Société française de production

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SFP.

Société Française de Production

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de la SFP

Création
Dates clés  : privatisation
Disparition Janvier 2010
Forme juridique Société anonyme
Siège social Drapeau de France Bry-sur-Marne (France)
Activité Audiovisuel et cinéma
Société mère Euro Media Télévision
Effectif 1096

La Société Française de Production, dont l'acronyme est SFP, était un acteur majeur du marché de la prestation audiovisuelle et cinématographique en France. Au départ entreprise publique de production et de création issue du démantèlement de l'ORTF, elle a été privatisée en 2001, et a été reprise par le groupe Euro Media Télévision associé au Groupe Bolloré.

Elle est devenue la tête du groupe regroupant les sociétés Euro Media Télévision, SFP, VCF, DVS, Livetools et Tatou; ces sociétés sont fusionnées en 2010 dans Euro Média France et la SFP disparait en tant que tel. Euro Média France fait partie d’Euro Media Group, implanté dans 6 pays européens.

La SFP travaillait sur tous les marchés que ce soit le divertissement, le jeu, la fiction et le sport. Elle offrait également un large éventail d’espaces et de services sur plus de 130 000 m2.

Historique[modifier | modifier le code]

La loi no 74-696 du [1] supprime l’Office de radiodiffusion télévision française et crée sept organismes autonomes, dont trois sociétés nationales de programme de télévision, une société nationale de radiodiffusion sonore, deux établissements publics à caractère industriel et commercial chargés de la production et de la diffusion et un institut national de l'audiovisuel, chacun d'eux étant placés sous la tutelle du Premier ministre. Jean-Charles Edeline, qui avait entièrement rénové le circuit d'exploitation des salles UGC, est nommé en conseil des ministres président du futur établissement public chargé de la production. La loi no 74-696 entre en application le mercredi et consacre la naissance officielle de la Société Française de Production et de création audiovisuelles (SFP), société anonyme de droit privé, à capitaux publics majoritaires (99,74 %), chargée par la réforme de fabriquer des émissions selon les besoins des trois chaînes nationales et de prêter son concours au cinéma et à la publicité. Elle hérite par dévolution du personnel et du matériel lourd de production (cars vidéo, studios des Buttes-Chaumont) de l'ex office.

En 1975, la SFP rachète le théâtre de l'Empire à Paris et le transforme pour 40 millions de francs en une rutilante salle de spectacle, parfaitement équipée pour les retransmissions de jeux et de variétés, mais cette salle ne sert guère qu'aux émissions de Jacques Martin et à quelques émissions de variété de Guy Lux. En 1978, la SFP entreprend la construction de huit studios mixtes (télévision et cinéma) sur 25 hectares, à Bry-sur-Marne, à côté du site de l'Institut national de l'audiovisuel, mais le monde du cinéma ne se laisse pas séduire par les perspectives et les quelques coproductions SFP se soldent par des échecs commerciaux. Ces échecs commerciaux, auxquels s'ajoutent celui de la vidéotransmission et la fin du régime de commandes préférentielles des chaînes publiques de télévision en 1979, creusent un déficit de 200 millions de francs fin 1978, malgré un budget de 1,273 milliards de francs assuré par une part de la redevance audiovisuelle à hauteur de 687 millions de francs et par les prestations vendues aux trois sociétés nationales de programme de télévision pour 586 millions de francs. Cette situation conduit au remplacement du PDG par un conseiller de la Cour des comptes, Bertrand Labrusse, chargé de restructurer l'entreprise en allégeant les effectifs. Le plan de restructuration prévoit 424 licenciements, 130 reclassements ou départs négociés et 200 autres pour les deux ans à venir; il s'accompagne d'une grève.

En application de la loi du 29 juillet 1982 sur la communication audiovisuelle, la SFP est incluse dans le service public de la radiodiffusion sonore et de la télévision. Un décret du 17 septembre 1982 créé formellement la société nationale, dont les statuts sont approuvés par un décret du 31 décembre 1982. En vertu de l'article 52 de la loi n°86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, la SFP est "chargée de produire ou de faire produire des œuvres et des documents audiovisuels" et "fournit des prestations, notamment pour le compte des sociétés nationales de programme". Le même article dispose expressément que la SFP est soumise à la législation sur les sociétés anonymes, c'est-à-dire aux dispositions de la loi du 24 juillet 1966, et n'a plus accès à la redevance audiovisuelle depuis cette date. De 4 millions de francs en 1985 (pour un chiffre d'affaire de 1,394 milliards de francs et un effectif de 2551 salariés), le déficit ne cesse de se creuser d'année en année pour atteindre 479 millions de francs en 1990.

La SFP assure la couverture télévisée internationale d'évènements majeurs, notamment les Jeux Olympiques d'Albertville en 1992. L'organisation de ces évènements médiatiques lui donne un rôle de premier plan. Cette même année, l'ensemble de l'entreprise se trouve divisée en filiales (la quasi- totalité de celle-ci seront ultérieurement regroupées sous la forme d'une société unique, comme initialement lors de sa création en 1975).

La SFP quitte définitivement les studios des Buttes Chaumont pour ceux de Bry-sur-Marne à l'automne 1993 et les vend l'année suivante à Bouygues pour 253 millions de francs, qui les détruit en 1996. En 1999, la SFP rachète et rouvre les studios de Boulogne qu'elle a rénové.

Malgré le dynamisme du secteur de la production, la SFP reste en situation de déficit chronique avec un chiffre d'affaires stagnant, malgré une division par deux de ses effectifs depuis 1989 (1 096 personnes en 1994 contre 2 185 en 1989). La masse salariale représente 73 % du chiffre d'affaires de la SFP, ce qui constitue un chiffre supérieur de 30 à 50 % à celui de ses concurrents. Face à cette situation, l'Etat est conduit à consentir des aides massives à la SFP. De 1987 à février 1996, l'État a versé, directement ou indirectement, 2 346 millions de francs à la SFP. En conséquence de ces avances, l'Etat devient le seul actionnaire de la SFP le 8 décembre 1995. Initiée par l'inscription de la SFP sur la liste annexée à la loi n°93-923 de Privatisation du 19 juillet 1993, le processus de privatisation de la SFP démarre en 1996 sans que l'Etat ne parvienne à trouver un acquéreur. La vente de la SFP par l'Etat se concrétise le avec son rachat pour 4,5 millions d'euros par les groupes Euro Media Télévision et Bolloré[2].

En janvier 2010, les activités françaises d'Euro Media Group sont regroupées au sein d'Euro Média France et la SFP disparait lors de cette réorganisation.

Logos[modifier | modifier le code]

Le premier logo utilisé par la SFP en 1975 reprenait les ellipses du logo de l'ORTF, dont elle était issue. Un nouveau logo a ensuite été conçu, utilisant trois bandes verte, rouge et bleue, couleurs de la télévision. A la suite de sa privatisation, un nouveau logo bleu, noir orange et gris est adopté.

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents-directeurs généraux

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Précédé par Société française de production Suivi par
ORTF
Organisme de production français
Euro Média France