Jim Thorpe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thorpe.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le joueur de football américain. Pour la ville de Pennsylvanie, voir Jim Thorpe (Pennsylvanie).

Jim Thorpe

Description de cette image, également commentée ci-après

Jim Thorpe

Nom complet James Francis Thorpe
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de naissance 28 mai 1888
Lieu de naissance Prague (Oklahoma)
Surnom Jim
Numéro 31
Position Running back
Defensive back
Date de décès 28 mars 1953 (64 ans)
Lieu de décès Lomita (Californie)
Carrière universitaire ou amateur
1907 - 1915 Carlisle Indian


Carrière professionnelle
1915 - 1917
1919 - 1920
1921
1922 – 1923
1924 – 1925
1925
1926
1928
Bulldogs de Canton
Bulldogs de Canton
Cleveland Tigers
Oorang Indians
Independents de Rock Island
Giants de New York
Bulldogs de Canton
Chicago Cardinals
Carrière pro. 1915 – 1928

College Football Hall of Fame 1951

Pro Football Hall of Fame 1963

(en) Statistiques sur NFL.com

James Francis « Jim » Thorpe (en Sauk et Fox : Wa Tho Huck, « Sentier Brillant »[1]), né le 28 mai 1888 à Prague dans l'Oklahoma et mort le 28 mars 1953 à Lomita en Californie[2], était un joueur et un dirigeant de football américain, un joueur de baseball et de basket-ball, un athlète et un acteur américain d'ascendance blanche et amérindienne.

Considéré comme l'un des athlètes les plus polyvalents des sports modernes, il a remporté la médaille d'or du pentathlon et du décathlon aux Jeux olympiques d'été de 1912, il a joué au football américain (universitaire et professionnel), et en tant que professionnel, au baseball et au basket-ball. Il a perdu ses titres olympiques après la découverte qu'il ait reçu un salaire pour jouer deux saisons au baseball en tant que semi-professionnel avant de participer aux Jeux olympiques, violant ainsi les règles d'amateurisme alors en vigueur. En 1983, trente ans après sa mort, le Comité international olympique a rétabli ses médailles olympiques. Métis, Thorpe a grandi dans la nation amérindienne Sauk et Fox dans l'Oklahoma. Il a joué dans le cadre de plusieurs équipes amérindiennes au cours de sa carrière, et a réalisé des tournées comme joueur de basket-ball professionnel avec une équipe entièrement composée de Nord-Amérindiens. Il a pratiqué le sport professionnellement jusqu'à l'âge de 41 ans ; la fin de sa carrière sportive coïncide avec le début de la Grande Dépression. Par la suite, Thorpe a lutté pour gagner sa vie en enchaînant plusieurs petits boulots. Thorpe a souffert de l'alcoolisme et a vécu ses dernières années entre mauvaise santé et pauvreté.

Dans un sondage réalisé en 2012 auprès de fans de sport par ABC Sports, Thorpe a été reconnu comme le « plus grand athlète du XXe siècle » parmi quinze autres références dont Mohamed Ali, Babe Ruth, Jesse Owens, Jack Nicklaus et Michael Jordan[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Les informations sur la naissance de James Francis Thorpe, son nom et son origine ethnique sont variables[5]. Il est né dans le territoire indien, mais aucun acte de naissance n'a été retrouvé. Thorpe est généralement considéré comme étant né le 28 mai 1888 près de la ville de Prague dans l'Oklahoma[6]. Il a été baptisé Jacobus Franciscus Thorpe dans l'Église catholique.

Les parents de Jim Thorpe sont tous deux métis. Son père, Hiram Thorpe, a un père irlandais et une mère nord-amérindienne Sauk et Fox. Sa mère, Charlotte Vieux, a un père français et une mère potawatomis ; elle est une descendante du chef Louis Vieux. Jim est élevé comme un Sauk et Fox et son nom d'origine est Wa Tho Huck, ce qui peut se traduire par « Chemin éclairé par grand flash de foudre » ou, plus simplement, « Sentier Brillant » ou « Sentier Lumineux »[5]. Comme c'est la coutume pour un Sauk et Fox, Thorpe tient son nom pour quelque chose se produisant au moment de sa naissance et dans son cas la lumière illuminant le chemin d'accès à l'habilitation où il est né[pas clair]. Ses parents sont tous les deux catholiques, une foi qu'il observera tout au long de sa vie d'adulte[7].

Thorpe va à l'école Sauk et Fox de Stroud avec son frère jumeau Charlie. Charlie aide Jim à l'école mais il meurt d'une pneumonie à neuf ans[8]. Par la suite, Thorpe fugue de l'école à plusieurs reprises. Son père l'envoie alors à l'Institut Haskell, une école pour nord-amérindiens à Lawrence dans le Kansas, de sorte qu'il arrête ses fugues[9]. Lorsque sa mère meurt de complications à l'accouchement deux ans plus tard[10], Thorpe devient dépressif. Après plusieurs disputes avec son père, il quitte la maison à l'adolescence pour travailler sur un ranch de chevaux[9].

