Jacques Séguéla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Séguéla

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques Séguéla & Sœur Marguerite, en avril 2011.

Naissance 23 février 1934 (80 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la France France
Diplôme
Docteur en Pharmacie
Profession Publicitaire
Activité principale cofondateur d'RSCG (Havas), Vice-Président d'Havas
Formation

Compléments

Blog Officiel de Jacques Séguéla

Jacques Séguéla, né le 23 février 1934 à Paris, est un publicitaire français, cofondateur de l'agence de communication RSCG en 1970 (absorbée par le Groupe Havas en 1996).

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une vieille famille de médecins (sa grand-mère maternelle est la première femme chirurgien de Montpellier[1]) d'Amélie-les-Bains (Pyrénées-Orientales), Jacques Séguéla naît en 1934 à Paris où son père Louis et sa mère Simone sont montés pour étudier la médecine et la radiologie[2]. Il passe son enfance à Perpignan. Son père le destine à la chirurgie et l'envoie chez son grand-père à Montpellier où il est en pensionnat à l'école des Jésuites. Renvoyé après avoir planté une fourchette dans le postérieur d’un de ses surveillants[1], il finit ses études au Lycée François-Arago de Perpignan. Échouant au baccalauréat, il le réussit la seconde année mais ce redoublement incite son père à l'inscrire pour des études de pharmacie. Pharmacien après cinq ans d'études, il choisit de poursuivre par un doctorat en pharmacie pour faire honneur à ses parents docteurs en médecine. Il obtient son doctorat en 1959. À cette occasion, il propose à ses maîtres de stage de réaliser avec son « frère d'armes » Jean-Claude Baudot l'étude de marché des plantes médicinales rares à travers un tour du monde en 2CV[3]. Ils détournent cet objectif et obtiennent entre autres comme sponsor Citroën qui les fait participer au circuit de conférences Connaissance du monde. Ils écrivent ensuite un livre à succès sur ce sujet : La terre en rond, publié en 1960[4]. Un film documentaire éponyme de 55 minutes sort la même année et retrace en image le périple du duo Jean-Claude Boudot – Jacques Séguéla.

Abandonnant la pharmacie et sa fiancée de l’époque Dani[2], il devient reporter à Paris MatchRoger Thérond lui apprend « le choc des photos », puis à France-SoirPierre Lazareff (« mon père spirituel ») lui apprend « le poids des mots ». Il devient rédacteur en chef de France-Soir en trois ans.

En parallèle, en 1961, il fait son service militaire au service des armées où il est rédacteur en chef du journal militaire T.A.M. (Terre Air Mer) aux côtés de Philippe Labro, Just Jaeckin et Francis Veber[2]. Jacques Séguéla souhaite alors créer sa propre entreprise et Lazareff lui conseille de se lancer dans le domaine de la publicité, un terrain vierge dans les années 60[3].

À 33 ans, il rejoint l'agence de publicité Delpire puis Axe Publicité où il rencontre le financier Bernard Roux. Ce dernier se fait renvoyer avec Jacques Séguéla de l'agence peu de temps après avoir demandé une augmentation[5]. Tout deux fondent alors en 1970 l'agence de communication Roux-Séguéla (future RSCG), rejoint deux ans plus tard par Alain Cayzac puis en 1976 par Jean-Michel Goudard[6].

Il rencontre sa future femme, Sophie Vinson[7], qui est stagiaire dans son agence en 1977. Ils ont ensemble cinq enfants dont deux jumelles[2].

RSCG fusionne avec Eurocom en 1991 pour former Euro RSCG et devient Havas-Advertising en 1996. Jacques Séguéla en est le vice-président (avec Vincent Bolloré actionnaire de 20 % du capital d'Havas).

En 2006, Jacques Séguéla revendique avoir participé en tant que publicitaire à 1 500 campagnes publicitaires et 20 présidentielles[3].

Invité le 13 février 2009 à l'émission Les 4 Vérités sur France 2[8], il répond à propos de l'image bling-bling du président Nicolas Sarkozy : « Comment peut-on reprocher à un président d'avoir une Rolex. Enfin... tout le monde a une Rolex. Si à cinquante ans, on n'a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie ! ». Des déclarations qui suscitent une polémique quant à son sens des valeurs. Le publicitaire présente ses excuses, achète une Rolex et la met aux enchères lors d’une vente de bienfaisance organisée par Laurent Baffie et la chaîne Paris Première. La montre sera adjugée 8 000 euros à l’homme d’affaires Jean-Claude Darmon[9].

