Saint-Georges-Armont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Georges, Saint Georges (homonymie) et Georges.

Saint-Georges-Armont
Saint-Georges-Armont
Église de Saint-Georges-Armont
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Bavans
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Vallées Vertes
Maire
Mandat
Christian Drouvot
2014-2020
Code postal 25340
Code commune 25516
Démographie
Population
municipale
118 hab. (2015 en stagnation par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 58″ nord, 6° 33′ 27″ est
Altitude Min. 278 m
Max. 550 m
Superficie 4,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Saint-Georges-Armont

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Saint-Georges-Armont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-Armont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-Armont

Saint-Georges-Armont est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Les habitants de Saint-Georges-Armont sont appelés les Saint-Georgeois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

de Sancto Georgio en 1147 ; Sainct George lez Clereval en 1540 ; Saint George en 1600[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pompierre-sur-Doubs Rose des vents
Pays de Clerval N Rang
O    Saint-Georges-Armont    E
S
Anteuil

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1147, Saint-Georges est confirmé dans les biens du prieuré des Augustins de Lanthenans par Humbert, archevêque de Besançon.

Les seigneurs de Neuchâtel deviennent, en 1294, gardiens de ce prieuré et, de ce fait, obtiennent des droits sur ses possessions. C'est ainsi que "sur tous les villages, sur les habitants desdits lieux et héritages à eux appartenant, ledit seigneur de Neufchastel a toute justice haute, moyenne et basse et le révérend prieur dudit lieu moyenne et basse justice". Ces droits s'appliquent également sur les communaux.

Cette situation dure jusqu'en 1714 lorsque, par un échange avec le prieur de Lanthenans, Guillaume Boutechoux, Ferdinand-Joseph de Poitiers, seigneur de Neuchâtel, laisse la totale justice sur Lanthenans, Hyémondans et Sourans contre un meix à Dambelin et tous les droits seigneuriaux et le patronage de la cure de Saint-Georges.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Georges-Armont Blason Gironné de sinople et d'argent, à la fasce alésée d'azur brochante et chargée de saint Georges à cheval, contourné et tuant le dragon, d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Yves Petremant[2]    
mars 2014 en cours Christian Drouvot SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2015, la commune comptait 118 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2010 (Doubs : +1,74 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
208215149187210236227245242
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
215207173182178160162138132
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
115112116111108102928179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
605463739498101114118
2015 - - - - - - - -
118--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Détail du clocher de l'église

Le patrimoine de la commune est représenté essentiellement par l'église qui domine le village. Construite en 1734 l'église est entourée du cimetière et se situe en haut du village le long des pentes du Lomont. Il a fallu mettre un contrefort pour en consolider la stabilité ; le clocher magnifique avec son toit d'origine offre une version bien originale des dômes à l'impériale. Si vous montez les marches de l'entrée ayez une pensée pour les gisants qui dorment sous vos pas dans leurs pierres tombales depuis des siècles. Saint Georges terrasse le dragon sur un très beau tableau accroché au-dessus du maître-autel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 5, BESANÇON, CÊTRE,
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]