Groupe Canal+

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Canal+.

Groupe Canal+

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du groupe Canal+

Création 11 décembre 2000
Siège social Drapeau de France Issy-les-Moulineaux (France)
Direction Bertrand Méheut
Activité Télévisions à péage et gratuite, Cinéma, Sports, Programmes familiaux, VOD
Produits Ventes d'abonnements, parrainages et ventes d'espaces publicitaires
Société mère Vivendi
Sociétés sœurs Universal Music Group
Filiales Canal+, MultiThématiques, Canal+ Overseas, Canalsat, Canalplay, i>Télé, D8, D17, Studiocanal, Studio Bagel, Canal+ Régie
Effectif 6 050
Site web canalplusgroup.com
Chiffre d’affaires en augmentation 1,88 milliard d'euros (2013)[1]
Résultat net en diminution 40 millions d'euros (2013)[1]

Le groupe Canal+ est un groupe audiovisuel français qui s’est constitué à partir de la chaîne de télévision à péage Canal+, fondée en novembre 1984, il est lui même filiale de Vivendi. Il édite Les Chaînes Canal+ et des chaînes thématiques payante via sa filiale MultiThématiques et les distribue avec les offres de télévision payante de Canalsat, mais il édite aussi des chaînes gratuites sur la télévision numérique terrestre en France avec i>Télé et depuis octobre 2012 avec D8 et D17 ainsi que des services de télévision connectée Canalplay.

Par ailleurs le groupe est présent dans le monde à travers sa filiale Canal+ Overseas dans l'outremer français (Canal+ Réunion, Canal+ Caraïbes, Canal+ Calédonie), dans les pays d’Afrique francophone avec Canal+ Afrique, mais aussi en Pologne avec NC+ (ITI Neovision) (anciennement Cyfra+ (Canal+ Cyfrowy)) et au Viêt Nam avec K+ (VSTV), le groupe fut présent dans huit autres pays européens avant une restructuration entre 2002 et 2005. Le groupe est également un acteur de important dans la production et la distribution de films de cinéma avec Studiocanal.

Historique[modifier | modifier le code]

Activités en France[modifier | modifier le code]

Télévision payante[modifier | modifier le code]

Le Groupe Canal+ est une société audiovisuelle spécialisée dans la commercialisation, la distribution et d'édition chaînes de télévisions payante.

Le pôle télévision payante est regroupé de 2007 à 2013 au sein du consortium « Canal+ France » et codétenu par TF1 (9,9 %), M6 (5,1 %), Lagardère (20 %)[2] et le Groupe Canal+ (65 %)[3]. Le lundi 12 décembre 2005, Vivendi-Universal, maison mère de Canal+ annonce qu'un accord est intervenu pour la fusion entre TPS et Canalsat. Avec l'aval du Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, approuvée en assemblée générale le 4 janvier 2007, la société Canal+ France est constituée lors de la fusion en mars 2007 de TPS et de Canalsat (dont les parts sont partagées entres les actionnaire des deux ancienne entités). Le mercredi 21 mars 2007, le « nouveau Canalsat » naît et TPS disparaît progressivement. Le lundi 2 avril 2007, le bouquet « Le Nouveau Canalsat » est commercialisé en regroupant les offres de TPS et de Canalsat. Dès lors, la marque TPS n'est plus commercialisée, à compter du 21 mars 2007. La participation de TF1 dans Canal+ France est totalement revendue au groupe Canal+ en janvier 2008. Le bouquet TPS cesse définitivement d'émettre, le 31 décembre 2008. Puis M6 cède ses parts dans Canal+ France au groupe Canal+ en 2010. En revanche, la chaîne premium du groupe TPS, TPS Star est préservée, une des conditions à la fusion, elle est disponible également sur la TNT nationale payante jusqu'en 2012. Enfin la participation de Lagardère, héritage de Canalsat, bouquet lancé ensemble en 1992, est cédée à Vivendi en octobre 2013, pour plus d'un milliard d'euros[2]

Après que les actionnaires issue de la fusion entre TPS et Canalsat se soit progressivement retiré jusqu'en 2013, Canal+ France est pleinement intégré et dissoute dans le groupe Canal+ en janvier 2014[4].

Filiales en France[modifier | modifier le code]

En France, avec l'ensemble de ses offres payantes, le groupe Canal+ compte en 2009 plus de 10 200 000 millions d'abonnés au total[5].

Canal+[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Canal+.

La Société d’édition de Canal Plus (SECP) (anciennement Canal + SA) détenue à 48,48 % par le groupe Canal+ est côté à la bourse de Paris, elle comprend la chaîne française de télévision à péage Canal+ ainsi que ses déclinaisons Les Chaînes Canal+ (Canal+ Cinéma, Canal+ Décalé, Canal+ Sport, Canal+ Family et Canal+ Séries) disponibles sur la TNT, le câble, le satellite et l'ADSL TV. Mais aussi Sport+ (99,84 %) qui édite par ailleurs Golf+ ainsi que Nulle part ailleurs Production (99,97 %) mais aussi le fond Kindia+ et la fondation d’entreprise Canal+ pour le cinéma[6].

MultiThématiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : MultiThématiques.

Le groupe Canal+ contrôle l'éditeur de chaînes payantes MultiThématiques : Ciné+ (Premier, Famiz, Emotion, Frisson, Classic et Club) ; les quatre chaînes Planète+ : Planète+, Planète+ A&E, Planète+ CI, Planète+ Thalassa (MultiThématiques 66 % - France Télévisions 34 %) ; les deux chaînes Télétoon+ : Télétoon+, Télétoon+ 1 ; Piwi+ ; Comédie ; Infosport+ ; Seasons ; chaînes complémentaires payantes, Pink TV (participation de 17,52 %).

Canalsat[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Canalsat et Canalplay.

Le groupe Canal+ édite le service de vidéos à la demande Canalplay, ce service est spécialisée dans la distribution et la commercialisation de contenus vidéo via Internet, principalement en transmission de flux (streaming), à la séance (VàD) ou bien par abonnement. Mais le groupe contrôle surtout le bouquet de télévision par satellite initialement lancé sous la dénomination Canalsatellite en mode analogique le 14 novembre 1992, puis en mode numérique le 27 avril 1996[6]. Durant l'année 2006, le bouquet Canalsat absorbe son concurrent direct TPS et les deux offres fusionnent dans le cadre d'un accord commercial entre les deux entreprises. Depuis 2007, le nouvel opérateur « Nouveau Canalsat » est détenu en majorité par le Groupe Canal+ puis à 100 % depuis 2013[6].

Chaînes du groupe en France
Bouquet payant Canal+ Bouquet payant Canalsat Services complémentaires Participations Anciennes chaînes
Canal+ Les chaînes Ciné+ Campus Bac Les chaînes OCS (33,33 %) Canal+ Hi-Tech
Canal+ Cinéma Comédie+ La Chaîne du Père Noël Pink TV (17,52 %) Canal+ 3D
Canal+ Sport Planète+ Canalplay Planète Juniors
Canal+ Séries Planète+ Thalassa CanalSat à la demande TPS Star
Canal+ Family Planète+ CI Canal+ à la demande CinéCinéma Info
Canal+ Décalé Planète+ A&E Pass Séries CinéCinéma Succès
Sport+ myCanal CinéCinéma Auteur
Infosport+ Foot+ Ciné+ Star
Piwi+ Rugby+ Maison+
Seasons Cuisine+ (66%) RF2K (34%)
Télétoon+ Jimmy
Golf+ Ciné+ Star
Infosport+
Canalsat retransmet des chaînes des groupes AB, Discovery Disney-ABC, France Televisions, Lagardère, M6, NBCUniversal, News Corporation, RTL Group, TF1, Time Warner, Viacom, etc.

Télévision gratuites[modifier | modifier le code]

Le groupe Canal+, spécialiste dans la télévision à péage, exploite la chaîne d'information i>Télé dont elle assure le budget annuel depuis sa création en 1999. Toutefois à partir de 2005, le groupe Canal+ a souhaité abandonner le modèle payant pour i>Télé afin de la diffuser en clair ou en accès gratuit sur les différents réseaux de télédiffusion (TNT, satellite, IP TV, etc.). Dès lors, la stratégie du groupe a consisté à développer les ressources publicitaires de son unique chaîne gratuite. Avec l'apparition et le succès rapide d'audience de sa concurrente BFM TV, le groupe a choisi de renforcer sa politique marketing, jusqu'à employer certaines pratiques controversées. Ainsi, le groupe a été condamné en appel, le 17 juin 2009 pour concurrence déloyale, contre la chaîne BFM TV[7]. Selon les tribunaux, en forçant les récepteurs Canalsat à s'allumer sur la chaîne i>Télé, le groupe Canal+ a pénalisé sa concurrente BFM TV, en particulier en influençant la mesure d'audience; les deux chaînes d'information dépendant des ressources publicitaires.

En septembre 2012, le groupe Canal+ prend le contrôle des chaînes de télévision Direct 8 et Direct Star auprès du groupe Bolloré, qui en échange, accède à une participation de 4,41 % du capital de Vivendi.

Activités à l'étranger[modifier | modifier le code]

Canal+ Overseas[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Canal+ Overseas.

Canal+ Overseas, (anciennement Havas Dom en 1959, puis Media Oversea et Canal Overseas) est l'opérateur de Canal+ et Canalsat chargé de l'international et de l'outremer français avec Canal+ Caraïbes (Guadeloupe, Guyane, Haïti, Martinique, Saint-Bartélémy, Saint-Martin) ; Canal+ Réunion (Les Comores, Mayotte, La Réunion), Canal+ Calédonie (Nouvelle Calédonie, Vanuatu, Wallis et Futuna) et Canalsat Australie (anciennement Le Bouquet français (LBF)) ; Canal+ Afrique (anciennement Canal Overseas Africa) exploite dans une quarantaine de pays d'Afrique de l'ouest et subsaharien les bouquets Canal+ et Canalsat (anciennement Canalsat Horizons). ; K+ au Viêt Nam.

Le groupe Canal+ n'est plus présent au Benelux, en Italie, en Espagne, en Polynésie française, en Scandinavie où les activités ont été cédés à des groupes nationaux, les activité de Canal+ ont également été arrêté au Maghreb.

NC+[modifier | modifier le code]

Article détaillé : NC+.

En 1995 le groupe Canal+ (75 %) et LGI Ventures (25 %) créaient Canal+ Cyfrowy en Pologne qui exploite l'opérateur satellite Cyfra+. Canal+ Cyfrowy compte plus de 1,380 million d'abonnés à la fin 2008. En 2013, à l'instar de ce qu'il à fait sur le du marché français, il absorbe son principale concurrent « N » exploité par ITI group. Après fusion la nouvelle entité NC+, dont le capital est réparti entre le groupe Canal+ (51 %), LGI Ventures (17 %) et ITI group (32 %), exploite notamment Canal+, Canal+ Film, Canal+ Sport, Canal+ Film 2, Canal+ Familly, Canal+ familly 2 ainsi que les chaînes thématiques Hyper+, Domo+, Planete+, Ale Kino+, Kuchnia+, MiniMini+, Teletoon.

Studiocanal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Studiocanal.

Filiale à 100 % du groupe Canal+, Studiocanal est un acteur important en Europe pour le financement, l'acquisition et la distribution de films.

S'appuyant sur un catalogue comptant plus de 5 000 titres, Studiocanal se positionne sur différents métiers du secteur cinématographique : coproduction, acquisition et distribution de film en salles, vidéo/VàD, télé et ventes internationales. Studiocanal est devenue un acteur européenne majeur en opérant directement dans différents territoires comme la France, le Royaume-Uni (rachat d'Optimum Releasing en 2006) ou l'Allemagne (rachat de Kinowelt en 2008). Depuis le rachat en 2010 de Hoyts Distribution, Studiocanal intervient désormais aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Anciennes activités[modifier | modifier le code]

Canal+ Active[modifier | modifier le code]

Anciennement filiale de Canal+ groupe après la période Canal Numedia, cette société fait partie intégrante du groupe. Canal+ Active est l'éditeur des sites Web français de Canal+ (Canalplus.fr, Canalplusgroup.fr, Canalsat.fr, etc.), de vidéo à la demande (VàD) Canalplay, des services de pay-per-view Cine+, Foot+ et Rugby+ (ex-Kiosque) ainsi que du service de télévision de rattrapage, pour les chaines Canal+ et certaines chaînes du bouquet Canalsat les le chaînes de pôle télévision gratuite (i>télé, D8, D17. Ce service est accessible uniquement et sans supplément d'abonnement aux souscripteurs, via Internet et les terminaux de réception (décodeurs).

Canal+ Events[modifier | modifier le code]

Anciennement baptisé Occade Sport, Canal+ Events, racheté en 2008, est spécialisé dans l'organisation d'événements sportifs et la régie de droits marketing sportifs. Il organise par exemple l'Open Sud de France de Tennis de Montpellier, les Winter X Games Europe en collaboration avec ESPN et s'occupe du marketing du club de l'ASVEL Lyon-Villeurbanne. Il est cédé en 2013[8].

Mises en cause et controverses[modifier | modifier le code]

En décembre 2009, BFM TV et NRJ 12 se plaignent de la numérotation imposée par Canalsat pour son offre de chaînes, qui ne correspond pas à celle de la Télévision numérique terrestre française. Ceci a pour conséquences pour les deux plaignantes d'être reléguées dans le fond de classement[9] quand les antennes du groupe Canal+ sont privilégiées en début de liste[10] et le Conseil supérieur de l'audiovisuel ordonne à Canalsat d'appliquer la numérotation TNT pour ces deux chaînes[11] mais Canalsat refuse de s'y plier[12].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]