La Chailleuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Chailleuse
La Chailleuse
Vue de Saint-Laurent-la-Roche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Intercommunalité Communauté de communes Jura Sud, Pays des Lacs, Petite Montagne et Région d'Orgelet
Maire
Mandat
Pierre-Rémy Belperron
2020-2026
Code postal 39270, 39570
Code commune 39021
Démographie
Population
municipale
595 hab. (2018)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 35′ 12″ nord, 5° 31′ 51″ est
Altitude Min. 270 m
Max. 672 m
Superficie 24,53 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lons-le-Saunier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Amour
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
La Chailleuse
Géolocalisation sur la carte : Jura
Voir sur la carte topographique du Jura
City locator 14.svg
La Chailleuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chailleuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chailleuse
Liens
Site web lachailleuse.fr

La Chailleuse est une commune nouvelle située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté, créée le [1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Chailleuse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lons-le-Saunier, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 139 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée par un arrêté préfectoral du , elle est issue du regroupement des communes de Arthenas, Essia, Saint-Laurent-la-Roche et Varessia qui deviennent des communes déléguées[1]. Son chef-lieu est fixé à Arthenas.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie à Arthenas.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
7 janvier 2016 En cours Pierre-Rémy Belperron[7]    

Jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes[1].

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Arthenas
(siège)
39021 CC du Val de Sorne 6,71 158 (2014) 24


Essia 39215 CC de la Région d'Orgelet 4,86 75 (2014) 15
Saint-Laurent-la-Roche 39488 CC du Sud Revermont 11,13 339 (2014) 30
Varessia 39544 CC de la Région d'Orgelet 1,83 36 (2014) 20

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

À la suite du décret du , la commune de La Chailleuse est entièrement rattachée au canton de Saint-Amour[8].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fresque Eglise St-Laurent-La-Roche.JPG
  • Le village de Saint-Laurent-la-Roche est une ancienne cité médiévale.
  • Le château de Saint-Laurent fut construit sur les débris d’un castellum romain, qui avait probablement remplacé une enceinte gauloise, car nul doute que les tribus Séquanes et ensuite les Romains n’eussent remarqué la facilité de défense de ce point escarpé.

C’était un des manoirs du Moyen Âge les mieux fortifiés par la nature et par l’art, de tout le Comté de Bourgogne. Grâce à sa position, grâce à l’épaisseur de ses murailles, il est resté intact jusqu’à la fin du XVIIe siècle, sentinelle avancée pour défendre la province contre les attaques des ennemis ; aussi se hâtèrent-ils de détruire le vieux donjon, qui restant debout aurait invité encore le peuple d'alentour à la résistance.

  • Le Bourg de Saint-Laurent

La place était entourée de trois côtés, au nord, au matin et au midi par de bonnes fortifications. Quant au côté de l’ouest, regardant la France, son escarpement presque à pic, le rendait inaccessible à cette époque. Les remparts, à matin, avaient été prolongés jusque devant et en bas le châtelet, et comme en dessous de ce rempart il y avait un petit vallon (les Condamines) bas et allongé, la place était considérée comme imprenable avant l’invention de la poudre. Le bourg, contigu à l’enceinte même du château et étalé sur le revers de la montagne était entouré par d’épaisses murailles, défendues par de grosses tours aux angles, avec portes munies de ponts-levis.

En face de la Mairie de Saint-Laurent, à l'entrée du Bourg, une de ces tours, actuellement encore habitée présente une très belle archère-canonnière datable de la fin XIVe - début XVe.

En l'an 901, une chapelle a été érigée. Puis le reste de l'église a été édifié. Elle se compose d'un porche, d'une nef, d'un chœur, d'un clocher sur le milieu de la nef, de 4 chapelles et d'une sacristie. Des traces de fresques subsistent.

À Arthenas, on trouve une voie et une fontaine romaines, l'église Saint-Laurent et une fruitière (XXe siècle), inscrite à l'IGPC depuis 1992[9].

À Varessia, l'église Sainte-Madeleine est inscrite aux titres des monuments historiques depuis 1995[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Recueil des actes administratifs du Jura » (consulté le 13 novembre 2015).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  7. « La Chailleuse : Pierre-Rémy Belperron élu maire au 1er tour », Le Progrès, 10 janvier 2016.
  8. Décret no 2020-208 du 5 mars 2020 modifiant le décret no 2014-165 du 17 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Jura..
  9. « Fruitière (XXe s) », notice no IA39000020, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Église Sainte-Madeleine », notice no PA00135341, base Mérimée, ministère français de la Culture.