Autobus guidé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les bus guidés sont des bus dirigés partiellement ou tout au long de l'itinéraire par des moyens externes, généralement en site propre. Les voies sont généralement parallèles à une route existante, excluent tout autre trafic et permettent ainsi d'alléger des axes lourdement utilisés pendant les heures de pointe.

Les systèmes de guidage peuvent être par contact, comme les bordures de trottoir, ou distants, optiques ou par onde radio.

Roues de guidage[modifier | modifier le code]

Une des roues de guidage d'un bus Mercedes-Benz O 405 guidé à Mannheim (Allemagne).

Certains bus sont guidés par des bordures de trottoir, touchant les petites roues attachées au bus.

Seulement quelques exemples existent actuellement. Le bus guidé le plus long dans le monde est l'O-Bahn Busway d'Adelaïde, qui fonctionne avec un succès raisonnable depuis le milieu des années 1980.

Un certain nombre de bus guidés fonctionnent actuellement au Royaume-Uni. Ils sont à :

  • Ipswich (Kesgrave) - ouvert en 1995.
  • Leeds (A61 Scott Hall Route) - ouvert en 1995.
  • Leeds (A64 York Road et A63 Selby Road) - ouvert en 2001.
  • Bradford (A641 Manchester Road) - ouvert en octobre 2001.
  • Crawley (Southgate Avenue) - ouvert en août 2003.
  • Crawley (london Road) - ouvert en décembre 2004.
  • Édimbourg (Fastlink - Stenhouse à Broomhouse) - ouvert en décembre 2004.

Il y avait un bus guidé à Birmingham, le Tracline 65, d'une longueur de 600 mètres mais il eut une courte existence et son activité cessa en 1987[1].

Le bus guidé du Cambridgeshire a rencontré une opposition locale, avec des campagnes comme CAST.IRON[2], préconisant la réouverture de la ligne de chemin de fer de Cambridge à Saint-Ives. Cependant en décembre 2005 un arrangement a été trouvé et le financement a été confirmé fin juin 2006[3]. La construction a commencé en janvier 2007 et le Conseil du Comté dit que le service « commencera à transporter des passagers à la fin 2008 ».

À Mannheim en Allemagne, de mai 1992 à septembre 2005, le bus guidé a partagé l'alignement du tramway pour quelques centaines de mètres, ce qui a permis au bus d'éviter un axe encombré dans un emplacement où l'implantation d'une voie supplémentaire était impossible. Il a cessé d'exister, comme la majorité des bus adaptés avec des roues guideuses, et a été retiré pour des raisons d'âge. Il n'est pas envisagé de convertir les bus plus récents.

Guidage optique[modifier | modifier le code]

Vue de l'équipement lisant le marquage au sol afin de guider le véhicule. Ici, sur un Irisbus Citélis 18.
Marquage lu et interprété par un guidage optique sur un véhicule TEOR à Rouen.
Bus à guidage optique de technologie Civis à Las Vegas (États-Unis).

Le guidage optique repose sur le principe du traitement de l'image. Une caméra lit devant le véhicule le marquage peint sur la chaussée et matérialisant la trajectoire optimale. Les informations recueillies sont traitées par un microprocesseur pour agir sur la direction du véhicule.

En France, la société Irisbus a déjà équipé les villes de Clermont-Ferrand et Rouen avec un bus guidé à guidage optique, appelé Civis. La société commercialise ce modèle sous le nom de tramway Civis bien qu'il soit réellement un bus guidé et non un tramway ou un tramway sur pneumatiques. Actuellement les bus à guidage optique (guidage Siemens Optiguide) sont des bus Agora et Citelis. Cette technologie de guidage équipe également des trolleybus Cristalis à Castellón (Espagne).

Lignes de contact aériennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trolleybus.

Le trolleybus n'est pas un bus guidé sur pneumatiques, les lignes de contact aérien qui servent à alimenter le moteur électrique du véhicule ne le guident nullement : c'est le conducteur qui guide son véhicule, en tournant un volant, tout comme sur un simple bus. S'il est inattentif, il peut se produire un décablage. La seule différence avec le bus vient de l'arrivée de l'énergie, par perches articulées dans le trolleybus, et par réservoir de gazole dans le bus.

Par rail central et caisse similaire à un tramway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport sur voie réservée.

Un hybride de bus et de tramway, sorte de « bus guidé », le TVR, a été étudié par l'ancienne société belge La Brugeoise et Nivelles vers 1985, puis développé par Bombardier peu avant 2000. C'est un véhicule ayant l'apparence extérieure d'un tramway, mais s'apparentant techniquement beaucoup plus à un bus à haut niveau de service bi-mode. Il est capable de rouler guidé par des galets à double boudin engagés sur un rail central, ou bien sur une voirie banale. Il existe actuellement en deux versions en service commercial[4] :

  • avec pantographe, ce qui ne lui permet pas l'alimentation électrique s'il n'est pas guidé (version de Caen)
  • avec perches de trolleybus, qui lui permet de s'affranchir du guidage en périphérie urbaine, sans perdre l'alimentation électrique (version de Nancy).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The former Birmingham (UK) Tracline 65 Kerb Guided Busway - citytransport.info
  2. (en) CAST.IRON: The Cambridge And St. Ives Railway Organisation
  3. (en) £92.5 Million Cash Boost Just The Ticket For Guided Busway - Cambridgeshire County Council, 30 juin 2006
  4. (fr) Trolleybus & trams de Belgique et d'ailleurs ; Le TVR de Nancy - trams-trolleybus.be

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]