Henry Bond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henry Bond
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Mouvement
Distinction
Fellow of the Higher Education Academy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
October 26 1993 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Henry Bond (né le 13 juin 1966) est un écrivain, photographe et artiste visuel anglais[1] attaché à l'appropriation et au pastiche avec un intérêt particulier pour la surveillance, le voyeurisme, la psychanalyse freudienne et la criminalistique[2].

Liminaire[modifier | modifier le code]

Grâce à son exposition East Country Yard Show (en), il a influencé la formation et le développement des Young British Artists ou YBAs[3] désignant l'ensemble d'artistes contemporain britanniques fondé dans à la fin des années 1980[pas clair], sortant pour la plupart du Goldsmiths College à Londres comme Damien Hirst, Angela Bulloch et Liam Gillick[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Bond est né à Upton Park, dans l'est de Londres en 1966 et a obtenu une licence en arts de la Goldsmiths, University of London en 1988[5] avec ses camarades Angela Bulloch, Ian Davenport, Anya Gallaccio, Gary Hume et Michael Landy[6]. Bond a obtenu une maîtrise en psychanalyse de l'Université du Middlesex à Hendon[7] où il avait comme professeur spécialiste de Lacan, Bernard Burgoyne[8]. Bond a reçu son doctorat de l'Université du Gloucestershire en 2007[9].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 2009, Henry Bond est nommé maître de conférences en photographie à l'université Kingston, poste qu'il occupe toujours en 2020[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Bond a un syndrome d'Asperger. Il a suivi à la fois une thérapie cognitivo-comportementale et une psychanalyse pour cette raison. Il a remis en question l'utilisation de la psychanalyse avec des enfants autistes en France. Bond est marié au marchand d'art Emily Tsingou, et ils vivent à Kensington (Londres) avec leur fille[11].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Henry Bond : The Cult of the Street - Les presses du réel », sur www.lespressesdureel.com (consulté le 23 juin 2020)
  2. « Henry Bond | Artists | Collection | British Council − Visual Arts », sur visualarts.britishcouncil.org (consulté le 23 juin 2020)
  3. (en-GB) Tate, « Henry Bond born 1966 », sur Tate (consulté le 23 juin 2020)
  4. (en) Michael Archer, Marjorie Allthorpe-Guyton et Roger Malbert, How to Improve the World: 60 Years of British Art : Arts Council Collection, Hayward Gallery, (lire en ligne)
  5. (en) « Bond », sur The Tate (consulté le 23 juin 2020)
  6. « Henry Bond In Conversation With Ana Finel Honigman : Saatchi Online Magazine : News and Updates for Art Lovers », sur web.archive.org, (consulté le 23 juin 2020)
  7. « Centre for Psychoanalysis | Middlesex University London », sur www.mdx.ac.uk (consulté le 23 juin 2020)
  8. (en) Henry Bond, Lacan at the Scene, MIT Press, (ISBN 978-0-262-30009-4, lire en ligne)
  9. (en) « Henry Bond | Widewalls », sur www.widewalls.ch (consulté le 23 juin 2020)
  10. (en-GB) « Dr Henry Bond FHEA - Academic profiles - Kingston University London », sur www.kingston.ac.uk (consulté le 23 juin 2020)
  11. (en-GB) Henry Bond, « What autism can teach us about psychoanalysis | Henry Bond », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 23 juin 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :