Blye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blye
Image illustrative de l'article Blye
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Poligny
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des lacs
Maire
Mandat
Thierry Bailly
2014-2020
Code postal 39130
Code commune 39058
Démographie
Gentilé Cabas
Population
municipale
164 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 23″ nord, 5° 42′ 15″ est
Altitude Min. 436 m
Max. 590 m
Superficie 10,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blye

Blye est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Verges Châtillon Rose des vents
Publy N Charézier
O    Blye    E
S
Mesnois

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Thierry Bailly[1] DVD Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 164 habitants, en augmentation de 12,33 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
438 457 488 408 424 437 417 409 404
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
389 337 326 318 315 293 266 254 243
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
245 241 238 185 180 170 169 173 177
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
124 137 118 122 110 117 145 163 164
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de l'Assomption (XVe-XVIIIe-XIXe s), inscrite à l'IGPC depuis 1986[6] ;
  • Fermes (XVIIIe-XIXe s), inscrites à l'IGPC depuis 1986[7],[8],[9] ;
  • Croix de chemin (XIXe s), inscrite à l'IGPC depuis 1986[10] ;
  • Barrage (XXe s), à la limite de Blye et Charézier ;
  • Stūpa abritant un centre de méditation bouddhiste[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le comte Renaud de Blye était prévôt en 1230 et possédait le village en fief héréditaire. Sa veuve Cécile et sa fille Délicate de Blye donnèrent une charge de sel à l'abbaye de Vouglans en 1241.

L'un de ses descendants, Bon de Blye, était l'intendant de Louis III de Chalon-Arlay, prince d'Orange au château de Nozeroy et fut assassiné par Guillaume d'Orange, fils du précédent, le 2 décembre 1463. Son tombeau est visible à la chapelle de Coldres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]