Métro de Singapour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La station Jurong East, montrant un train C151 à l'arrivée.

Le Métro de Singapour (en anglais MRT : Mass Rapid Transit, chinois simplifié : 大众快速交通, malais : Sistem Pengangkutan Gerak Cepat ou tamoul : சிங்கை துரிதக் கடவு ரயில்) est le système de transport sur rail de la ville de Singapour. Il a été inauguré en 1987, desservant Yio Chu Kang à Toa Payoh ce qui en fit le second réseau de métro d'Asie du Sud-Est après le système de LRT de Manille aux Philippines.

Le réseau s'est rapidement étendu en raison de la volonté d'axer le réseau de transports publics principalement sur le système ferré. En 2005, on comptait en moyenne 1,338 million de voyageurs par jour dans le MRT. Malgré le nombre plus élevé de voyageurs utilisant le bus (2,785 millions), cela représente une augmentation de 76 % sur une décennie (0,760 million en 1995) tandis que la fréquentation des bus a baissé de 8,1 % sur la même période[1]. On peut penser que cette tendance continuera à s'affirmer car la politique actuelle concernant les transports publics privilégie l'extension du réseau ferré aux dépens du réseau de bus, dont des lignes sont supprimées ou voient leurs fréquences à la baisse, pour éviter les lignes faisant doublon.

Plan du réseau

Il y a 69 stations sur 118,9 kilomètres de lignes à écartement standard. Les lignes ont été construites sous la direction de la Land Transport Authority, un département du gouvernement de Singapour, qui octroie des concessions aux entreprises SMRT Corporation et SBS Transit pour l'utilisation du réseau. En sus du MRT, le réseau de LRT (Light Rapid Transit) relie des stations de MRT à des lotissements HDB[2]. Le service commence généralement vers 5h30 et se termine un peu avant 1h00, tous les jours, avec des fréquences de l'ordre de cinq minutes. Lors des fêtes, des extensions de service peuvent avoir lieu.

Réseau actuel[modifier | modifier le code]

Le réseau est actuellement formé de quatre lignes :

Ligne
(Opérateur)
Ouverture du
1er tronçon
Stations Longueur
(km)
Terminus Dépôts
North South Line
(SMRT Corporation)
7 novembre 1987 26 45 Jurong East Marina Bay Bishan
East West Line
(SMRT Corporation)
12 décembre 1987 29 49,2 Pasir Ris Joo Koon Ulu Pandan
Changi
10 janvier 2001 3 Tanah Merah Changi Airport
North East Line
(SBS Transit)
20 juin 2003 16 20 HarbourFront Punggol Sengkang
Circle Line
(SMRT Corporation)
28 mai 2009 30¹ 35,7 Dhoby Ghaut HarbourFront Kim Chuan
14 janvier 2012 3 Promenade Marina Bay
¹ station de Bukit Brown non comptabilisée car inutilisée.

Historique du MRT[modifier | modifier le code]

Le réseau de MRT à ses débuts.

L'histoire du MRT débute par une étude faite par des urbanistes en 1967, qui annonçait le besoin d'un système de rail avant 1992[3]. Après un débat pour savoir si un réseau exclusivement de bus ne serait pas plus adapté, le Parlement en arriva à la conclusion que cela n'aurait pas été un choix pertinent, car il y aurait eu plus de trafic routier dans un petit pays. La construction initiale du MRT, d'une valeur de 5 milliards de dollars de Singapour, a été à l'époque le chantier public le plus coûteux jamais réalisé dans le pays ; la construction commença le 22 octobre 1983 sur Shan Road. Le réseau fut construit par étapes, avec priorité pour la Ligne Nord-Sud qui devait passer dans Central Area où la demande en transport était grande. La société Mass Rapid Transit Corporation (MRTC, plus tard renommée en SMRT Corporation) fut fondée le 14 octobre 1983 ; elle prit les responsabilités de la temporaire Mass Rapid Transit Authority[4]. Le 7 novembre 1987, un premier tronçon de la ligne Nord-Sud fut inauguré, desservant cinq stations sur une longueur de six kilomètres. Plus tard, 15 autres stations furent ouvertes et le système de MRT fut lancé officiellement le 12 mars 1988 par le premier ministre Lee Kuan Yew. Vingt-et-un nouvelles stations ont été ouvertes par la suite. L'ouverture de Boon Lay (ligne Est-Ouest) acheva le réseau en 1990 avec 2 ans d'avance sur le calendrier.

