Métro léger de Francfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Métro de Francfort)
Aller à : navigation, rechercher
Métro léger de Francfort
Stadtbahn Frankfurt
Image illustrative de l'article Métro léger de Francfort
Station Schweizer Platz.

Situation Francfort-sur-le-Main
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Type Métro léger
Entrée en service 1968
Longueur du réseau 65 km
Lignes 9
Stations 86
Fréquentation 114 000 000 passagers/an (2009)
Écartement des rails 1 435 mm
Propriétaire Verkehrsgesellschaft Frankfurt
Exploitant Verkehrsgesellschaft Frankfurt
Lignes du réseau U1, U2, U3, U4, U5, U6, U7, U8, U9
Réseaux connexes S-Bahn Rhin-Main
Tramway de Francfort

Image illustrative de l'article Métro léger de Francfort
La station de métroSchweizer Platz, ouverte en 1984
Rame de la série U4

Le métro de Francfort-sur-le-Main (en allemand : U-Bahn Frankfurt ou Frankfurter U-Bahn, officiellement: Stadtbahn Frankfurt) est un des grands moyens de transport de la ville avec la S-Bahn Rhin-Main et le tramway. Il était le troisième métro en Allemagne (après Berlin et Hambourg), et fut ouvert le 4 octobre 1968[1]. Le métro de Francfort n'est pas un métro réel, mais plutôt une Stadtbahn (métro léger) comme dans la plupart des cités allemandes, ça veut dire une combinaison du métro (dans le centre) et de tram (en banlieue)[2].

Une partie importante du réseau du métro est construite selon les standards du tramway avec, en surface, des intersections à niveau. D'autres sections, dont la ligne U4 dans son intégralité, sont de vraies lignes de métro. Le réseau de métro est constitué aujourd'hui de 7 lignes dans les quartiers périphériques qui se réunissent en 3 lignes dans le Centre-Ville; Il comporte 27 stations souterraines et 58 stations en surface. La longueur des voies atteint 60 km. 112 millions de passagers ont été transportés en 2006.

Comme le réseau de tramway, le métro est exploité par la Verkehrsgesellschaft Frankfurt (VGF), une entreprise dépendante de la municipalité de Francfort, dans le cadre d'une gestion directe (« in house ») telle qu'elle est prévue par le cadre législatif européen. Le contrat d'exploitation porte sur 20 ans à compter du 1er janvier 2011[3]. La VGF est également propriétaire des infrastructures, du matériel roulant et des stations.

Le Réseau[modifier | modifier le code]

Il est constitué de 9 lignes réunies en 3 tronçons communs.

Numéro Trajet
Ligne A
Tronçon commun: Heddernheim – Eschersheim – Eschersheimer LandstraßeRampe in den A-Tunnel – Eschenheimer Tor – Hauptwache (C, S) – Willy-Brandt-Platz (B) – Südbahnhof (S)
U1 Ginnheim — Südbahnhof
Ginnheim – Römerstadt – Nordwestzentrum – Stammstrecke
U2 Gonzenheim — Südbahnhof
Gonzenheim – Ober-Eschbach – Stadtgrenze – Nieder-Eschbach – Bonames – Stammstrecke
U3 Hohemark — Südbahnhof
Hohemark – Oberursel (S) – Stadtgrenze – Niederursel – Stammstrecke
U8 Riedberg - Südbahnhof
Riedberg - Niederursel - Stammstrecke
U9 Ginnheim - Nieder-Eschbach
Ginnheim - Nordwestzentrum - Riedberg - Nieder-Eschbach
Ligne B
Tronçon commun: Konstablerwache (C, S) – Dom/Römer – Willy-Brandt-Platz (A) – Hauptbahnhof (S)
U4 Enkheim - Seckbacher Landstraße — Bockenheimer Warte
Enkheim - Hessen-Center - Riederwald - Seckbacher Landstraße – Bornheim-Mitte – StammstreckeÜbergang in den B-Tunnel – Festhalle/Messe – Bockenheimer Warte (C)
U5 Preungesheim — Hauptbahnhof
Preungesheim – Eckenheim – Hauptfriedhof – Eckenheimer LandstraßeRampe in den B-Tunnel – Stammstrecke
Ligne C
Tronçon commun: Industriehof – Rampe in den C-TunnelLeipziger StraßeBockenheimer Warte (B) – WestendAlte Oper – Hauptwache (A, S) – Konstablerwache (B, S) – Zoo
U6 Heerstraße — Ostbahnhof
Heerstraße – Ludwig-Landmann-StraßeStammstreckeOstbahnhof
U7 Hausen – StammstreckeEissporthalleRampe aus dem C-Tunnel – Riederwald/Seckbach – Borsigallee – Hessen-Center – Enkheim
(A): Correspondance avec une autre ligne ou avec le RER (S-Bahn)

en italique: Trajet le long de cette rue sans gare à son nom.

Les rames[modifier | modifier le code]

Station Parlamentsplatz ouverte en 1992

4 séries de rames toutes monocaisses (U2, U3, U4, Ptb) ont circulé sur le réseau de métro. Une nouvelle série est en commande (U5), du modèle Bombardier Flexity Swift, pour remplacer les rames de type U2, Ptb et U3. Par ailleurs des rames de tramway continuent de circuler sur certaines lignes. Les rames U2 sont du modèle Siemens-Duewag U2, aussi utilisé en Amérique du Nord sur le C-Train de Calgary (Alberta, Canada), sur l' Edmonton Light Rail Transit d'Edmonton ( Alberta, Canada), et sur le tramway de San Diego, en Californie, aux États-Unis.

Le tension utilisée est de 600 volt et l'alimentation se fait par caténaires. Les voitures font 2,65 mètres de large, les tramways seulement 2,35 mètres. Les rames sont équipées d'une cabine de conduite aux deux extrémités. Il ne peuvent être accouplés qu'avec des rames de même série (jusqu'à 4 voitures) ; le système d'accouplement est de type Scharfenberg et l'accouplement peut se faire en cours de service, ce qui est réalisé quotidiennement.

Il n'existe que 2 rames type U1, l'une a été radiée, l'autre est au musée. Il existe 104 rames type U2, distincts des U2h (55 rames) et U2e( 49 rames). Les U2h, sont en cours de radiation et circulent seulement sur la ligne U1, parfois aussi sur la ligne U2. Les rames type U2e circulent sur la ligne U4 et U7. Les rames type U3 (27 rames) circulent seulement sur la ligne U4. Les rames Ptb, (60 rames), circulent sur le ligne U5 et U6. Les rames type U4 circulent sur le ligne U1, U2, U3, U8 et U9. Les rames type U5 circulent pour l'instant seulement sur les lignes U2, U3, U8 et U9.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stadtchronik: Die Zeitgeschichte 1945-2000 (1), par Helmut Nordmeyer (auteur), Institut für Stadtgeschichte - Karmeliterkloster, Frankfurt am Main http://www.stadtgeschichte-ffm.de/service/chronik/chronik_6.html
  2. Frankfurt U-Bahn (Stadtbahn), System and History, 2004 © UrbanRail.Net par Robert Schwandl http://www.urbanrail.net/eu/ffm/frankfrt.htm
  3. (de) « Direktvergabe an VGF rechtsgültig », sur http://www.eurailpress.de eurailpress.de (consulté le 13 septembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]