Colombe eucharistique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La colombe eucharistique est un type de vase liturgique dans lequel, au Moyen Âge, on conservait les hosties consacrées. La plupart du temps, elle était suspendue au-dessus de l'autel.

Symbole de paix et signal de la fin du Déluge dans l'Ancien Testament[1], la colombe représente l'Esprit Saint dans le Nouveau Testament[2]. Son utilisation comme vase liturgique est attestée à partir du IVe siècle en Occident, mais le premier exemplaire connu est une colombe byzantine, originaire de Syrie du Nord[3]. Les hosties sont enveloppées dans un linge de lin, représentant le linceul du Christ, ou placées dans une pyxide enfermée dans la colombe. Celle-ci est suspendue par des chaînes au-dessus de l'autel ce qui permet, au-delà du symbole, de protéger les hosties consacrées des rongeurs. À partir du XIIIe siècle, on l'utilise également comme ciboire posé dans un tabernacle.

Un grand nombre de colombes eucharistiques sont produites en émail de Limoges, c'est-à-dire en émaillé champlevé sur cuivre doré, et vendues à travers l'Europe. Leur fabrication commence dès le XIe siècle, mais elle culmine au XIIIe siècle, période durant laquelle elles sont véritablement produites en série, peut-être suite à la promulgation du dogme de la transsubstantiation par le IVe concile du Latran en 1215. Quarante-deux colombes en émail de Limoges ont été conservées, dont une douzaine d'authenticité douteuse et une douzaine dont la trace a été perdue par la suite.

Variante[modifier | modifier le code]

Une variante de cette "colombe" existe aussi chez les Arméniens orthodoxes à la différence que cette dernière contient le saint Muron (ou saints Chrêmes), utilisé pour certains rituels.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Genèse, VIII, 2.
  2. Évangile selon Matthieu, III, 16.
  3. Trésor d'Attarouthi, acquis par le Metropolitan Museum of Art en 1986.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Christine Descatoire, « Une colombe eucharistique », fiche du Musée national du Moyen Âge
  • M.-M. Gauthier, « Colombe limousine prise aux rêts d'un ‘antiquaire’ bénédictin à Saint-Germain-des-Prés vers 1726 », dans Intuition und Kunstwissenschaft: Festschrift für Hanns Swarzenski zum 70. Geburtstag am 30. August 1973, Berlin, 1973, p. 171-190.
  • Lourdes de Sanjosé Llongueras (2011). El Colom Eucarístic: Una obra singular del taller de Llemotges. Castelló de la Plana: Societat Castellonenca de Cultura. ISBN 9788486113445