolly, « A right state of affairs », The Guardian,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]