Ax-les-Thermes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ax-les-Thermes
La passerelle Camp de Gramou sur l'Oriège et l'église
La passerelle Camp de Gramou sur l'Oriège et l'église
Blason de Ax-les-Thermes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Ax-les-Thermes (Chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes des vallées d'Ax
Maire
Mandat
Pierre Peyronne
2008-2014
Code postal 09110
Code commune 09032
Démographie
Gentilé Axéens
Population
municipale
1 348 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 43′ 13″ N 1° 50′ 23″ E / 42.7202777778, 1.83972222222 ()42° 43′ 13″ Nord 1° 50′ 23″ Est / 42.7202777778, 1.83972222222 ()  
Altitude 720 m (min. : 697 m) (max. : 2 411 m)
Superficie 30,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Ax-les-Thermes

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Ax-les-Thermes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ax-les-Thermes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ax-les-Thermes
Liens
Site web Site officiel

Ax-les-Thermes (nom occitan: Ax [ˈaʦ]) est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Midi-Pyrénées.

Ax-les-Thermes est à la fois une station thermale, une villégiature estivale, un excellent centre d'excursions et une station de sports d'hiver.

Ses habitants sont appelés les Axéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ax-les-Thermes est située dans les Pyrénées, à proximité de l'Andorre, et est implantée au confluent de l'Oriège, de l'Ariège et de la Lauze.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Ax-les-Thermes[1]
Ignaux Sorgeat
Savignac-les-Ormeaux Ax-les-Thermes[1] Ascou
Mérens-les-Vals Orgeix

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de la commune avant 1910

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’or à trois pals de gueules. Armes du Comte de Foix, Roger IX qui y fit construire un hôpital (une léproserie) et le bassin dit des Ladres en 1260[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Pierre Peyronne PS  
2001 mars 2008 Alain Chenebeau PS  
1995 2001 Augustin Bonrepaux PS député de l'Ariège
1989 1995 Gérard Balista DVD  
1977 1989 Alain Aybram    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 348 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 554 1 504 1 773 1 863 1 927 1 991 1 908 1 881 1 843
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 710 1 679 1 632 1 693 1 695 1 746 1 813 1 609 1 545
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 503 1 480 1 624 1 563 1 330 1 338 1 312 1 501 1 422
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 628 1 688 1 562 1 478 1 489 1 441 1 498 1 509 1 384
2011 - - - - - - - -
1 348 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Un établissement thermal
Bassin des Ladres
Le casino

Les activités locales s'appuient principalement sur l'élevage (bovins, ovins), sur le thermalisme (ses soixante sources, aux températures variant de 18 à 78 °C., alimentent trois établissements : le Couloubret, le Modèle et le Teich. On y soigne surtout les sciatiques, les rhumatismes et certaines affections des voies respiratoires), les sports d'hiver et le tourisme en général.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Station de sports d'hiver Ax 3 Domaines est située sur la commune
  • Le Bassin des Ladres, au centre de la ville, est alimenté par des sources chaudes sortant de terre à 77 °C. La fontaine la plus connue est la fontaine des canons. Au Moyen Âge, ce bassin servait à guérir les lépreux ou bien à ébouillanter les animaux. D'ailleurs un hôpital est situé à 1 mètre du bassin. Le bassin fut construit sur ordre de Roger comte de Foix sous le règne de Saint Louis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Armorial de France
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. Pierre Brun, « Un helléniste du dix-septième siècle : Pierre Bertrand de Mérignon d'Ax-les-Thermes », Annales du Midi, 1894, p. 327-348
  6. François Xavier de Feller, Dictionnaire historique…, 1823, p. 403

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auphan, Ax-les-Thermes : Les sources, ses établissements, sa thérapeutique, Delord-Bochm et Martial, 1903
  • Jean-Pierre Auriac, Contribution à l'étude des eaux thermo-minérales d'Ax-les-Thermes, Université Paul Sabatier, Toulouse, 1976, 128 p.
  • Emile Bousquet, La station d'Ax-les-Thermes (Ariège). Traitement des affections chroniques des voies respiratoires et des oreilles, Impr. Pancol, Béziers, vers 1910, 24 p.
  • Dr E. Boyer, Ax-les-Thermes, éditions de la Gazette des eaux, 1913, 15 p.
  • P. Carles, La Source Pilhes d'Ax-les-Thermes, 1901
  • Maryse Labiste, Efficacité thérapeutique des eaux thermales d’Ax-les-Thermes dans différents syndromes, Université de Toulouse 3, 1984, 140 p.
  • Louis Landouzy, Cinquième voyage d'études médicales : eaux minérales, stations maritimes, climatiques et sanatoriums de France, septembre 1903 : Ax-les-Thermes (Ariège), Gadrat aîné, Foix, 1904
  • Hippolyte Marcailhou d'Aymeric, Ax-les-Thermes illustré : ses richesses thermales, son histoire, ses excursions, Gadrat aîné, Foix, 1900, 30 p.
  • Jacques Martignole, Recherches pétrographiques et structurales dans la région d'Ax-les-Thermes, Université de Toulouse, 1964, 180 p. (thèse de 3e cycle)
  • Pierre Urbain, Analyse des eaux minérales d'Ax-les-Thermes (Ariège), Expansion scientifique française, Paris, 1948, 64 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :