Le Jugement dernier (Michel-Ange)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jugement dernier (homonymie).
Le Jugement dernier
Image illustrative de l'article Le Jugement dernier (Michel-Ange)
Artiste Michel-Ange
Date entre 1536 et 1541
Type Fresque
Dimensions (H × L) 1 370 × 1 220 cm
Localisation Chapelle Sixtine, Vatican
Coordonnées 41° 54′ 10″ N 12° 27′ 15″ E / 41.902778, 12.454167 ()41° 54′ 10″ N 12° 27′ 15″ E / 41.902778, 12.454167 ()  

Géolocalisation sur la carte : Vatican

(Voir situation sur carte : Vatican)
Le Jugement dernier (Michel-Ange)

Le Jugement dernier est une fresque peinte par Michel-Ange, alors âgé de soixante ans, sur le mur de l'autel de la chapelle Sixtine à Rome. Commandé par le pape Clément VII, le travail dura six ans et fut inauguré par son successeur Paul III le 1er novembre 1541.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1532, Michel-Ange revient à Rome après un séjour de plusieurs années à Florence, où il a pris parti contre Clément VII dans le conflit qui l'opposait à l'empereur Charles Quint. Le pape, qui a pardonné, lui demande de remplacer les peintures des deux extrémités de la chapelle Sixtine par deux grandioses représentations : la Chute des anges rebelles et le Jugement dernier. Presque aussitôt, le peintre entame les études nécessaires à ce projet démesuré. En septembre 1534, Clément VII meurt et Michel-Ange espère pouvoir renoncer à cette tâche écrasante pour se remettre au tombeau de Jules II, qu'il regrette de n'avoir pu achever. Mais le nouveau pape Paul III entend que le projet de son prédécesseur soit mené à terme. Par bref apostolique de 1535, il nomme Michel-Ange architecte, peintre et sculpteur du Vatican. Michel-Ange ne peut se dérober. Mais seul le Jugement dernier sera exécuté. La Chute des anges rebelles fut confiée à Matteo da Leccio, collaborateur de Michel-Ange, mais le projet n'aboutit pas. Toutefois, on peut rêver à ce qu'eût produit le génie d'un Michel-Ange inspiré par un épisode aussi dramatiquement mouvementé...

Description[modifier | modifier le code]

La fresque s'étend sur un vaste mur de treize mètres de haut sur douze de large, en forme de double lunette. Il a pour thème le jour du jugement dernier, sujet qu'on trouve très fréquemment sur le mur d'entrée des églises. On pense que Clément VII voulait marquer les esprits après le terrible sac de Rome de 1527 par les lansquenets de Charles Quint.

Jésus est représenté sous les traits d'un homme jeune à la carrure d'athlète, qu'on dit inspirée du torse du Belvédère. Son air à la fois détaché et terrible l'éloigne des représentations habituelles de douceur et d'amour inspirées de saint François d'Assise. À ses côtés, la Vierge détourne le visage en signe de soumission.

Aux côtés de Jésus et de sa mère figurent les saints tenant les instruments de leur martyre, témoins de la foi. On peut reconnaître à leurs pieds les patrons de Rome, saint Barthélemy tenant sa peau écorchée, sur laquelle Michel-Ange s'est représenté[1], et saint Laurent avec son gril. À droite se trouvent saint Pierre tenant les clefs du Paradis, Adam et Ève, Ésaü et Jacob réconciliés, et d'autres martyrs. À gauche, des apôtres et Jean-Baptiste.

Le Jugement dernier (détail) ;
le Christ et la Vierge.

En bas, on voit : à gauche les morts tout juste ressuscités, que des anges emmènent vers le Christ pour être jugés ; à droite, les damnés repoussés par les anges et tirés vers l’enfer par des démons ; au centre, deux hommes que se disputent anges et démons, et qui s'accrochent à un chapelet - condamnation implicite des protestants, qui rejettent la dévotion à la Vierge.

Enfin, tout en bas de la fresque, on remarque deux personnages inspirés non par la Bible mais par la Divine Comédie de Dante : Charon, chassant les damnés hors de sa barque ; et Minos, affublé d'oreilles d'âne, représenté sous les traits du maître des cérémonies Biagio da Cesena, qui avait critiqué la fresque en présence du pape - offense que Michel-Ange, rancunier, n'avait pas pardonnée.

L'ensemble compose une scène saisissante, à la fois ordonnée et bouillonnante. Les personnages, parfois contorsionnés, semblent emportés dans un gigantesque mouvement d'ellipse. Michel-Ange offre une vision torturée et douloureuse du jugement dernier, loin de la calme majesté des représentations habituelles.

À l'époque, l'œuvre fait scandale car ses quelque quatre-cents personnages y figuraient nus, même le Christ. Paul IV envisagera même de détruire la composition, mais il se contentera d'en faire voiler pudiquement certains personnages par Daniele da Volterra, qui y gagnera le surnom d'il braghettone (le culottier). Au XVIIe siècle, Clément XII fera ajouter d'autres voiles. Cette entreprise se poursuivra encore en plein XXe siècle, sous le pontificat de Pie XI.

Polémique sur la restauration[modifier | modifier le code]

La vision et l'interprétation de l'œuvre ont été renouvelées par la longue restauration effectuée de 1981 à 1992. Celle-ci a dévoilé des couleurs étonnantes — bien que typiques du maniérisme — chez celui qu'on surnommait le « terrible souverain de l'ombre » : de hardis roses pastel, des jaunes citron, des verts acides, des bleus lapis-lazuli, des mauves saturés... La polémique se poursuit quant au bien-fondé de cette restauration. Des ombres portées à sec par Michel-Ange auraient été définitivement effacées.

Sources[modifier | modifier le code]

  • 1) Guide des musées et de la cité du Vatican, publications du Vatican, 1986
  • 2) Rome, Hachette, coll. « Guides bleus », 1992
  • 3) Voir article Dauphiné Libéré: "Un visage lui est apparu" du 26 février 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sabine Gignoux, « Au cœur de la chapelle Sixtine », sur la-croix.com,‎ 15 avril 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :