Musée de Picardie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée de Picardie
Façade du Musée de Picardie
Façade du Musée de Picardie
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Amiens
Adresse 48, rue de la République
Amiens 80000
Coordonnées 49° 53′ 26″ N 2° 17′ 47″ E / 49.89056, 2.29639 ()49° 53′ 26″ Nord 2° 17′ 47″ Est / 49.89056, 2.29639 ()  
Informations générales
Collections Antiquités préhistoriques, égyptiennes, grecques et gallo-romaines
Art du Moyen Âge
Peintures du XVe siècle au XXe siècle
Sculptures du XVIIe siècle au XXe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (2012) en totalité
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 56 967 (2003)
48 424 (2004)
50 467 (2005)
56 524 (2006)
46 511 (2007)[1]
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : Picardie

(Voir situation sur carte : Picardie)
Musée de Picardie

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée de Picardie

Le musée de Picardie est un musée d'art et d'archéologie situé à Amiens, en France. Il regroupe de riches collections qui vont de la Préhistoire au XXe siècle, notamment en archéologie et en peinture. C'est un Musée de France[2].

Histoire et architecture du musée[modifier | modifier le code]

Créé en 1802 sous le nom « musée Napoléon », en référence à l'empereur Napoléon Ier, considéré comme le « fondateur » du musée, après qu'il eut envoyé une série de tableaux à l'occasion de la signature de la paix d'Amiens.

Le bâtiment actuel du musée fut construit entre 1855 et 1867 sur les plans des architectes Henri Parent et Arthur Diet qui prirent modèle sur l'agrandissement du Louvre de Napoléon III. Véritable palais, le bâtiment a été spécifiquement conçu - ce qui, à l'époque, était une véritable innovation - pour être un musée accueillant les collections régionales d'antiquités et des œuvres d'art. C'est aussi un bâtiments à la gloire de la Picardie et à ses hommes illustres. Sur les médaillons de la façade sont sculptés les portraits d'Antoine Parmentier, Jean de La Fontaine, Robert de Luzarches… Sur le plafond peint du Grand Sallon on peut voir: Jeanne Hachette, Pierre l'Ermite, Jean Racine[3]

Il est l'un des premiers établissements modernes de ce type bâti en France et servit de modèle pour d'autres villes. L'édifice a été créé grâce à l'action militante de la Société des antiquaires de Picardie, soucieuse de doter la cité d'un équipement propre à accueillir les objets récoltés depuis des décennies.

Les collections[modifier | modifier le code]

Les collections archéologiques[modifier | modifier le code]

Au regard des collections égyptiennes et grecques, l'essentiel des collections archéologiques, situées au sous-sol, s'est constituée par les témoignages de l'histoire régionale.

Antiquités préhistoriques[modifier | modifier le code]

Les collections préhistoriques proviennent des fouilles effectuées à Amiens et dans le département de la Somme:

  • Paléolithique: bifaces acheuléens (~600 000 à ~300 000 ans) taillés à Saint-Acheul, site préhistorique éponyme.
  • Néolithique: grand polissoir en grès; maquette d'habitation; objets funéraires; vase de terre cuite.
  • Âge du bronze: épées et hache à talon.
  • Âge du fer: reconstitution de l'ossuaire sacrificiel gaulois du sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre.

Antiquités égyptiennes[modifier | modifier le code]

  • Riche de 400 pièces environ, dont seulement 257 exposées, la collection égyptienne du musée de Picardie provient essentiellement de la collection du peintre Albert Maignan et de dépôts de l'État. Des pièces proviennent des fouilles d'Abydos comme un papyrus datant de la XXe dynastie égyptienne.

Antiquités grecques[modifier | modifier le code]

Antiquités gallo-romaines[modifier | modifier le code]

Les collections montrent des objets provenant de fouilles réalisées à Amiens et dans le département de la Somme. Elles retracent les étapes de la romanisation de la région du Ier au Ve siècle.

