Claude Esteban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Esteban.

Claude Esteban

Activités Poète
Naissance 26 juillet 1935
Paris, Drapeau de la France France
Décès 10 avril 2006 (à 70 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture français

Œuvres principales

  • Le Jour à peine écrit (1967-1992) (poèmes)
  • Morceaux de ciel, presque rien (poèmes, 2001)
  • La Mort à distance (poèmes, 2007)
  • Janvier, février, mars (proses, 1999)
  • Le Partage des mots (essai, 1990)
  • La Dormition du comte d'Orgaz (essais, 2004)
  • Soleil dans une pièce vide (récits, 1991)

Claude Esteban [ɛstebɑ̃][1], né le 26 juillet 1935 à Paris où il est mort le 10 avril 2006, est un poète français.

Fondateur de la revue Argile aux éditions Maeght, il est aussi l'auteur de nombreux écrits sur l'art et sur la poésie, ainsi que le traducteur de Jorge Guillén, Octavio Paz, Borges, García Lorca, Quevedo, entre autres.

Biographie[modifier | modifier le code]

De père espagnol et de mère française, partagé entre deux idiomes, Claude Esteban est marqué par le sentiment douloureux d'une division et d'un exil dans le langage, qui se trouve à la source même de sa vocation poétique. Il retrace cette expérience dans Le Partage des mots, sorte d'essai autobiographique sur le langage et l'impossible bilinguisme, qui le mène à l'écriture poétique et au choix d'une langue, le français. Dominé par ce sentiment d'un « partage », il aura pour souci de « rassembler l'épars », de dépasser les séparations, et ainsi de réunir poésie et peinture, de traduire et donner à lire les poésies étrangères en français, d'écrire pour retrouver un lien immédiat entre soi et le monde sensible.

Collaborateur du Mercure de France à partir de 1964, puis de la La Nouvelle Revue française, revues dans lesquelles il écrit de nombreux articles sur des poètes et des peintres, il fonde en 1973, à la demande d'Aimé Maeght et avec l'appui moral de René Char, la revue Argile, dont les vingt-quatre numéros n'ont pas cessé, huit années durant, de témoigner de la connivence entre poésie et peinture, tout en accordant un espace nouveau à la poésie étrangère traduite. Parallèlement, il consacre une monographie à Chillida, une autre à Palazuelo, et il préface de nombreux catalogues d'expositions de peintres dont il se sent proche, tels Ubac, Vieira da Silva, Szenes, Aguayo, Castro, Morandi, Sima, Braque, Le Brocquy, Asse, Chagall, etc. (la plupart de ces textes ont été repris en volumes, voir infra).

C'est en 1968 qu'il publie son premier livre de poèmes, La Saison dévastée, suivi d'autres livres faits avec des artistes comme Arpad Szenes, Jean Bazaine et Raoul Ubac. Ces livres sont réunis dans son premier grand recueil publié chez Flammarion en 1979, Terres, travaux du cœur. Simultanément, les éditions Galilée publient Un lieu hors de tout lieu, essai sur la poésie qui, à partir de l'évocation initiale des Géorgiques de Virgile, construit une réflexion sur la poésie et un manifeste pour une nouvelle poétique, marquée par la nostalgie d'un « lieu hors de tout lieu » et par « un devoir à chercher » dans l'obscur une « conjoncture » nouvelle entre les mots et les choses.

Il éprouve très tôt une vive admiration pour l'œuvre du grand poète espagnol Jorge Guillén, dont il devient l'ami et dont il traduit en 1977 pour Gallimard une grande partie de son livre majeur, Cantique — Guillén lui-même a traduit en espagnol quelques poèmes d'Esteban, qu'il a insérés dans son dernier livre, Final (1982). Il traduit aussi de nombreuses œuvres d'Octavio Paz, dont deux livres majeurs, Le Singe grammairien et Pétrifiée pétrifiante. C'est en 1980, sous le titre Poèmes parallèles, qu'il publie une anthologie de ses traductions, dont la préface, « Traduire », pose les principes d'une réflexion originale sur la poétique et la traduction de la poésie. En 1987, il rassemble ses essais sur la poésie dans Critique de la raison poétique chez Flammarion.

En 1984, il reçoit le Prix de l'Académie Mallarmé pour Conjoncture du corps et du jardin, suite de poèmes en prose. Il fonde, la même année, la collection Poésie aux éditions Flammarion, dans laquelle il publie, entre autres, Jean Tortel, Jean-Luc Sarré, Nicolas Cendo, Esther Tellermann, Jacqueline Risset, Mathieu Bénézet, Emmanuel Mosès, Jean-Claude Schneider et Yves di Manno qui prend sa succession à la tête de la collection en 1993.

En 1989, trois ans après la mort accidentelle de sa femme, le peintre Denise Esteban, il publie Élégie de la mort violente, livre sur le deuil et la mémoire. C'est en 1993 que paraît Sept jours d'hier, remarquable suite de poèmes courts et denses qui suivent les « itinéraires du deuil » et tracent la voie d'un apaisement. Profondément marqué par la figure du roi Lear, il publie en 1996 Sur la dernière lande, poèmes de l'errance et du cheminement dans les décombres du sensible, qui convoquent les figures de la pièce de Shakespeare. La Société des gens de lettres (SGDL) lui décerne en 1997 le grand prix de poésie pour l'ensemble de son œuvre.

La peinture reste pour lui un souci majeur. En 1991, il reçoit le prix France Culture pour Soleil dans une pièce vide, suite de narrations poétiques à partir de toiles d'Edward Hopper, dans lesquelles il brouille à dessein les frontières du récit et du poème. Il n'en continue pas moins d'écrire des essais sur l'art, et livre des approches lumineuses de Velázquez, Goya, Greco, Le Lorrain, Rembrandt, Murillo…, jusqu'à son dernier essai consacré au Caravage, L'Ordre donné à la nuit, dans lequel il retrace l'itinéraire de son regard et définit son approche de l'art.

C'est encore la peinture, celle des portraits du Fayoum, qui suscite l'écriture des saisissants poèmes de Fayoum, publié en 2001 dans Morceaux de ciel, presque rien chez Gallimard, livre d'un certain accomplissement poétique qui lui vaut le Prix Goncourt de la poésie pour l'ensemble de son œuvre. En 2004, il livre ses ultimes réflexions sur la poésie dans Ce qui retourne au silence, qui comprend aussi un essai sur Robert Bresson et un autre sur les Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov.

Ancien élève de l'École normale supérieure, il a été Professeur de littérature espagnole à l'université de Paris-Sorbonne jusqu'en 1996, puis président de la Maison des écrivains de 1998 à 2004.

Peu avant sa mort sort en librairie une anthologie de ses poèmes, Le Jour à peine écrit (1967-1992), tandis que le manuscrit de son dernier livre et testament poétique est achevé sous le titre de La Mort à distance ; il paraît chez Gallimard un an plus tard, en mai 2007.

Le cas Arthur Silent[modifier | modifier le code]

En 1984, un livre intitulé Mémoires minuscules est publié dans la collection « Textes » des éditions Flammarion avec une préface d'Emmanuel Hocquard. Son auteur, le mystérieux Arthur Silent, est, selon la quatrième de couverture, « né à Namur en 1940 », « professeur de psychopathologie animale au Québec » et spécialiste de la « nouvelle poésie iroquoise ». Il est totalement inconnu, on précise qu'il a quitté « sa carrière scientifique pour se consacrer à l'écriture loin des continents à bord de sa goélette Hispaniola II ». Le livre est composé de trente-quatre histoires brèves où l'auteur apparaît comme agent de change, poète belge, tireur à l'arc japonais, goûteur de brume, etc. Le livre excite la curiosité, suscite maints articles de presse et se voit décerner en 1985 le prix des Deux Magots. On a beau conjecturer, on ne trouve pas qui se cache derrière ce nom. Ses amis Claude Esteban et Emmanuel Hocquard entretiennent le mystère, qui demeure même lorsqu'il se rend en personne, moustachu et manchot, à la remise du prix des Deux Magots.

