Félix-Joseph Barrias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrias.
Portait de Félix-Joseph Barrias, Smithsonian Institution, Washington.

Félix-Joseph Barrias, né le à Paris, où il est mort le , est un peintre et illustrateur français, spécialisé dans le genre du portrait, de la peinture d'histoire et de la peinture décorative.

Biographie[modifier | modifier le code]

Félix-Joseph Barrias est le fils d'un peintre sur porcelaine et le frère du sculpteur Louis-Ernest Barrias. Il étudie à l'École des beaux-arts de Paris où il suit l'enseignement de Léon Cogniet. Il présente plusieurs portraits au Salon de 1840, mais la critique l'ignore. Il s'oriente alors vers la peinture d'histoire et les sujets religieux.

En 1844, il est enfin reconnu et remporte le grand prix de Rome pour son Cincinnatus recevant les ambassadeurs au sénat. Il est pensionné par la villa Médicis et séjourne à Rome de 1845 à 1849.

Il remporte une médaille de 3e classe au Salon de 1845 pour Sappho et une médaille de 1re classe au Salon de 1851 pour Les Exilés de Tibère[1]. Il remporte une médaille de 2e classe à l'occasion de l'Exposition universelle de 1855 pour Le Jubilé de 1300, et obtient une médaille d'or à l'Exposition universelle de Paris de 1889. Il est élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur en 1897.

On peut remarquer ses peintures pour le salon ouest du foyer de l'opéra de Paris au palais Garnier. Dans les lunettes latérales y sont représentées La Musique champêtre et La Musique amoureuse, et dans la lunette centrale et la voûte, La Musique dramatique et La Glorification de l’Harmonie, elles sont réalisées entre 1866 et 1874. L'église de la Trinité de Paris conserve une toile de grand format, La Foule prie devant sainte Geneviève, peinte en 1877.

Barrias forme de nombreux élèves dans son atelier privé, parmi lesquels on compte Edgar Degas (1834-1917), Fernand Pelez (1848-1913), Étienne-Prosper Berne-Bellecour (1838-1910), Gustave Guillaumet (1840-1884), Jean-Georges Vibert (1840-1902), Henri Pille (1844-1897) et Jean-Jacques Scherrer (1855-1916).

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Peinture décorative dans les églises[modifier | modifier le code]

  • La chapelle de la Vierge de l'église Notre-Dame de Clignancourt à Paris est ornée de peintures de Félix-Joseph Barrias, représentant cinq scènes de la vie de la vierge: L'annonciation, La visitation, La glorification de Marie, Le calvaire et L'assomption[7]
  • Sainte Geneviève distribuant des vivres, église de la Sainte-Trinité, Paris[8]
  • La Foule priant devant le tombeau de sainte Geneviève, église de la Sainte-Trinité, Paris[9]

Monuments publiques[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Gerald Schurr, Les petits maitres de la peinture 1820-1920, valeur de demain, Les Editions de l’Amateur, t. II, Paris, 1982.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de l'œuvre sur le site du musée d'Orsay.
  2. Notice sur la base Cat'Zarts
  3. Notice sur la base Cat'Zarts
  4. Notice sur la base Cat'Zarts
  5. (en)Notice sur bridgemanart.com
  6. (pl)Notice sur kalejdoskop-chopin.pl
  7. patrimoine-histoire.fr
  8. patrimoine-histoire.fr
  9. patrimoine-histoire.fr
  10. http://www.insecula.com/oeuvre/O0018660.html
  11. http://www.insecula.com/oeuvre/O0018662.html
  12. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5759404w
  13. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5725022c