Mille international

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mille (unité).

Le mille international (symbole : mi), mile en anglais, ou parfois mille terrestre, est une appellation impropre, car on devrait plutôt parler de mille anglo-américain. C'est une unité de mesure de longueur utilisée notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans divers pays du Commonwealth, valant environ 1 609 mètres. Il fait partie du système d'unités impériales.

Mille terrestre international contre mille marin international[modifier | modifier le code]

Il ne faut pas confondre le « mille terrestre international » ou « mille terrestre », qui vaut 1 609,344 m, avec le « mille marin international » ou « mille marin » des navigateurs, ou encore « mille nautique », qui vaut exactement 1 852 m et qui, contrairement aux apparences, est une unité dérivée du système international d'unités[1].

Unités dérivées[modifier | modifier le code]

L'unité d'aire dérivée du mille international est le mille carré (squared mile) qui vaut exactement 2 589 988,110336 m2 soit environ 2,59 km2 ou 259 ha (à 0,001 % près).

Divisions[modifier | modifier le code]

Le mille international se divise en :

  (1   ÷  3  =)    lieue
  = (1   ×  8  =)  8   sillons
  = (8   ×  10  =)  80   chaînes
  = (80   ×  4  =)  320   perches
  = (320   ×   =)  1 760   verges
  = (1 760   ×  3  =)  5 280   pieds
  =   (5 280   ×  12  =)    63 360   pouces.

Orthographe[modifier | modifier le code]

Les deux orthographes utilisées sont : mille et mile (avec pluriels réguliers : des milles / des miles). Au Canada, le mot anglais mile a été francisé en mille[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mille trouve son origine dans une loi du Parlement anglais de 1592 sous le règne de la reine Élisabeth Ire. Depuis, le mille réglementaire (statute mile) mesure exactement 1 760 yards, soit 5 280 pieds.

Le mille romain valut, comme le nom l'indique (milia passuum), mille double-pas de cinq pieds, tandis que le mille anglais vaut (33 ÷ 32) × 5 000 = 5 280. La raison en est que le facteur onze fut introduit dans le système de mesure anglais dès sa constitution.

Dans le système romain, le mille se devisa en huit stades. Le stade romain mesure un peu plus de 185 m et le sillon anglais environ 201 m. Ces deux valeurs sont relativement proches. Ainsi on décida, assimilant le sillon au stade, que le mille anglais soit huit sillons. Depuis, le mille anglais mesure exactement 320 perches. La loi de la fin du XVIe siècle mit fin à une pratique concurrente d'un mille à 5 000 pieds anglais, soit 1 524 m, mais égalant 303  1/33 perches et 1 666 ⅔ verges, des valeurs fractionnelles.

À noter aussi que :

  • le mille irlandais valut également 320 perches, mais la perche irlandaise fut définie par une longueur de 21 pieds au lieu de 16 ½ pieds pour la perche anglaise. D'où le mille irlandais de 21 × 320 = 6 720 pieds, soit 2 048,256 m ;
  • le mille écossais valut 320 perches écossaises. La perche écossaise valut 18 pieds écossais. Le mille écossais valut donc 18 × 320 = 5 760 pieds écossais. Le pied écossais entretient avec le pied anglais le même ratio que ce dernier avec le pied romain, à savoir 36 : 35. Théoriquement, le mille écossais correspond ainsi à 5 760 × (36 : 35) ÷ 3 = 1 974  6/7 yards. Mais la valeur de conversion empirique et conventionnelle est plutôt de 1 976 yards pour un mille écossais[3]. Ce dernier égale donc 1 806,8544 m. Un axe de différentes rues et très touristiques dans la vieille ville d'Édimbourg – d'un château à un palais – mesure environ 1,8 km, d'où son nom informel : « the Royal Mile ».

En course à pied[modifier | modifier le code]

Le mile est une distance courue en athlétisme. Depuis 1976, le mile est la seule distance non métrique à être reconnue par l'IAAF à des fins de records.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'est le résultat du calcul 10 000 km /90 degrés /60 minutes arrondi à l'entier le plus proche pour obtenir des mètres par minute d'angle.
  2. Grand dictionnaire terminologique - Office québécois de la langue française
  3. Ian. H. Adams, Agrarian landscape terms: a glossary for historical geography, Publisher: Londres : Institute of British Geographers, 1976. (ISBN 0901989207)