En 1991, lors de la publication de Meurtre à Royaumont, Arthur Silent et Emmanuel Hocquard reçoivent conjointement à l'abbaye de Royaumont l'unique et prestigieux prix Nabel de littérature…

On peut lire à ce sujet « Le veau est un moment du frais », une enquête désespérée de la journaliste Laurence Paton à la recherche sans issue du véritable Arthur Silent dans L'ère du faux, Paris, Autrement, 1986, p. 113-119.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie Prose Écrits sur l'art Écrits sur la poésie Traductions

Poésie[modifier | modifier le code]

  • La Mort à distance, Gallimard, 2007.
  • Le Jour à peine écrit (1967-1992), Gallimard, 2006.
  • Morceaux de ciel, presque rien, Gallimard, 2001.
  • Étranger devant la porte, I. Variations, Farrago, 2001.
  • Fayoum, Farrago, 1999.
  • Sur la dernière lande, Fourbis, 1996.
  • Quelqu'un commence à parler dans une chambre, Flammarion, 1995.
  • Sept jours d'hier, Fourbis, 1993.
  • L'Insomnie, journal, Fourbis, 1991.
  • Elégie de la mort violente, Flammarion, 1989.
  • Le Nom et la Demeure, Flammarion, 1985.
  • Douze dans le soleil, Orange Export Ltd, 1983.
  • Conjoncture du corps et du jardin suivi de Cosmogonie, Flammarion, 1983, prix Mallarmé.
  • Terres, travaux du cœur, Flammarion, 1979.
  • Comme un sol plus obscur, gravures de Raoul Ubac, Galanis, 1979.
  • Dans le vide qui vient, eaux-fortes d'Arpad Szenes, Maeght, 1976.
  • Croyant nommer, dessins de Jean Bazaine, Galanis, 1971.
  • Celle qui ne dort pas, aquatintes de Charles Marq, Galerie Jacob, 1971.
  • La Saison dévastée, pointes-sèches de Brigitte Simon, D. Renard Éditeur, 1968.

Prose[modifier | modifier le code]

Écrits sur l'art et monographies[modifier | modifier le code]

Écrits sur la poésie[modifier | modifier le code]

Principales traductions[modifier | modifier le code]

  • Poèmes parallèles, Galilée, 1980 (anthologie de ses traductions de Góngora, Quevedo, Jiménez, Guillén, Aleixandre, Vallejo, Paz, Pizarnik, Pessoa et Gimferrer).
  • Jorge Luis Borges, Les Conjurés - Le Chiffre, Gallimard, 1988.
  • Federico García Lorca, Romancero gitan - Poème du Chant profond, Aubier/Flammarion, 1995.
  • Federico García Lorca, Ferias, Ed. du Félin/Arte, 1998.
  • Jorge Guillén, Au-delà, gravures d'Eduardo Chillida, Maeght, 1973.
  • Jorge Guillén, Cantique, Gallimard, 1977.
  • Octavio Paz, Le Singe grammairien, Skira, coll. "Les sentiers de la création", 1972, rééd. Champs/Flammarion, 1982.
  • Octavio Paz, Pétrifiée pétrifiante, eaux-fortes d'Antoni Tàpies, Maeght, 1979.
  • Octavio Paz, Le Feu de chaque jour, Gallimard, 1986.
  • Octavio Paz, La Flamme double, Gallimard, 1994.
  • Francisco de Quevedo, Monuments de la mort, trente et un sonnets, Deyrolle, 1992.
  • Virgile, Quatrième bucolique, in Passeurs de mémoire, Poésie/Gallimard, 2005.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Esteban" doit être prononcé à la française, avec une voyelle nasale finale [ɑ̃] (et non pas [an]).