Le MRT s'est encore étendu après cela; par exemple, cela inclut une extension de la ligne Nord-Sud vers Woodlands, d'un coût de 1,2 milliard de dollars, qui ferma une boucle. Le concept selon lequel le rail amène les gens directement à la maison amena à la construction du Light Rapid Transit ou LRT. Le 6 novembre 1999, les premiers trains LRT de la Ligne de Bukit Panjang furent opérationnels. Pour la promotion du tourisme, les stations Changi Airport et Expo furent rajoutées au réseau. La ligne Nord-Est, première à être exploitée par SBS Transit, ouvrit le 20 juin 2003 et devint une des premières lignes grand gabarit au monde à être entièrement automatisée. Le 15 janvier 2006, après un fort lobbyisme, la station Buangkok fut ouverte[5],[6].

Le 28 mai 2009, le 1er tronçon (tronçon n⁰ 3) de la ligne Circulaire entre Bartley et Marymount est ouvert. La ligne devait initialement ouvrir en 2006 mais le 20 avril 2004, l'effondrement partiel de la station en construction Nicoll Highway[7], causant la mort de quatre ouvriers, repoussa la réalisation des travaux. Le tronçon n⁰ 1 ouvrit plus tard le 17 avril 2010, suivi par le tronçon n⁰ 2 le 8 octobre 2011 et par l'extension de la ligne entre les stations Promenade et Marina Bay le 14 janvier 2012. Il s'agit de la plus longue ligne de métro entièrement automatisée au monde, avec une longueur de 35,7 kilomètres[8]. La ligne, composée de 30 stations et opérée par SMRT, relie toutes les lignes existantes, et permet aux voyageurs d'éviter de se rendre dans le centre pour changer et prendre une autre ligne, réduisant ainsi l'affluence, notamment aux stations City Hall et Raffles Place.

Les stations du MRT[modifier | modifier le code]

Niveau du hall de la station Queenstown, avec un écran à plasma, centre de service aux passagers et portillons automatiques.
La station Expo, à côté du palais des expositions de 10 hectares, au design futuriste par Foster and Partners.

Toutes les stations sont soit surélevées, soit souterraines, à l'exception de Bishan qui est au niveau du sol. La plupart des stations souterraines sont assez profondes pour résister à des bombes conventionnelles et servir d'abri[9]. Le téléphone mobile est disponible partout sur le réseau[10].

Chaque station est pourvue d'au moins quatre distributeurs automatiques de tickets ou General Ticketing Machine (GTM), un centre de services aux passagers ou Passenger Service Centre, des écrans à plasma et à LED qui affichent des informations sur le service (comme le temps d'attente) ou des annonces publicitaires. Toutes les stations comportent des toilettes et cabines téléphoniques, parfois au niveau de la rue. Quelques stations, surtout les plus fréquentées, sont plus riches en équipement : magasins, supermarchés, épiceries comme 7-Eleven ou Cheers, ATMs (distributeurs de monnaie), et guichets automatiques.

Les stations les plus anciennes sur les lignes Nord-Sud et Est-Ouest n'ont pas été conçues à l'origine pour faciliter l'accessibilité : ascenseurs, escalators, guides tactiles et toilettes pour personnes handicapées manquaient. Les autorités ont découragé l'utilisation du MRT par les personnes handicapées[11]. Cependant ces équipements sont progressivement installés dans le cadre du programme d'accessibilité qui vise à rendre toutes les stations accessibles aux personnes âgées et souffrant de handicap[12],[13]. Au 27 février 2007, seule la station Buona Vista n'était pas complètement accessible.

Tarification[modifier | modifier le code]

Distributeurs de tickets à la station Expo.

Du fait des subventions gouvernementales aux organismes exploitant le réseau, les tarifs du MRT sont tirés vers le bas au seuil de rentabilité. Les exploitants récupèrent le coût des trajets en vendant des tickets électroniques munis d'une puce. Les prix de chaque trajet sont calculés en fonction de la distance entre la station d'entrée et la station de sortie. Ces prix sont échelonnés pour des voyages à tarif non réduit standard. La distance seule est prise en compte à l'opposé d'autres systèmes de métro qui utilisent des zones tarifaires, comme le métro de Londres.

Comme le système de tarification a été intégré par TransitLink, quel que soit le voyage, il n'y a besoin de valider son titre qu'au départ et à l'arrivée du trajet, même en ayant fait une correspondance entre des lignes exploitées par deux entreprises distinctes. Les voyageurs peuvent également aller plus loin que leur ticket ne le leur permet, et payer la différence à la sortie.

