Iskandar Safa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Iskandar Safa, né à Beyrouth en 1952, est un homme d’affaires français d’origine libanaise, qui s'est fait connaitre dans les années 1980 lors de l'Affaire des otages du Liban et des transactions suspectes de la rançon.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1975, il fait partie de la faction ultranationaliste chrétienne Gardiens des Cèdres.

De 1978 à 1981, il dirige la construction d'un aéroport militaire à Riyad (Arabie saoudite).

En 1985, il est chargé par un groupe d’investisseurs arabes, notamment le prince saoudien Metaab bin Abdullah bin Abdulaziz Al Saoud, de redresser la chaîne hôtelière suisse Novapark. Il entre en relations avec Jean-Charles Marchiani, alors cadre commercial de la chaîne hôtelière Le Méridien.

En 1992, il est retenu par le Ciri (Comité interministériel de restructuration industrielle) pour le rachat des Constructions mécaniques de Normandie (CMN) à Cherbourg, dont il relance le chantier naval. Il est l'actionnaire principal des Constructions mécaniques de Normandie et président du groupe FIMAS, qui est propriétaire des carrières de marbres de Saint-Pons-de-Thomières dans l’Hérault : Marbres de France.

Dans le cadre de l'Angolagate, il est mis en cause et condamné en 2009 pour des versements d'argent inexpliqués à Jean-Charles Marchiani, ex-homme de confiance de l'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua.

En avril 2007, Marc Francelet, mis en examen pour corruption, et le directeur du Point, Franz-Olivier Giesbert, sont entendus par la police[1] pour l'achat présumé par l'homme d'affaires d'un article de complaisance paru en 2005 dans le magazine Le Point sous le titre « Un PDG interdit de séjour »[2].

En 2007, il participe à la création du chantier naval Abu Dhabi Mar avec Al Aïn International.

En avril 2015[3], on apprend la vente de l’hebdomadaire Valeurs actuelles (groupe Pierre Fabre) à Privinvest Médias, filiale de Privinvest Holding SAL de l’homme d’affaires franco-libanais Iskandar Safa.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Franz-Olivier Giesbert entendu par la police au sujet de l'achat d'un article complaisant par un milliardaire », Le Monde du 12.04.07.
  2. Un PDG interdit de séjour Le Point, 05/11/2005
  3. http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Medias/Valeurs-actuelles-une-vente-en-trompe-l-aeil