Gerrit van Honthorst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Reniement de saint Pierre, v.1612-1620 (Musée des Beaux-Arts de Rennes).

Gerrit – ou GerardHermansz. van Honthorst, surnommé aussi, en italien, Gherardo delle Notti (« Gérard des Nuits ») (Utrecht, 4 novembre 1590, id., 27 avril 1656[1]), est un peintre de genre et d'histoire et un portraitiste néerlandais (Provinces-Unies) du siècle d’or.

Dans les années 1620, il fut, avec Hendrick ter Brugghen et Dirck van Baburen, l'un des principaux représentants de l’École caravagesque d'Utrecht. Son style évolua par la suite vers le classicisme.

Réputé de son vivant, il reçut des commandes notamment de Frédéric V et Élisabeth, roi et reine de Bohême en exil aux Pays-Bas, de Charles Ier d'Angleterre et Christian IV de Danemark, avant de devenir peintre de cour de Guillaume II d'Orange-Nassau. Toutefois, ce sont surtout ses œuvres de la période caravagesque qui font aujourd'hui sa renommée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation à Utrecht[modifier | modifier le code]

Gerrit van Honthorst est né le 4 novembre 1590 dans une famille catholique d'Utrecht. Il était le fils de Herman van Honthorst, un peintre de décors qui figure aux côtés d'Abraham Bloemaert parmi les fondateurs de la guilde de Saint-Luc d'Utrecht[2]. En dehors de son père, sa famille comptait plusieurs autres artistes, notamment des peintres et des fabricants de tissus et de tapisseries[3]. C'est sans doute d'abord auprès de son père qu'il fait son apprentissage, avant de devenir l'élève de Bloemaert.

Rome et Italie (v.1610-1620)[modifier | modifier le code]

Au début des années 1610, il part pour Rome afin d'y parfaire sa formation. Il y séjournera plusieurs années, et visitera d'autres villes italiennes, comme Venise – où il est documenté à partir de 1616 – et Florence.

À Rome, il entre en contact avec Guido Reni. Leurs œuvres à tous deux rencontrent un vif succès, ce qui leur permet de trouver en Vincenzo Giustiniani et son frère Benedetto des mécènes importants. Ceux-ci invitent van Honthorst et Reni à venir vivre dans leur palais durant une période assez longue ; ils peuvent alors y étudier une collection incomparable d’œuvres d’art, qui comprend notamment plusieurs tableaux du Caravage. Un dessin daté de 1616 que van Honthorst réalise d'après le Crucifiement de saint Pierre (1600), un tableau du Caravage se trouvant dans l'église Sainte-Marie-du-Peuple, témoigne de sa présence à Rome à cette époque[3].

En 1618, van Honthorst réalise, pour le compte des carmes déchaux, le retable La Décollation de saint Jean-Baptiste servant à la décoration de l'église Santa Maria della Scala[3]. Il reçoit également des commandes du cardinal Scipione Borghese, qui le charge de la décoration de l’autel majeur de l’église S. Paolo, ainsi que du cardinal Barberini, le futur pape Urbain VIII.

Parmi les peintres néerlandais qui vivaient à Rome à la même période, van Honthorst se lie avec Paul Bril et un certain Colijn, en compagnie desquels il retourne à Utrecht en 1620.


Utrecht (1620-1628)[modifier | modifier le code]

Le Joyeux Violoniste au verre de vin, v.1624 (Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid).

Six mois après son retour, van Honthorst épouse Sophia Coopman, qui est la fille d'un riche marchand de vins et en même temps sa cousine. En 1622, il est inscrit dans la guilde de Saint-Luc d’Utrecht[2]. Avec Hendrick Ter Brugghen et Dirck Van Baburen, il devient à cette époque l’un des principaux représentants d'un groupe de peintres hollandais, disciples du Caravage, qui sera plus tard appelé l’« École caravagesque d'Utrecht ». Van Honthorst prend alors l’habitude de présenter chacun de ses sujets sous la forme de scène nocturne, depuis la Nativité – ce qu’avait déjà fait auparavant Le Corrège –, jusqu’à Marie Madeleine pénitente, en passant par la Dérision du Christ et le Reniement de saint Pierre.

Rapidement, il acquiert une excellente réputation. Ainsi gagne-t-il le soutien du roi de Bohême, Frédéric V, et surtout de sa femme, Élisabeth, sœur de Charles Ier d'Angleterre – depuis 1621, en effet, le couple vit en exil aux Pays-Bas où il a trouvé refuge dans la maison de sir Dudley Carleton, 1er vicomte de Dorchester, alors ambassadeur à La Haye. Élisabeth charge l’artiste d’enseigner le dessin à ses enfants[4].


En 1627, van Honthorst peint deux tableaux pour le pavillon de chasse de la famille d'Orange-Nassau à Honselaarsdijk (Westland)[3]. Il achète alors sur la Domplein à Utrecht une vaste maison, dans laquelle il fait aménager un atelier sur 100 m², dont le succès est important, puisqu’il accueillera jusqu’à une vingtaine d’élèves à la fois, payant chacun cent florins par an[5]. Le 28 juillet de la même année, il reçoit, en tant que doyen de la guilde, la visite de Rubens, que Van Honthorst peindra sous les traits de l’« honnête homme » cherché par Diogène que celui-ci trouve enfin[4].

Sir Carleton, de retour en Angleterre (1625), recommande ses œuvres auprès de Thomas Howard, 14e comte d’Arundel[6], favori du roi Charles Ier et, tout comme le monarque, grand amateur d'art. Le roi ne tarde pas à inviter le peintre à venir en Angleterre, ce que celui-ci fait en 1628[4].

Londres (1628) et Utrecht[modifier | modifier le code]

Portrait du roi Charles Ier d'Angleterre (National Gallery, Londres).

De mai à décembre 1628[2], van Honthorst séjourne à Londres en compagnie de Joachim von Sandrart, son élève. Charles Ier lui confie une partie de la décoration intérieure de la Maison des banquets du Palais de Whitehall[7]. Il peint aussi une série de portraits, ainsi qu’une imposante allégorie représentant Charles et Henriette son épouse en Apollon et Diane dans les nuages, recevant le duc de Buckingham en Mercure, tuteur des enfants du roi de Bohême ; une œuvre que l’on peut voir de nos jours au château de Hampton Court[4]. À Londres, il fait de nouveau la rencontre d’Orazio Gentileschi, arrivé dans la ville en 1626, et qui entretemps avait développé un style différent. Van Honthorst est alors au faîte de la gloire : il reçoit un bon cheval, la citoyenneté anglaise et une pension à vie.

Il repart cependant de nouveau à Utrecht, où sa position parmi les artistes semble avoir été importante. Il réussit à conserver le soutien du monarque anglais, pour qui il exécute en 1631 un portrait du roi et de la reine de Bohême entourés de leurs enfants. À peu près à la même période, il illustre l’Odyssée pour lord Dorchester et compose des scènes de l’histoire du Danemark pour le roi Christian IV – il en subsiste un exemplaire, conservé au Musée de Copenhague[4]. En 1633, il devient peintre de la cour de Frédéric V et du prince Frédéric-Henri d'Orange-Nassau[3].

La Haye (1637-1651)[modifier | modifier le code]

En 1637, il se fixe à La Haye où, pour répondre à la demande, il ouvre sur la Westeinde un second atelier. La même année, il est membre de la guilde de Saint-Luc locale[8]. En 1641, après la mort de Michiel Van Miereveld, il devient peintre de la cour du stadhouder Guillaume II d'Orange-Nassau. Il participe alors à la décoration des palais de Rijswijk, Honselaarsdijk et, en 1649, à celle de la « Salle orange » (l’« Oranjezaal ») du palais Huis ten Bosch. Il exécute également les portraits de bon nombre de dames de cour[9].

Dernières années à Utrecht (1652-1656)[modifier | modifier le code]

Portrait de Frédéric Guillaume Ier grand électeur de Brandebourg et de sa femme Louise Henriette de Nassau.

Il rentre à Utrecht en 1652, et y meurt quatre ans plus tard, le 27 avril 1656. C’est là qu’il est enterré, dans la Catharijnekerk – l’église Sainte-Catherine.

Van Honthorst eut de nombreux élèves et assistants, parmi lesquels Joachim von Sandrart et son propre frère Willem Van Honthorst, connu pour les œuvres qu’il réalisa comme peintre de cour de Louise Henriette de Nassau, épouse de Frédéric Guillaume, grand électeur de Brandebourg. Herman, l’autre frère de Van Honthorst, fut un prêtre qui fit parler de lui ; jeté en prison, il fut libéré suite à l'intervention du stadhouder.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Van Honthorst (et ses ateliers) a produit de nombreuses œuvres dont il se trouve des exemples dans beaucoup de musées à travers le monde : des « tableaux d’histoire » de petit format, aux sujets bibliques, mythologiques, allégoriques et littéraires, des peintures de genre montrant des buveurs et des musiciens, ainsi que d’innombrables portraits, notamment de Charles Ier et la reine d'Angleterre, du duc de Buckingham, et du couple souverain de Bohême[4].

En Italie, il fut influencé par Le Caravage et son utilisation du clair-obscur. Également l’œuvre d’Annibale Carracci constitua pour lui une source d’inspiration. Il se spécialisa progressivement dans des scènes nocturnes montrant des personnages éclairés par la lumière vive d’une chandelle. Ces peintures, au style vigoureux et saisissant, frappent l'imagination et charment la vue, malgré des coloris quelquefois un peu trop assombris ; elles furent très prisées du public et lui valurent le surnom de « Gherardo delle Notti ». Van Honthorst ne se risqua toutefois jamais à un réalisme cru ; contrairement à ce qui est le cas pour ses collègues Hendrick Ter Brugghen et Dirck Van Baburen, ses peintures possèdent toujours un brin d’élégance qui rappelle Bloemaert.

