Régiment de Touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Régiment de Touraine
Image illustrative de l’article Régiment de Touraine
Uniforme et drapeau du régiment de Touraine en 1772

Création 1625
Dissolution 1793
Pays France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle infanterie de ligne

Le régiment de Touraine est un régiment d'infanterie du royaume de France, créé en 1625 sous le nom de régiment de Plessis-Joigny, devenu sous la Révolution le 33e régiment d'infanterie de ligne.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Équipement[modifier | modifier le code]

Drapeaux[modifier | modifier le code]

Habillement[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Colonels et mestres de camp[modifier | modifier le code]

  •  : Timoléon de Congressans, baron du Plessis-Joigny
  •  : Philippe de La Poeze, baron de Sainte-Offange
  •  : Isaac Frezeau, marquis de La Frezelière, maréchal de camp le , †
  •  : Antoine d’Amboise, sieur de Neuilly d’Amboise, maréchal de camp le , †
  •  : Charles Jules de Neuilly d’Amboise, fils du précédent
  • 1653 : N. Le Sénéchal, comte de Kercado
  •  : (mestre de camp) François Sidrac de Chambellay, maréchal de camp le , colonel de Chambellay le , †
  •  : N. d’O, marquis de Montaigut
  • 1673 : François Frezeau, marquis de La Frezelière
  •  : N. Frezeau, chevalier de La Frezelière
  •  : Jean de Bonnac, marquis d’Usson
  •  : Jean Louis Guillemin de Courchamp, comte d’Igny
  •  : Jean-Baptiste François Desmarets, comte de Maillebois, brigadier le , maréchal de camp le , lieutenant général le , maréchal de France le , †
  •  : Charles François de Montmorency, duc de Luxembourg, brigadier le , maréchal de camp le , lieutenant général le , maréchal de France le , †
  •  : Charles François Christian de Montmorency-Luxembourg, prince de Tingry
  •  : Charles Anne Sigismond de Montmorency-Luxembourg, duc d’Olonne, brigadier le , déclaré maréchal de camp en par brevet du
  •  : Anne François de Montmorency-Luxembourg, duc de Montmorency, brigadier le , †
  •  : Louis François Joseph, comte de Montmorency-Logny
  •  : Anne Alexandre Marie Sulpice Joseph de Montmorency, marquis de Laval
  •  : Claude Anne, marquis de Saint-Simon-Maubleru
  •  : Henri François Liamart, vicomte de Poudenx
  •  : André Boniface Louis Riquetti, vicomte de Mirabeau
  •  : Jean Louis Rambaud de Maillou
  •  : Louis François Hector d’Haudoire d’Aigreville
  •  : Guillaume Charlot

Composition[modifier | modifier le code]

  •  : porté à 20 compagnies
  •  : porté à 30 compagnies
  •  : augmenté d’un bataillon de 15 compagnies
  •  : réduit à un bataillon de 15 compagnies ordinaires et d’une (ou deux) compagnie de grenadiers
  •  : 3 compagnies de Touraine sont employées à la formation du régiment de Chartres
  •  : augmenté d’un bataillon de miliciens

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Régiment de La Frézelière[modifier | modifier le code]

En 1635, durant la guerre de Trente Ans, le régiment est en Italie. Le , le duc de Rohan marche contre le fort des Bains de Bormio défendu par 400 Allemands. L'attaque commence le 19, par le régiment de La Frézelière qui permet au régiment de Montausier d'emporter le poste.

Régiment de Touraine[modifier | modifier le code]

Uniforme[modifier | modifier le code]

Lors de la réorganisation des corps d'infanterie français de 1762, le régiment de Touraine est mis à quatre bataillons par l'incorporation du régiment de Flandre.
L'ordonnance arrête également l'habillement et l'équipement du régiment comme suit[11]
Habit, veste et culotte blancs, parements, revers et collet bleus, la poche en long garnie de six boutons, trois sur la manche, cinq au revers et quatre au dessous: boutons blancs, avec le no 18. Chapeau bordé d’argent.

Mutinerie de juin 1790[modifier | modifier le code]

En avril 1788, le régiment est envoyé à Perpignan. Au cours de la révolution, son colonel, le vicomte de Mirabeau, frère de l'orateur et membre comme lui de l'Assemblée nationale constituante mais connu pour ses opinions contre-révolutionnaires, avait heurté les sentiments des soldats et de la population en donnant une commission de lieutenant au fils du marquis de Favras, condamné à mort pour avoir conspiré contre la Constitution. Le régiment se mutine en juin 1790 et le retour à Perpignan du colonel ne fait qu'envenimer les choses : il fait confisquer les drapeaux du régiment pour les confier au régiment de Vermandois, caserné dans la même ville, puis repart en emportant les « cravates » (ornements symboliques de la hampe), cruelle humiliation pour les soldats qui errent dans les rues en larmes, y compris le vétéran octogénaire Jean Thurel, le plus vieux soldat de France : les hommes poursuivent Mirabeau jusqu'à Castelnaudary et reprennent les cravates. L'affaire est portée devant l'Assemblée et Mirabeau est conspué. Après le départ de « Mirabeau-Cravate » pour l'émigration, le régiment, devenu le 33e régiment d'infanterie de ligne, est envoyé à Mézières et participe aux guerres de la Révolution et de l'Empire[12].

33e régiment d’infanterie de ligne[modifier | modifier le code]

Le 33e régiment d’infanterie de ligne a fait les campagnes de 1792 et 1793 à l’armée du Rhin ; 1794 à l’armée de la Moselle.

Personnalités ayant servi au régiment de Touraine[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lieutenant général de Vault, « Mémoires militaires relatifs à la guerre d'Espagne sous Louis XIV », tome 1, 1835, p. 436.
  2. L. Susane, t. 4, p. 346.
  3. L. Susane, t. 4, p. 346-347.
  4. L. Susane, t. 4, p. 347-348.
  5. L. Susane, t. 4, p. 349.
  6. L. Susane, t. 4, p. 350-351.
  7. L. Susane, t. 4, p. 351-353.
  8. L. Susane, t. 4, p. 353-356.
  9. L. Susane, t. 4, p. 357.
  10. L. Susane, t. 4, p. 358.
  11. Ordonnance du roi, concernant l'infanterie françoise : du 10 décembre 1762
  12. L. Susane, t. 4, p. 359-365.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant général de Vault, Mémoires militaires relatifs à la guerre d'Espagne sous Louis XIV, vol. 1, Imprimerie Royale (Paris), , 910 p. (lire en ligne).
  • Chronique historique-militaire, Pinard, tomes 6, 7 et 8, Paris 1763, 1764 et 1778
  • Louis Susane, Histoire de l'ancienne infanterie française, t. 4, 1851, p. 331 à 366 [1]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]