  • Paquetage d'un légionnaire romain (fin Ier siècle),
  • Patère émaillée provenant du Mur d'Hadrien rapporté par un soldat romain,
  • Autel votif et stèles funéraires,
  • Statuettes en bronze de Cernunnos et de Priape,
  • Verrerie, céramique, objets de la vie quotidienne,
  • Reconstitution d'habitat.

Collections médiévales[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La collection d'œuvres médiévales du musée comprend un ensemble de sculptures (chapiteau d'Adam et Eve de l'abbaye de Corbie, cuve baptismale de l'abbaye de Selincourt, pierre centrale de l'ancien labyrinthe de la cathédrale d'Amiens, statue de flagellant polychrome, statue de Marie-Madeleine provenant du jubé de la cathédrale d'Amiens, statue de Saint Blaise, Retable de Méharicourt, Ecce homo...), d'émaux, d'ivoires et d'objets liturgiques (crosses, croix reliquaire, colombes eucharistiques...) allant du XIIe siècle au XVIe siècle.

Les pièces principales de cette section du musée sont les tableaux de la Confrérie des Puys Notre-Dame, chefs-d'œuvre gothiques provenant de la cathédrale d'Amiens, témoignages de l'art primitif du Nord de la France du XIVe au XVIe siècles qui ouvrent sur la section suivante : les collections de beaux-arts.

Collections de peinture et de sculpture[modifier | modifier le code]

Salle de Sculpture

Sculpture[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Cette section renferme, en outre, des peintures françaises et étrangères depuis le XVe siècle jusqu'au XXe siècle.

Le Travail, Pierre Puvis de Chavannes, 1863.
  • Pierre Puvis de Chavannes a peint de monumentales fresques dans l'escalier d'honneur et les galeries du premier étage[4]. Il a réalisé pour ce musée, entre autres, deux grandes fresques symboliques : La Paix et la Guerre, 1861 et Le Travail et le Repos, 1863[5].
Peinture italienne[modifier | modifier le code]
Peinture espagnole[modifier | modifier le code]
Portrait d'homme, El Greco, vers 1600-1610.
Peinture flamande et hollandaise[modifier | modifier le code]
Peinture française[modifier | modifier le code]
Autoportrait, Maurice Quentin de La Tour, vers 1751.
Art du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Collections de dessins[modifier | modifier le code]

Le Musée de Picardie possède un fonds de dessins des Frères Duthoit provenant des donations de 1912 et 1982. Ce fonds constitue un ensemble unique en France qui témoigne des pratiques artistiques du XIXe siècle et ces dessins sont souvent la seule représentation connue de monuments d’Amiens et de la Picardie aujourd'hui disparus. Cette collection a été partiellement détruite au printemps 1918 lors des bombardements qu'a subis la ville d'Amiens et qui ont touché le musée.

Galerie d'œuvres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Musée d'art local et d'histoire régionale (hôtel de Berny)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée de l'Hôtel de Berny.

Situé près de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens, l'hôtel de Berny est une annexe du musée de Picardie. Son premier étage est réservé à l'évocation des quelques-unes des plus importantes personnalités amiénoises.

Sa collection se compose d'une série des « Chasses exotiques » commandée par Louis XV entre 1735 et 1739 pour la Petite Galerie de ses petits appartements du château de Versailles, et d'autres meubles de style Louis XVI, ainsi qu'un ensemble d'objet d'art du XVIIe siècle au XVIIIe siècle (tapisseries, céramiques, etc.) en exposition permanente.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Matthieu Pinette, Couleurs d'Italie, couleurs du Nord - Peintures étrangères des musées d'Amiens, édition Somogy, Paris, 2001

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Veille Info Tourisme, consulté le 14 août 2010
  2. « Notice no M0812 », base Muséofile, ministère français de la Culture
  3. Xavier Bailly et Jean-Bernard Dupont (sous la direction de), Histoire d'une ville: Amiens, Amiens SCEREN (CNDP-CRDP), 2013
  4. Evene.fr - Toute la culture, « Musée de Picardie » (consulté le 31 mai 2008)
  5. Source : Léon Riotor, Puvis de Chavannes, Librairie Larousse, (1914).
  6. Voir sur le site d'Amiens.