Horlogerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'art de faire des horloges.

L’horlogerie regroupe la science, la technique, l'art, l'industrie, le commerce des instruments propres à mesurer le temps[1].
On peut distinguer trois catégories d'horlogeries :

  • l'horlogerie ancienne décrivant différents types d'instruments, dits horologia pouvant indiquer les heures anciennes, tels les cadrans solaires, horloges hydrauliques, sablier ;
  • l'horlogerie traditionnelle à l'origine entièrement mécanique, invention de la fin du XIIIe siècle dite simplement horlogerie ; elle concerne les horloges mécaniques, montres et pendules ;
  • l'horlogerie actuelle où les mécanismes d'horlogerie mécanique sont remplacés par des fonctions non mécaniques : systèmes électroniques, informatiques, etc.

Il se peut que des instruments soient à la croisée de catégories différentes comme les horloges électriques ayant des composants mécaniques et une motorisation électrique par exemple.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'apès Georges-Albert Berner, Dictionnaire professionnel illustré de l'horlogerie, Fédération de l'industrie horlogerie suisse FH, (lire en ligne). Accès Wikipédia : Dictionnaire professionnel illustré de l'horlogerie.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Berthoud, Essai sur l’horlogerie ; dans lequel on traite de cet Art relativement à l’usage civil, à l’astronomie et à la Navigation, en établissant des principes confirmés par l’expérience, en 2 volumes, Paris, éd. Merigot 1786 (le plus grand traité d’horlogerie publié jusqu’alors. Les exemplaires complets de toutes leurs planches sont devenus très rares).
  • George Daniels, La Montre - Principes et méthodes de fabrication, éd. Watchprint (réédition 2011), 416 p.
  • D. Gibertini, E. Jaquet, La réparation des pendules, éd. Fédération des Écoles Techniques (réédition 1997), 230 p.
  • Camille Hervé, Les arts décoratifs appliqués à l'horlogerie des XVIIIe et XIXe siècles, mémoire de master, Histoire des arts, Université Rennes 2, 2014 (lire en ligne)
  • Hans Jendritzki, Le réglage d’une montre à balancier spiral, 105 p.
  • Jean-Marc Olivier (préf. Claude-Isabelle Brelot), Des clous, des horloges et des lunettes : les campagnards moréziens en industrie, 1780-1914, Paris, CTHS, coll. « histoire » (no 6), , 608 p. (ISBN 978-2-735-50480-0, OCLC 57526419).
  • Constantin Parvulesco, Encyclopédie des montres, ETAI, 2000
  • Charles-André Reymondin, G. Monnier, D. Jeanneret et U. Pellarratti, Théorie d'horlogerie, Chez-le-Bart Neuchâtel, Editions de la Fédération des écoles techniques (FET) GREME, Groupe romand d'experts pour les moyens d'enseignement, , 368 p. (ISBN 978-2-940-02510-7, OCLC 82315448)
  • La contribution des savants et horlogers suisses aux progrès de la chronométrie ː la dynastie des Liechti de Wintertour, horloger de 1489 à 1857

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]