Les stations sont divisées en deux zones, zone publique et zone voyageurs, ce qui permet aux exploitants d'enregistrer un trajet en restreignant l'entrée de la zone voyageurs à travers des portillons automatiques. Ces portillons sont reliés à un réseau informatique, et peuvent lire et mettre à jour les tickets électroniques munis d'une puce ; ils peuvent également stocker des informations comme les stations de départ et d'arrivée, ou la durée du voyage. Les General Ticketing Machines vendent des tickets à l'unité, ou permettent à un voyageur d'ajouter du solde sur ces tickets. Pour les trajets à l'unité, les tickets, verts, ne sont valides que le jour d'achat, et ont une marge de tolérance de 30 minutes au-delà du temps de trajet estimé. Les tickets qui peuvent être utilisés jusqu'à leur date d'expiration nécessitent un crédit minimal à l'entrée dans le réseau.

Même si le réseau est exploité par des entreprises privées, la structure du système tarifaire est régentée par le Public Transport Council auprès duquel les exploitants déposent des requêtes pour faire changer les prix. Les prix restent abordables en les faisant approcher des prix équivalents pour les bus, encourageant ainsi les voyageurs à utiliser le MRT et à moins prendre le bus. Les hausses tarifaires récentes ont fait beaucoup de bruit[14]. De même, il y a eu de la désapprobation quant aux tarifs plus élevés sur la ligne Nord-Est, exploitée par SBS Transit, ce que l'entreprise a justifié en arguant de plus grand coûts d'exploitation et de maintenance pour une ligne entièrement souterraine, et d'une clientèle moins nombreuse[15].

Tickets magnétiques (1987–2002)[modifier | modifier le code]

Lorsque le MRT fut mis en service en 1987, les tarifs s'échelonnaient entre 0,5 $ et 1,10 $ par incréments de 0,1 $ pour tous les tickets adultes, que ce soient des trajets à l'unité, ou des cartes de débit. Quelques trajets à tarifs réduits étaient possibles : senior citizens et résidents permanents de plus de 60 ans pouvaient voyager pour 0,5 $ en dehors des heures de pointe ; les enfants de moins de 120 cm et les étudiants à temps plein dans les cycles primaire, secondaire, pré-université et dans les instituts d'apprentissage payaient 0,3 $ pour tous les trajets.

Des tickets à bande magnétiques étaient utilisés sous des formes variées. Les tickets à valeur stockée s'appelaient farecards et se déclinaient en trois types : bleu pour les adultes, magenta pour les senior citizens et rouge pour les enfants. Les tickets à l'unité étaient retenus dans les portillons de sortie à destination. Des tickets mensuels étaient disponibles en quatre versions : beige, rose et violet (crédités de 13, 30 et 36 dollars respectivement) pour les étudiants de cycle 1 et 3 ainsi que pour les militaires à temps plein ; le ticket "rouge pêche" était réservé aux autres étudiants et coûtait 17 $. Ces tickets étaient valides un mois à raison de quatre voyages par jour maximum.

Cartes EZ-Link et tickets standard (depuis 2002)[modifier | modifier le code]

La carte EZ-Link est une carte à puce sans contact basée sur la technologie FeliCa de Sony. Cette carte est utilisée pour payer des biens et services dans Singapour, principalement pour le transport. Arrivée en 2002, cette technologie fut promue comme un moyen rapide et simple de réaliser des transactions, et comme une méthode efficace pour éviter la fraude ; il y a eu cependant quelques cas de personnes passant à plusieurs[16]. Les tarifs vont de 69¢ à 3,04 $ pour les adultes, de 64¢ à 70¢ pour les senior citizens (personnes âgées) et de 40¢ à 50¢ pour les étudiants. Les utilisateurs du métro utilisant la carte EZ-Link voient leur tarif réduit, y inclus s'ils prennent le bus après leur trajet en métro.