En mai 2010, Jacques Séguéla crée Havas Tunisie, en s'associant avec Ghazoua Ben Ali, une des filles du président Ben Ali[10].

Il fait partie, avec Patrick Buisson, Stéphane Fouks, Anne Méaux, Jacques Pilhan, Thierry Saussez, Claude Sérillon et Jean-Pierre Thiollet, des conseillers en communication qui ont joué ou jouent un rôle notable, dans les domaines politique, économique, social ou culturel, sur le territoire français.

Réalisations remarquées[modifier | modifier le code]

Campagnes politiques[modifier | modifier le code]

Aussi bien en France qu'à l'étranger, Jacques Séguéla est recruté pour faire la communication de nombreuses personnalités politiques (spin doctor).

En France, les stratégies de communication des campagnes de François Mitterrand et de Lionel Jospin sont en grande partie dirigées par Jacques Séguéla. Lors de la campagne présidentielle de 1981, il se fait remarquer par le slogan puisé dans un célèbre discours de Léon Blum daté du 5 juin 1936[11],[12] : « La force tranquille » ; une formule mise au point, à l'origine, par Jean Jaurès[13]. Viendront ensuite, en 1988, « Génération Mitterrand », inspiré de la campagne « Génération Pepsi » de 1984, ou « D'abord l'emploi ».

Sur le plan international, il travaille pour le président camerounais Paul Biya en 1992[14]. Il aide également les présidents Omar Bongo au Gabon et Gnassingbé Eyadema au Togo en 1997[15]. En Pologne, il œuvre pour le président polonais Aleksander Kwasniewski lors de la présidentielle de 1995, que ce dernier remporte face à Lech Wałęsa. Il participe également aux campagnes du Premier ministre israélien Ehud Barak en 1999[14],[16], du Chilien Ricardo Lagos ou encore du président sénégalais Abdou Diouf en 2000[17].

Marques commerciales[modifier | modifier le code]

Pour Citroën, il conçoit la campagne « révolutionnaire ! » pour l'AX. On lui doit aussi le positionnement publicitaire de Carte Noire.

Convictions politiques[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (20 mai 2012)

Jacques Séguéla se définit comme « mitterrandien », mais n'a jamais appartenu au Parti socialiste[18].

À l'approche de l'élection présidentielle française de 2007, il publie avec Thierry Saussez La Prise de l'Élysée, ouvrage sur les campagnes présidentielles de la Ve République. Soutien de la candidate socialiste Ségolène Royal, Jacques Séguéla se montre critique envers la « trahison » d'Éric Besson, ancien secrétaire national à l'économie du PS ayant rejoint l'équipe de Nicolas Sarkozy. Néanmoins, le 1er mai 2007, dans l'entre-deux tours du scrutin, il annonce officiellement qu'il votera, lui aussi, pour le candidat de droite Nicolas Sarkozy au second tour, après avoir voté pour Ségolène Royal au premier.

Dans Autobiographie non autorisée publiée en 2009, Jacques Séguéla relate la rencontre entre le président Nicolas Sarkozy, dont il est devenu un proche, et sa future épouse, Carla Bruni, lors d'un dîner à son domicile en novembre 2007[19]. Dans son ouvrage, il explique les raisons de son vote au second tour de l'élection présidentielle française de 2007 : « Les bourdes qui embourbaient Ségolène Royal, ses sautes d'humeur alignées comme des sauts d'obstacles, ses volte-face à faire perdre la face me désarçonnaient. »[19].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1960 : La Terre en rond (en collaboration avec Jean-Claude Baudot), Flammarion
  • 1979 : Ne dites pas à ma mère que je suis dans la publicité… elle me croit pianiste dans un bordel, Flammarion
  • 1982 : Hollywood lave plus blanc, Flammarion
  • 1984 : Fils de pub, Flammarion (ISBN 978-2080646989)
  • 1990 : C'est gai, la pub ! Hoebeke (ISBN 978-2905292308)
  • 1993 : L'argent n'a pas d'idées, seules les idées font de l'argent, Hoebecke (ISBN 978-020199421[à vérifier : isbn invalide])
  • 1994 : Pub Story (ISBN 2905292741)
  • 1996 : Le futur a de l'avenir éd Ramsay (ISBN 2-84114-232-9)
  • 2000 : 80 ans de publicité Citroën et toujours 20 ans, Éditions Hoëbeke
  • 2000 : Le vertige des urnes, Flammarion (ISBN 2080679562)
  • 2005 : Tous Ego (Havas, moi et les autres), Éditions Gawsewitch
  • 2006 : Sœur Courage - La rencontre inattendue d'un fils de pub et d'une fille de Dieu avec Sœur Marguerite, Presses de la Renaissance
  • 2007 : La Prise de l'Élysée : Les campagnes présidentielles de la Ve République, avec Thierry Saussez, Plon (ISBN 978-2259205634)
  • 2009 : Autobiographie non autorisée, Plon (ISBN 978-2259209083)
  • 2009 : Génération QE (en collaboration avec Christophe Haag), Pearson (ISBN 978-2744063596)
  • 2010 : L'Art de vieillir. Abc philosophique, avec Paule Lejeune, édition du Dauphin.
  • 2011 : Le Pouvoir dans la peau, Plon (ISBN 978-2259215985)
  • 2013 : Merde à la déprime, éditions Gawsewitch (ISBN 978-2-35013-424-6)

Décoration[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

  • 1959 : troisième Prix « Tour du Monde" en 2CV », avec Jean-Claude Baudot[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laurence Durieu, « Jacques Séguéla », sur vsd.fr,‎ 3 février 2009
  2. a, b, c et d Gaël Tchakaloff, « Jacques Séguéla. La force pressée », Le nouvel Economiste, no 1259,‎ 14 au 20 mai 2004, p. 32
  3. a, b et c « Jacques Séguéla, Vice-président du groupe Havas », sur Lesechos.fr,‎ 4 août 2006
  4. Fin du Tour du Monde en 2 CV
  5. RSCG, histoire d'une saga-spectacle - Les Echos
  6. Sandrine Cassini, « Pub : Euro RSCG, une saga française », sur latribune.fr,‎ 31 août 2012
  7. Sophie Vinson est la fille de Georges Vinson, député FGDS/CIR du Rhône (1967/68), puis maire de Tarare (Rhône) (1971/81), médecin personnel de François Mitterrand, avant d'être nommé par lui ambassadeur aux Seychelles et différents pays
  8. Émission Les 4 Vérités sur dailymotion.com
  9. « La Rolex de Séguéla adjugée 8000 euros », sur liberation.fr,‎ 30 mars 2009
  10. Affaire DSK : l’inquiétant pouvoir des communicants sur lemonde.fr
  11. « […] La victoire des 26 avril et 3 mai reçoit aujourd'hui sa pleine consécration. Un grand avenir s'ouvre devant la démocratie française. Je l'adjure, comme chef du gouvernement, de s'y engager avec cette force tranquille qui est la garantie de victoires nouvelles. » (voir L'Ouest Éclair, 6 juin 1936)
  12. On trouve aussi l'expression « force tranquille » dans les écrits de François Mitterrand lui-même. Dans un recueil de textes écrits par François Mitterrand intitulé Politique et publié en 1977 chez Fayard, celui-ci évoque sa captivité en Allemagne en 1942-1943 et décrit peu après décembre 1942 un paysage : « […] Sur le chemin du retour, nous longeâmes la Saale, vive et pressée. Ses méandres ne sont pas dus à la paresse comme ceux de la Charente, entre les prairies basses, mais à la dureté de ses bords qui la rejettent, la repoussent et semblent exciter son flot dans sa course vers le sud. Tout continuait autour de moi d'affirmer le triomphe de la force tranquille. » (p. 16 du recueil).
  13. Présidentielle. Les slogans célèbres de ces dernières années, 20minutes.fr, 2012-01-07.
  14. a et b Christophe Champin, Thierry Vincent, « Agence française vend président africain », Le Monde diplomatique,‎ janvier 2000
  15. Serge Halimi, « Faiseurs d'élections made in USA », Le Monde Diplomatique,‎ août 1999 ; « Spécial Élections togolaises », Billets d'Afrique, no 59,‎ juin 1998
  16. Alain Delcayre, « Stéphane Fouks : Génération OPA », Stratégies, no 1095,‎ 2 avril 1999, p. 10
  17. Vincent Hugeux, « Conseillers en communication : Le dossier noir des sorciers blancs », L'Express,‎ 20 juin 2002
  18. Question d'Info sur La Chaîne parlementaire, le 22 décembre 2010.
  19. a et b « Quand Séguéla raconte LA rencontre », 20 minutes, 13 février 2009.
  20. Décret du 11 juillet 2008 publié au JORF du 13 juillet 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :