Vincent Bolloré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bolloré (homonymie).

Vincent Bolloré

Naissance (62 ans)
Boulogne-Billancourt
Nationalité Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession Homme d'affaires
Distinctions
Ascendants
Conjoint
Sophie Fossorier
Anaïs Jeanneret
Descendants
Yannick, Sébastien, Cyrille et Marie.

Vincent Bolloré, né le à Boulogne-Billancourt, est un industriel et homme d’affaires français, président-directeur général du groupe Bolloré.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est issu d’une famille d'industriels bretons : fils de Michel Bolloré (1922-1997) et de Monique Follot, dont la mère, Nicole Goldschmidt[1], a beaucoup compté pour lui. Il est le père de quatre enfants issus de son union avec Sophie Fossorier : Yannick, Sébastien, Cyrille et Marie. Il s'est remarié avec Valérie Jeanneret.

Formation[modifier | modifier le code]

Ancien élève du lycée Janson-de-Sailly, Vincent Bolloré est titulaire d'un DESS de droit des affaires de l’université Paris X Nanterre.

Activités professionnelles[modifier | modifier le code]

Vincent Bolloré commence sa carrière en 1970 à la banque de l'Union européenne, avant de rejoindre, en 1975, la Compagnie financière Edmond de Rothschild.

En 1981, il reprend la papeterie familiale, alors en grande difficulté, et la sort de sa tradition papetière pour s’investir dans le secteur industriel des films plastiques ultrafins.

Ses différentes prises de participation, qui produisent parfois de rapides plus-values[2], transforment le groupe en conglomérat international présent dans l’énergie, l’agriculture (plantations en Afrique, vin en France), le transport, la logistique et le fret maritime.

En 2012, il est la 11e fortune de France, avec 3,610 milliards d'euros selon Challenges[3].

Prise de position politique[modifier | modifier le code]

Le 13 septembre 2013, il annonce qu'il votera « sûrement » pour la candidate PS Anne Hidalgo lors des élections municipales de 2014 à Paris, rendant en même temps hommage au maire sortant Bertrand Delanoë, lequel a permis la mise en place du service de voitures électriques Autolib', dont le groupe Bolloré est l'exploitant[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2007, Vincent Bolloré met son jet privé[5] et son yacht personnel, le Paloma à la disposition de Nicolas Sarkozy, tout juste élu président de la République Française.

De ces faits, ainsi que du rachat par le groupe Bolloré de la SFP, qui se cumulent avec l'entrée de Vincent Bolloré dans le monde de l'édition, naissent des controverses sur les commandes publiques de la SFP, et sur les activités du groupe Bolloré en Afrique[6].

Ainsi, un reportage de Benoît Collombat, diffusé le 29 mars 2009 et intitulé Cameroun, l'empire noir de Vincent Bolloré, relayé, notamment, par les sites Mediapart[7] et Rue89[8] aboutit à un procès en diffamation, gagné par Vincent Bolloré le 6 mai 2010[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Irène Inchauspé, Jean-François Jacquier et Étienne Mary, « Le Français qui veut se payer l'Italie », Le Point,‎ 9 mai 2003 (lire en ligne)
  2. « Bolloré, de la finance aux médias » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  3. Classement des 500 premières fortunes de france.
  4. « Bolloré vote Hidalgo », in Le Figaro, samedi 14 / dimanche 15 septembre 2013, page 6.
  5. Sarkozy est arrivé à Louxor avec Carla Bruni, Le Nouvel Obs, 25 décembre 2007
  6. Bolloré laisse passer le papier gommé, Libération p.28, 6 juin 2007.
  7. « Enquête sur la face cachée de l'empire Bolloré » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Mediapart, 2 février 2009
  8. David Servenay, « Voyage au cœur de "l'empire noir" de Bolloré au Cameroun » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Rue89, 28 mars 2009
  9. Bolloré : France Inter condamné pour diffamation, Arrêt sur images, 6 mai 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]