Les distributeur de tickets (GTMs) dans chaque station, en remplacement des anciennes machines, permettent aux clients de rajouter du crédit à leur carte EZ-Link ou d'acheter des tickets unitaires. Pour ces tickets, les tarifs s'échelonnent entre une à deux fois le prix payé avec une carte EZ-Link. En sus, une caution de 1 dollar est demandée pour chaque ticket. Elle est remboursable depuis n'importe quel GTM lorsque le ticket est rendu, moins de 30 jours après son achat. La carte peut également être laissée dans une urne de charité, ce qui fait office d'un don de 1 dollar. La puce RFID contenue dans chaque ticket standard les rend chers à fabriquer, et nécessite leur réutilisation, qui est mise en œuvre par ce système de caution. Des réductions sont possibles pour les enfants, étudiants, senior citizens et personnes réalisant leur service national singapourien. La carte visiteurs (Visitor's card) qui offre des services aux touristes peut être également utilisée comme une carte EZ-Link.

Les étudiants singapouriens reçoivent une carte gratuite et personnalisée avec leur photo, nom et numéro national d'identification ou NRIC (National Registration Identity Card).

Quel que soit son type, chaque carte émise a un identifiant unique que l'on peut utiliser pour la retrouver en cas de perte. Des exploitants du réseau de transport ont organisé des loteries basées sur cet identifiant.

Matériel roulant du MRT[modifier | modifier le code]

Les voitures Alstom Metropolis, fabriquées en France.

Trois types de matériel roulant sont utilisés pour le transport de passagers, autant sur la ligne Nord-Sud que la ligne Est-Ouest. Ils sont alimentés en courant continu à 750 volts par troisième rail, chaque train fait six voitures[17], et utilisent le système ATO (Automatic Train Operation) similaire à la ligne Victoria du métro de Londres.

Le matériel roulant est en majorité constitué par 396 voitures C151 de Kawasaki Heavy Industries, Ltd.[18] ; ce sont les trains les plus anciens encore en service en 2006. Ils ont été construits entre 1986 et 1989 par les industries Kawasaki en consortium avec Nippon Sharyo, Tokyu Car Corporation et Kinki Sharyo. Une remise à neuf de ces trains, pour 142,7 millions de dollars de Singapour, est en cours, et s'achèvera en 2008[19].

En 1994, 114 voitures C651 de Siemens AG, faites en Allemagne, furent achetées pour compléter le stock existant, en raison de l'extension vers Woodlands[20]. Certains de ces trains ont, pour expérience, été réaménagés pour contenir plus de passagers, mais ces arrangements ont été abandonnés depuis.

Des trains garés au dépôt de Bishan

Entre 1998 et 2001, 126 voitures C751B résultant d'une collaboration entre Kawasaki Heavy Industries, Ltd. et Nippon Sharyo ont été introduites, les entreprises fournissant respectivement 66 et 60 voitures[18]. Les voitures ont une conception plus aérodynamique et comportent des meilleurs systèmes d'information pour les passagers, plus de poignées, des sièges plus larges, plus d'espace vers les portes, et de la place pour les chaises roulantes. Comme ces trains devaient à l'origine faire un service de Boon Lay à l'Aéroport international de Changi, des compartiments à bagages ont été installés pour les passagers venant ou allant de l'aéroport[21]. Cepentant en avril 2002, des boîtes de vitesse défectueuses causèrent la mise hors service des 21 trains, et le service fut interrompu momentanément[22]. Cette liaison directe fut abandonnée, et les espaces bagage furent supprimés[23].

Depuis l'ouverture de la ligne Nord-Est en 2003, 150 voitures Alstom Metropolis sans conducteur ont circulé. Alstom obtint des contrats de la Land Transport Authority en 1997 et 1998 pour fournir ces voitures. Elles sont automatiques et alimentées en 1 500 volts continus par caténaires. Ce sont les premiers trains à bénéficier d'un système de caméras de surveillance à l'intérieur. Une commande de 120 voitures supplémentaires devrait être livrée quand la Ligne circulaire commencera à fonctionner en 2007[24],[25].

Dépôts[modifier | modifier le code]

Le dépôt de Sengkang

La SMRT Corporation a 4 dépôts de trains : le dépôt de Bishan est le dépôt central de maintenance avec des équipements de révision des trains, tandis que les dépôts de Changi et d'Ulu Pandan n'abritent les trains que la nuit (où ils sont inspectés). Le dépôt souterrain de Kim Chuan abrite les trains de la ligne circulaire[26]. Les stations Ang Mo Kio, Jurong East et Tanah Merah ont été construites avec une troisième voie au milieu pour que les trains ayant terminé leur service puissent s'y arrêter avant de retourner à leur dépôt, mais les deux dernières (Jurong East et Tanah Merah) sont maintenant utilisées comme des voies de terminus respectivement pour la ligne Nord-Sud et pour la ligne de l'aéroport de Changi.

Le dépôt de Sengkang abrite les trains de la ligne Nord-Est, du LRT de Sengkang et du LRT de Punggol, tous exploités par SBS Transit. C'est le premier dépôt à être prévu à être aménagé de telle sorte qu'un développement de bâtiments industriels sera possible au-dessus du dépôt, pour éviter le gaspillage de terrain à Singapour.

Architecture et art dans le MRT[modifier | modifier le code]

De la calligraphie chinoise sur le sol de la station Chinatown.
Une œuvre d'art à la station Raffles Place

Les premières étapes de la construction du MRT mettaient l'emphase sur le fonctionnel plus que sur l'esthétique. Cela est particulièrement visible sur les premiers tronçons de la ligne Nord-Sud qui ont ouvert entre 1987 et 1988 de Yio Chu Kang à Clementi. Les thèmes architecturaux sont devenus des éléments importants seulement dans les phases de construction ultérieures, et peuvent être retrouvés par exemple dans les formes cylindriques de la plupart des stations entre Kallang et Pasir Ris, et les toitures des stations à l'Ouest de Jurong East.

Les pièces d'art, lorsqu'il y en a, sont rarement mises en valeur ; principalement, il s'agit de quelques peintures ou sculptures représentant le passé récent de Singapour, dans des stations importantes. L'ouverture de l'extension de Woodlands fut l'occasion d'introduire des objets d'art plus audacieux, comme la grande sculpture dans la station de Woodlands. Lors de l'ouverture de la ligne Nord-Est, une série d'œuvres d'art créées à l'occasion d'un programme intitulé « The Art In Transit » ont été commandées par l'autorité de régulation des transports. Créées par 19 artistes locaux et intégrées dans l'environnement des stations, ces œuvres visent à promouvoir l'art moderne dans des environnements de déplacement. Chaque œuvre doit être appropriée au regard de l'identité de la station. Seules les stations de la ligne Nord-Est sont concernées par ce programme[27].

Avec l'extension de la ligne Est-Ouest vers l'aéroport de Changi, la station Expo, esquissée par Foster and Partners et achevée en janvier 2001, est formée par un grand toit en titane de forme elliptique, sans pilier, couvrant la longueur du quai. Cela vient en complément d'un disque en acier inoxydable réfléchissant de 40 mètres de rayon, qui semble flotter au-dessus d'un ascenseur et de l'entrée principale[28].

Sûreté dans le système de MRT[modifier | modifier le code]

Un avertissement que l'on retrouve partout dans les stations et les trains, avertissant que manger, boire, fumer, transporter des produits inflammables, et même des durians sont strictement interdits sur le réseau, accompagné du montant des amendes encourues, contribuant à la réputation de Singapour d'être la « ville des amendes ».

Tant les exploitants comme les autorités assurent que de nombreuses mesures ont été prises pour assurer la sécurité des passagers, SBS Transit ayant dû redoubler d'efforts pour propager les mesures de sûreté pour la ligne sans conducteur (Nord-Est) avant comme après son ouverture[29].

Des portes palières à la station Dhoby Ghaut sur la ligne Nord-Sud.

Des campagnes de sûreté sont bien visibles dans les trains et les stations, et les exploitants diffusent fréquemment des annonces de sûreté à l'attention des passagers qui attendent les trains. Les stations répondent aux critères de sûreté face au feu édictés par la National Fire Protection Association américaine. Des portes palières sont installées dans toutes les stations souterraines, pour empêcher les suicides, permettre de contrôler la température et empêcher les accès non autorisés à des zones réservées. Les stations au-dessus du sol ont des quais ouverts avec une ligne jaune continue le long du bord des quais derrière laquelle les passagers doivent se tenir pour être à une distance raisonnable des trains à l'approche (ou subir une amende). Les règlements sont affichés pour décourager les actes inciviques, dangereux ou dérangeants comme fumer, boire ou manger, faire un mauvais usage des équipements de sûreté, ou aller sur les voies. Les sanctions, allant de la simple amende à l'emprisonnement, sont affichées pour chaque délit[30].

Les problèmes de sûreté ont été soulevés après quelques accidents dans les années 1980 et 1990, mais la plupart des problèmes ont été résolus. Le 5 août 1993, deux trains sont rentrés en collision à la station Clementi en raison d'huile sur la voie, ce qui a fait 132 blessés[31]. Il y a encore des demandes pour installer des portes palières dans toutes les stations après que des incidents ayant entraîné la mort de passagers (tombés sur les voies lorsqu'un train approchait) se sont produits. Cependant, les autorités rejettent cette proposition car ils doutent de leur efficacité et parce que le coût d'installation est élevé[32].

