Alberto Sordi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alberto Sordi

Description de cette image, également commentée ci-après

Alberto Sordi dans le film Sous le soleil de Rome (1948) de Renato Castellani

Naissance 15 juin 1920
Rome, Latium
Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès 24 février 2003 (à 82 ans)
Rome, Latium
Italie
Profession Acteur, réalisateur, scénariste

Alberto Sordi (Rome, 15 juin 1920 - 24 février 2003), était un acteur, réalisateur et scénariste italien. Avec Marcello Mastroianni, Ugo Tognazzi, Nino Manfredi et Vittorio Gassman, il fut l'un des piliers de la « comédie à l'italienne » et l'archétype du Romain dans le cinéma italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les premières expériences[modifier | modifier le code]

Quatrième fils du professeur de musique Pietro Sordi (qui meurt en 1941) et de Maria Righetti, il naît dans le quartier populaire du Trastevere à Rome. Déjà à l'école élémentaire, il commence à improviser pour ses compagnons de classe des interprétations avec un théâtre de marionnette. Il chante aussi comme soprano dans le chœur des voix blanches de la Chapelle Sixtine. Il abandonne les études et se rend à Milan pour une courte période, où il étudie la récitation à l'Académie des Filodrammatici ; il en est expulsé apparemment à cause de son parler mâtiné de dialecte romain (il en obtient, beaucoup plus tard, un diplôme honorifique).

Figurant et comédien de doublage[modifier | modifier le code]

De retour dans la capitale, il trouve en 1937 un travail comme figurant à Cinecittà et gagne le concours organisé par la Metro-Goldwyn-Mayer pour doubler la voix de Oliver Hardy (tandis que Mauro Zambuto prêtait sa voix à Stan Laurel). Il travaille comme comédien de doublage jusqu'en 1951 donnant sa voix entre autres à Bruce Bennett dans Le Trésor de la Sierra Madre et dans Les Passagers de la nuit, à Anthony Quinn dans Buffalo Bill, à John Ireland dans La Rivière rouge et dans Un Gangster pas comme les autres, à Robert Mitchum dans La Vallée de la peur, à Pedro Armendariz dans Le Massacre de Fort Apache. Il prête aussi sa voix à des acteurs italiens comme Franco Fabrizi dans Chronique d'un amour de Michelangelo Antonioni et même Marcello Mastroianni dans Dimanche d'août de Luciano Emmer. Sa voix est aussi très reconnaissable dans le chef-d'œuvre de Vittorio De Sica Le Voleur de bicyclette.

Le music-hall[modifier | modifier le code]

Après une tentative infructueuse en compagnie de Aldo Fabrizi entre 1936 et 1937 dans le théâtre léger, il débute dans le music-hall comme boy dans la compagnie de Guido Riccioli et Nanda Primavera (mariés dans la vie) avec le spectacle Ma in campagna è un’altra… cosa (1938). Suivent ensuite Teatro della caricatura (1942), Ritorna Za-Bum (1943) écrit par Marcello Marchesi et dirigé par Mario Mattoli, Un Mondo di armonie (1944), Imputati... Alziamoci (1945) de Michele Galdieri, Soffia so... (1946) de Garinei et Giovannini, E lui dice... (1947) de Oreste Biancoli et enfin Gran baraonda (1949) de Garinei et Giovannini, sa dernière apparition sur scène au côté de Wanda Osiris, qu'il a l'occasion de diriger en 1973 dans un passage important du film Polvere di stelle.

Les parodies radiophoniques[modifier | modifier le code]

C'est à la radio, juste après guerre, qu'il commence à avoir un grand succès personnel avec les émissions Rouge et noir (Rosso e nero, 1947), Oplà (1947) et Alberto Sordi vous parle (Vi parla Alberto Sordi, 1948) où il crée des personnages destinés à une grande popularité: Monsieur dit (Signor Dice), Le Comte clair (Conte claro) et Mario Pio. Il réutilise ces derniers par la suite en 1968 et 1969 dans l'émission radiophonique Grande Variété (Gran varietà). Alighiero Noschese aussi les reprend en 1970 pour l'émission satirique à succès Double Couple (Doppia coppia).

Les premières tentatives au cinéma[modifier | modifier le code]

Au cinéma, durant une dizaine d'années, il interprète des rôles minuscules ou insignifiants dans une vingtaine de films, mis à part le rôle dans Les Trois Aiglons (I Tre aquilotti, 1942) de Mario Mattoli, où il figure parmi les protagonistes. Il se fait remarquer en 1951 dans une œuvre mise en scène par Vittorio De Sica et Cesare Zavattini, Mamma mia che impressione!. Dans ce film, bien que transposant dans le cinéma le modèle de récitation très verbale utilisé à la radio, il crée un personnage très original (Il Compagnuccio della parrocchiettà ou littéralement L'Ami de la petite paroisse) qu'il reproposera ensuite dans d'autres œuvres mineures.

Avec Steno et Federico Fellini[modifier | modifier le code]

De 1952 à 1955 Sordi explose sur le grand écran. D'abord avec deux films réalisés par Federico Fellini, Le Cheik blanc (Lo Sceicco bianco) et Les Inutiles (Les Vitelloni), puis avec ceux réalisés par Steno (Les Gaietés de la Correctionnelle, Un Giorno in pretura, Un Americano a Roma et Piccola posta) où il crée le type d'homme lâche, profiteur, indolent et tire-au-flanc qui l'accompagne tout au long des années 1950 jusqu'au film La Grande Guerre (La Grande Guerra, 1959) de Mario Monicelli dans lequel il incarne un soldat fainéant et planqué contraint de mourir en héros.

Le grand protagoniste de la comédie à l'italienne[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée de la comédie à l'italienne, il a donné vie à une multitude de personnages représentant l'« Italien moyen », presque tous négatifs, pas très moraux, mais correspondant à une réalité évidente. Il les a dépeint avec une méchanceté entachée parfois d'une touche d'autosatisfaction, mais toujours pardonnée grâce à sa diction magistrale sans égal. À de nombreuses occasions, il a collaboré aussi au sujet et à la mise en scène des films dans lesquels il a joué (plus de 150) et des 19 films qu'il a dirigé lui-même.

En un demi-siècle de carrière, de la période de la guerre jusqu'à nos jours, Sordi a réussi à fournir une fidèle image de l'histoire des valeurs et des coutumes de l'italien typique, observé à travers ses bassesses, mais à la fin racheté par son grand cœur et sa capacité à rêver les yeux grand ouverts.

Parmi ces plus beaux films : Bravissimo (1955) de Luigi Filippo D'Amico, Venise, la lune et toi (Venezia, la luna e tu, 1958) de Dino Risi, Le Veuf (Il vedovo, 1959) de Dino Risi, Il moralista (1959) de Giorgio Bianchi, le touchant La Grande Guerre (La Grande Guerra, 1959) de Mario Monicelli, La Grande Pagaille (Tutti a casa 1960) de Luigi Comencini, Il vigile (1960) de Luigi Zampa, Une Vie difficile (Una vita difficile, 1961) de Dino Risi, Il Boom(1963) de Vittorio De Sica, Fumo di Londra (1966), qui le voit pour la première fois aussi derrière la caméra, Il Medico della mutua (1968) de Luigi Zampa, Detenuto in attesa di giudizio (1971) de Nanni Loy, Poussière d'étoiles (Polvere di stelle, 1973), dirigé par lui-même, Un Bourgeois tout petit petit (Un Borghese piccolo piccolo, 1977) de Mario Monicelli, Le Marquis s'amuse (Il Marchese del Grillo, 1981) de Mario Monicelli, Il Tassinaro (1983) et Nestore, l'ultima corsa (1993), tous les deux sous sa direction. Il faut aussi retenir la collaboration artistique avec le compositeur Piero Piccioni, qui a signé la musique de ses films les plus célèbres.

Détenteur de cinq Rubans d'argent et de sept David di Donatello, il gagne en 1972 le prestigieux Ours d'Or au Festival de Berlin et obtient en 1995 le Lion d'or pour sa carrière au Festival de Venise.

Vers la fin des années 1990, il se retire de la scène, après le peu de succès de son dernier film Incontri proibiti, au côté de Valeria Marini. Mais il fait des apparitions dans de nombreuses émissions de télévision, dans lesquelles il fait preuve de son grand sarcasme et de sa bonhommie. Le jour de son quatre-vingtième anniversaire, le maire de Rome, Francesco Rutelli, lui cède le « sceptre » de cette ville dont il a été le fils bien-aimé, et dont il a raillé gaillardement les vices et les fausses vertus.

Les paroles du réalisateur Mario Monicelli prononcées à la mort de l'acteur mettent bien en lumière les traits d'un des plus grands artistes du cinéma italien :

« Ce fut le plus grand acteur, mais il fut surtout un auteur extraordinaire, le créateur du personnage avec lequel il a traversé plus de 50 ans de l'histoire italienne. En tant que réalisateur, je dis qu'il était extrêmement facile de travailler avec Sordi, parce qu'il était justement le plus grand. Il suffisait de quelques échanges de regards et il comprenait le ton à donner à son interprétation et donc au film. Il a été un comique capable de contrevenir à toutes les règles du comique. »

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Alberto Sordi a joué dans 152 films entre 1937 et 1998, dont :

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]