Soye (Doubs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Soye
Soye (Doubs)
Panorama sur le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Vallées Vertes
Maire
Mandat
François Ciresa
2020-2026
Code postal 25250
Code commune 25553
Démographie
Population
municipale
390 hab. (2017 en augmentation de 2,9 % par rapport à 2012)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 43″ nord, 6° 29′ 56″ est
Altitude Min. 287 m
Max. 507 m
Superficie 13,89 km2
Élections
Départementales Canton de Bavans
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Soye
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Soye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soye

Soye est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Les habitants de Soye sont appelés les Soyots et Soyottes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Soye est un village d'habitat groupé situé au creux d'une vallée entourée de collines s'élevant à près de 400 mètres, et couvertes de forêts et de pâturages. L'altitude moyenne estimée de cette commune est de 310m. Le village originel est concentré autour de son église. Les grandes fermes comtoises, massives, se serrent le long de trois rues aboutissant à l'église et au lavoir. Un faubourg s'étire le long de la route menant à Clerval. Les écarts sont peu nombreux. Le village est relativement isolé : Clerval et L'Isle, villes de la vallée du Doubs offrant tous commerces et services (et desservies par le train) sont à six et huit kilomètres. L'autoroute A36 est à 15 km. La rivière du même nom La Soye est issue d'une résurgence et se jette dans le Doubs. Sur le plateau calcaire au-dessus du village se trouve le gouffre de Pourpevelle, avec 11 km de galeries. Ce réseau, qui comprend des rivières souterraines et des passages très étroits, est accessible à des spéléologues aguerris.

Économie[modifier | modifier le code]

Le village qui comptait près de cent ménages de cultivateurs en 1960, en compte moins d'une dizaine aujourd'hui. Les habitants pour la plupart travaillent dans les entreprises situées dans la vallée du Doubs et le Pays de Montbéliard. Le taux d'activité est de 79 % parmi les '15-64 ans', (soit 161 personnes sur un total de 203 en 2009), mais seules 36 personnes exercent une activité professionnelle sur la commune même.

Entreprises[modifier | modifier le code]

La commune de Soye comptait 14 entreprises en 2010.

  • 7 du secteur agricole soit 50 % ;
  • 5 entreprises de construction soit 35,7 % ;
  • 1 entreprise de commerces et services soit 7,1 %.

La forêt communale de Soye, selon l'ONF qui la gère, représente 3, 41 km2 ( 3410 hectares)

Logement[modifier | modifier le code]

L'Insee dénombrait en 2009, 179 logements sur la commune dont 141 résidences principales et 14 résidences secondaires[1]. Un mouvement de population de familles jeunes vers le village, depuis les centres urbains considérées comme moins attractifs, a conduit à la création par la commune d'un lotissement sur la route d'Uzelle. Ce facteur explique l'évolution notable de la population ( +30 % en cinq ans, voir infra). Ont été recensées huit naissances au cours de l'année 2011.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Altare de Soyis en 1142 ; Soies en 1181 ; Soye en 1259 ; Soes en 1277 ; Soie en 1600[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Soye appartient à la communauté de communes des Deux Vallées Vertes (Canton: l'Isle-sur-le-Doubs).

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Roger Mourot[3]    
mars 2014 En cours François Ciresa SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2017, la commune comptait 390 habitants[Note 1], en augmentation de 2,9 % par rapport à 2012 (Doubs : +1,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
602559604674763801789762761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
606626626561583534510508459
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
432415425372351308290301265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
256230218238247252284370385
2017 - - - - - - - -
390--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Dizier : église avec un clocher à l'impériale construite en 1836. Actuellement, ce lieu de culte est desservi par le diocèse de Belfort-Montbéliard, au sein de la paroisse Les Trois Rois.
  • Château de Soye du XVIIIe siècle, propriété privée, dont les tours sont inscrites monument historique en 1991.
  • La salle des fêtes est installée dans les locaux de l'ancienne fromagerie, qui fonctionnait sur le modèle des fruitière du Jura.
  • Chapelle sainte Anne. Protégé de l'épidémie du choléra en 1851, les habitants de Soye exécutèrent en reconnaissance leur promesse: construire une chapelle sur la colline des Sarrazins si le village était épargné. Les travaux commencèrent en 1854 et la bénédiction de la chapelle eut lieu deux années plus tard. Une statue de sainte Anne enseignant la Vierge datant du XIIIème siècle fut placé dans la chapelle pour y être vénérée. D'autres travaux eurent lieux en 1888: installation d'un encadrement de porte surmonté d'un arc de pierre et d'une croix (toujours visible), nouveau clocheton, aménagent d'une cavité en contrebas de la chapelle pour y placée une statue de Notre-Dame de Lourdes. La même année fut béni le chemin de croix présent le long du sentier menant à la chapelle par Mgr Dubillard. En 1946, un escalier en ciment fut installé devant la chapelle pour facilité l'accès. En 1947 le chemin de croix et restauré, en 1948 c'est au tour de la toiture de la chapelle de l'être puis en 1953 au clocheton (démoli par la foudre).
  • Oratoire: en bordure de la route de l'Isle se dresse un petit oratoire depuis 1843 avec un toit de lave d'origine.
Chapelle sainte Anne

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Cardinal Dubillard. Né dans la commune le 16 février 1845 dans une famille de modestes paysans, il entre au séminaire de Consolation (dans le diocèse de Besançon) puis rejoint le séminaire de Besançon. Ordonné prêtre, il devient quelques années plus tard missionnaire apostolique, vicaire général du diocèse de Besançon, archidiacre de Saint-Ferjeux, supérieur de grand séminaire de Besançon puis évêque de Quimper et du Léon en 1899. Docteur en théologie, il publia en 1884 un ouvrage en latin de quatre volumes. Estimé par pape Léon XIII, celui-ci désira prendre ses conseils et le rapproche de Rome en le nommant archevêque de Chambéry en 1907. Le pape Léon XIII tint compte des conseils du cardinal Dubillard notamment après la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Il décéda le 1er décembre 1916 à Chambéry, son corps repose dans la cathédrale de cette ville. Un buste érigé à sa mémoire en 1916 dans la nef gauche de l'église paroissiale de Soye en rappel le souvenir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

- Histoire de Soye, Jules Perrot, 1990

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]