Abbenans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbenans
Abbenans
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Besançon
Canton Baume-les-Dames
Intercommunalité CC des Deux Vallées Vertes
Maire
Mandat
Victor Zuan
2014-2020
Code postal 25340
Code commune 25003
Démographie
Gentilé Abbenanais
Population
municipale
350 hab. (2015 en diminution de 1,41 % par rapport à 2010)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 03″ nord, 6° 27′ 05″ est
Altitude Min. 270 m
Max. 447 m
Superficie 11,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Abbenans

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Abbenans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Abbenans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Abbenans

Abbenans est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Abbenanais. Cette ville compte 355 habitants, son rang national est le no 20 495, la densité de sa population est de 32 hab./km2, sa superficie est de 11,17 km2.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur un lambeau du bassin keupérien Haute-Saônois[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fallon
(Haute-Saône)
Les Magny (Haute-Saône) Rose des vents
Cubry N Bournois
O    Abbenans    E
S
Uzelle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Abbanans en 1143 ; Habenans ou Abenans en 1255 ; Abbenans en 1350 ; Abenans en 1424 et 1451 ; Abbenans depuis le XVIe siècle[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution française[modifier | modifier le code]

Le village d'Abbenans est cité pour la première fois en 1143 dans une bulle de Céléstin II pour Baume-les-Dames[2].

Sans autre agglomération voisine immédiate,hormis Fallon avec qui il eut communauté paroissiale, Abbenans apparait dès le Moyen Âge en tant que petite seigneurie dépendant de celle de Villersexel. Clémence, fille d'Aymon de Faucogney, seigneur de Villersexel, en aurait apporté une part à son époux Étienne, sire d'Oiselay. Celui-ci, en 1255, prit l'engagement de ne pas y élever de forteresse sans le consentement des comtes palatins Hugues et Alix : « lor avons promis que li diz sires d'Oiseler ne suy hoir ne feront chestel ne forterace à Habenans, ne el terretoire de Abenans... »[2].

Les droits des comtes palatins échurent apparemment à Renaud de Montbéliard, car en 1337, Aymon, seigneur de Villersexel, reprit d'Henri de Montbéliard, à cause d'Agnès sa femme, le fief d'Abbenans. En 1406, c'est le four d'Abbenans et le moulin Cromay qui sont rachetés par le seigneur de Villersexel. Lorsqu'il est question pour les habitants de leur affranchissement par François de la Palud, seigneur de Villersexel, le 31 décembre 1447, pour la somme de « neuf vingt francs », il semble que ce soit là la confirmation d'un affranchissement bien antérieur[2].

D'autres familles seigneuriales sont citées comme ayant quelques possessions au village ; ainsi les Nans, en 1388 ; les Fallon et Accolans pour les seigneurs de Neuchâtel tout au long des XIVe et XVe siècles ; le prieuré de Marast, qui se voit confirmé dans ses droits seigneuriaux au village en 1603. La seigneurie d'Abbenans sera réunifiée au XVIe siècle, au profit des seuls seigneurs de Villersexel qui sont alors les La Palud, puis les Rye. Dame Claude de Rye, comtesse de Varax, est dite dame d'Abbenans en 1551. À partir de 1669 et jusqu'à la Révolution Française, c'est la famille de Grammont qui possède la seigneurie[2].

Vols dans les bois du seigneur, dégâts causés par les bestiaux, non-respect de la mainmorte... autant de procès qui émaillent les relations des habitants avec leurs maîtres au cours des siècles ; ainsi, en 1720, les sujets du seigneur doivent lui verser 3 000 livres d'amendes au château de Villersexel. À la veille de la Révolution, en 1789, Abbenans comme les autres villages rédige son cahier de doléances. Celui-ci aujourd'hui est souvent donné comme le cahier-type dans le bailliage d'Amont ; en fait, il est assez semblable aux autres et n'est cité que parce qu'Abbenans était la première commune par ordre alphabétique de ce bailliage[2].

Les guerres et spécialement celle des « Suédois » sont de triste mémoire dans la région. Une relation du 7 janvier 1637 nous donne un faible aperçu de ce que fut l'épisode comtois (1635-1644) de la guerre de Trente Ans. Abbenans eut beaucoup à souffrir des troupes tant ennemies qu'alliées : « Les soldats du colonel Maillard qui avaient pris leurs quartiers à Abbenans, avaient si extrêmement maltraité les habitants, tourmenté et battu, qu'ils étaient contraints d’abandonner leurs maisons. Les soldats prirent toutes les armes des habitants qui auparavant s'étaient retirés de la tour de leur église et les rompirent. Et après qu'ils eurent ruiné le village,ils contraignirent les habitants à leur donner de l'argent au point qu'ils furent contraints d'emprunter de fortes sommes »[2].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Une mine de houille est attestée le sur le territoire communal, elle préfigure l'exploitation de Mélecey[1].

Les années 1816-1817, qui suivirent l'occupation des Autrichiens, furent aussi très dures pour le village. Aux méfaits de cette occupation s'ajoutaient la faim, que les intempéries favorisèrent, le brigandage et l'impuissance de l'Administration. Ce fut la course au pain. À Abbenans, une douzaine d'individus auraient le projet de former un corps de 700 hommes en vue d'un pillage général ; ils réclamaient la baisse du prix du blé et invoquaient le nom de Bonaparte « à la rencontre duquel il fallait se rendre, car il arrivait avec une immense flotte chargée de blé et de soldats ». Un projet de pillage du château de Bournel, à Cubry, fut éventé, les huit instigateurs furent arrêtés et condamnés à cinq ans de travaux forcés[2].

Le , les Prussiens arrivent à Villersexel. Les hostilités débutèrent le au matin à l'arrivée des troupes françaises, mais ces dernières durent très vite se replier, notamment en direction d'Abbenans, qui devint un de leurs quartiers généraux. Le froid était vif et la neige haute, la ravitaillement insuffisant, d'autant qu'il y avait au village beaucoup de réfugiés de Villersexel. Après la défaite de l'armée française devant Héricourt, ce fut le passage incessant des fuyards, la débandade de l'armée de Charles-Denis Bourbaki[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Christian Mercier UDF  
2008 2014 Marcel Parisot    
2014 en cours
(au 9 décembre 2014)
Victor Zuan[3] SE Retraité

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[4] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 4 1,75
Marine Le Pen (FN) 80 35,09
Nicolas Sarkozy (UMP) 25 10,96 61 31,12
Jean-Luc Mélenchon (FG) 32 14,04
Philippe Poutou (NPA) 3 1,32
Nathalie Arthaud (LO) 4 1,75
Jacques Cheminade (SP) 2 0,88
François Bayrou (MoDem) 11 4,82
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 6 2,63
François Hollande (PS) 61 26,75 135 68,88
Inscrits 267 100,00 267 100,00
Abstentions 38 14,23 48 17,98
Votants 229 85,77 219 82,02
Blancs et nuls 1 0,44 23 10,50
Exprimés 228 99,56 196 89,50

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[5] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 6,19 13
Marine Le Pen (FN) 38,10 80 49,71 87
Emmanuel Macron (EM) 14,76 31 50,29 88
Benoît Hamon (PS) 5,71 12
Nathalie Arthaud (LO) 1,43 3
Philippe Poutou (NPA) 2,38 5
Jacques Cheminade (SP) 0,48 1
Jean Lassalle (R) 0,48 1
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 20,95 44
François Asselineau (UPR) 0,48 1
François Fillon (LR) 9,05 19
Inscrits 270 100,00 270 100,00
Abstentions 51 18,89 66 24,44
Votants 219 81,11 204 75,56
Blancs 8 3,65 18 8,82
Nuls 1 0,46 11 5,39
Exprimés 210 95,89 175 85,78

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2015, la commune comptait 350 habitants[Note 1], en diminution de 1,41 % par rapport à 2010 (Doubs : +1,74 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6996708178219431 0051 0631 014957
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
824866866709690675591545513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
457439386356317302269266296
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
331324377403353370347361352
2015 - - - - - - - -
350--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église d'Abbenans est sous le vocable de saint Ermenfroi. Citée en 1143 et rebâtie en 1405, elle fut reconstruite en 1730 dans son état actuel, dans un style néo-grec.
  • Fontaine du Breuzato.
  • Fontaine-lavoir de Beline.
  • Lavoir fleuri.
  • Fontaine (en contrebas de l'église).
  • Monument aux morts.
  • Mairie. Elle a été construite en 1884.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Michel-Dorothée Clerc, premier avocat général près la cour impériale de Besançon, procureur général et homme politique français né en 1762 à Abbenans, mort à Besançon en 1848.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paul Benoit, Le Charbon de Terre en Europe Occidentale Avant L'usage Industriel Du Coke, (lire en ligne).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 1, BESANÇON, CÊTRE,
  3. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Abbenans », sur https://www.estrepublicain.fr (consulté le 20 juin 2014)
  4. Ministère de l'Intérieur - Doubs (Franche-Comté), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Abbenans » (consulté le 16 juin 2014)
  5. Ministère de l'Intérieur - Doubs (Bourgogne-Franche-Comté), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Abbenans » (consulté le 12 mai 2017)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]