Viellenave-sur-Bidouze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viellenave et Bidouze.
Viellenave-sur-Bidouze
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
Région
Département français
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Histoire
Origine du nom
Identifiants
INSEE
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata

Viellenave-sur-Bidouze est une ancienne commune française du département des Pyrénées-Atlantiques. Le , les trois communes d'Arancou, Bergouey et Viellenave-sur-Bidouze fusionnent. Le , Arancou redevient indépendante alors que Bergouey et Viellenave restent associées dans la commune de Bergouey-Viellenave.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village fait partie du Lauhire, dans la province basque de Basse-Navarre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Viellenave apparaît sous les formes Villanueva et lo castet de Villanava (respectivement 1247[1] et 1308[1], collection Duchesne volume CXIV[2]) et Viellenave-de-Bidache (1801[3], Bulletin des lois).

Histoire[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
214185193199205209202206193
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
181165177142150139130133121
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
128106108978890838170
1962 1968 - - - - - - -
7151-------
(Sources : projet Cassini de l'EHESS[3].)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

La ferme Barnetche[4])date partiellement du XVIIe siècle.

Le pont dit romain[5], est cité dès le XIIe siècle, et fut remanié au XVIIIe siècle. Il présente quatre arches sur la Bidouze ;

Le moulin[6] est accolé au pont de Viellenave, et est cité dès le XIIe siècle. Il fut reconstruit au XVIIe siècle : meules, four à pain, barrage, en restauration depuis 2002.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jacques-le-Majeur[7] date partiellement du XIIIe siècle. Elle fut restaurée au XIXe siècle et est située sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Elle est inscrite comme monument historique pour son portail en façade roman. Elle recèle un bénitier et deux statues[8] inscrits à l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]