Chambéria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chambéria
Chambéria
Entrée du village de Chambéria par le nord-est.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Moirans-en-Montagne
Intercommunalité Communauté de communes de la région d'Orgelet
Maire
Mandat
Jean-Louis Favier
2014-2020
Code postal 39270
Code commune 39092
Démographie
Population
municipale
169 hab. (2016 en augmentation de 1,2 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 53″ nord, 5° 33′ 39″ est
Altitude Min. 356 m
Max. 582 m
Superficie 14,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Franche-Comté
City locator 14.svg
Chambéria

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Chambéria

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chambéria

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chambéria

Chambéria est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chambéria est un village situé dans le Jura français, dans le département du Jura, sur le premier plateau, dans une région géographique appelée « la Petite Montagne », sur la D 109, à 26 km au sud-est de Lons-le-Saunier.

L'altitude de Chambéria est de 404 mètres. Les quatre villages qui composent la Commune (Sancia, Chambéria, Messia, Marzenay) sont disposés le long de la vallée de la Valouse.

La forêt recouvre plus de 40 % du territoire, forêt initialement peuplée de feuillus, mais qui a subi un enrésinement important dans les années 1970.

Les prairies naturelles ou artificielles occupent aussi 40 % du territoire, y compris les « communaux » pelouses sèches appartenant à la commune, terrains utilisés pour l'élevage extensif, ayant tendance à s'enfricher.

Le reste est consacré aux céréales et en particulier au maïs.

L'agriculture est orientée vers la production de lait pour la fabrication du « Comté » (fromage de type gruyère, d'appellation contrôlée).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chavéria Orgelet Rose des vents
Nancuise N Sarrogna
O    Chambéria    E
S
Marigna-sur-Valouse Savigna

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est probable que les bords de la Valouse étaient cultivés depuis la période celtique et des vestiges gallo-romains (tuiles) témoignent de cette activité humaine.

L'époque médiévale a connu une succession de seigneurs parmi lesquels les familles de Binans et de Grammont.

Un château fort apparemment important surveillait la vallée. Il a pratiquement disparu aujourd'hui, mais son emplacement est toujours visible.

Les eaux de la Valouse ont été utilisées pendant longtemps pour leur force motrice : papeterie-battoir, moulin à farine et tournerie qui fermera en 1956 malgré le remplacement des roues par une turbine produisant de l'électricité.

En 1822 les villages de Messiat, Marsenay et Sancia sont rattachés à la commune de Chambéria, la commune passe alors de 176 à 510 habitants[1].

Sancia et Chambéria étaient desservis au début du XXe siècle par les Chemins de fer vicinaux du Jura.

L'église de Chambéria qui est placée sous le vocable de saint Just, était du patronage du prieur de Gigny.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie et monument aux morts.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jacques Poulet[2]    
mars 2014 En cours Jean-Louis Favier DVD Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 169 habitants[Note 1], en augmentation de 1,2 % par rapport à 2011 (Jura : -0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
261186191176528533543537518
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
476451414416405373371361315
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
309289296273254239245220234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
200182154134135149160162163
2013 2016 - - - - - - -
167169-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 1850 40 garçons et 30 filles fréquentent l'école en hiver. Aujourd'hui l'école est fermée.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Just (XIIIe-XVIe-XVIIIe s). Elle se compose d'une nef, d'un chœur, d'une chapelle seigneuriale et à l'arrière du chœur d'une sacristie. Le clocher, en forme de tour carrée, surmontée d'une flèche s'élève à l'intersection de la nef, du chœur et de la chapelle. L'église était auparavant couverte de lauses et la flèche de tuf qui ont été remplacées par des tuiles au XXe siècle. Le chœur roman date du XIIIe siècle, la nef a été agrandie en 1728. La chapelle seigneuriale du XVIe siècle est voûtée en ogives et possède une fenêtre à l'Est de style ogival flamboyant. Une ouverture dans le mur de la nef permettait de voir celle-ci depuis la chapelle. Un chemin de croix en grès d'une remarquable facture a été réalisé par un artiste céramiste, Jean-Pierre Bonardot, en 2000.
  • Calvaire
  • Fontaines-lavoirs
  • Fromagerie de Sancia (XIXe s), inscrite à l'IGPC depuis 1992[6]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]