Jacques Perrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrin.

Jacques Perrin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques Perrin au festival de Cannes 2009

Nom de naissance Jacques André Simonet
Naissance 13 juillet 1941 (73 ans)
Paris 14e, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Acteur, réalisateur, producteur
Films notables La Fille à la valise
La Corruption
Les Demoiselles de Rochefort
Peau d'Âne
Microcosmos : Le Peuple de l'herbe
Le Peuple migrateur
Les Choristes
Océans

Jacques Perrin, de son vrai nom Jacques-André Simonet[1],[2], est un acteur, réalisateur de documentaires et producteur de cinéma français, né le 13 juillet 1941 à Paris 14e.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu du milieu du théâtre, il est le fils d'un régisseur à la Comédie-Française et d'une comédienne, et le neveu de l'acteur Antoine Balpêtré[3], Jacques Perrin entre avec une de ses sœurs Éva Simonet[4] au Conservatoire d'art dramatique dans la classe de Jean Yonnel, qu'il quitte rapidement pour monter sur les planches[5].

Si, dès 1958, on l'entrevoit sur une Vespa dans Les Tricheurs de Marcel Carné, il obtient son premier rôle important au cinéma dans La Fille à la valise de Valerio Zurlini (1960), puis enchaîne des rôles variés dans des films de Henri-Georges Clouzot (La Vérité en 1960), Mauro Bolognini (La Corruption en 1963), Constantin Costa-Gavras, Pierre Schœndœrffer. Il est aussi le partenaire principal de Catherine Deneuve dans deux films musicaux de Jacques Demy : Les Demoiselles de Rochefort (1967) et Peau d'Âne (1970).

Parallèlement, il fonde en 1968 sa propre société de production, Reggane Films, devenue par la suite Galatée Films. Il produit des films engagés comme ceux de Costa-Gavras, Z en 1968, État de siège en 1972, et Section spéciale en 1974[5]. Jacques Perrin est également le producteur du premier film de Benoît Lamy, Home sweet Home (1973), sur la révolte des pensionnaires d'une maison de repos, dans lequel lui et Claude Jade interprètent le jeune couple principal.

Tous en continuant à jouer comme dans Le Crabe-tambour de Schœndœrffer en 1977, ou Cinéma Paradiso en 1989, c'est désormais à laproduction qu'il se consacre : Microcosmos : le peuple de l'herbe de 1995 qui lui vaut le César du meilleur producteur en 1997, Himalaya, l'enfance d'un chef en 1999, Le Peuple migrateur en 2001, où il participe également à la réalisation.

Il a trois fils : Mathieu Simonet, Maxence Perrin, tous deux acteurs, et Lancelot Perrin que l'on peut voir à ses côtés dans Océans.

Il prête sa voix à de nombreux films et documentaires dont Diana, princesse du peuple.

Il est officier dans la réserve citoyenne de la Marine nationale, avec le grade de capitaine de frégate[6]. Il a été nommé officier de la Légion d'honneur lors de la promotion du 14 juillet 2007[2].

En 2011, il soutient officiellement le chef Raoni dans sa lutte contre le barrage de Belo Monte.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • 1968 : L'écume des jours de Charles Belmont : Colin

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Who's Who in France
  2. a et b Journal officiel du 13 juillet 2007.
  3. « Jacques Perrin, le cinéma est sa nature », Télérama, 3 avril 2011.
  4. Attachée de presse du cinéma français, elle est la mère de Christophe Barratier. Cf. « Hommage à Jacques Perrin » sur cinematheque.fr.
  5. a, b et c Ciné-Ressources, consulté le 24-03-2010.
  6. Marine nationale, « Le film Océans diffusé ce soir sur France 2 », sur defense.gouv.fr/marine,‎ 25 septembre 2012 (consulté le 25 septembre 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]