En 1904, à seize ans, Thorpe retourne chez son père et va à l'école pour nord-amérindiens à Carlisle en Pennsylvanie. Là, ses capacités d’athlète sont reconnues et il est entraîné par Glenn Scobey « Pop » Warner, l'un des entraîneurs les plus influents du début de l'histoire du football américain[11]. Plus tard cette année, son père meurt de la gangrène après avoir été blessé dans un accident de chasse[10]. Thorpe décroche à nouveau des études. Il reprend le travail agricole pendant quelques années avant d'ensuite retourner à l'école de Carlisle[9].

Carrière amateur[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Jim Thorpe avec la maillot des Indians de Carlisle.

Thorpe aurait commencé sa carrière sportive à Carlisle en 1907 quand il bat les meilleurs sauteurs en hauteur de l'école avec un saut de près de 1,75 mètres tout en portant des vêtements non adapté au sport[12]. Ses premiers résultats enregistrés en athlétisme sont de 1907. Il participe également aux compétitions de football américain, de baseball, la crosse et même de danse de salon en remportant le championnat universitaire de danse de salon de 1912[13].

Selon les témoignages, Glenn Scobey Warner est hésitant à laisser Thorpe, son meilleur athlète, participer à des jeux plus physiques, comme le football américain[14]. Thorpe, cependant, convainc Warner de le laisser participer à certains matchs contre les défenseurs de l'équipe de l'école ; Warner supposant qu'il serait mis à terre facilement pensait qu'il abandonnerait rapidement cette idée[14]. Thorpe a « couru [… et passa] à travers eux pas une fois, mais deux »[14]. Il marche ensuite vers Warner et dit : « Personne ne va tacler Jim », tout en jouant avec la balle[14].

Thorpe attire l'attention nationale pour la première fois en 1911[15]. En tant que running back, defensive back, kicker et punter — c'est-à-dire aussi bien en attaque qu'en défense, en portant la balle, en la jouant au pied ou en plaquant ses adversaires —, Thorpe marque tous les points de son équipe des quatre touchdowns lors d'un match contre l'université Harvard qui se termine 18-15. Un exploit contre cette équipe réputé du début de la National Collegiate Athletic Association (NCAA)[14]. Son équipe a terminé la saison avec onze victoires pour une défaite. En 1912, Carlisle remporte le championnat universitaire en grande partie grâce à Thorpe, ce dernier ayant marqué vingt-cinq touchdowns et 198 points au cours de la saison[11].

Le parcours de Carlisle en 1912 comprend une victoire 27 à 6 sur l'académie militaire de West Point[6]. Dans ce match, Thorpe réalise un touchdown de 92 yards qui est annulé par une pénalité d'un coéquipier et la mise en jeu suivante, Thorpe marque un touchdown de 97 yards[16], soit quasiment toute la longueur du terrain. Le futur président américain Dwight David Eisenhower qui joue contre lui cette saison, a décrit Thorpe dans un discours de 1961 : « Ici et là, il y a des gens qui sont suprêmement doués. Mes souvenirs remontent à Jim Thorpe. Il ne s'est jamais entraîné dans sa vie, et il ne pouvait [réussir] mieux que n'importe quel autre joueur de football que [je n'ai] jamais vu »[11].

Jim Thorpe en position de départ à la course.

Thorpe remporté les honneurs All-America à la fois 1911 et 1912[6]. Le football restera le sport favori de Thorpe[17]. Il pratiqua de manière sporadique l'athlétisme, mais c'est dans ce sport qu'il remporte sa plus grande renommée.

Au printemps 1912, il commence à s'entraîner pour les Jeux olympiques. Il limite ses efforts pour le saut en longueur, la course de haies et le lancer du poids, mais par la suite il s'entraîne également au saut à la perche, au lancer du javelot, au disque et au marteau notamment. Dans les essais olympiques tenus à New York, sa capacité à se distinguer dans toutes ces épreuves lui permet d'obtenir une place dans l'équipe qui se rend en Suède[6].

Carrière olympique[modifier | modifier le code]

Jim Thorpe durant les Jeux olympiques d'été de 1912.
Jim Thorpe durant les Jeux olympiques d'été de 1912.
Jim Thorpe.

Pour les Jeux olympiques d'été de 1912 à Stockholm, en Suède, deux nouvelles disciplines sont incluses : le pentathlon et le décathlon. Le pentathlon est basé sur ce qui avait été organisée lors des Jeux olympiques intercalés de 1906 et la version 1912 se composait du saut en longueur, du lancer du javelot, de la course sur 200 mètres, le lancer du disque et la course de 1 500 mètres.

