Terre d'Émeraude Communauté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Terre d'Émeraude Communauté
Blason de Terre d'Émeraude Communauté
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Forme Communauté de communes
Siège Orgelet
Communes 92
Président Philippe Prost (DVD)
Date de création
Code SIREN 200090579
Démographie
Population 24 791 hab. (2018)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Superficie 979,90 km2
Liens
Site web https://www.regiondeslacs.fr/
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

Terre d'Émeraude Communauté est une communauté de communes française, située dans le département du Jura et l'arrondissement de Lons-le-Saunier.

Historique[modifier | modifier le code]

La communauté de communes a été constituée par la fusion, le , des anciennes intercommunalités suivantes[1] :

Cette fusion a été approuvée par 82 % des conseils municipaux concernés, soit 75 favorables (82 % des communes), représentant 22 044 habitants (88 % de la population) ; 16 défavorablement (18 % de communes), représentant 2 943 habitants (12 % de la population) ; et 1 n’a pas souhaité se prononcer[2].

Le premier Conseil communautaire qui s’est tenu le a fait le choix de retenir le nom « Terre d’Émeraude Communauté »[3]. Il est prévu que ce nom soit accompagné du slogan « Le Sud-Jura révélé » afin de donner une visibilité géographique à cette intercommunalité. Ce nom évoque de grands espaces verts et colorés et communauté exprime un lien fort entre les populations d’un même territoire[4].

Le changement de dénomination a été entériné dans les nouveaux statuts le [5].

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la communauté est situé au sud du département du Jura, marqué par la ruralité et son attrait touristique, structuré autour de quatre bourgs-centres où se trouvent les principaux commerces et services aux habitants : Arinthod, Clairvaux-les-Lacs, Moirans-en-Montagne et Orgelet[6].

La structure regroupe 18 % des communes du département du Jura et 20 % de sa superficie[2].

Composition[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est composée des 92 communes suivantes :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Orgelet
(siège)
39397 Orgelétains 23,11 1 606 (2019) 69
Alièze 39007 5,86 151 (2019) 26
Andelot-Morval 39010 Andelociens 10,54 93 (2019) 8,8
Arinthod 39016 Arinthodiens 27,02 1 094 (2019) 40
Aromas 39018 25,8 658 (2019) 26
Barésia-sur-l'Ain 39038 9,39 146 (2019) 16
Beffia 39045 5,17 81 (2019) 16
Blye 39058 Cabas 10,76 174 (2019) 16
Boissia 39061 Boissiatons 5,67 109 (2019) 19
La Boissière 39062 5,36 70 (2019) 13
Bonlieu 39063 Chiettards 13,05 267 (2019) 20
Broissia 39080 2,97 62 (2019) 21
Cernon 39086 Cernonnais 16,45 237 (2019) 14
La Chailleuse 39021 24,53 594 (2019) 24
Chambéria 39092 14,67 182 (2019) 12
Chancia 39102 Chanciannais 2,41 228 (2019) 95
Charchilla 39106 Charchillatins 6,84 289 (2019) 42
Charcier 39107 12,91 139 (2019) 11
Charézier 39109 9,26 178 (2019) 19
Charnod 39111 Charnodiens 5,17 39 (2019) 7,5
Châtel-de-Joux 39118 14,13 53 (2019) 3,8
Châtillon 39122 16,77 108 (2019) 6,4
Chavéria 39134 10,22 227 (2019) 22
Chevrotaine 39143 5,33 34 (2019) 6,4
Clairvaux-les-Lacs 39154 Clairvaliens 12,29 1 435 (2019) 117
Cogna 39156 6,6 245 (2019) 37
Condes 39163 Condois 2,05 114 (2019) 56
Cornod 39166 Cornodiens 13,99 216 (2019) 15
Courbette 39168 Courbattiers 2,65 46 (2019) 17
Coyron 39175 5,53 72 (2019) 13
Crenans 39179 Crenantins 8,82 237 (2019) 27
Cressia 39180 14,99 253 (2019) 17
Les Crozets 39184 Crozetiers 7,59 194 (2019) 26
Denezières 39192 6,41 72 (2019) 11
Dompierre-sur-Mont 39200 7,37 219 (2019) 30
Doucier 39201 Douceins 12,52 281 (2019) 22
Dramelay 39204 6,53 29 (2019) 4,4
Écrille 39207 Écrillois 5,25 78 (2019) 15
Étival 39216 13,83 310 (2019) 22
Fontenu 39230 Roclins 6,71 75 (2019) 11
La Frasnée 39239 Gangoniens 3,19 39 (2019) 12
Genod 39247 Genodiens 3,14 72 (2019) 23
Gigny 39253 Ganniais 16,04 276 (2019) 17
Hautecour 39265 Hautacortains 5,19 197 (2019) 38
Jeurre 39269 Jeurrois 6,99 269 (2019) 38
Largillay-Marsonnay 39278 6,98 143 (2019) 20
Lavancia-Epercy 39283 10,56 629 (2019) 60
Lect 39289 11,94 350 (2019) 29
Maisod 39307 Maisoulins 7,39 332 (2019) 45
Marigna-sur-Valouse 39312 Marignois 8,35 111 (2019) 13
Marnézia 39314 Marnéziens 4,97 80 (2019) 16
Martigna 39318 Martignanais 8,77 192 (2019) 22
Menétrux-en-Joux 39322 8,78 53 (2019) 6
Mérona 39324 Méronassiens 2,97 7 (2019) 2,4
Mesnois 39326 Matous 11,47 177 (2019) 15
Meussia 39328 Mussinois 13,64 421 (2019) 31
Moirans-en-Montagne 39333 Moirantins 26,56 2 120 (2019) 80
Monnetay 39343 2,46 15 (2019) 6,1
Montcusel 39351 Montcuselois 9,55 147 (2019) 15
Montfleur 39353 Florimontais 7,88 166 (2019) 21
Montlainsia 39273 21,5 241 (2019) 11
Montrevel 39363 6,39 84 (2019) 13
Moutonne 39375 3,99 129 (2019) 32
Nancuise 39380 5,21 46 (2019) 8,8
Nogna 39390 Nognaviciens 6,11 296 (2019) 48
Onoz 39394 Hagoniens 14,85 71 (2019) 4,8
Patornay 39408 1,8 149 (2019) 83
Pimorin 39420 10,29 209 (2019) 20
Plaisia 39423 Geais 5,31 106 (2019) 20
Poids-de-Fiole 39431 Féoliens 6,49 335 (2019) 52
Pont-de-Poitte 39435 Pontois 7,02 630 (2019) 90
Présilly 39443 Présilliens 11,23 123 (2019) 11
Reithouse 39455 4,84 55 (2019) 11
Rothonay 39468 12,98 138 (2019) 11
Saint-Hymetière-sur-Valouse 39137 18,3 440 (2019) 24
Saint-Maur 39492 6,5 236 (2019) 36
Saint-Maurice-Crillat 39493 20,79 235 (2019) 11
Sarrogna 39504 Sarronides 19,87 224 (2019) 11
Saugeot 39505 4,49 61 (2019) 14
Songeson 39518 8,42 70 (2019) 8,3
Soucia 39519 Souciatons 12,37 177 (2019) 14
Thoirette-Coisia 39530 15,5 855 (2019) 55
Thoiria 39531 Thoiriassiens 12,24 185 (2019) 15
La Tour-du-Meix 39534 Turimexiens 13,42 245 (2019) 18
Uxelles 39538 Uxellois 5,27 59 (2019) 11
Val Suran 39485 37,49 787 (2019) 21
Valzin en Petite Montagne 39290 26,38 476 (2019) 18
Vaux-lès-Saint-Claude 39547 9,36 682 (2019) 73
Vertamboz 39556 Vertamboziens 6,66 95 (2019) 14
Vescles 39557 Vesclois 20,27 187 (2019) 9,2
Villards-d'Héria 39561 9,91 391 (2019) 39
Vosbles-Valfin 39583 21,34 184 (2019) 8,6

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire communautaire
tel qu'existant au
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2017
21 43920 43220 69521 52322 97524 69825 48624 908
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2017[7])


Administration[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

La communauté de communes a son siège à Orgelet, 4, chemin du Quart[8].

Élus[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est administrée par son conseil communautaire, composé de 129 conseillers municipaux représentant chacune des communes membres et répartis de la manière suivante en fonction de leur population pour la mandature 2020-2026[9] :
- 7 délégués pour Moirans ;
- 5 délégués pour Orgelet et Clairvaux-les-Lacs ;
- 3 délégués pour Arinthod et Toirette-Coisia ;
- 2 délégués pour Val-Suran, Vaux-lès-Saint-Claude, Lavancia-Epercy, Pont de Poitte, Aromas et La Chailleuse ;
- 1 délégué ou son suppléant pour les autres communes, toutes de moins de 500 habitants.

Au terme des élections municipales de 2020 dans le Jura, le conseil communautaire renouvelé a élu son nouveau président, Philippe Prost, maire de Sarrogna, ainsi que ses 15 vice-présidents, qui sont[10] :

  1. Grégoire Long, maire de Moirans-en-Montagne, chargé de l'attractivité économique et de l'emploi ;
  2. Franck Steyaert,, maire de Thoiria, chargé du tourisme et de l'aménagement du territoire ;
  3. Jean-Charles Grosdidier, maire d’Arinthod, chargé des relations institutionnelles et de la mutualisation des services ;
  4. Jean-Paul Duthion, maire d’Orgelet : environnement, transition écologique et énergétique ;
  5. Franck Girod, maire d’Ecrille, chargé de la biodiversité, de la gestion de l’eau et des ressources naturelles ;
  6. Claude Benier-Rollet, maire de Charchilla, chargé de la culture.
  7. Rémy Belperron, maire de la Chailleuse, chargé de la cohésion du territoire et des relations avec les communes ;
  8. Josiane Etchegaray, maire-adjointe du Val Suran, chargée de la communication externe et interne ;
  9. Jean-Yves Buchot, maire de Saint-Hymetière-sur-Valouse, chargé des déchets, des travaux et des infrastructures ;
  10. Yannick Cassabois, maire de Nogna, chargé de l'enfance, du scolaire, du périscolaire et de l'extra-scolaire ;
  11. Guy Pietriga (maire de Dompierre-sur-Mont) : finances et planification.
  12. Sandrine Gauthier-Pacoud, maire de Mesnois, chargée de la petite enfance et des espaces France Services ;
  13. Denis Morel, maire de Montcusel, chargé des services à la population et de l'action sociale ;
  14. Jean-Charles Dalloz, maire de Martigna, chargé du sport et de la vie associative ;
  15. Christelle Deparis-Vincent, maire de Pont-de-Poitte, chargée de l'urbanisme et du cadre de vie (politique du logement et des gens du voyage).

Le bureau pour la mandature 2020-2026 est constitué du président, des 15 vice-présidents et de 13 autres membres[10].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2020[11],[12] juillet 2020 Jean-Louis Delorme   Agriculteur
Maire d'Aromas (2001 → )
Président de l'ex-CC Petite Montagne (2014 → 2019)
juillet 2020[10] En cours
(au 28 août 2020)
Philippe Prost   Maire de Sarrogna (2020 → )

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales. Aux termes des statuts approuvés en 2020, il s'agit de[5] :

et certaines compétences héritées des anciennes communautés de communes et exercées sur leur seul territoire, en matière notamment de tourisme, de nouvelles technologies de l'information et de la communication, d'environnement, de petite enfance et de jeunesse, de développement économique, de transition énergétique, de politiques agri environnementales, de culture, de sports, d'incendie et de secours.

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, l'intercommunalité perçoit la fiscalité professionnelle unique[8] (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources entre les communes résidentielles et celles dotées de zones d'activité.

Elle ne verse pas de dotation de solidarité communautaire[13] (DSC) à ses communes membres[8].

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Conformément aux dispositions légales, une communauté de communes a pour objet d'associer des « communes au sein d'un espace de solidarité, en vue de l'élaboration d'un projet commun de développement et d'aménagement de l'espace[14] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté portant création au 1er janvier 2020 d'une communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du Pays des Lacs, de la communauté de la Région d'Orgelet, de la communauté de communes Petite Montagne et de la communauté de communes Jura Sud »,
  2. a et b Joffrey Fodimbi, « 82 % de communes favorables à la fusion des intercommunalités Jura Sud, Pays des Lacs, Petite Montagne et Région d’Orgelet : Alors que le projet avait débuté il y a plus d’un an, la fusion de Jura Sud, Pays des Lacs, Petite Montagne et Région d’Orgelet est désormais officiellement actée », Voix du Jura,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Délibération 033_2020 : définition des statuts et choix du nom »,
  4. « Nouvelle Communauté de communes », sur Communauté de Communes Petite Montagne (consulté le )
  5. a et b Statuts de la communauté de communes, annexés à l'arrêté préfectoral du 19 mai 2020, document mentionné en Liens externes.
  6. « Le territoire », La communauté de communes, sur https://www.regiondeslacs.fr/ (consulté le ).
  7. INSEE, Recensement général de la population 2017, Document mentionné en liens externes.
  8. a b et c « CC Terre d’Emeraude Communauté (N° SIREN : 200090579) », Fiche signalétique BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL, (consulté le ).
  9. « Arrêté préfectoral du 14 novembre 2019 fixant le nombre et la répartition des sièges desconseillers communautaires, de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communesdu Pays des Lacs, de la communauté de communes de la Région d'Orgelet, de la communauté de communes Petite Montagne et de la communauté de communes Jura Sud à compter du prochain renouvellement général des conseils municipaux de mars 2020 », Recueil des actes administratifs de la préfecture du Jura, nos 39-2019-11-006,‎ , p. 109-112 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  10. a b et c Monique Henriet, « Jura. Philippe Prost, maire de Sarrogna est le nouveau président de Terre d'Emeraude Communauté : Deux candidats étaient en lice pour la présidence. Le maire de Sarrogna a obtenu 97 voix sur 114 votants, devant Gilles Morisseau (maire de Châtillon) qui a retenu 13 voix », La Voix du Jura,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Pascale Negri, « Jean-Louis Delorme, élu premier président de la nouvelle intercommunalité : Ce mardi 14 janvier avait lieu le premier conseil communautaire de la nouvelle intercommunalité, issue de la fusion des quatre communautés de communes Pays des Lacs, Région d'Orgelet, Petite Montagne et Jura Sud. Qui a vu l'élection de Jean-Louis Delorme à sa tête, avec 99 voix sur 122 suffrages exprimés », Hebdo 39,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Joffrey Fodimbi, « Jura. Jean-Louis Delorme élu président de la nouvelle comcom Terre d’émeraude : Il aura fallu plus de six heures pour voir se mettre en place l’ensemble des élus à la tête de cette nouvelle communauté de communes née au 1er janvier 2020 », Voix du Jura,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « DSC - dotation de solidarité communautaire », sur https://comersis.fr (consulté le ).
  14. Article L. 5214-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]