Arnaud Lagardère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lagardère.

Arnaud Lagardère

Naissance (53 ans)
Boulogne-Billancourt
Nationalité Drapeau de la France française
Profession Associé commandité, gérant de Lagardère SCA
Formation
Conjoint

Arnaud Lagardère, né le à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) est le fils unique de Jean-Luc Lagardère, ancien président de Matra et Hachette. Il est gérant et associé commandité de Lagardère SCA, société holding du groupe Lagardère. Sa fortune était estimée à 240 millions € en 2012 (170e de France) par le magazine Challenges [2]. Il est au 39e rang des patrons les mieux payés de France avec 1,6 million € en 2008[3]. Divorcé, il est le père de quatre enfants, dont deux filles (Liva et Mila) avec son épouse actuelle, le mannequin belge Jade Foret[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Titulaire d’un DEA d'économie de l'université Paris-Dauphine, le fils de Jean-Luc Lagardère effectue la majeure partie de sa carrière au sein du groupe familial Lagardère. Il est nommé Administrateur (1986) puis Directeur Général (1989) de la société MMB, devenue Lagardère SCA en 1996. Il occupe alors différentes fonctions au sein du groupe, dont la présidence de Grolier Inc. aux États-Unis (1994-1998), et celle d’Europe 1 - Communication (1999-2007).

Depuis 2003, il dirige le groupe Lagardère en qualité de gérant et associé commandité et recentre celui-ci dans les médias. Dans le secteur du livre, le groupe fait notamment l’acquisition de 40 % de Vivendi Universal Publishing, de Houghton Mifflin puis de Warner Books.

En 2006, il crée une nouvelle entreprise, Lagardère Sports, devenue Lagardère Unlimited[4] en mai 2010, spécialisée dans le sport et le divertissement, avec les acquisitions successives de Sportfive, IEC[5], World Sport Group ou encore Best. Actuellement Lagardère Unlimited, sous l’impulsion d’Arnaud Lagardère, travaille au déploiement de ses activités numériques, en particulier dans l’édition et la presse. Au cours de sa carrière Arnaud Lagardère fut temporairement administrateur de France Télécom (2003-2008), de LVMH (2003-2009), de Fimalac (2003-2006) et membre du Conseil de surveillance du journal Le Monde (2005-2008).

Activités[modifier | modifier le code]

Fonctions dans le groupe[modifier | modifier le code]

Arnaud Lagardère est associé-commandité et gérant de Lagardère SCA, société holding du groupe Lagardère. Il occupe aussi les fonctions suivantes : président-directeur général de Hachette SA dont le nom commercial est Lagardère Media, président du Comité de direction de Lagardère Unlimited, président du Conseil de surveillance des sociétés Lagardère Active et Lagardère Services, administrateur de Hachette Livre (Lagardère Publishing).

Fonctions en dehors du groupe[modifier | modifier le code]

En plus de ces mandats, Arnaud Lagardère est administrateur et président de la Société de gestion de l’aéronautique, de la défense et de l’espace (Sogeade-Gérance), membre du Conseil d’administration de la société EADS N.V, président de la Fondation Jean-Luc Lagardère et membre de 2004 à 2007 du Conseil stratégique des technologies de l’information, organisme placé auprès du Premier ministre.

Controverses[modifier | modifier le code]

Les luttes internes dans la société EADS, à la suite du décès de son père, qui opposèrent notamment Jean-Louis Gergorin, Jean-Paul Gut, Philippe Camus, Fabrice Brégier, Noël Forgeard et lui-même, semblent avoir nui à son autorité de par son mutisme[6].

Certains journalistes sous couvert d'anonymat, le soupçonnent d'avoir bloqué en 2007, la publication d'un article du Journal du dimanche indiquant que l'épouse du président de la République nouvellement élu, Nicolas Sarkozy, n'était pas allée voter au second tour de l'élection présidentielle[7].

En juillet 2011, il apparaît aux côtés de sa compagne, le mannequin belge Jade Foret, dans une vidéo tournée à Rambouillet[8] pour l'hebdomadaire belge Le Soir Magazine. Rapidement relayé sur internet, ce document réveille également de nombreuses critiques quant aux compétences d'Arnaud Lagardère dans ses activités professionnelles[9],[10]. À la suite de la publication dans La Tribune d'un article exposant les inquiétudes des salariés du groupe Lagardère sur leur dirigeant, considérant cette « déclaration d'amour télégénique » comme « une nouvelle illustration de la désinvolture avec laquelle Arnaud Lagardère, 50 ans, conduit son groupe »[11], Arnaud Lagardère a fait savoir par communiqué de presse[12] qu'il poursuivait La Tribune pour « diffamation publique »[13].

Article connexe : Jade Foret.

Selon le quotidien La Tribune, Arnaud Lagardère serait en situation financière difficile[14]. Ces difficultés expliqueraient le fait qu'il a gagé l'essentiel de ses actions dans son groupe auprès de banques pour emprunter afin de renforcer sa participation dans son groupe. Arnaud Lagardère aurait utilisé les sommes prêtées pour acheter des actions Lagardère, à une période où le cours était élevé, soit de 57,9 € à 61 € par action. Le cours de l'action s'étant effondré, la valeur des titres détenus par Arnaud Lagardère compenserait à peine les sommes empruntées auprès des banques.

Direction des affaires Médias[modifier | modifier le code]

La stratégie "médias" du groupe Lagardère connaît certains échecs significatifs. Jean-Luc Lagardère avait connu le cuisant échec de la chaîne La Cinq[15] survenu après l'attribution de TF1 lors de sa privatisation au groupe Bouygues; son fils, Arnaud investit également dans la stratégie "médias" du groupe éponyme.

  • Lancée en par son futur partenaire Canal+, la chaîne "Forum Planète"[16] ferme aussi ses émissions en décembre 2002, deux ans après l'entrée au capital de Largardère dans Multithématiques.
  • En , Lagardère investit dans la chaîne « Médecine Plus » créée quelques mois plus tôt[17] mais cesse sa diffusion en janvier 2001.
  • Deux ans après son rachat, le service interactif « Le Journal de Chez Vous », créé par Canal+ en 1999[18], diffusé par Canalsatellite et TPS, s'arrête en 2002.
  • Même situation pour la chaîne Santé Vie[19] lancée en 2000 et cédée en juillet 2002[20], qui est amenée à s'arrêter, une année plus tard.
  • Le , la chaîne Match TV présentée comme le nouveau fleuron de Lagardère doit définitivement fermer son antenne, le [21].

Arnaud Lagardère, désormais seul capitaine à bord suite au décès de son père, ne parvient pas à redresser la barre et à retrouver les victoires obtenues par Jean-Luc Lagardère, notamment pour Europe 1.

Les analystes du secteur financier comme la Presse économique tirent un bilan négatif de la stratégie du groupe dirigé par Arnaud Lagardère[26]. Au cours de la crise financière affectant le marché publicitaire, Arnaud Lagardère attend, lui-même, un bilan significativement négatif[27].

Affaires[modifier | modifier le code]

A380[modifier | modifier le code]

Arnaud Lagardère cède une grande partie de ses actions EADS peu avant que l'action ne chute en bourse, suite à l'annonce des retards dans le programme A380. Cela lui vaut d'être auditionné par l'Autorité des marchés financiers (AMF) le , dans le cadre d'une enquête sur un possible délit d'initié.

Le Canard enchaîné du cite que les enquêteurs de l'AMF ont trouvé, lors d’une perquisition au siège du Groupe Lagardère, un calepin instructif dans le coffre du bureau de Raymond Lévy, président du Conseil de surveillance de Lagardère SCA. Ce calepin démontre que les déboires de l'A380 étaient connus d'Arnaud Lagardère avant la revente des actions pour 890 000 000 € de plus-values, comme le révèle le même article du Le Canard enchaîné. Ce possible délit d'initié éclaire d'un nouveau jour la phrase d'Arnaud Lagardère de juin 2006 : « J’ai le choix entre passer pour quelqu’un de malhonnête ou d'incompétent, qui ne sait pas ce qui s’est passé dans ses usines, j’assume cette seconde version ». Le mercredi 3 octobre 2007, Le Figaro fait sa une avec l'affaire ainsi dévoilée par l'Autorité des marchés financiers.

Dans sa notification des griefs établie à la suite de ces faits, l'AMF ne formule aucun reproche : ni à l'encontre d'Arnaud Lagardère, ni à l'encontre de Lagardère SCA au sujet de l'A380 ; l'autorité clos le dossier EADS sans aucune sanction[28],[29].

Article connexe : Affaire EADS.

Réseau d'influence[modifier | modifier le code]

Depuis les années 2000, Nicolas Sarkozy le considère publiquement comme « un frère »[30]. Parmi le réseau de relations d'Arnaud Lagardère, on compte des personnalités appartenant au monde des entreprises ou de l'univers politique comme Henri de Castries, Martin Bouygues, Bernard Arnault, François-Henri Pinault (fils de François Pinault), Nicolas Sarkozy, Thierry Breton, Tony Blair ou Dominique Strauss-Kahn.

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Le temps des marchés financiers n'est pas le temps de l'entreprise. Pour les réconcilier, je ne connais qu'une seule stratégie : le long terme et tenir son cap. » Les Echos, 06/09/2011[31].
  • « Depuis dix ans, j'ai piloté la stratégie de recentrage sur les médias de mon groupe. C'était autrefois un conglomérat, présent dans les télécoms, l'automobile, la défense et les médias. Aujourd'hui, c'est un groupe de média qui contrôle 100 % de ses quatre branches d'activités" 20/04/2010, Le Figaro[32].
  • « Pour l'Europe, pour la France comme pour nos groupes, la crise ne doit pas seulement être regardée comme un danger dont on se préserverait par le repli. La crise peut être une opportunité pour qui a su et saura investir, innover, anticiper." 29/09/2008, Les Echos[33].
  • « C’est quoi l’indépendance en matière de Presse ? Du pipeau. Avant de savoir s’ils sont indépendants, les journalistes feraient mieux de savoir si leur journal est pérenne. » Cité par Thierry Gadault, Arnaud Lagardère, l’insolent, Maren Sell éditeurs, Paris, 2006, p. 204 - Repris par Pierre Rimbert[34].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lagardère, le grand patron qui fait le buzz L'Expansion - 20/07/2011
  2. http://www.challenges.fr/classements/fortune.php
  3. http://www.journaldunet.com/economie/dirigeants/salaires-patrons/arnaud-lagardere.shtml
  4. Article Zonebourse.com 4 juin 2010
  5. http://www.iec.se/
  6. « Comment et pourquoi Arnaud Lagardère est devenu une cible (2) », Marianne2,‎ 1er avril 2010 (consulté le 3 avril 2010)
  7. Rue89, « Cécilia Sarkozy n'a pas voté… scoop censuré du JDD »
  8. Jade Foret : son shooting sexy pour soirmag.be ! (vidéo) Le Soir mardi 19 juillet 2011 - Gery Brusselmans
  9. So shoot me - The Times - July 25, 2011
  10. Pourquoi Arnaud inquiète Lagardère L'expansion.com, 25 juillet 2011.
  11. « Arnaud dirige-t-il encore Lagardère ? », La Tribune,‎ 26 juillet 2011 (consulté le 1er septembre 2011)
  12. « Lagardère porte plainte contre "La Tribune" », La Tribune,‎ 1er septembre 2011 (consulté le 1er septembre 2011)
  13. « Arnaud Lagardère poursuit La Tribune en diffamation », Le Monde,‎ 31 août 2011 (consulté le 1er septembre 2011)
  14. Article de La Tribune du 20 avril 2010 : Arnaud Lagardère en situation financière difficile
  15. (fr) Nathalie Silbert « Lagardère et la malédiction audiovisuelle », Les Échos,
  16. (fr) Nicolas Santolaria [1] « «Dossiers de l'écran» version Canalsatellite. Le bouquet numérique lance Forum Planète, chaîne de débats «janséniste» », Libération,
  17. (fr) [2] « Europe 1 rachète la chaîne Médecine Plus », Stratégies,
  18. (fr) Raphaël Garrigos [3] « Lagardère rachète le Journal de chez vous », Libération,
  19. (fr) [4] « La chaîne Santé-Vie renforce son exposition sur le câble », Stratégies,
  20. (fr) [5] « Lagardère cède la chaîne Santé Vie », sur le site Fusacq.com,
  21. (fr) [6] « Lagardère Active a arrêté la diffusion de sa chaîne déficitaire Match TV », Télé Satellite,
  22. (fr) [7] « Le lancement de la chaîne gastronomique Gourmet TV », Télé Satellite,
  23. (fr) [8] « La chaîne thématique Gourmet TV consacrée à la gastronomie et à l'art de vivre, créée il y a trois ans par Guy Job, a cessé », Télé Satellite,
  24. (fr) Emmanuel Torregano [9] « Europe 1 : la radio de la méduse », sur le site electron.libre.info, rubrique « Old fashion media »,
  25. (fr) « Officiel: Denis Olivennes nouveau président du directoire de Lagardère Active », sur JeanMarcMorandini.com,‎ 7 novembre 2011
  26. (fr) Alexandre Debouté [10] « Lagardère englué dans ses participations minoritaires », Le Figaro,
  27. (fr) Delphine Denuit [11] « Médias & Publicité : Arnaud Lagardère ne prévoit pas de reprise de la publicité », Le Figaro,
  28. L'AMF referme le dossier EADS sans aucune sanction, actualité Economie : Le Point
  29. http://www.marianne2.fr/Arnaud-Lagardere-sauve-par-son-incompetence_a181668.html
  30. (fr) Renaud Lecadre [12] « Quand Sarkozy dictait sa conduite à son «frère» Arnaud Lagardère », Libération,
  31. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/interview/0201611172173-arnaud-lagardere-peut-etre-suis-je-un-patron-atypique-et-alors-214780.php
  32. Article Le Figaro 19 avril 2010
  33. Article Les Echos 29 septembre 2008
  34. Le Monde Diplomatique, « Des journalistes au bord de la rébellion »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]