Ibarre (Pyrénées-Atlantiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ibarre
Image dans Infobox.
Nom officiel
IbarreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom local
(eu) IbarreVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Arrondissement français
Province
Ancien canton français
Département
Commune française
Coordonnées
Démographie
Gentilé
IbartarVoir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Histoire
Remplacé par
Dissolution

Ibarre est une ancienne commune française du département des Pyrénées-Atlantiques. Le , la commune fusionne avec Saint-Just pour former la nouvelle commune de Saint-Just-Ibarre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ibarre fait partie du pays d'Ostabarret, dans la province basque de Basse-Navarre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom basque est Ibarre[1] ('vallée').

Le toponyme Ibarre apparaît sous les formes Nostre-Done d'Ibarre (1472[2], notaires de Labastide-Villefranche, n° 2, feuillet 22[3]) et Ibarren (1513[2], titres de Pampelune[4]).

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1799 1831 Arnaud Etchepare    
1832 1841 Arnaud Arla    

Démographie[modifier | modifier le code]

Le recensement[6] à caractère fiscal de 1412-1413, réalisé sur ordre de Charles III de Navarre[7], comparé à celui de 1551 des hommes et des armes qui sont dans le présent royaume de Navarre d'en deçà les ports[8], révèle une démographie en forte croissance. Le premier indique à Ibarre la présence de 5 feux, le second de 13 feux.

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836
148168173160176146
(Sources : projet Cassini de l'EHESS[9].)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La ferme Etxeparea[10] date du XVIIe siècle.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La chapelle de l'Assomption de la Sainte Vierge[11] date du XVe siècle.

Michel Garicoïts (1797-1863), prêtre et fondateur des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus est né à Ibarre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation de la commune », notice no IA64000803, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Notaires de Labastide-Villefranche - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  4. Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  5. Janine Luro, « Liste des maires et agents municipaux d'état civil depuis la révolution », Jakintza, no 73,‎
  6. Recensements cités par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque III : Évolution économique et sociale du XVIe au XVIIIe siècle, t. 3, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 411 p. (ISBN 8483317443 et 9788483317440, OCLC 466971263), p. 25. Le même ouvrage de Manex Goyhenetche indique (page 284) qu'il faut compter une moyenne démographique de 5.5 par feu.
  7. Transcrit et publié par Ricardo Cierbide, Censos de población de la Baja Navarra, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1993
  8. Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, E 575, transcrit par Louis Baratchart dans Les amis de la vieille Navarre, janvier 1995, pages 44-54
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Ibarre », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  10. « La ferme Etxeparea », notice no IA64000786, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « La chapelle de l'Assomption de la Sainte Vierge », notice no IA64000788, base Mérimée, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]