Après son retour à Utrecht, il demeure encore quelque temps fidèle à ce style mais, dans le courant des années 1620, son œuvre se rapproche de plus en plus du classicisme, davantage au goût de la noblesse. Les peintures lisses et froides qu’il réalise finalement dans les dernières années de sa carrière ne témoignent pas d’une grande personnalité, et sont de nos jours moins appréciées. Samuel Van Hoogstraten écrivit à ce propos en 1678[10] :

«  Hondhorst [...] had in zijn bloeijende tijdt een wakker pinseel gevoert ; maar, 't zy om de juffers te behaegen, of dat hem de winst in slaep wiegde, hy verviel tot een stijve gladdicheyt. »

(« Hondhorst [...], dans sa période d’épanouissement, avait un pinceau vif ; mais, soit pour plaire aux demoiselles, soit qu’il se laissa endormir bercé par le profit, il sombra dans un style lisse et rigide. »)

Ainsi, sa réputation repose-t-elle principalement sur sa période caravagesque.

Parmi ses œuvres postérieures, cependant, certaines, bien que d'un traitement assez sec, sont loin de manquer d’intérêt, comme ses portraits du duc de Buckingham et de sa famille (Hampton Court), du roi et de la reine de Bohême (Hanovre et Combe Abbey), et de Marie de Médicis (1628, hôtel de ville d’Amsterdam), les Stadhouders et leurs Femmes (Amsterdam et La Haye), les représentations de Charles Louis et Rupert, neveux de Charles Ier d’Angleterre (Louvre, Saint-Pétersbourg, Combe Abbey et Willin), et le portrait de William Craven, 1er duc de Craven, 1er baron de Craven (National Portrait Gallery, Londres).

Liste d’œuvres[modifier | modifier le code]

Le Fils prodigue, 1623 (Alte Pinakothek, Munich).
Le Joyeux Violoniste au verre de vin II, v.1624
Femme accordant son luth

Dans d'autres musées :

À noter à la Galerie des Offices de Florence L'Adoration des bergers qui fut détruit pendant les attentats mafieux du 27 mai 1993.


Christ c. 1617, National Gallery, London

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source des dates de naissance et de décès : Catalogue raisonné de Judson et Ekkart ; et Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie (RKD).
  2. a, b et c RKD.
  3. a, b, c, d et e Silvia Bruno (2008), p. 372.
  4. a, b, c, d, e et f Encyclopædia Britannica (1910-1911).
  5. Encyclopædia Britannica (1910-1911), citant comme source Joachim von Sandrart.
  6. Encyclopædia Britannica (1910-1911). La version originale reprise de l'article wikipédia en anglais indique : « [...] auprès du duc d'Arundel et de lord Dorchester ». Or, Dudley Carleton EST le 1er vicomte de Dorchester. S'agit-il d'une erreur ?
  7. RKD. – C’est Rubens qui réalisera les peintures des plafonds en 1635 et Antoine Van Dyck, qui fut longtemps actif en Angleterre, y travailla également.
  8. RKD. – Il fut ainsi membre des guildes de Saint-Luc et d'Utrecht et de La Haye.
  9. P. Van der Ploeg et C. Vermeeren (1998), p. 154.
  10. Samuel Van Hoogstraten, Inleyding tot de Hooge Schoole der Schilderkonst (Introduction à l'école supérieure de la peinture), Rotterdam, 1677.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (nl) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en néerlandais intitulé « Gerard van Honthorst » (voir la liste des auteurs)
  • (de) Hermann Braun, Gerard und Willem van Honthorst, Göttingen, 1966.
  • (fr) Silvia Bruno, Rembrandt et la peinture hollandaise du XVIIe siècle, Le Figaro, coll. « Les Grands Maîtres de l'art, 14 », Paris, 2008 (ISBN 978-2-8105-0013-0). – Traduit de l'italien (Rembrandt nel Seicento olandese).
  • (en) Encyclopædia Britannica, onzième édition, 1910-1911 (domaine public).
  • (en) J. Richard Judson & Rudolf E.O. Ekkart, Gerrit van Honthorst, 1592-1656, Davaco, coll. « Gand Aetas Aurea : Monographs on Dutch & Flemish painting, 14 », 1999, xxxiv, 405 pages, ca. 400 pages d'ill. (ISBN 9070288060).
  • (it) Gianni Papi, Gherardo delle Notti, Gerrit Honthorst in Italia, Soncino, Turin, 1999, 261 pages, 56 pages d'ill. co., 81 d'ill. n/b.
  • (nl) Fiche consacrée à G. Van Honthorst sur le site du Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie (RKD).
  • (nl) Peter Van der Ploeg et Carola Vermeeren, Vorstelijk Verzameld, de kunstcollectie van Frederik Hendrik en Amalia, Waanders, Zwolle, 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :