Jeurre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeurre (homonymie).
Jeurre
Image illustrative de l'article Jeurre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Moirans-en-Montagne
Intercommunalité Communauté de communes Jura Sud
Maire
Mandat
Julien Manna
2014-2020
Code postal 39360
Code commune 39269
Démographie
Population
municipale
264 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 06″ nord, 5° 42′ 29″ est
Altitude Min. 315 m
Max. 696 m
Superficie 6,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jeurre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jeurre

Jeurre est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Jeurre, seul village de la vallée construit sur la rive droite de la Bienne, commune située au confluent de la Bienne et de l’Héria. Située dans le parc Naturel du Haut Jura et dans le Jura Sud, traversée par la Bienne, rivière de 1re catégorie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Martigna Villards-d'Héria Rose des vents
N Pratz
Vaux-lès-Saint-Claude
O    Jeurre    E
S
Montcusel Lavancia-Épercy

Économie[modifier | modifier le code]

Le patrimoine artisanal avec son artisan de tabletterie sur corne qui vous fera partager plus d’un demi-siècle d’expérience surtout la passion de son travail dans le cadre des activités jurassiennes et également sa tournerie bien connue de tous les joueurs de pétanque car tous les cochonnets que vous trouverez dans le commerce sous diverses marques sont fabriqués ici dans cette tournerie. Un gîte de France et une aire de camping-car sont également à votre disposition.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jeurre, village à l'origine établi sur la crête du Valvert fut entièrement détruit par les Huns en 512 ap. J.-C. et reconstruit dans la vallée quelques années plus tard.

Connue dès l’époque romaine, a vécu les soubresauts d’une vallée qui demeura au cours des siècles une importante voie de passage (axe Lyon-Genève). La commune de Jeurre est avant tout un endroit idéal pour les pêcheurs : en effet, celle -ci est traversée par la Bienne, rivière de 1re catégorie pour la pêche qui à l’époque romaine, servait à transporter les bois de sapins et ceci jusqu’au siècle dernier par « des radeliers » jusqu'à Lyon.

À 150 mètres de l’entrée de la grotte de Nerbier, un barrage fut construit pour permettre d’alimenter le village en eau potable mais également un canal fut construit afin d’amener l’eau de la source du Nerbier vers une petite usine électrique, où celle-ci fonctionna dès 1899 afin d’éclairer le château et une ou deux lampes d’éclairage public. Jeurre fut ainsi l’un des premiers villages du Jura à être éclairé par l’électricité.

Les habitants de Jeurre sont dits « Les Tartares » car, au début du siècle dernier, des habitants du village pillait de riche diligence circulant sur l’axe Lyon-Genève et ces personnes en diligence ont ainsi surnommé les gens de ce pays « Les Tartares » et depuis cette nomination est restée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Robert Turbiaz    
mars 2014 en cours Julien Manna SE Cadre

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 264 habitants, en augmentation de 5,6 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270 238 240 218 514 388 417 422 385
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
381 350 366 343 338 333 433 342 285
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
263 295 291 223 210 229 197 177 160
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
168 142 127 153 220 253 257 256 264
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]