Le décathlon est un événement relativement nouveau dans l'athlétisme moderne, bien qu'il a fait partie des compétitions américaines d'athlétisme depuis les années 1880 et qu'une version avait été présentée au programme des Jeux olympiques d'été de 1904 de Saint-Louis, car cette version différait légèrement. Thorpe, versatile, trouve les deux disciplines appropriée pour lui qui était si polyvalent que lui seul avait constitué l'équipe de Carlisle en athlétisme lors de plusieurs compétitions[6]. Il pouvait courir 100 yards en 10 secondes, 220 en 21,8 secondes, 440 en 51,8 secondes, 880 en 1,57 minute, un mile en 4,35 minutes, les haies sur 120 yards en 15 secondes et sur 220 yards en 24 secondes[6]. Il pouvait sauter 7,16 mètres en longueur et 1,95 mètre en hauteur[6]. Il pouvait sauter à la perche 3,35 mètres, lancer le poids à 14,55 mètres, lancer le javelot à 49,68 mètres et lancer le disque à 41,45 mètres[6].

Il y remporte le pentathlon (saut en longueur, lancer du javelot, 200 m, lancer du disque, et 1 500 m) puis le décathlon. Lors de cette dernière épreuve, il relègue à 700 points son dauphin Hugo Wieslander.

Controverse[modifier | modifier le code]

Mais, en 1913, ces médailles lui sont retirées : il est soupçonné d'avoir touché de l'argent dans des épreuves de baseball avant les Jeux et il est radié à vie, contrairement à de nombreux athlètes qui vivaient également de leur sport mais pratiquant professionnellement leur discipline sous des pseudonymes. Ces médailles ne lui seront rendues à titre posthume que 29 ans après sa mort, en 1982.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Jim Thorpe.

Il se tourne alors vers le baseball et rejoint les Giants de New York en 1913 pour 3 saisons. Il jouera ensuite pour les Reds de Cincinnati puis à nouveau les Giants, les Braves de Boston. Il continuera ensuite de jouer dans les ligues mineures jusqu'en 1922.

En parallèle, il joue au football américain chez les Bulldogs de Canton (Ohio), avec lesquels il remporte l'officieux titre de champion du monde en 1916, 1917 et 1919. En 1920, ceux-ci sont une des quatre équipes qui constituent la American Professional Football Association, celle-ci devenant la NFL deux ans plus tard. Il en devient également le premier président en 1920.

Il jouera encore dans 6 équipes différentes jusqu'en 1928, où il se retire de la ligue professionnelle à l'âge de 41 ans et se consacre au cinéma.

Mort[modifier | modifier le code]

Il meurt d'un cancer le 28 mars 1953.

Postérité[modifier | modifier le code]

Jim Thorpe.
Jim Thorpe.

Un film fondé sur sa biographie fut tourné par la Warner Bros. Pictures en 1951. Dans Le Chevalier du stade (Jim Thorpe: All-American), c'est Burt Lancaster qui interprète le rôle de Jim Thorpe.

Palmarès olympique[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'été de 1912[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Athlétisme aux Jeux olympiques d'été de 1912.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Jim Thorpe » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) « Jim Thorpe Biography », Encyclopedia of World Biography (consulté le 13 novembre 2011).
  2. Magill. p. 2320
    * Gerasimo and Whiteley. p. 28
    * "World-Class Athlete Jim Thorpe Was Born May 28, 1888," americaslibrary.gov, consulté le 23 avril 2007.
  3. (en) « Wide World of Sports athlete of the century », ESPN Network,‎ 14 janvier 2000 (consulté le 6 février 2012).
  4. (en) « Jim Thorpe: All-Around Athlete and American Indian Advocate », Smithsonian Institution (consulté le 6 février 2012).
  5. a et b O'Hanlon-Lincoln. p. 129.
  6. a, b, c, d, e, f, g et h Jim Thorpe Is Dead On West Coast at 64, The New York Times, 29 mars 1953, consulté le 23 avril 2007.
  7. O'Hanlon-Lincoln. p. 131.
  8. Jim Thorpe – Fast facts, cgmworldwide.com, consulté le 23 avril 2007.
  9. a, b et c Jim Thorpe – Olympic Hero and Native American, olympics30.com, consulté le 23 avril 2007.
  10. a et b Hoxie. p. 628.
  11. a, b et c Botelho, Greg. Roller-coaster life of Indian icon, sports' first star, CNN.com, 14 juillet 2004, consulté le 23 avril 2007.
  12. Encyclopedia of World Biography. Jim Thorpe, Thomson-Gale, Bookrags, juin 2005, consulté le 23 avril 2007.
  13. (en) « Sports Illustrated : Jim Thorpe cruelly treated by authorities. », CNN,‎ 8 août 2004 (lire en ligne)
  14. a, b, c, d et e Jeansonne, p. 60.
  15. "Indian Thorpe in Olympiad: Redskin from Carlisle Will Strive for Place on American Team," The New York Times, 28 avril 1912, consulté le 2 avril 2007.
  16. Jim Thorpe, usoc.org, consulté le 26 avril 2007.
  17. O'Hanlon-Lincoln. p. 144.
    * Jim Thorpe, profootballhalloffame.com, consulté le 23 avril 2007.
  18. a et b Gilles Navarro, Les riches heures de l'athlétisme, Mango sport,‎ 2003 (ISBN 2-84270-398-7), p. 20 - Jim Thorpe, une légende indienne.