Sécurité dans le MRT[modifier | modifier le code]

Des policiers armés à la station Aéroport international de Changi

Les soucis de sécurité regardant la criminalité et le terrorisme n'étaient pas primordiaux lors de la conception originale du système[33]. Cependant, après le réveil de ces préoccupations suivant le complot déjoué d'attentat à la bombe à la station Yishun [34] et les attentats à Madrid du 11 mars 2004, les exploitants ont déployé des gardes non armés pour surveiller les quais et vérifier les bagages des passagers.

Des annonces enregistrées sont souvent diffusées pour rappeler aux passagers de signaler toute activité suspecte et de ne pas laisser leurs bagages sans surveillance. Les circuits de vidéosurveillance ont été modifiés pour enregistrer l'activité dans toutes les stations et les trains de SMRT Corporation[35],[36]. Les poubelles et boîtes à lettres ont été supprimées des quais et des halls de stations pour éliminer le risque de bombe artisanale.

Le 14 avril 2005, la Force de police de Singapour a annoncé qu'elle comptait réhausser la sécurité en mettant en place une unité de police spéciale (Police MRT Unit)[37]. Ces officiers armés ont commencé à patrouiller dans les systèmes de MRT et de LRT le 15 août 2005, au hasard dans et autour des stations et dans les trains. Ils sont entraînés et autorisés à utiliser leurs armes à feu à leur discrétion, y compris à tuer s'ils le jugent nécessaire[38]. Le 8 janvier 2006, un exercice majeur de simulation a eu lieu, mettant en scène plus de 2 000 personnes de 22 agences gouvernementales, simulant des attentats à la bombe et chimiques aux stations Dhoby Ghaut, Toa Payoh, Raffles Place et Marina Bay. Treize stations ont été fermées et environ 3 400 passagers furent surpris par cet exercice long de trois heures[39].

Avenir[modifier | modifier le code]

En 2007, la station Bishan est en travaux pour la construction de la ligne circulaire, à connecter avec la ligne Nord-Sud.

Le système de MRT s'est concentré sur les lignes Nord-Sud et Est-Ouest pour plus d'une décennie jusqu'à l'ouverture de la ligne Nord-Est en 2003. Tandis que les plans pour ces lignes, comme celles actuellement en construction, étaient formulés longtemps auparavant, la publication, par la Land Transport Authority, d'un livre blanc intitulé A World-Class Land Transport System en 1995 a stimulé les intentions du gouvernement quant à l'extension du système existant[40]. Les plans prévoient à long terme le remplacement du réseau de bus par un système majoritairement basé sur le rail. Il appelle à étendre les 67 kilomètres (en 1995) de voies à 160 kilomètres en 10 à 15 ans, et envisage une plus grande extension sur le long terme. D'ici 2030, le gouvernement envisage un réseau de 540 kilomètres (plus étendu que le réseau de Londres, qui fait 408 kilomètres)[41].


Évolution prévisible du réseau avec les projets programmés

Année

Kilométrage
du réseau

Nombre
de stations

2015

185 km

119

2020

252 km

141

Extension de la ligne circulaire (Circle Line)[modifier | modifier le code]

La station de Tai Seng (aujourd'hui achevée) lors de sa construction en février 2007

La ligne circulaire est actuellement considérée comme achevée. Cependant, un 6e tronçon est à l'étude pour compléter la boucle sur une distance d'environ 4 km entre les stations d'HarbourFront et de Marina Bay.

Extension vers l'ouest de la ligne Est-ouest (East-West Line Extension) au-delà de Boon Lay[modifier | modifier le code]

Le plan pour l'extension du MRT au-delà de Boon Lay a été annoncé par la LTA le 29 décembre 2004. D'une longueur de 3,81 kilomètres, l'extension s'est faite vers l'ouest et comporte deux stations : Pioneer et Joo Koon.

L'extension, entièrement aérienne et dont les travaux de construction ont commencé le 11 mars 2006, a été mise en service le 28 février 2009[42]. Elle a coûté environ 436 millions de dollars de Singapour[43]. Il a fallu acquérir 28 000 mètres carrés de terrain[44].

Une extension d'environ 14 kilomètres et 5 stations encore plus à l'ouest vers Tuas est prévue d'ici 2015.

Ligne Centrale (Downtown Line)[modifier | modifier le code]

Le 15 février 2007, le second ministre des finances Tharman Shanmugaratnam a annoncé dans son allocution sur le budget, qu'après que la ligne circulaire serait construite en 2010, la construction, pour 12 milliards de dollars de Singapour, de cette ligne commencerait immédiatement[45],[46]. Elle regrouperait en une seule ligne trois extensions préalablement proposées, l’extension en centre-ville de la ligne circulaire, la ligne de Bukit Timah et la ligne Est, renommées en étape 1, 2 et 3 respectivement.

Cette ligne de 42 kilomètres comprendra 34 stations et joindra les régions du nord-ouest et de l'est de Singapour au nouveau centre-ville à Marina Bay dans le sud, et au Central business district[47]. Le tracé et les stations de la ligne sont connus pour les phases 1 (centrale : Chinatown-Bugis) et 2 (nourd-ouest : Bugis-Bukit Panjang), la phase 3 (est : Chinatown-Expo) étant encore à l'étude.

La construction de la phase 1 a commencé en 2007. La ligne ouvrira en trois phases, respectivement en 2013, 2015 et 2017. De même que la ligne circulaire, les trains fabriqués par Siemens comporteront trois voitures, avec une capacité de 500 000 voyageurs par jour.

Le 29 août 2011, la direction du Land and Transport Authority désigne la société SBS Transit comme futur opérateur de la ligne Centrale (en sus de la ligne Nord-Est existante) et attribue la couleur bleue à cette ligne par la suite.

Extension de la ligne Nord-Sud (North-South Line Extension) au-delà de Marina Bay[modifier | modifier le code]

Afin de desservir le nouveau centre-ville à Marina Bay, ainsi que le futur terminal international de croisière à Marina South, le gouvernement singapourien a annoncé en janvier 2008 le prolongement d'un kilomètre de la ligne avec une station.

Initialement prévue en 2015, l'ouverture de ce tronçon devrait se faire en 2014.

Ligne Thomson (Thomson Line)[modifier | modifier le code]

La ligne Thomson devrait relier Marina Bay au nord de Singapour via Outram Park, Orchard, Ang Mo Kio et Woodlands. Cette ligne initialement prévue pour débuter en 2018 avec 27 kilomètres et 18 stations[48],[49] devrait finalement être opérationnelle à partir de 2019 pour le 1er tronçon au nord de la ligne. Les 2e et 3e tronçons devant ouvrir en 2020 et 2021 respectivement. Lorsque la ligne sera achevée, elle comprendra 22 stations sur 30 kilomètres[50], reliant la station de Woodlands North au nord de l'île, à Gardens by the Bay au sud de celle-ci. La ligne sera entièrement souterraine.

Ligne de la Région Orientale (Eastern Region Line)[modifier | modifier le code]

