Abrivado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abrivado à Caveirac
Atrapaïre en action lors de l'abrivado-bandido de Calvisson

L'abrivado est un mot provençal signifiant « élan, hâte »[1], noté abrivada (norme classique) ou abrivado (norme mistralienne), qui désignait jadis la conduite des taureaux depuis les pâturages jusqu'aux arènes sous la surveillance de gardians. La bandido (du provençal bandir ou fòrabandir, « expulser » les taureaux), désignait le retour des taureaux des arènes aux pâturages.

De nos jours, chacun de ces termes désigne une tradition taurine provençale et languedocienne consistant à simuler ces transferts de taureaux en les lâchant dans les rues fermées d’une ville ou d’un village.

Origines[modifier | modifier le code]

À l’origine (avant l'époque des camions transporteurs de bétail, que l'on appelle encore les chars de taureaux), l’abrivado consistait à conduire les taureaux des pâturages aux arènes où les bêtes devaient participer à des courses.

Afin de faire ce trajet sans incident, les bioù ou buòus (« taureaux » en provençal) étaient encadrés par une dizaine de cavaliers disposés selon une formation en V.

Lors des traversées de villages, il arrivait souvent que les jeunes villageois tentent de faire échapper les bêtes, afin de s’en amuser. Afin de limiter les risques de voir leurs taureaux leur échapper, les gardians leur faisaient donc traverser le village au galop, à la vitesse la plus élevée possible.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Abrivado[modifier | modifier le code]

De nos jours les abrivado sont organisées spécialement lors des fêtes locales de nombreux villages et villes des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse, du Gard et de l’Hérault. Les rues sont barrées par des barrières afin d’empêcher les taureaux de s’échapper.

Les gardians empêchent les atrapaïre (« attrapeurs » en provençal, figurant les jeunes villageois d'antan) de faire échapper le taureau ; les atrapaïre rivalisent d’adresse et de témérité. Il est même organisé des concours d’abrivado, plusieurs éleveurs y participant et étant jugés sur le nombre de taureaux qu’ils ramènent au bercail.

Abrivado à Calvisson

Abrivado longue[modifier | modifier le code]

Une variante (qui est en fait un retour aux sources) est l’abrivado longue.

Le départ, qui a lieu loin du village (plusieurs kilomètres), est souvent précédé d'un déjeuner des participants (« déjeuner au pré »).

On mène alors les taureaux encadrés par 10 à 20 cavaliers au pas. Les piétons courent devant et tentent de créer une brèche dans la troupe en se pendant au cou des chevaux, en les écartant et les faisant cabrer. Ils étaient surnommés les « charbonneurs » car à l’époque ils se noircissaient le visage pour ne pas être reconnus. Si une bête s'échappe, la capturer est ensuite une opération périlleuse et difficile.

Équivalent en Espagne[modifier | modifier le code]

L'équivalent de l'abrivado en Espagne est appelé encierro alors que, dans le sud de la France, ce terme est utilisé pour désigner un simple lâcher de taureaux dans un village, sans présence de cavaliers.

Article détaillé : Encierro.

Orthographe et prononciation[modifier | modifier le code]

Abrivado est un mot féminin et, comme tous les mots provençaux, invariable au pluriel. Comme dans la plupart des langues romanes, l'accent tonique doit être placé sur l'avant dernière syllabe (abrivado), et non sur la dernière comme en français. De ce fait, la prononciation du o ou a final en provençal est pratiquement celle d'une voyelle atone.

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après Lagarde André, Dictionnaire Occitan-Français/Français-Occitan La Palanqueta, et Rourret Robert, Dictionnaire Français-Occitan Provençal, page 252.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]