Amorots

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amorots.
Amorots
Amorots-Succos mairie.jpg
Géographie
Pays
Région
Département français
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Identifiants
INSEE
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata

Amorots est une ancienne commune française du département des Pyrénées-Atlantiques. Le , la commune fusionne avec Succos pour former la nouvelle commune d'Amorots-Succos.

L'église Sainte-Luce et le fronton
Une ferme d'Amorots

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village fait partie du pays de Mixe, dans la province basque de Basse-Navarre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Amorots apparaît sous les formes Sanctus Vicentius de Maroz, Maroth et Morotz (1160[1]), Amoros (1268[1]), Amarotz (1305 et 1306[1]), Amaroz (1350[1]), Amoroz (1402[2], titres de Soule) et Amorotz (1413[1] et 1513[2], titres de Pampelune[3]).

Son nom basque est Amorotze.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1350, 5 feux sont signalés à Amorots[4].

Le recensement[5] à caractère fiscal de 1412-1413, réalisé[6] sur ordre de Charles III de Navarre, comparé à celui de 1551 des hommes et des armes qui sont dans le présent royaume de Navarre d'en deçà les ports[7], révèle une démographie en forte croissance. Le premier indique à Amorots la présence de 4 feux, le second de 13 (12 + 1 feu secondaire).

Le recensement de la population de Basse-Navarre de 1695[8] dénombre 40 feux à Amorots. Le rôle de la taille de 1758 recense, quant à lui, 74 feux[9].

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836
305310236363356330
(Sources : Projet Cassini de l'EHESS[10].)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Luce[11] date de 1880. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux (monographie), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques », [éd. revue et corrigée] (1re éd. ), 244 p., 21 cm (ISBN 2867813964 et 9782867813962, OCLC 72757865, notice BnF no FRBNF40190262, présentation en ligne)
  2. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  3. Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  4. Jean-Baptiste Orpustan, Ouvrage collectif, Amikuze - Le Pays de Mixe, Éditions Izpegi - 1992 (ISBN 2 909262 05 7), page 77
  5. Recensements cités par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque III : Évolution économique et sociale du XVIe au XVIIIe siècle, t. 3, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 411 p. (ISBN 8483317443 et 9788483317440, OCLC 466971263), p. 26. Le même ouvrage de Manex Goyhenetche indique (page 284) qu'il faut compter une moyenne démographique de 5.5 par feu.
  6. Transcrit et publié par Ricardo Cierbide, Censos de población de la Baja Navarra, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1993
  7. Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, E 575, transcrit par Louis Baratchart dans Les amis de la vieille Navarre, janvier 1995, pages 44-54
  8. Bibliothèque nationale, 6956, registre Moreau 979, cité par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque III : Évolution économique et sociale du XVIe au XVIIIe siècle, t. 3, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 411 p. (ISBN 8483317443 et 9788483317440, OCLC 466971263), p. 299.
  9. Recensement cité par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque IV : Révolution de 1789, t. 4, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 432 p. (ISBN 2913156460 et 9782913156463, OCLC 492295167), p. 282
  10. Fiche d'Amorots sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  11. « L'église Sainte-Luce », notice no IA64000682, base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]