La Eastern Region Line devrait être lancée d'ici 2020[48],[49]. Cette ligne de 21 kilomètres et 12 stations, entièrement souterraine, reliera Marina Bay à l'aéroport de Changi via les quartiers le long de la côte Est de Singapour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « "Singapore Land Transport: Average Public Transport Ridership" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, Land Transport Authority, daté du 14 octobre 2006
  2. Land Transport Authority, Singapore (1996)
  3. Tien Fang Fwa, SUSTAINABLE URBAN TRANSPORTATION PLANNING AND DEVELOPMENT — Issues and Challenges for Singapore, Université de Tokyo, Tokyo, 2004, [1].
  4. « "1982 - The Year Work Began" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, Land Transport Authority, 2005
  5. "Residents bring up 'white elephant' Buangkok MRT during minister's visit", Hasnita A Majid, Channel NewsAsia,
  6. "Grassroots leaders plan celebration for Buangkok MRT station opening", Yvonne Cheong, Channel NewsAsia, 2005
  7. "143 witnesses to give evidence at Nicoll Highway collapse inquiry: MOM" (Archive), S Ramesh, Channel NewsAsia, 10 juin 2005
  8. "Alstom chosen for the world's longest fully automated metro line in Singapore", Railway Technology,
  9. « "Civil Defence Shelter Programme" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, Singapore Civil Defence Force, 2007
  10. "New Frontier for Mobile-Phone Operators Lies Underground", Eoin Licken, International Herald Tribune, 1999
  11. « "Public transport can't cater to all disabled" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, Toh Su Fen (Land Transport Authority), The Straits Times Forum, 1998
  12. "Tactile tiles to help blind navigate Singapore's MRT stations" (Archive), Asha Popatlal, Channel NewsAsia, 2004
  13. Land Transport Authority et al, Journeys Issue 42 (Jan/Feb 2003), "Get a Lift-up!", p. 10.
  14. "Public transport fare hike not justified as SMRT still profitable: CASE", Yvonne Cheong, Channel NewsAsia, 2005
  15. "New NEL Fare Structure Approved, Public Transport Council, 2003
  16. "Buses and the not so ez-link", Ansley Ng, Today Online,
  17. "Train and System Information" (Trains) (Archive), SMRT Corporation
  18. a et b « "Hyogo Works History" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, Kawasaki Heavy Industries
  19. "Fair grounds for fare hikes?", Tor Ching Li, Today (newspaper), 4 mai 2005
  20. "References - Metro System, MRTC, Six-Car Units, Singapore", Siemens AG
  21. "Commencement of revenue service at Changi Airport Station", SMRT Corporation Press Release
  22. "Temporary Suspension of Boon Lay - Changi Airport Through Service", SMRT Corporation Press Release
  23. "Shuttle Train Service Between Tanah Merah and Changi Airport Stations", SMRT Corporation Press Release
  24. "Metropolis in Singapore", Alstom Transportation
  25. Land Transport Authority et al, Journeys Issue 42 (Jan/Feb 2003), "Safe, Sound and Fully Automated", pp. 8-9.
  26. "Train and System Information" (Stations) (Archive), SMRT Corporation
  27. « "Art in Transit brochure" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, Land Transport Authority
  28. "EXPO Station, Singapore, 1997-2000", Foster and Partners. (site en Flash)
  29. "Measures in place to ensure safe ride on NEL", Tammy Tan (SBS Transit), The Straits Times Forum,
  30. "Rapid Transit Systems Act (Chapitre 263A, Section 42)", Singapore Statutes Online
  31. "MRT Trains collide at Clementi : 132 hurt", Matthew/Branden Pereira et al, The Straits Times, , pp 1 & 25.
  32. "Safety at MRT and LRT Stations - 'Respect The Yellow Line'", Land Transport Authority
  33. López, M.J.J. (1996), Den Haag: RCM-advies, "Crime Prevention Guidelines for the Construction & Management of Metro Systems", pp. 35-39.
  34. "The Link of the Yishun Videotape", Minister for Home Affairs (Singapore) Press Release,
  35. "CCTVs at 35 elevated MRT stations to have recording capability by Oct 2004" (Archive), Johnson Choo, Channel NewsAsia,
  36. "Buses, trains get security cameras", Goh Chin Lian, The Straits Times, 6 juin 2006
  37. "MRT stations to have armed police officers on patrol", Dominique Loh, Channel NewsAsia,
  38. "Special armed police unit begins MRT patrols", Johnson Choo, Channel NewsAsia,
  39. "Singapore holds largest-ever terror attack response drill", Channel NewsAsia,
  40. « "Other Rail Projects" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30, Land Transport Authority
  41. "Groundwork begins for new MRT lines", Christoper Tan, The Straits Times,
  42. "LTA BLE Official Announcement",27 février2009
  43. "Boon Lay MRT extension to have two stations", S Ramesh, Channel NewsAsia,
  44. "Expanding The Rail Network: LTA To Build Boon Lay MRT Extension", Land Transport Authority Press Release, .
  45. "Transcript of the Singapore Budget 2007 Speech", Channel NewsAsia Website,
  46. "33-station Downtown Line gets go-ahead, will be ready by 2018", Christoper Tan, The Straits Times,
  47. "MRT feasibility studies underway for Downtown Line", Asha Popatlal, Channel NewsAsia,
  48. a et b "Minister « of Transport Raymond Lim's speech at Kim Chuan Depot" » ("Minister Archive"Minister Wikiwix"Minister Archive.is"Minister GoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-30,
  49. a et b (en) Maria Almenoar, « Two new MRT lines by 2020 », The Straits Times,‎ 26 janvier 2008 (lire en ligne)
  50. (en)« Speech by Mr Lui Tuck Yew, Minister for Transport, at the Inspection of Downtown Line 1 Station and Announcement of Thomson Line alignment, 29 August 2012, 10.00am at Telok Ayer Station », sur mot.gov.sg,‎ 29 août 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]