Jan Fyt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand chien, Nain et garçon

Jan Fyt, parfois Johannes Fijt, né à Anvers le 15 mars 1611, où il meurt le 11 septembre 1661, est un peintre flamand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bien que sa vie soit peu connue, on sait qu’en 1621, à l’âge de dix ans, il est apprenti chez le restaurateur d’images et de tableaux Hans van den Berghe. Dix ans plus tard, il entre dans la Guilde de Saint-Luc d'Anvers en tant que maître. Il voyage à Paris en 1633 et 1634, et sans doute en Italie (Venise, Rome, Naples et Florence) à des dates indéterminées. Il s'installe à Anvers en 1641 : sa présence y est attestée par de nombreux documents d'archives, notamment des procès intentés à des confrères peintres, pour violation de ses droits[1].

Il peint jusqu’à sa mort un grand nombre de toiles : il signe plus de 160 tableaux ; on lui en attribue le même nombre par similitude stylistique. En 1956, le catalogue d'Edith Greindl identifie 287 natures mortes de sa main.

On le compare beaucoup à Frans Snyders (1579-1657), peintre d’Anvers également, sans toutefois lui reconnaître le même talent, sauf en ce qui concerne les sujets animaliers et surtout les plumages et les fourrures des différents oiseaux ou animaux morts ou vivants peuplant ses toiles, qui formèrent sa réputation. Ses compositions sont souvent agrémentées de divers éléments de vaisselle (plat en étain, vase en porcelaine…). Spécialisé dans de grands tableaux représentant des scènes de butin de chasse, Fyt peint également des fleurs et des scènes de cours de ferme avec des volailles. Il a principalement peint des natures mortes où la présence de gibier (souvent des lièvres) s’impose. Dans des compositions équilibrés, Fyt se distingue de Snyders par des empâtements plus vibrants.

Admiré à son époque, Fyt influence plusieurs peintres comme Christian Luycks et Pieter Boel.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Lieux de conservation[modifier | modifier le code]

en Belgique :

au Brésil :

au Canada :

en Espagne :

en France :

au Portugal :

Collections privées :

  • Chiens au retour de la chasse[5].
  • Nature morte au lièvre[7].
  • Nature morte aux fruits[7].
  • Lapins et grenouilles au bord d'un étang.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 90.
  2. Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 91-92.
  3. Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 92.
  4. Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 93.
  5. a et b Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 91.
  6. Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 95.
  7. a et b Le siècle de Rubens, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, 1965, p. 94.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :