Saint-Lupicin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Saint-Lupicin (Manitoba).
Saint-Lupicin
Saint-Lupicin, église Notre-Dame de la Nativité
Saint-Lupicin, église Notre-Dame de la Nativité
Blason de Saint-Lupicin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Coteaux du Lizon
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Jura Saint-Claude
Statut Commune déléguée
Maire délégué Alain Waille
2017-2020
Code postal 39170
Code commune 39491
Démographie
Population 2 074 hab. (2014)
Densité 217 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 01″ nord, 5° 47′ 33″ est
Altitude Min. 410 m – Max. 915 m
Superficie 9,54 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Coteaux du Lizon
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Lupicin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Lupicin

Saint-Lupicin est une ancienne commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle est le chef-lieu de la nouvelle commune de Coteaux du Lizon.

Le , elle fusionne avec Cuttura pour former la commune nouvelle de Coteaux du Lizon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Lupicin est située sur les rebords de la Bienne et du Lizon. A l'altitude de 630 mètres, sa superficie est de 954 ha.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villards-d'Héria Moirans-en-Montagne Ravilloles Rose des vents
N Cuttura
O    Saint-Lupicin    E
S
Lavans-lès-Saint-Claude Lavans-lès-Saint-Claude (Ponthoux)

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Lauconne[1].

La commune était autrefois desservie par les Chemins de fer vicinaux du Jura.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint-Lupicin.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D'azur à la colonne romane d'or posée sur un rocher alésé du même et accostée des lettres S et L capitales aussi d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Denis Vuillermoz PS  
mars 2001 réélu en 2008 Alain Waille[2] NC  

Nom des habitants[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Lupicin sont appelés les Lupicinois.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 074 habitants, en diminution de -4,42 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532 655 706 569 696 681 694 714 671
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
641 629 646 681 716 797 782 827 803
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
819 848 947 897 994 1 106 1 133 1 128 1 157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 286 1 478 1 648 1 882 2 007 2 081 2 222 2 140 2 074
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le village s'est développé au XXe siècle grâce à l'industrie du plastique principalement par les usines Mayet et Bourbon.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame de la Nativité,
  • Le lavoir est l'allégorie représentant sa commune[C'est-à-dire ?].

Coutumes et traditions[modifier | modifier le code]

La fête Patronale de Sain-Lupicin se déroule le week-end de la deuxième semaine de septembre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Romain [Romain de Condat] (Izernore, Ain v. 390 - monastère de la Balme, Saint-Romain-de-Roche auj. Pratz, Jura 460), moine et abbé ; cofondateur, avec son frère Lupicin, des monastères de Condat (auj. Saint-Claude), Lauconne, et la Balme. Il fonda également le monastère de Romainmôtier (devenu, au XIe siècle, l'Abbatiale de Romainmôtier, à Romainmôtier, dans le canton de Vaud, en Suisse).
  • Saint Lupicin [Lupicin de Lauconne] (Izernore, Ain v. 415 - monastère de Lauconne auj. Saint-Lupicin 480), moine et abbé ; cofondateur, avec son frère Romain, des monastères de Condat, Lauconne et la Balme.
  • Claude Marquis dit le curé Marquis (le moine soldat): Quand Louis XIV entre en Comté (1668), Claude Marquis, curé de Saint-Lupicin mobilise ses paroissiens et guerroie à leur tête. Il célèbre la messe, ses deux pistolets à silex posés sur l'autel, chiens levés, symbolisant avec le calice, le double salut matériel et spirituel. Il explique au prône les exercices qu'il fait ensuite exécuter sur la place de l'église". En 1674, les paroissiens de Saint-Lupicin se mobilisent autour du curé Marquis dont ils font officiellement leur général le 23 octobre 1673, avec un réglement militaire strict (fait unique d'une résistance locale, ces documents existent dans les archives paroissiales de Saint-Lupicin) : exercices, sections de combats dans les onze villages (St-Lupicin, Ponthoux, Lavans,Pratz , Petit-Châtel, St-Romain, Cuttura, Ravilloles, Leschères, Les Crozets, Petit-Villard) avec des capitaines (acte du 6 avril 1674). Dans le Bugey, on associe à une prière passée en proverbe, le nom du curé Marquis à celui de Lacuzon : "Die te definde de La Cuson et du curais de San Luppsene" ("Que Dieu te préserve de Lacuzon et du Curé Marquis de Saint-Lupicin ! ")

Le curé-soldat administrera la paroisse de janvier 1668 à juillet 1675, son souvenir est resté vivace à St-Lupicin jusqu'au XVIIIe siècle. De nos jours, une rue du village porte son nom

  • Louis de Ronchaud (Lons-le-Saunier, Jura 1816 - Saint-Germain 1887), poète et écrivain ; fut conservateur du musée du Louvre et directeur des Musées nationaux. Secrétaire et ami de Lamartine, il habita la commune.
  • Lucien Arbel (Saint-Lupicin 1826 - Paris 1892), député et sénateur.
  • Félix Jeantet (Saint-Claude 1855 - Paris 1932), homme de lettres, est inhumé à Saint-Lupicin.
  • Nadir Belhadj, footballeur professionnel international algérien né le 18 juin 1982 a grandi à Saint-Lupicin.
  • Jean-Noël Mermet commandant la brigade de gendarmerie de Loyada,poste frontière entre la Somalie et Djibouti, participa avec le GIGN à l'opération de libération d'une trentaine d’enfants de militaires français pris en otage le 3 février 1976.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .