Tour Perret (Amiens)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tour Perret.
Tour Perret
La Tour Perret de nuit.
La Tour Perret de nuit.
Géographie
Pays France
Coordonnées 49° 53′ 28″ N 2° 18′ 22″ E / 49.89102, 2.30616949° 53′ 28″ Nord 2° 18′ 22″ Est / 49.89102, 2.306169  
Histoire
Architecte(s) Auguste Perret
Construction 1949-1952
Statut Construit
Usage(s) Habitations et bureaux
Architecture
Hauteur de l'antenne 110 m
Hauteur du toit 104 m
Nombre d'étages 27
Niveaux en sous-sols 3
Nombre d'ascenseurs 2
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Tour Perret

La tour Perret est un immeuble résidentiel et de bureaux situé à Amiens, place Alphonse-Fiquet, face à la gare du Nord.

Construction[modifier | modifier le code]

Elle est conçue par l'architecte Auguste Perret en 1942 dans le cadre du projet de reconstruction de la place Alphonse-Fiquet et de la gare d'Amiens suite aux destructions massives de la Seconde Guerre mondiale. Après les travaux de terrassement et de fondation débutés le 15 novembre 1949, la première pierre est posée le 22 mai 1950. Le gros-œuvre est achevé en mars 1952. Les travaux sont menés par l'entreprise Perret-Frères (Auguste, Gustave et Claude) associée à l'entreprise Bouvet d'Arras. La tour constitue à l'époque un exploit quant à l'utilisation du béton armé. Pendant sept ans, elle reste abandonnée jusqu'à son acquisition en 1959 par l'architecte François Spoerry qui fonde une société immobilière et aménage la tour en appartements et bureaux. Initialement haute de 104 mètres (110 aujourd'hui) avec 27 étages, elle fut longtemps le plus haut gratte-ciel d'Europe de l'Ouest.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En 2005, le projet[1] de traitement du sommet de la tour Perret s'est terminé. La tour Perret a bénéficié d'un important programme de rénovation et d'embellissement (contraire à la pensée architecturale de Perret) financé par la copropriété. Elle est désormais coiffée d'un sablier en verre qui égrène les heures au moyen d'une animation lumineuse colorée. Il rehausse son sommet de six mètres. Ce cube moderne de sept mètres de côté, composé d'un matériau novateur, le verre « actif », est posé sur les derniers étages de la tour. Ce matériau est constitué d'un film de cristaux liquides et de deux feuilles de verre feuilleté. En fonctionnement lumineux, il est alimenté en basse tension, quand le verre est hors tension, il reste opaque. Un ordinateur met en œuvre un dispositif associé à un jeu de lumières qui, passant en revue toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, donne une variation de luminosité à chaque changement d'heure par un système de néons. Grâce à une répartition adaptée de la puissance et des sources lumineuses, la mise en lumière du corps de la tour a été étudiée afin de ne produire aucune gène pour ses habitants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Piloté et financé par la ville d'Amiens, le projet a été conçu par l'architecte Thierry Van de Wyngaert. La mise en lumière a été réalisée par l'agence Grandeur Nature ; la réalisation technique et la mise en service, par Forclum Picardie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe à Grenoble une autre tour érigée par Auguste Perret.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]